Archives

DERNIÈRE MISE Á JOUR : 28 JUIN

Recharger la page


 

 


PARUTIONS

BELLANI Orsetta
Indios sans roi [« Rencontre avec des femmes et des hommes du Chiapas »], trad. de l'italien par Isabelle Felici et Alessandra Giro, Atelier de création libertaire, Lyon, 152 p., 10 euros (juin) infos

BROCHER Victorine
Souvenirs d’une morte vivante [« Une femme du peuple dans la Commune de 1871 »], préf. de Lucien Descaves, postf. et appareil critique de Michèle Riot-Sarcey, Libertalia, coll. Poche, Paris, 348 p., 10 euros (mai) infos

CARA ZINA
Handi-gang, Libertalia, coll. Poche, Paris, 288 p., 10 euros (juin) infos

CARRIER Aurélie
Le Grand Soir [« Voyage dans l’imaginaire révolutionnaire et libertaire de la Belle Epoque »], Libertalia, coll. Ceux d’en bas, Paris, 238 p. (+ cahier couleurs de 24 p.), 16 euros (mai) infos

COLLECTIF
Etats d'urgence
[« Photographie sociale et documentaire »], sous la dir. de Yann Levy, Libertalia, coll. Hors collection, Paris, 128 p., 16 euros (mai) infos
Fédéralisme politique, fédéralisme libertaire, anarchisme
[textes de Mario Albertini, Jean Bancal, Pierre Besnard, Guy Héraud, Roger Labrousse, Arthur Lehning, Gaston Leval, Alexandre Marc et Arnaud Marc-Lipiansky], Editions TOPS - H. Trinquier, Antony, 392 p., 23 euros (avril) infos
Les Principes du fédéralisme (textes de Robert Aron, Guy Héraud, Alexandre Marc, Mireille Marc-Lipiansky), Editions TOPS - H. Trinquier, Antony, 380 p., 23 euros (mai) infos

COUTÉ Gaston
Le Gâs qu’a mal tourné. Poèmes et chansons (rééd.), Le Temps des cerises, Montreuil (93), 120 p., 10 euros (juin) infos

DECKER Véronique
L’Ecole du peuple, Libertalia, coll. N’Autre école, n° 9, Paris, 128 p., 10 euros (juin) infos

FRÉMONTI Valentin
Solidarité internationale antifasciste (1937-1939) [« Une action humanitaire et libertaire dans la guerre d’Espagne »], éd. Alternative libertaire, Paris, 156 p., 6 euros (mai) infos

ISABEL Thibault
Pierre-Joseph Proudhon [« L'anarchie sans le désordre »], préf. de Michel Onfray, Autrement, Paris, 208 p., 18,50 euros (juin) infos
[Avertissement : l’auteur est rédacteur en chef depuis 2003 de la revue Krisis, « revue d'idées et de débats » créée en 1988 par Alain de Benoist, qui fait partie de la mouvance d’extrême droite de la Nouvelle Droite.]

MENZIES Malcolm
Makhno, une épopée (rééd.), L’Echappée, coll. Lampe-tempête, Paris, 256 p., 19 euros (mai) infos

MYRTILLE, GIMÉNOLOGUE
Et l’anarchisme devint espagnol, 1868-1910 [1er vol. des « Chemins du communisme libertaire en Espagne, 1868-1937 »], Editions Divergences, coll. Imaginaires subversifs, Paris, 197 p., 10 euros (mai) infos

SEIGNOBOS Emeline, WRONA Adeline
La Fabrique de l’autorité [« Figures des décideurs en régime médiatique »], Les Petits Matins, Paris, 240 p., 16 euros (mai) infos

SIRVENT ROMERO Manuel
Le Cordonnier d’Alicante [« Mémoires d’un militant de l’anarchisme espagnol (1889-1948) »], trad. et préf. de Mélodia Sirvent, postf. d'Aimé Marcellan, Editions CNT-RP, Paris, 290 p., 15 euros (mai) infos

 

Á TÉLÉCHARGER

ANONYME
Bagnes d'enfants et révoltes dans le Sud-Est [« Texte édité pour la visite de la colonie pénitentiaire du Luc, 28 mai 2017 »], Sous la plage les pavés, Nice, 16 p. (juin) à télécharger
De la Russie à l'Argentine [« Parcours d'un anarchiste au début du XXe siècle », biographie de Simon Radowitzky], Nagan, s.l., 2016, 112 p. (version papier : 5 euros) à télécharger

GUILLAUME James
Karl Marx pangermaniste et l'Association internationale des travailleurs de 1864 à 1870 (rééd.), avec un avant-propos et quelques éléments biographiques, Anti.mythes, Brochure numérique gratuite, n° 6, s.l., 55 p. (mai) à télécharger

SWIFT Jonathan
Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d'être à la charge…, Ravage éditions, Paris, 12 p. (mai) à télécharger

 

REVUES

Alternative libertaire (n° 273, juin, 20 p., 3 euros, sommaire) constate qu'Emmanuel Macron a « réussi son coup » et que la déroute du PS et des Républicains a engendré une recomposition politique. Analyse des blocs en devenir. A propos d'« intersectionnalité », « Lutter à l'intersection de la “race”, du sexe et de la classe » et « Comment le capitalisme gère-t-il le ventre des femmes racisées ? », entretien avec Françoise Vergès. En page « histoire », il y a cent dix ans, la révolte des vignerons : « Le Midi fait trembler Clemenceau ». Abonnements et anciens numéros.

Anarchosyndicalisme ! (n° 154, mai-juin, 20 p., 2 euros, à télécharger), mensuel de la CNT-AIT de Toulouse), s’intéresse aux élections sur le plan de la foi électorale, diagnostiquant « sous la rationalité démocratique une illusion quasi-religieuse », et saluant les révélations sur les pratiques des élus (népotisme, détournements de fonds publics, enrichissement personnel…). Il est aussi question de blasphème et de sacrilège à la sauce islamique, d’athéisme et de laïcité, de « marche de la confusion » lancée par la « nébuleuse indigéniste », d’aide et de soutien aux réfugiés, et de réflexions sur la Guyane.

Bulletin CNT - Solidarité ouvrière (n° 20, été, 4 p., à télécharger) dresse la feuille de route du « gouvernement Macron au service du fric et des patrons » : loi El-Khomri démultipliée, démantèlement de la protection sociale solidaire, casse des services publics et austérité pour financer les riches… En zoom, qu'est-ce que le salaire socialisé ?

Le Combat syndicaliste (n° 424, juin, 24 p., 2 euros, sommaire) met également le nouveau président en « une » pour affirmer que « l’horizon Macron est très noir. La guerre sociale est rouverte dès l’été ». Par ailleurs, trois pages juridiques et syndicales ; « Des syndicats contre l’aéroport et son monde » ; de l'international, avec des infos en provenance de Guadeloupe, du Brésil et d'Espagne ; et l'annonce du festival de la CNT région parisienne les 23, 34 et 25 juin à La Parole errante, à Montreuil (93) (voir ci-dessous). Le numéro de mai est disponible en ligne.

Courant alternatif (n° 271, juin, 32 p., 3 euros, sommaire) s'inquiète du « pedigree » de certains nouveaux ministres et s'interroge sur les « décomposition et recomposition politiques », saluant « un pouvoir regroupant la gauche de la droite et la droite de la gauche selon les besoins de la bourgeoisie éclairée ». Le mensuel publie en pages centrales le riche programme des Rencontres libertaires du Quercy, organisée par l'OCL du 16 au 26 juillet. Des infos sur le refus des compteurs Linky, sur Fukushima, un hommage à Armand Gatti et un tour d'horizon de la situation au Mexique complètent ce numéro. Pour télécharger le numéro de mai.

Infos et analyses libertaires (n° 108, mai, 24 p., à télécharger). Le journal de l'Organisation anarchiste, après s'être élevé contre le « grand guignol électoral » de la présidentielle, affirme qu'« il n'est pas de sauveur suprême » et qu'il faut construire la révolution sociale et libertaire… Un manifeste athée a été lancé sous forme de pétition à signer en ligne car, « face à l'obscurantisme religieux, face aux prédicateurs d'un ordre moral rétrograde et liberticide, il nous paraît éminemment nécessaire que le plus grand nombre possible d'athées s'affirment publiquement ». En réponse aux « idées reçues sur l'immigration ou la face cachée d'un racisme ordinaire », un texte bien argumenté est publié.

Lettre d'information de l'Association Autogestion (n° 60, juin, à consulter) affirme qu'« avec l'appui d'à peine 16 % des inscrits, le gouvernement entend maintenir sa ligne étatiste et autoritaire : volonté de centraliser le renseignement sous le contrôle du président, tentatives de bâillonner la presse, coup d’Etat pour achever l'“Etat social” ». Annonce de l'assemblée générale de l'association et « Sur le site, ces derniers jours » : « Libérer le travail ou libérer les travailleurs ? » ; le film Nestor Makhno, paysan d’Ukraine (1996), d'Hélène Chatelain ; « Travailler autrement : les coopératives » ; VIe Rencontre internationale de « l’économie des travailleurs et des travailleuses »…

Le Libertaire (n° 90, mai, 12 p., à télécharger), la « revue de synthèse anarchiste » constate « comment ceux qui ont voté Macron par défaut se sont fait gruger » et que « les élections passent, les problèmes s'aggravent ». Un texte d'Isaac Puente, écrit en 1927, toujours d'actualité et une réaction à l'attentat de Manchester de Colin Foster (Alliance for Workers Liberty). Avec « Au-delà de la rareté », Murray Bookchin conclut ce numéro.

Le Monde libertaire (n° 1789, du 4 juin au 4 juillet, 70 p., 5 euros, site Internet). Le dossier « Vivre en anarchie ? » semble être la suite et la fin du précédent, « Ils, elles ont voté, et après ? L’anarchie ! ». Il tente de défricher des sujets difficiles mais essentiels : criminalité et punition, l'art en société libertaire, l'écologie politique libertaire, l'éducation, le travail, les relations amoureuses… Signalons par ailleurs un intéressant « Déconstruire les croyances politiques ou pourquoi le Front national doit être combattu comme une religion » et un « Appel, depuis le Venezuela aux anarchistes d'Amérique latine et du monde » pour faire entendre la voix des compagnons d'El Libertario, coincés entre la propagande d'un gouvernement à l'agonie et les campagnes d'une opposition avide de pouvoir. De nombreuses pages culturelles (cinéma, entretien avec l'écrivain Julien Helbroeck, descente en flammes de la BD sur Jacob, Tomás Ibáñez et l'« anarchisme à contretemps ») terminent ce numéro. Abonnement.

N'Autre école (n° 6, été-automne, 100 p., 5 euros, abonnement : 5 n° pour 25 euros), la revue de Questions de classe(s), consacre son dossier à l'esprit critique qui est « au cœur de l’apprendre : de l’ordre du quotidien ». Cela « démarre à la maternelle, et en sciences s’il vous plaît, ça se retrouve en CM1 (avec la tranquille démolition des stéréotypes de genre dans les albums de jeunesse), et jusqu’au lycée avec une hilarante expérience en sciences (…). Et l’évaluation n’y échappe pas. » Partant de différents constats – « proclamer un discours critique ne suffit pas, il faut mettre les élèves en posture critique » ; « à l’heure du complotisme proliférant, il faut redire que l’esprit critique n’a rien à voir avec l’esprit de critique » –, les concepteurs de ce dossier restent conscients que nous pouvons tous nous laisser aller aux a priori et aux généralités. Feuilleter des extraits. Pour commander un exemplaire ou s'abonner.

Le Poing (n° 12, juin, 2 p., à télécharger), « apériodique libertaire d'Amiens et d'ailleurs », nous incite à courir car la « modernitude » est derrière nous, si ce n'est « le vieux monde » comme en Mai 68. « Un personnage douteux et interclassiste » élu président « avec en tout et pour tout environ 30 % des voix des électeurs inscrits » ; des électeurs sensibles aux « sirènes racistes et haineuses » ou aux « discours populistes et protectionnistes », voilà le triste bilan de ces élections. En prime, un supplément « Retour sur les luttes de 2016 » (à télécharger).

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Paris, 28 juin. Projection de Carie (1976, 98 min, VOST), de Brian de Palma. La vengeance brûlante et sanglante d’une adolescente humiliée au quotidien. A 19 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e. Infos.

Alès (30), 30 juin. Projection, à 19 h 30, du film Le Lendemain (2016, 102 min), de Magnus von Horn, sur les difficultés de réinsertion d'un adolescent et les réactions de la communauté locale. A La Rétive, 42, rue du Faubourg-d’Auvergne. Infos.

Lyon, 29 juin. Pierre Thiesset, Michel Granger, Guillaume Gamblin et Anatole Lucet présenteront Aux origines de la décroissance (L'Echappée) à partir de 19 heures au Bal des ardents, 17, rue Neuve, Lyon 1er. Infos.

Laon (02), 30 juin. Rencontre-débat avec Olivier Razemon à propos de son ouvrage Comment la France a tué ses villes (Rue de l’échiquier), à 20 h 30, à l'athénée Etoile noire, 5, rue Saint-Jean. Entrée libre. Organisée par le groupe Kropotkine de la Fédération anarchiste. Plus d'infos.

Lyon, 30 juin. Le groupe Graine d’anar (FA) vous convie à une soirée rencontre-débat avec Esteban, militant anarchiste vénézuélien. Un documentaire de 22 minutes sera projeté et une caisse de solidarité mise à disposition. A 19 heures, au bar fédératif Les Clameurs, 23 rue d'Aguesseau, Lyon 7e. Infos.

Paris, 30 juin. Dans le cadre du Pari des libraires, Cédric Biagini, Edouard Jacquemoud et Jacques Baujard présenteront Troquets de Paris (L'Echappée) à partir de 19 heures à L'Arbre du voyageur, 55, rue Mouffetard, Paris 5e.

Paris, 30 juin. « Racialisation, confessionnalisation ou révolution ? », discussion croisée autour des livres La Fabrique du Musulman (Libertalia), de Nedjib Sidi Moussa, et La Race comme si vous y étiez ! des Amis de Juliette et du printemps. A 19 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e. Infos.

Paris, 30 juin. A partir de 19 h 30, soirée lecture : Le Ciel renversé (L’Insomniaque), de Christophe Pagnon, à la librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf). Plus d'infos.

Paris, 1er juillet. « La Conquête du pain : partager les savoirs », à 18 heures, à la librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf). Plus d'infos.

Paris, 1er juillet. Fête de sortie du livre Handi-Gang (Libertalia) : Cara Zina présentera son ouvrage et répondra aux questions ; lecture d’extraits par Virginie Despentes. A 18 h 30, au Lieu-Dit, 6, rue Sorbier, Paris 20e.

 

FOIRES AUX LIVRES,
EXPOSITIONS, COLLOQUES, RENCONTRES

Fête de la CNT-SO 13. Pour célébrer les quatre années de développement du syndicat sur Marseille ainsi que les grèves victorieuses de l’année 2016 menées par les femmes de chambre des hôtels, pour se retrouver et se rencontrer lors d'un moment convivial, la CNT - Solidarité ouvrière organise une grande fête le 1er juillet à partir de 16 heures. Il y aura à boire, à manger, une expo photo… Rendez-vous à la salle associative, rue du Portail, Marseille 3e. Plus d'infos.

CIRA limousin. La 6e Librairie champêtre se déroulera les 1er et 2 juillet, de 10 à 19 heures, au château de Ligoure, 87110 Le Vigen, avec des stands d’éditeurs, des débats (l’anarcha-féminisme, les médias anarchistes, la résistance au nazisme et à la guerre d’Algérie…), des spectacles (théâtre et chansons, notamment Serge Utgé-Royo), une restauration à prix libre, un bar, un espace mômes. Possibilité d'hébergement et de camping. Programme complet et infos pratiques : dépliant. Pour financer ses activités, le CIRA limousin propose une cuvée de bordeaux rouge Elisée grave de Vayres (56 euros la caisse de six bouteilles). Centre international de recherches sur l’anarchisme (CIRA), 58, rue du Chinchauvaud, 87100 Limoges. Courriel : cira.limousin@free.fr - tél. : 06-58-92-62-38 - site Internet.

Les Reclusiennes 2017. L’association Cœur de Bastide organise, du 6 au 9 juillet, pour la cinquième année un festival à Sainte-Foy-la-Grande, ville natale d'Elisée Reclus (1830-1905, biographie), afin d'explorer les questions soulevées par le géographe anarchiste à la lumière du présent. Cette année, le thème choisi est le « bien commun » qui sera abordé sous plusieurs angles : l’urbanisme et le territoire, les services publics et les nouvelles formes d’économie, la culture et l’identité collective. Au programme : ateliers, conférences et débats, cinéma, concerts, expositions, livres, théâtre, apéritifs… Plus d'infos. Renseignements : 05-57-49-61-21 ou contact(at)coeurdebastide.fr

Expo zapatiste. A la Chapelle des pénitents, à Reillanne (04), « Partage zapatiste - œuvres des communautés zapatistes du Chiapas » les 7, 8 et 9 juillet (de 10 à 13 heures et de 15 à 20 heures). Ces œuvres de grandes dimensions, peintes ou brodées, célèbrent à leur manière « un art qui ne se voit pas et ne s'entend pas », qui est aussi celui de la résistance et de la rébellion. Inauguration le 7 juillet, à partir de 18 heures : visite de l'exposition commentée par Rocio Martinez et Jérôme Baschet, enseignants à l'université autonome du Chiapas. Infos.

Camping syndical. Les Comités syndicalistes révolutionnaires organisent des journées internationales de formations, de débats et de fêtes, du 10 au 16 juillet, dans un camping militant près de Toulouse (prévoir tente et matériel de couchage). Les repas seront préparés et pris en commun, et chacun participera à leur réalisation à tour de rôle. Inscription par courriel (syndicalistes[at]gmail.com) en indiquant coordonnées, nombre d'adultes et d'enfants (avec leur âge), dates de présence. Participation financière : 15 euros par jour et par adulte. Programme détaillé.

Rencontres libertaires du Quercy. L'Organisation communiste libertaire (OCL, site Internet) organise depuis plusieurs années des journées estivales de rencontres et de débats. Elles auront lieu dans le Tarn-et-Garonne, du 16 au 26 juillet, à La Maison carrée, Lauzeral, 82220 Vazerac, dans un gîte entouré de terrains où camper (prévoir tente et duvet). Des ateliers auront lieu l’après-midi, à 14 h 30, des débats le soir, après le repas, à 21 heures. La vie quotidienne est collective : les repas sont pris en commun et confectionnés par des équipes tournantes. Au programme : accueil des mineurs étrangers, « la fabrique du Musulman », bilan de la marche du 19 mars, patriarcat, lutte antinucléaire, Front national, le modèle allemand, Gaza, l'après-présidentielle en France… Infos et programme détaillé.

Expo Pissarro. La Réunion des musées nationaux a organisé au Musée du Luxembourg, 19, rue de Vaugirard, Paris 6e (M° Saint-Sulpice), une exposition « Pissarro à Eragny. La nature retrouvée » visible jusqu’au 9 juillet. Aux côtés d’archives familiales, une centaine de tableaux, dessins et gravures, créés à Eragny (Oise) dans un cadre champêtre entre 1884 et 1903, sont réunis. Camille Pissarro (1830-1903, biographie) a fui la ville mais découvre les idées anarchistes en fréquentant Jean Grave et Emile Pouget. Il collabore à la presse et à l’édition libertaire, l’aidant de son mieux. Le fameux album Turpitudes sociales, inspiré par la lecture du journal La Révolte et composé pour ses deux nièces anglaises, est d’ailleurs présenté. Lire sur Atlantico l’intéressant « Un peintre bucolique, nourri d'anarchisme ». Ouverture du musée de 10 h 30 à 18 heures ; jusqu’à 19 heures les vendredi, samedi et dimanche. Entrée : 12 euros, tarif réduit : 8,50 euros, gratuit pour les - 16 ans.

Sur le racisme. Avec « Nous et les autres. Des préjugés au racisme », le Musée de l’Homme veut donner des clés de compréhension et encourager la réflexion personnelle pour déconstruire les préjugés qui persistent dans les consciences… L’exposition s’appuie sur des études menées par des chercheurs en anthropologie, biologie, sociologie et histoire. Le public est ainsi invité à comprendre les mécanismes individuels et collectifs qui conduisent au rejet des « autres », et à prendre conscience des discriminations dans la société française aujourd’hui. Vidéo de présentation. Jusqu’au 8 janvier 2018, Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, Paris 16e (M° Trocadéro). Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10 à 18 heures. Billet : 12 euros (tarif réduit : 10 euros).

 

DIVERS

En vrac sur le Web. Socialisme libertaire, un site qui a l'excellente habitude de présenter des textes intéressants, a récemment republié un article de Michel Caillat, professeur d’université, titré « Le sport, capitaliste par essence », écrit en 1999. Ce qui nous conduit à constater que rien n'a changé : ni dans le constat, ni dans l'absence de réaction ou de débat. Le sport reste consensuel et sujet tabou, alors qu'on nous abreuve continuellement de ses prétendues valeurs et qu'on assiste régulièrement à ses méfaits. Après quelques explications, une constatation : peut-on fonder « une “société humaine” sur le culte du plus fort et du tri physique, sur la concurrence généralisée et la compétition permanente, sur l’idéal du dépassement, du risque et du jeu avec la mort, sur l’apologie de la virilité, sur la réification des athlètes, sur la chloroformisation des consciences, les communions magiques et les délires chauvins, sur les identifications les plus pauvres et les émotions les plus fades, sur l’anti-intellectualisme maladif… » ? Ce ne sont pas les petits ramasseurs de Roland-Garros, heureux d'être corvéables à merci, rapporteurs de balles et de serviettes pour des sportifs qui n'ont pas un regard pour eux, qui nous convaincront du contraire. Voilà de la bonne chair à patrons ! Que ceux qui pensent encore que le bouddhisme est une religion (la seule, pour certains) enseignant la paix, la tolérance et la non-violence courent voir le dernier film de Barbet Schroeder, Le Vénérable W (100 min, site officiel), sorti en salles le 7 juin. En Birmanie, un bonze (Wirathu) et des moines attisent le racisme contre la minorité musulmane (Rohingyas), incitant la population (bouddhiste à 90 %) à commettre ratonnades, meurtres, incendies de village… « Monstrueux et glaçant, son discours cherche à susciter chez les Birmans bouddhistes “la peur de la disparition de la race”, titre d'un de ses livres. Il faut éliminer les musulmans, ou bien ils seront, eux, éliminés… » (critique de Télérama). On a hélas connu cela ailleurs ! Une cinquantaine d'associations luttant contre la pauvreté et le mal-logement se sont liguées afin de mener une Autre campagne contre l'exclusion. Dénonçant certains discours « stigmatisant les plus exclus » et la « recherche de bouc-émissaires », elles proposent de s'attaquer « aux causes de la pauvreté, et non aux pauvres ». Neuf affiches percutantes dénoncent ainsi les « idées fausses véhiculées par les responsables politiques ». Un exemple : « Les chômeurs peuvent travailler s'ils le veulent vraiment. Dans la vraie vie, il y a 6 millions de chômeurs pour 190 000 postes disponibles. » De même pour le RSA, les minimas sociaux, la fraude sociale, l'Aide médicale d'Etat, les SDF… Le site Internet de l'union régionale parisienne de la CNT a fait peau neuve. D'aspect plus dynamique et plus moderne, il met d'abord en valeur les derniers articles publiés, puis présente l'organisation syndicale, les différents syndicats et structures, un agenda et diverses publications récentes (journaux, communiqués, tracts…). La navigation est fluide, aisée et structurée. Manque peut-être la possibililité d'effectuer des recherches spécifiques. Une belle réussite tout de même. A l'occasion du Salon du livre libertaire de Paris qui s'est tenu les 22 et 23 avril, TV Debout a enregistré six vidéos d'entretien (l'auteur Benoist Rey, l'éditeur Hervé Trinquier, un camarade américain, deux personnes ayant participé à son organisation et un représentant de Radio-Libertaire) qu'on peut retrouver sur leur chaîne YouTube. La librairie associative Transit, 45, bd de la Libération, Marseille 1er, a lancé une souscription pour assurer sa survie car la vente de livres ne suffit pas encore à son autofinancement. Elle « organise régulièrement des rencontres et des débats en essayant de couvrir tous les champs de la pensée critique (économie politique, féminisme, travail et syndicalisme, solidarité internationale, écologie, histoire du mouvement ouvrier, antifascisme…) ». Le film documentaire Aube dorée, une affaire personnelle (2015, 90 min, site officiel), d'Angélique Kourounis, qui dénonce les exactions et crimes du parti néo-nazi grec, peut être visionné et téléchargé sur la plate-forme Viméo. Cette petite organisation semi-clandestine de quelques centaines de membres avant la crise de la dette en 2009 est devenue le troisième parti du pays et, lors des élections législatives de septembre 2015, a décroché dix-huit sièges au Parlement. Très active sur le terrain, elle apporte à son électorat cible un soutien social, tout en multipliant les agressions physiques contre les immigrés, les militants de gauche et d'extrême gauche, avec la passivité, sinon la complicité de la police. Parades paramilitaires et retraites aux flambeaux de type Nuremberg ponctuent ses apparitions publiques. Si vous regrettez les années 1970 ou si vous auriez aimé vivre à cette époque, plongez-vous dans Vive la crise ! (92 min, mai 2017, bande-annonce), un film truculent, quelque peu ringard, en coquetterie avec le politiquement correct, de Jean-François Davy, le chantre de l’âge d’or du « X ». On y retrouve Jean-Claude Dreyfus, Jean-Marie Bigard, Michel Aumont, Rufus et Emmanuelle Boidron, entre autres. Mai 2025, Marine Le Pen, présidente de la République, démissionne. Autour d'Etienne, cadre licencié, et de Montaigne, agrégé de philo, vont se regrouper quelques marginaux sympathiques. Ils déclencheront un joyeux foutoir et retrouveront le plaisir du bien-vivre ensemble. Culturebox a apprécié, Le Monde a détesté ces « sexagénaires en goguette ». A vous de voir ! Pierre Kropotkine (1842-1921, biographie) au secours de l'informatique et des programmeurs. Non, ce n'est pas une blague mais le très sérieux sujet de l'intervention intitulée « L’agilité, un anarchisme incompatible avec l’entreprise ? » (texte original), lors de la conférence MiXit tenue à Lyon les 20 et 21 avril. Maury Fabien, se revendiquant anarchiste, et Olivier My (non anarchiste), auteurs de cette session, ont mis en parallèle la notion d'agilité (« s’adapter à un environnement changeant et surtout rectifier le tir pendant qu’il en est encore temps ») en informatique avec la doctrine anarchiste. « L’agilité prône les équipes auto-organisées et le pragmatisme. Elle propose de s’adapter plutôt que de suivre dogmatiquement des process. Mais au final, qu’est-ce qu’un process sinon une loi dans l’entreprise ? Les agilistes n’auraient-ils pas quelques valeurs anarchistes ? » On peut aussi lire le récit de My sur les prémices de cette réflexion (« Agilité, anarchie et un peu plus à MiXiT 2017 »).

Retour
en haut

 fleche haut
 fleche bas