Présentation

 

Archives

DERNIÈRE MISE À JOUR : 27 FÉVRIER

Anarlivres sur Calaméo, c'est plus de 450 brochures anarchistes anciennes en libre consultation…

Recharger la page


 

Flux RSS

 

 

X - Twitter

 

Mastodon


 

PARUTIONS

AGUILAR Gil Yásnaya Elena
Nous sans l'Etat (rééd. poche), gravures de Yoshie Domínguez, trad. de l'espagnol par Amandine Semat, préf. de Jules Falquet, Editions Ici-bas, Toulouse (31), 160 p., 13 euros (janvier) infos

ANDRAS Joseph, HARCHI Kaoutar
Littérature et révolution, Editions Divergences, Paris, 240 p., 16 euros (janvier) infos

BAILLARGEON Normand
L'Anarchisme, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, Paris, 128 p., 10 euros (janvier) infos

BAYNAC Jacques
(avec Alexandre Skirda et Charles Urjewicz)

La Terreur sous Lénine (rééd. revue et augm. par Charles Jacquier), L'Echappée, coll. Poche, Paris, 384 p., 13 euros (janvier) infos

BERNARD Emilien
Forteresse Europe [« Enquête sur l'envers de nos frontières »], Lux, Hors collection, Montréal (Québec, Canada), 304 p., 20 euros (février) infos

BOULOUQUE Sylvain
Meurtres à la Grange-aux-Belles [« Quand les communistes flinguaient les anarchistes »], Les Editions du Cerf, Paris, 272 p., 21 euros (janvier) infos

CHOMSKY Noam, PRASHAD Vijay
Le Retrait [« La fragilité de la puissance des Etats-Unis : Irak, Libye, Afghanistan »], Lux, coll. Futur proche, trad. de l'anglais par Pascal Marmonnier, Montréal (Québec, Canada), 168 p., 18 euros (février) infos

CIANCABILLA Giuseppe
A coups de lime [« A l'aube de l'anarchisme anti-organisationnel, individualiste, autonome »], Anar chronique, s.l., 586 p., 15 euros (janvier) [pour commander : anarchronique(at)riseup.net]

COLLECTIF
Mélinée et Missak Manouchian, une histoire française [« La mémoire du groupe des 23 »], sous la dir. de Sylvain Boulouque et Dominique Moncond'huy, Atlande, Neuilly-sur-Seine, 192 p., 19 euros (février) infos

DERVAL André
Michel Ragon, singulier et pluriel, Albin Michel, Paris, 384 p., 23,90 euros (février) infos

DRÀGÀN Mačko
Abrégé de littérature-molotov, postf. de Ludivine Bantigny, Editions Terre de feu, s.l., 240 p., 17 euros (janvier) infos

FABRE Mélanie
Hussardes noires : des enseignantes à l'avant-garde des luttes [« De l'affaire Dreyfus à la Grande Guerre »], Agone, coll. Mémoires sociales, Marseille, 432 p., 23 euros (février) infos

FABBRI Luce
Leçons sur la définition et l'histoire du fascisme, trad. de Miguel Chueca, Noir et rouge, Paris, 106 p., 12 euros (janvier) infos

GEERTS Nadia
Woke. La tyrannie victimaire, préf. de Pierre-André Taguieff, Editions F deville, Bruxelles (Belgique), 210 p., 20 euros (janvier) infos

GODARD Philippe
Le Pouvoir selon Google, suivi du « Guide pratique pour boycotter Google », Les Editions du Monde libertaire, coll. Ici & maintenant, Paris, 170 p., 10 euros (février) infos

GOLDMAN Emma
Lettres à l'amant [« Et autres textes sur la difficulté d'aimer, de faire l'amour, et d'être libre »], préf. et trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Léa Gauthier, Payot, Paris, 176 p., 9,50 euros (janvier) infos

GOLO
Istrati [« A l'amitié »] (roman graphique), Actes Sud, Arles, 480 p., 38 euros (janvier) infos

GORNICK Vivian
Emma Goldman [« La révolution comme mode de vie »], trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Laetitia Devaux, Payot, coll. Essais, Paris, 224 p., 20 euros (janvier) infos

GUIMARD Paul
Rue du Havre (roman, rééd.), préf. de Blandine de Caunes, suivi d'un entretien avec Albert Vidalie, L'Echappée, coll. Paris perdu, Paris, 160 p., 15 euros (janvier) infos

LINDGAARD Jade
Paris, 2024 [« Une ville face à la violence olympique »], Editions Divergences, Paris, 200 p., 15 euros (janvier) infos

MALATESTA Errico
Conversations sur l'anarchie (rééd.), Nada, s.l., 256 p., 12 euros (janvier) infos

MARTÍNEZ CATALÁN Roberto J.
Destination Saragosse [« Chronique de la Colonne Durruti »], Le Coquelicot, Toulouse, 190 p., 18 euros (janvier) infos

MAUDUIT Laurent, SIEFFERT Denis
Trotskisme, histoires secrètes [« De Lambert à Mélenchon »], Les Petits Matins, coll. Essais, Paris, 464 p., 25 euros (janvier) infos

MAUDUIT Laurent
Vous ne me trouverez pas sur Amazon !, Editions Divergences, Paris, 150 p., 13 euros (février) infos

MAURIZI Stefania
L'affaire WikiLeaks [« Médias indépendants, censure et crime d'Etat »], trad. de l'anglais par Laure Mistral, préf. de Serge Halimi, avant-propos de Ken Loach, Agone, coll. Contre-feux, Marseille, 460 p., 25 euros (janvier) infos

MORRIS William
Nouvelles de nulle part (roman), trad. de Philippe Mortimer, postf. de William Blanc, Libertalia, coll. La Petite littéraire, Montreuil, 504 p., 10 euros (janvier) infos

NEVEUX Olivier
Armand Gatti, théâtre-utopie, Libertalia, coll. La Petite littéraire, Montreuil, 268 p, 10 euros (février) infos

NICOLAS - LE STRAT Pascal
Faire recherche en commun [« Chroniques d'une pratique éprouvée »], Editions du Commun, Rennes, 171 p., 16 euros (janvier) infos

ORWELL George
La Ferme des animaux (rééd. poche), trad. de Philippe Mortimer, Libertalia, coll. La Petite littéraire, Montreuil, 192 p., 5 euros (janvier) infos

LES PIGNONS NOIRS
P4 [histoires de réformés], préf. de Jean-Luc Porquet, illust. de Cabu, Editions de La Pigne, Saint-Dié, 128 p., 9 euros (janvier) infos

RÉGNAULD Irénée, SAINT-MARTIN Arnaud
Une histoire de la conquête spatiale [« Des fusées nazies aux astrocapitalistes du New Space »], La Fabrique, Paris, 282 p., 20 euros (février) infos

RICEPUTI Fabrice
Le Pen et la torture [« Alger, 1957. L'histoire contre l'oubli »], Le Passager clandestin, Lorient, 144 p., 17 euros (janvier) infos

SNUG David
En marche ou grève (BD), postf. de François Bégaudeau, Nada, s.l., 160 p., 20 euros (février) infos

THOREAU Henry D.
Marcher (rééd.), trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Nicole Mallet, préf. de Michel Granger, Le Mot et le reste, coll. Littératures, Marseille, 128 p., 12 euros (janvier) infos

VIGREUX Jean, MANESSIS Dimitri
Avec tous tes frères étrangers [« De la MOE aux FTP-MOI »], Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 160 p., 10 euros (février) infos

ZAPICO Alfonso
Le Chant des Asturies (BD, 3e tome), trad. de l'espagnol par Charlotte Le Guen, Futuropolis, Paris, 240 p., 26 euros (février) infos


Livraison tardive

CHAMBAT Grégory
Quand l'extrême droite rêve de faire école [« Une bataille culturelle et sociale »], Editions du Croquant, Vulaines-sur-Seine, 128 p., 10 euros (novembre) infos

DELL'UMBRIA Alèssi
« Du fric ou on vous tue ! », Editions des Mondes à faire, Vaulx-en-Velin (69), 176 p., 16 euros (novembre) infos

DORIGNY Marcel, RUSCIO Alain
Paris colonial et anticolonial [« Promenades dans la capitale. Une histoire de l'esclavage et de la colonisation »], Maisonneuve & Larose - Hémisphères, Paris, 318 p., 24 euros (décembre) infos

JOURDAIN Edouard
Proudhon, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, Paris, 128 p., 10 euros (septembre) infos

LAVILLIERS Bernard
Ecrire sur place, Editions des Equateurs, coll. Beaux Livres, Paris, 128 p., 20 euros (novembre) infos

RAGON Michel
Nous sommes 17 sous une lune très petite (rééd.), Editions Prolit's, s.l., 288 p., 12 euros (décembre) infos

RÉSEAU MAKHNO
La Pieuvre nucléaire, Editions du Monde libertaire, coll. Ici & maintenant, Paris, 185 p., 5 euros (décembre) infos

 

EN TÉLÉCHARGEMENT

ARMAND E.
Amour libre et liberté sexuelle, éd. de l'En dehors, Orléans, s.d. (ca 1920), 20 p., à télécharger

BOYKOFF Jules
Les Jeux olympiques, le capitalisme de fête et la réponse des activistes, trad. d'une conférence donnée en 2019 par le collectif Saccage 2024, Infokiosque fantôme (partout), 2024, 20 p., à télécharger

BRIGADES ÉDITORIALES DE SOLIDARITÉ
Soutien à l'Ukraine résistante (vol. 26), Syllepse, Paris, 100 p., à télécharger
Soutien à l'Ukraine résistante
(vol. 27), Syllepse, Paris, 136 p., à télécharger

FAUCIER Nicolas
Pacifisme et antimilitarisme dans l'entre-deux-guerres (1919-1939), Spartacus, Paris, 1983, 206 p., à télécharger

GIRAULT Ernest
Un problème poignant [« L'aliénation mentale et les séquestrations arbitraires »], s. éd., Imp. Allemane, Petite Bibliothèque des universités populaires, Paris, s.d., II-39 p., à télécharger

GROUPE JULES-DURAND
Pistes et points de vue pour une organisation anarchiste de la société, « Le Libertaire » hors série, Le Havre, février 2024, 6 p., à télécharger

SERGE Victor
Mémoires d'un révolutionnaire, 1905-1945, édit. préparée par Jean Rière, Lux, coll. Pollux, Montréal (Canada), 2017, 372 p., à télécharger

YSENGRIN
Promenons nous dans les bois… [sur le loup et les hommes, article extrait du n° 5 de la revue Nunatak], Infokiosque fantôme (partout), 2024, 16 p., à télécharger

 

REVUES

Derniers numéros parus

Alternative libertaire, « mensuel de l'Union communiste libertaire (UCL) » : n° 346, février, 20 p., 4 euros, sommaire - site Internet - archives

Anarchosyndicalisme !, « journal de la CNT-AIT de Toulouse » : n° 184, nov.-déc., 20 p., 2 euros, site Internet - à télécharger

L'Anjou libertaire, « bulletin mensuel du groupe du Maine-et-Loire de l'Union communiste libertaire » : n° 21, automne-hiver, 4 p., site Internet - à télécharger

Brasero, « revue de contre-histoire » : n° 3, novembre (parution annuelle), 192 p., 22 euros, infos

Casse-Rôles, « journal féministe et libertaire » : n° 27 (dossier : « Femmes et ruralité »), fév.-avril, 52 p., prix libre, site Internet

Contrelittérature, « revue culturelle transdisciplinaire » : n° 6 (« Anarchie souveraine »), septembre, 200 p., 15 euros, site Internet - sommaire

Chroniques noir et rouge, « revue trimestrielle de critique bibliographique du mouvement libertaire » : n° 15, décembre, 66 p., 5 euros (abt. : 20 euros pour 4 numéros), site Internet - sommaire

Combat syndicaliste, « mensuel de la Confédération nationale du travail » : n° 485, décembre, 24 p., 2 euros, site Internet - abonnement

Courant alternatif, « mensuel anarchiste-communiste » de l'Organisation communiste libertaire (OCL) : n° 337, février, 36 p., 5 euros, sommaire - site Internet - archives

CQFD, « mensuel de critique et d'expérimentation sociales » : n° 227, février, 24 p., 4 euros, sommaire - abonnement

Fragments, « revue de littérature prolétarienne », n° 8, janvier, 140 p., 9,5 euros (+ 3 euros de frais de port), site Internet

Infos & analyses libertaires, « journal de l'Organisation anarchiste (OA) » : n° 124, automne, 36 p., site Internet - à télécharger

Le Libertaire, « revue de synthèse anarchiste », n° 152, janv.-févr., 20 p., site Internet - à télécharger

Médiacritiques, « revue trimestrielle d'Acrimed » : n° 49, janv-mars, 48 p., 4 euros, présentation

Le Monde libertaire, « le mensuel sans Dieu ni maître de la Fédération anarchiste » : n° 1858, février, 56 p., 4 euros, sommaire - site Internet - archives

La Mouette enragée, « journal édité par le groupe communiste-anarchiste de Boulogne-sur-Mer » : n° 39, second semestre, 32 p., 2 euros, présentation

Le Ravachol, « le mensuel qui fait pas dans la dentelle » : n° 84, février, 20 p., 1 euro, Facebook

Réfractions, « recherches et expressions anarchistes » : n° 51 (« Punk ! »), automne, 204 p., 15 euros, site Internet - archives

Résistons ensemble, « contre les violences policières et sécuritaires » : n° 215, 1er février, 4 p., site Internet - à télécharger

Soleil noir, « bulletin apériodique anarchiste » : n° 7, février, 48 p., à prix libre, à télécharger

Takakia, « rugissements contre la société techno-industrielle » : n° 1, hiver 2023-2024, 74 p., prix libre, site Internet

 

AUDIO

Historien et dessinateur, Guillaume Doizy, auteur de plusieurs ouvrages sur la caricature, le dessin de presse et l'image (bibliographie), a fondé le site Caricaturesetcaricature.com en 2006 pour traiter l'actualité de cet art de la « charge » et de l'« outrance d'une vérité » (exposition, étude, portrait de dessinateurs…). Il propose aussi des expos itinérantes à louer ou à imprimer que l'on peut visionner. Citons, entre autres, « 1789-1905, la séparation des Eglises et de l'Etat », « 1871, la Commune », « Louise Michel, femme révoltée », « Les femmes dans la Grande Guerre », « La Chanson de Craonne, la Grande Guerre autrement », « La paix et ses symboles », « Gays et lesbiennes à la Belle Epoque ». Plus récemment, il a mis en ligne des podcasts de quelques minutes pour faire connaître des thèmes du dessin de presse.
Présentation.
Et une sélection « bouffe curés » :
« 4. Le dessin de presse et l'Eglise catholique »
« 5. De la caricature anticléricale à la farce biblique »

 

VIDÉO

Ecoutez Eugène Bizeau. En 1981, à 98 ans, dialoguant avec l'historien de la chanson révolutionnaire Robert Brécy, Eugène Bizeau (1883-1989), poète vigneron et anarchiste, se raconte devant la caméra de Bernard Baissat (blog BonnesBobines). Dans sa maison à Veretz (Indre-et-Loire), il se souvient de sa vie, du travail de la terre, des chansons sociales de l'époque, de sa rencontre avec les idées libertaires. Il évoque Sébastien Faure, Libertad (lire « Ceux d'hier »), le chansonnier Charles d'Avray, Pierre Chardon, ses amis poètes de la Muse rouge… Se remémorant aussi ses combats pacifistes, pour la libération de Sacco et Vanzetti (texte), les luttes antimilitaristes et anticléricales. Avec ses poèmes de combat et d'amour (bibliographie), il a participé à de nombreux journaux (l'anarchie, Le Libertaire, L'Idée libre, Le Réveil, Le Réfractaire…). Rosalie Dubois, Boris Napes et André Guéganou interprètent plusieurs chansons.

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Paris, 27 février. Anatole Lucet présentera son livre Communauté et révolution chez Gustav Landauer (Editions Klincksieck) à partir de 20 heures à la librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Infos.

Angers (49), 28 février. Rencontre avec Mačko Dràgàn autour de son ouvrage Abrégé de littérature-molotov (Terres de Feu), à 19 heures, à la librairie Les Nuits bleues, 21, rue Maillé. Infos.

Montreuil (93), 28 février. Un atelier d'artivisme (à vocation antipub), a lieu chaque mercredi à partir de 18 heures à l'AERI, 57, rue Etienne-Marcel (M° Croix-de-Chavaux). Infos.

Montreuil (93), 28 février. A 19 h 30, la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux), reçoit Ernest London, auteur de C'est juste ? (Libertalia). Site Internet.

Montreuil (93), 29 février. Rencontre avec Alice Raybaud, autrice de Nos puissantes amitiés (La Découverte), à 19 h 30, à la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux). Site Internet.

Alès (30), 1er mars. Projection-débat de Nous n'avons pas peur des ruines (2024, 80 min), film de Yannis Youlountas, à 20 h 30, au Ciné Planet, place des Martyrs, en présence du réalisateur (tarif : 8 euros). Infos.

Besançon (25), 1er mars. Réunion publique et débat avec Frédéric Bories qui présentera Georges Brassens, militant anarchiste (Le Mot et le reste) dont il est l'auteur et Brassens anarchiste (Editions Atlande) auquel il a participé. A 20 h 30, à la librairie L'Autodidacte, 5, rue Marulaz. Infos.

Lille (59), 1er mars. Cantine végane à prix libre les 1er et 3e vendredis de chaque mois, à 12 h 30 (repas sans alcool), au Centre culturel libertaire (CCL), 4, rue de Colmar (M° Porte-des-Postes). Besoin d'aide à partir de 10 heures. Infos.

Malakoff (92), 1er mars. Présentation du livre Postiers sans papiers, récit d'une grève (Syllepse), avec Christian Schweyer, animateur du Collectif des travailleurs sans papiers de Vitry, à propos du piquet Chronopost de juin 2019 à janvier 2020. A 19 h 30, à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot. Infos.

Marseille (13), 1er mars. Le groupe Oaï (Fédération anarchiste) organise, à 19 heures, une causerie sur la guerre en Ukraine avec des membres du Réseau Makhno (FA) à la Dar, 127, rue d'Aubagne, Marseille 6e. Facebook.

Paris, 1er mars. Séminaire de recherche militante et libertaire Etape (site Grand Angle), de 19 à 22 heures : « Sociologie politique de l'intelligence artificielle. Peut-on parler d'un confusionnisme des Big Tech ? », intervention de Bilel Benbouzid. Adresse : 138, rue Amelot (rez-de-chaussée, en face de la librairie Publico), Paris 11e. Si besoin, demander code à Guy Lagrange (06-75-69-18-20).

Ixelles (Belgique), 2 mars. « Un foyer anarchiste à la Maison de la paix », présentations et échanges : à 14 heures, « Un aperçu des théories et pratiques de l'anarchisme » par Annick Stevens ; goûter, amener vos gâteaux ; 18 heures, « Anarchisme et non-violence » par Xavier Bekaert. Infos.

Paris, 2 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e, vous invite à assister à 16 heures au concert de Daphné Dauvillier qui présentera son premier album Debout (CD et recueil de dix nouvelles) mettant à l'honneur des femmes de 1914 à nos jours. Entrée et participation libres. Infos et vidéos.

 

FOIRES AUX LIVRES, EXPOSITIONS,
COLLOQUES, RENCONTRES

« La société contre l'Etat ». Ce thème cher aux anarchistes sera le sujet de réflexion des Rencontres de Sophie, organisées par l'association Philosophia, du 15 au 17 mars, à partir de 14 h 30, à l'Ecole nationale supérieure d'architecture (ENSA) de Nantes. Au programme, des conférences, des débats et un abécédaire. Nous avons été particulièrement alléchés par une intervention de Jean-Christophe Angault (spécialiste de Bakounine) sur « Etat, violence et légitimité », un débat avec Fabien Jobard et Agnès Naudin (une policière en délicatesse avec l'institution), un cours d'Edouard Jourdain sur « Etat et anarchisme », un autre débat sur « Une société sans Etat, ça marche ? », une conférence d'Elsa Dorlin sur « La plèbe en nous. Légitime défense et auto-défense » et un entretien avec la secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet, pour « Entre la société et l'Etat, les syndicats »… Entrée libre. ENSA, 6, quai François-Mitterrand, Nantes.

« De la Vendée à l'écriture ». A l'occasion du centenaire de la naissance de Michel Ragon (1924-2020), le département de Vendée propose jusqu'au 5 avril une exposition (lire plaquette) qui lui est consacré à l'hôtel du département, 40, rue du Maréchal-Foch, à La Roche-sur-Yon. Si l'aspect vendéen du romancier (site Internet) dont l'enfance s'est déroulée à Fontenay-le-Comte est privilégié, ses autres facettes ne semblent pas avoir été oubliées : l'écrivain prolétarien, le libertaire (lire « Adieu compagnon »), le critique d'art et le spécialiste de l'architecture. L'exposition qui présente plus de deux cents objets appartenant à son univers deviendra ensuite itinérante et s'établira dans plusieurs bibliothèques du département. Par ailleurs, plusieurs conférences à propos de Michel Ragon sont prévues. Clin d'œil, l'illustration accompagnant l'annonce de l'expo dans le quotidien régional représente l'auteur de La Mémoire des vaincus (Albin Michel) devant la librairie du Monde libertaire.

Les Bérus à la BNF. Suite à des dons d'archives effectués par le chanteur Fanfan (François Guillemot) et le saxophoniste Masto (Thomas Heuer) en 2021, la vénérable institution organise jusqu'au 28 avril une exposition sur les Berruriers noirs et, plus largement, sur la naissance de la scène rock alternatif en France. Ce groupe punk des années 1980 marqua par son engagement pour nombre de causes sociales et contre le racisme, les violences policières, le Front national. Refusant l'industrie musicale, il s'autoproduit. Souvenons-nous de « La jeunesse emmerde le Front national ! » ; ils hurlaient alors « Plus jamais 20 % ». Aujourd'hui, le Rassemblement national vise les 30 % ; la jeunesse emmerde-t-elle encore le Rassemblement national ? Une autre époque ! Entrée libre. Du mardi au samedi, de 10 à 19 heures, et le dimanche, de 13 à 19 heures. Bibliothèque François-Mitterrand, galerie des donateurs, quai François-Mauriac, Paris 13e.

Nous n'avons pas peur des ruines… Depuis début janvier, le nouveau film de Yannis Youlountas tourné en Grèce de 2019 à 2023, Nous n'avons pas peur des ruines… nous portons un monde nouveau dans nos cœurs (2024, 80 min, bande-annonce), est en tournée en France, Suisse et Belgique jusqu'en avril. L'arrivée du président du parti conservateur Nouvelle Démocratie (ND) Kyriákos Mitsotákis au poste de premier ministre s'est accompagné de la promesse « d'en finir avec Exarcheia, un quartier rebelle et solidaire d'Athènes. Mais la résistance s'organise et des renforts arrivent d'autres villes d'Europe. (…) Au fil des années, d'autres luttes s'étendent du nord au sud de la Grèce pour défendre la terre, la mer et la vie : en Crète, en Thessalie, en Epire… Même sur l'île de Paros dans les Cyclades, la population manifeste sur les plages devenues payantes et réussit à ce qu'elles redeviennent un bien commun, pour le bonheur de tous. Quand tout semble s'effondrer, à Athènes comme ailleurs, une même réponse se fait entendre : "Nous n'avons pas peur des ruines, nous portons un monde nouveau dans nos cœurs." » Comme les années précédentes, un convoi solidaire va partir vers les lieux autogérés en Grèce, en soutien aux luttes et aux collectifs qui aident les précaires grecs et exilés. A l'occasion de la tournée du film, un ou plusieurs fourgons du convoi seront présents à chaque projection-débat. Renseignements pratiques, infos sur le film, agenda des projections-débats en présence du réalisateur et, parfois, d'autres invités sont à retouver sur le site Internet.

Dangers des stéréotypes. Fake news, images truquées, théories du complot… ces termes reviennent régulièrement dans l'actualité mais, s'ils sont récents, les réalités qu'il recouvrent sont plus anciennes. Les réseaux sociaux ont seulement accéléré le processus, impulsant l'immédiateté et dopant la vitesse de circulation. L'évolution des techniques facilitant pour sa part la tâche. Le Mundaneum de Mons (Belgique) organise une exposition « #Fakeimages. Démasquez les dangers des stéréotypes » (site Internet) qui a ouvert ses portes le 27 janvier et se tiendra presque toute l'année 2024 (clôture le 8 décembre). La propagande antisémite a plusieurs siècles d'existence et a provoqué lors de la seconde guerre mondiale la mort de cinq à six millions de Juifs. Obsédé par l'idée de comprendre les raisons de cette haine, un survivant a rassemblé plus de 8 000 documents antisémites. S'appuyant sur cette collection, l'exposition « entend relier passé et présent. Son objectif est de décoder et expliquer les mécanismes de propagande et des fausses images incitant les visiteurs à remettre en question les stéréotypes encore présents aujourd'hui », afin de « déconstruire ces fausses représentations et à apprendre à réagir face aux fake news et aux discours de haine ». Car il ne s'agit pas uniquement d'antisémitisme mais de racisme au sens large : l'objet de la haine peut être le Noir, l'Arabe, l'Asiatique, le Gitan, la femme, le vieux, le pauvre…

 

DIVERS

Archives du Monde libertaire. Tous les numéros du Monde libertaire (site Internet) depuis sa création en 1954 peuvent être maintenant consultés sur un site dédié. Du premier au dernier en date, soit plus de 2 000 numéros et cela durant soixante-dix ans (mensuel et hebdo). Claude Delattre, animateur entre autres de Placard-Affiche, a été le maître d'œuvre de cet effort collectif qui a réuni les secrétariats concernés de la Fédération anarchiste, des centres de recherches (CIRA Lausanne, Anarchief de Gand, collectif Archives autonomies…) et des militants. On peut (ou on pourra) effectuer des recherches par année, thème, nom d'autrice ou d'auteur (6 652 à ce jour), consulter les sommaires, lire (et télécharger) les exemplaires numérisés. Et comme le dit Claude, dans son article (ML n° 1858 de février 2024), « le pari initial – pouvoir retrouver facilement tous les articles d'un sujet particulier dans l'intégralité du Monde libertaire – n'a que partiellement abouti, mais tous les outils sont là pour persévérer ».

La mort de Lénine vue par Emma Goldman. Le 21 janvier 1924, Lénine mourait. Le centenaire de sa disparition a été assez peu commémoré – à l'exception de quelques jeunes lfistes écervelés –, que ce soit en Russie ou en Europe. Le peuple russe avait mis à bas la tyrannie tsariste pour tomber sous celle de Lénine qui fit le lit d'un autre tsar, Staline. L'anarchiste Emma Goldman (lire « Itinéraire » n° 8), expulsée des Etats-Unis en 1919 et ayant séjourné près de deux ans en Russie, s'en était enfui pour échapper à la répression qui touchait les anarchistes. Pas étonnant qu'elle écrive pour « Le Libertaire » du 7 mars 1924 un article sur la mort de Lénine. A notre façon, nous commémorons la disparition de ce personnage qui a marqué l'aube du XXe siècle. Toute ressemblance avec un autre tsar actuel serait purement fortuite.

En lisant les éloges sur Lénine de la part de ses ennemis les plus acharnés, je me rappelle l'admonestation d'Angelica Balabanova à Clara Sheridan (1), qui avait sculpté les bustes de Lénine, de Trotsky et de plusieurs autres chefs bolchevistes. Balabanova lui avait dit, à cette occasion : « Auriez-vous pensé à sculpter Lénine trois ans plus tôt, quand le gouvernement anglais le dénonçait comme mouchard allemand ? Ce n'est pas Lénine qui a fait la révolution. Le peuple russe l'a faite. Pourquoi ne sculptez-vous pas les ouvriers et ouvrières russes – ce sont eux qui sont les vrais héros de la Révolution. Pourquoi cet intérêt soudain pour Lénine ? »

Je dirais, avec Balabanova, à tous ceux qui aujourd'hui font des éloges excessifs de Lénine (parmi ceux-ci on trouve même des menchévistes et des socialistes révolutionnaires : Pourquoi cette sympathie soudaine ? Pourquoi ces transports d'hommages à un homme qui, hier encore, était drapé d'anathème ? Est-ce à cause de l'usage antique de ne dire que du bien des morts ? Est-ce parce que le courage manque pour aller contre le courant du culte des héros ? Ou bien, est-ce hypocrisie pure et simple ? Ces écrivains savent aussi bien que Balabanova que ce n'est pas Lénine qui a fait la révolution. Plus que cela, ils savent que c'est lui qui a défait la révolution. Pas à pas, à commencer par le répit historique – la paix de Brest-Litovsk (2) – jusqu'en mars 1921 quand il imposa sa nouvelle politique économique (3) à son troupeau, Lénine s'est trouvé assidu à la tâche qu'il s'est choisie – celle de défaire la révolution, de l'émasculer, de la déloger de son but, de détruire son essence, ne gardant que les vêtements extérieurs de la révolution que l'on déploie dans les représentations de gala de la Troisième Internationale. (Suite)

En vrac sur le Web. Le site Fragments d'histoire de la gauche radicale du collectif Archives autonomies continue de s'enrichir et de réorganiser certaines rubriques. Et tout d'abord celle concernant la révolution et contre-révolution en Espagne (1936-1939). On y trouve, entre autres, en fichiers PDF, les collections de L'Espagne antifasciste, L'Espagne nouvelle, Terre Libre, Bulletin d'information CNT-AIT-FAI, L'Espagne antifasciste (Bordeaux), Solidarité internationale antifasciste (SIA)… Plus Guerra di classe (en italien) et El Amigo del Pueblo (en espagnol). De même la rubrique des luttes anticarcérales a été complétée et refondue. On peut y consulter et télécharger, par exemple, CAP (1972-1980, série complète), Lettre de cavales, bulletins de l'Association des parents et amis de détenus, revue Otages, Commission Prison-Répression, etc. Par ailleurs, les titres épuisés des Cahiers mensuels Spartacus qui ne doivent pas être réédités par Syllepse, qui a recueilli et diffuse le fonds, sont régulièrement mis en ligne. Si le site est particulièrement riche en publications anarchistes et communistes libertaires, vous pourrez également y trouver de la littérature maoïste, autonome, situationniste, syndicaliste révolutionnaire, des gauches communistes et sur de nombreux axes de lutte (féminisme, antimilitarisme, santé-psychiatrie, antinucléaire, contre le travail, chômeurs-précaires…). Une véritable mine d'or à exploiter sans vergogne ! Avez-vous entendu les paroles qui accompagnent une publicité pour un système de télésurveillance ? « Voilà tout est prêt, suffit d'appuyer et aux voleurs on dit Ciao, on dit Ciao, Ciao, Ciao ! / XXX XXX répond aussitôt en moins de 20 secondes chrono ! / Vous êtes mal tombé, on est protégé et aux voleurs on dit Ciao, on dit Ciao, Ciao, Ciao / XXX XXX agit aussitôt en moins de 20 secondes chrono ! » Pour les plus de 50 ans, elles rappelleront sans doute un chant, celui des partisans italiens pendant la seconde guerre mondiale. Certains le trouveront quelque peu nationaliste, tandis que d'autres salueront un hymne antifasciste (écoute - paroles). Mais, à l'origine, il s'agissait du cri de révolte des mondines (émondeuses) qui, au début du XXe siècle, désherbaient – douze heures durant – les rizières de la plaine du Pô et repiquaient le riz. Elles dénonçaient ainsi leurs conditions de travail effroyables : « Dos courbés, mains coupées par le riz en herbe, mordues par les moustiques, tannées de soleil, de l'eau et de la boue jusqu'aux genoux, penchées en avant devant le contremaître et son bâton… » Un site, Chants de lutte, nous dit tout sur les mondines et leurs chants. Ils nous prennent nos chansons de lutte pour vendre de la télésurveillance… alors qui sont les voleurs ? Un nouveau blog, Oubliettes modernes. Les libertaires contre le pouvoir psychiatrique aux XIXe et XXe siècles, présente des textes « antipsychiatrique (au sens large) (…) publiée dans la presse anarchiste à la "Belle Epoque" ». Bien que marqués par les sentiments et connaissances du temps, ces écrits dénoncent les conditions d'enfermement et la brutalité des gardiens contre les personnes internées, témoignant ainsi de la violence de l'institution asilaire. Les créateurs du site poursuivent leur recherche et envisagent de déborder du cadre strict de l'époque. Nathalie Heinich, universitaire et sociologue de son état, a eu le courage – car les adeptes de cette mode sont particulièrement sectaires et rancuniers – de dénoncer le wokisme et ses méfaits avec « L'entrisme sémantique du wokisme », texte recueilli par nos camarades d'Autre Futur. Dans celui-ci, elle analyse avec un style accessible à tous, reprenant les mots de Samuel Fitoussi, « la confusion sémantique – celle que dénonçait Orwell en 1946 – [qui] permet à des idées régressives, empaquetées dans des mots positivement connotés, de se déguiser en combats apolitiques et universels, de gagner du terrain grâce aux idiots utiles bien intentionnés. Et au wokisme de s'institutionnaliser, jusqu'à se confondre avec la neutralité ». Ainsi faut-il se méfier des mots « diversité », « inclusif », « équité », « antiracisme », « décolonialisme », « violences sexistes et sexuelles », « féminisme », « droits LGBT », « cisgenre », « transphobe »… qui sont vidés de leur sens premier pour discriminer ceux qui ne partagent pas les analyses visant à « communautariser » les oppressions. Si la lutte contre l'exploitation économique a eu trop souvent le tort de négliger des oppressions particulières, le balancement inverse conduit à négliger ce qui unit toutes ces révoltes et à un individualisme stérile. Dans le domaine de la lutte anti-industrielle, on a pu voir un courageux anonyme jeté le bébé avec l'eau du bain. Prenant prétexte des tentatives de pénétration de membres de l'extrême droite dans ce milieu, il condamne le mouvement dans son ensemble (« Le naufrage réactionnaire du mouvement anti-industriel »). Heureusement, des contradicteurs sont intervenus pour contester ces méthodes, apporter un peu de nuance et prôner l'échange d'idées et d'arguments au lieu de l'anathème. Citons « "Naufrage réactionnaire" : la plaidoirie de la défense » ; « Réponse "Naufrage réactionnaire du mouvement anti indus" » ; « Qui a peur de la critique anti-industrielle ? » Avant de clore ce chapitre, signalons la parution récente des Leurres postmodernes contre la réalité sociale des femmes de Vanina aux éditions Acratie où l'autrice se livre à « une critique de la "théorie queer" et des analyses intersectionnelles, à la mode dans les courants militants d'extrême gauche et même libertaires » (pour en savoir plus). La condamnation du viol par certaines féministes semble être à géométrie variable. Lors de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, pendant la manifestation à Paris, un groupe de manifestantes venues dénoncer les actes commis envers des femmes juives par les séides du Hamas a été tenu à l'écart (lire tribune). Sans doute s'agissait-il d'une provocation sioniste pour contrecarrer le juste combat des Palestiniens… Quelle honte, comme si on ne pouvait pas dénoncer les massacres commis par l'armée, le terrorisme et les responsabilités de l'Etat d'Israël sans excuser le fanatisme, le racisme et le sadisme de combattants d'une organisation sectaire et rétrograde.

 

Retour
en haut


 fleche haut
 fleche bas