Archives

DERNIÈRE MISE Á JOUR : 24 MAI

Recharger la page


 

 


PARUTIONS

ACCARDO Alain
Pour une socioanalyse du journalisme [« Considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle »], Agone, coll. Cent mille signes, Marseille, 146 p., 9,50 euros (mars) infos

BOOKCHIN Murray
Notre environnement synthétique [« La naissance de l'écologie politique »], Atelier de création libertaire, Lyon, 280 p., 14 euros (avril) infos

BROCHER Victorine
Souvenirs d’une morte vivante [« Une femme du peuple dans la Commune de 1871 »], préf. de Lucien Descaves, postf. et appareil critique de Michèle Riot-Sarcey, Libertalia, coll. Poche, Paris, 348 p., 10 euros (mai) infos

CARRIER Aurélie
Le Grand Soir [« Voyage dans l’imaginaire révolutionnaire et libertaire de la Belle Epoque »], Libertalia, coll. Ceux d’en bas, Paris, 238 p. (+ cahier couleurs de 24 p.), 16 euros (mai) infos

CHEMINEAU Léonard, MATZ
Le Travailleur de la nuit (BD, à propos d’Alexandre Jacob), Rue de Sèvres, Paris, 128 p., 18 euros (avril) infos

CHOMSKY Noam
Les Dessous de la politique de l'Oncle Sam
(rééd.), trad. de l'anglais par J.-M. Flémal, Ecosociété, Montréal (Québec, Canada), 128 p., 12 euros (mars) infos

CITRON Suzanne
Le Mythe national [« L'histoire de France revisitée »] (rééd.), Les Editions de l’Atelier, Ivry-sur-Seine, 352 p., 15 euros (mars) infos

COLLECTIF
Aux origines de la décroissance. Cinquante penseurs,
dessins de Stéphane Torossian, cord. par Cédric Biagini, David Murray et Pierre Thiesset, coéd. L’Echappée - Le Pas de côté - Ecosociété, 320 p., 22 euros (mars) infos
Etats d'urgence
[« Photographie sociale et documentaire »], sous la dir. de Yann Levy, Libertalia, coll. Hors collection, Paris, 128 p., 16 euros (mai) infos
Fédéralisme politique, fédéralisme libertaire, anarchisme
[textes de Mario Albertini, Jean Bancal, Pierre Besnard, Guy Héraud, Roger Labrousse, Arthur Lehning, Gaston Leval, Alexandre Marc et Arnaud Marc-Lipiansky], Editions TOPS - H. Trinquier, Antony, 392 p., 23 euros (avril) infos
Misère de la politique
[« L’autonomie contre l’illusion électorale », contributions de Jérôme Baschet, Clément Homs, Léon de Mattis et Oreste Scalzone], Editions Divergences, coll. Pensées radicales, Paris, 165 p., 11 euros (avril) infos
Paniques identitaires
[« Identité(s) et idéologie(s) au prisme des sciences sociale »], sous la dir. de Laurence De Cock et Régis Meyran, Editions du Croquant, coll. Détox, 198 p., 12 euros (avril) infos
Le travail, et après ?, une proposition collective de Rodolphe Christin, Jean-Christophe Giuliani, Philippe Godard et Bernard Legros, Ecosociété, Montréal (Québec, Canada), 112 p., 14 euros (avril) infos

COLLECTIF DU 9 AOÛT
Quand ils ont fermé l’usine [« Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée »], Agone, coll. L’ordre des choses, Marseille, 288 p., 19 euros (avril) infos

COLSON Daniel
Proudhon et l’anarchie, Atelier de création libertaire, Lyon, 192 p., 14 euros (mars) infos

CHRISTIN Rodolphe
Le Désert des ambitions. Avec Albert Cossery, L’Echappée, Paris, 144 p., 14 euros (mars) infos

DUBOIS-CHABERT Jean-Louis
Délit de solidarité, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 175 p., 14 euros (avril) infos

GAUTIER Jean-Paul
Les Extrêmes droites en France. De 1945 à nos jours, Syllepse, coll. Mauvais Temps, 528 p., 25 euros (mars) infos

GIBLER John
Rendez-les-nous vivants ! [« Histoire orale des attaques contre les étudiants d'Ayotzinapa »], trad. de l’espagnol (Mexique) par Anna Touati, postf. du Collectif Paris-Ayotzinapa et du Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte, gravures de Yoel Jimenez, CMDE, coll. Les réveilleurs de la nuit, Toulouse, 208 p., 18 euros (avril) infos

GRAEBER David
Bureaucratie (rééd. en poche), trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Françoise et Paul Chemla, Actes Sud, coll. Babel, Arles, 304 p., 8,80 euros (avril) infos

IBÁÑEZ Tomás
Nouveaux Fragments épars pour un anarchisme sans dogmes, Rue des Cascades, Paris, 480 p., 18 euros (avril) infos

KHERRAZ Ahmed
Eloge des anarchismes [« De l'esprit libertaire (et solidaire) dans nos sociétés contemporaines »], Editions Bréal, Paris, 88 p., 7,90 euros (mars) infos

LEDUC Alain (Georges)
Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur, 1848-1917, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 230 p. (nombr. illustr. en noir et en couleur), 15 euros (avril) infos

LONDON Jack
Le Mexicain (rééd.), nouvelle traduction de Philippe Mortimer, postf. de Larry Portis, Libertalia, Paris, 80 p., 5 euros (avril) infos

MENZIES Malcolm
Makhno, une épopée (rééd.), L’Echappée, coll. Lampe-tempête, Paris, 256 p., 19 euros (mai) infos

MEUNIER Yves
La Bande noire [« Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885) »], L’Echappée, coll. Dans le feu de l’action, Paris, 192 p., 17 euros (avril) infos

MYRTILLE, GIMÉNOLOGUE
Et l’anarchisme devint espagnol, 1868-1910 [1er vol. des « Chemins du communisme libertaire en Espagne, 1868-1937 »], Editions Divergences, coll. Imaginaires subversifs, Paris, 197 p., 10 euros (mai) infos

REDIKER Marcus
Pirates de tous les pays [« L’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726) »] (rééd. en poche), illust. de Thierry Guitard, préf. de Julius Van Daal, trad. de Fred Alpi, Libertalia, Paris, 312 p., 10 euros (mars) infos

SCHIAPPA Jean-Marc
La France n’a pas de racines chrétiennes, coéd. Les Editions libertaires - La Libre Pensée, Saint-Georges-d’Oléron - Paris, 148 p., 14 euros (mars) infos

STERN Jean
Mirage gay à Tel-Aviv, Libertalia, coll. Hors collection, Paris, 168 p., 14 euros (mars) infos

VOLINE
La Révolution russe (rééd. en poche) [extrait de l’ouvrage collectif « La Véritable Révolution sociale »], suivie du texte « Le fascisme rouge », préf. de Charles Jacquier, Libertalia, Paris, 228 p., 10 euros (avril) infos

 

BROCHURES

Une sélection non exhaustive de textes anti-électoralistes, présentée par Paris-Luttes.info (avec quelques extraits alléchants), disponibles sur Infokiosques.net

GUILLAUME James
Karl Marx pangermaniste et l'Association internationale des travailleurs de 1864 à 1870 (rééd.), avec un avant-propos et quelques éléments biographiques, Anti.mythes, Brochure numérique gratuite, n° 6, s.l., 55 p. (mai) à télécharger

MERRHEIM Alphonse
Sur la question à l’ordre du jour : « Lois ouvrières en projet » (rééd.), Anti.mythes, Brochure numérique gratuite, n° 5, s.l., 9 p. (mai) à télécharger

SWIFT Jonathan
Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d'être à la charge…, Ravage éditions, Paris, 12 p. (mai) à télécharger

ZO D'AXA
Ellis Island. L'Amérique hospitalière vue de derrière, suivi d'« Une route » et de morceaux choisis d'« Ellis Island » de Georges Perec, Ravage éditions, Paris, 40 p. (avril) à télécharger

 

REVUES

Alternative libertaire (n° 272, mai, 20 p., 3 euros, sommaire). Pour l’organisation et le mensuel du même nom, « Le Pen ou Macron ? Risque fasciste ou capitalisme ultralibéral ? Entre ces deux maux, on peut toujours choisir le moindre (sic) » mais « la vraie alternative, c’est la lutte sociale » (à lire). A l’international : guérilla anarchiste au Kurdistan, « La dictature constitutionnalisée au forceps » en Turquie, « Une candidate indigène à la présidentielle » au Mexique, « Un mouvement se dresse contre Orbàn » en Hongrie… Egalement : le piège du « syndicalisme rassemblé » semble se refermer sur la CGT et l’évocation de la « contre-révolution triomphante » en Espagne, il y a quatre-vingts ans.

Anarchosyndicalisme ! (n° 154, mai-juin, 20 p., 2 euros, à télécharger), mensuel de la CNT-AIT de Toulouse), s’intéresse aux élections sur le plan de la foi électorale, diagnostiquant « sous la rationalité démocratique une illusion quasi-religieuse », et saluant les révélations sur les pratiques des élus (népotisme, détournements de fonds publics, enrichissement personnel…). Il est aussi question de blasphème et de sacrilège à la sauce islamique, d’athéisme et de laïcité, de « marche de la confusion » lancée par la « nébuleuse indigéniste », d’aide et de soutien aux réfugiés, et de réflexions sur la Guyane.

Le Combat syndicaliste (n° 423, mai, 24 p., 2 euros, sommaire) décortique le programme éducatif (!) de l’extrême droite (discours et projets), se préoccupe de la négociation en entreprise après la loi travail et l’inversion de la hiérarchie des normes (« L’esprit accordéon »), salue « Armand Gatti, l’anartiste » et se souvient des anarchistes russes, des soviets et de la révolution de 1917… Le numéro d’avril est disponible en ligne.

CQFD (n° 154, mai, 4 euros, sommaire), qui a énervé Alternative (!) police avec sa dernière « une », se réveille au lendemain du premier tour avec l’envie de vomir et consacre son dossier à « La fatigue démocratique ». De la manif d’après-premier tour à « La démocratie sociale à genoux » (mort de la Sécu ?), en passant par le microclimat de Marignane et les « Mascarades électorales en Algérie ». En outre, des enquêtes et des reportages : référendum turc, résistances kurdes, Cuba, marketing gay à Tel-Aviv, carnaval à Ivry, « Aide sociale à l’enfance : la fabrique de la casse », etc. En vente par abonnement, dans quelques kiosques et dans les meilleures librairies de France.

Le Libertaire 66 (n° 21, mars-mai, 8 p., à télécharger), périodique du groupe Puig-Antich de Perpignan (Organisation anarchiste), dénonce la « mascarade électorale » et la « parodie de débat », tout en réaffirmant les bases de la démocratie directe et de l’autogestion. Il s’élève également contre toutes les religions, constate l’« illusion de la laïcité » et prône la « pensée égalitaire pour affirmer son athéisme ».

Le Monde libertaire (n° 1788, du 4 mai au 4 juin, 78 p., 5 euros, site Internet), logiquement, après l’élection présidentielle, consacre son dossier à « Ils, elles ont voté, et après ? L’anarchie ! », sans illusions malgré tout. Connaître le monde actuel pour le changer, le projet fédéraliste, explication de termes (nationalisme, étatisme, fédéralisme…), la lutte quotidienne (en soi et avec les autres), sortir ou non de l’Union européenne, le « vote anarchiste », « haïssons les certitudes ! », cuisine sans chef… sont les différents aspects de la problématique. A signaler également, deux articles sur la solidarité avec les migrants, un entretien avec la Fédération anarchiste locale de Valdivia (Chili) et les brèves internationales. Au rayon culture, quatre films sur la (les) famille(s), quelques notes de lecture, adieu à Dante Gatti et poésie avec Benjamin Peret. Abonnement.

Résistances libertaires (n° 7, spécial élection, 12 p., à télécharger), périodique de la Coordination des groupes anarchistes (CGA, site Internet), titre fort justement que « Les régressions sortiront des urnes. Le seul vote utile, c’est la grève » et étaye son propos en présentant le projet libertaire (autogestion et démocratie directe). Qu’en est-il du vote utile pour s’opposer au Front national ? Inutile et dangereux !

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Lyon, 24 mai. Séminaire du Réseau de géographes libertaires sur le thème « Faire de la géographie à l'école : l'expérience des balades urbaines ». A partir de 14 heures, balade urbaine autour du street art (rendez-vous : esplanade du Gros Caillou, Lyon 1er). Puis intervention de Dominique Chevalier, salle 604 de l'université, 18, rue Chevreul, Lyon 7e, et débat avec les personnes présentes. Plus d'infos.

Paris, 24 mai. Pour le lancement de sa nouvelle collection, Bibliothèque des frontières, les éditions Le Passager clandestin vous invitent au Lieu-dit, 6, rue Sorbier, Paris 20e : présentation du projet Babels et de la collection par Michel Agier ; présentation des deux premiers ouvrages par leurs coordinateurs (infos), puis discussion avec la salle.

Lyon, 27 mai. Projection d'extraits de Ni Dieu ni maître, une histoire de l'anarchisme de Tancrède Ramonet, suivie d'une discussion sur « L'anarchisme hier et aujourd'hui » en compagnie de Jean-Christophe Angaut et Claire Auzias. A 15 heures, à la librairie La Gryffe, 5, rue Sébastien-Gryphe, Lyon 7e. Facebook.

Paris, 27 mai. Discussion sur « Convergence des luttes ou dépassement ? », à 18 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e. Plus d’infos.

Rouen, 27 mai. Réunion publique « Mieux que les élections, l’autogestion », organisée par les groupes de la Fédération anarchiste et d’Alternative libertaire, à 15 heures, à la Halle-aux-Toiles, place de la Haute-Vieille-Tour, 19, place de la Basse-Vieille-Tour. Débat avec Paul Boino : « L'abstention, une voie vers l'émancipation ? » et projection de la vidéo de Johan Verhoeven, Cecosesola ou l'autogestion totale, à propos d'une coopérative du nord-est du Venezuela. Entrée libre. Plus d'infos.

Saint-Jean-du-Gard (30), 27 mai. Paul Cudenec viendra parler de son livre le plus récent, Nature, Essence and Anarchy (Winter Oak Editions) qui s’attaque notamment aux concepts de nature et d’humanité. Les soirées commencent à 19 heures et se poursuivent avec un repas fraternel. La bibliothèque-infokiosque se trouve au 152, Grand-Rue.

Paris, 28 mai. Dans le cadre du cycle de formations-débats sur la démocratie directe organisé par Alternative libertaire (AL) : « La révolution russe (1917-1921) ». De 15 heures (accueil à partir de 14 h 30) à 18 heures, au local fédéral d’AL, 92, rue d’Aubervilliers, Paris 19e.

Montpellier (34), 30 mai. Dans le cadre de la Semaine de la démocratie, projection de Vivre l'utopie (1997, 94 minutes), de Juan Gamero, Francesc Rio, Marina Roca et Mitzi Kotnik, sur la révolution espagnole. Le film sera suivi d'une discussion. A partir de 19 heures, à la Maison des étudiants, campus Triolet, 2, place Eugène-Bataillon.

Marseille, 31 mai. Soirée projection avec Un paese di Calabria (2017, 91 min, bande-annonce), de Shu Aiello et Catherine Catella, organisée par la CNT 13. A partir de 19 h 30, à la Casa Consolat, 1, rue Consolat, Marseille 1er (M° Les Réformés). Entrée à prix libre. Site Internet.

Rosny-sous-Bois (93), 31 mai. Véronique Decker présentera en avant-première son nouveau livre L’Ecole du peuple (Libertalia), à 19 heures, à la librairie Les Jours heureux, 9, rue du Général-Leclerc.

Nice (06), 1er juin. A 18 h 30, débat sur la décroissance à la Briqueterie, 4-6, rue Jules-Gilly, avec Patrick Marcolini et Edouard Schaechli pour l’ouvrage Aux origines de la décroissance (L’Echappée) et la collection Les Précurseurs de la décroissance (Le Passager clandestin).

Marseille, 1er juin. Patrick Schindler présentera son ouvrage, Contingent rebelle (L'Echappée), à partir de 20 heures à Manifesten, 59, rue Adolphe-Thiers, Marseille 1er.

Rennes (35), 1er juin. Le groupe La Sociale (Fédération anarchiste) organise une causerie populaire sur le thème « Idéologies et archéologie préhistorique », à 20 h 30, au local La Commune, 17, rue de Châteaudun. Infos.

Toulouse (31), 1er juin. A 18 h 30, présentation de Mirage gay à Tel-Aviv (Libertalia) par son auteur, Jean Stern, à la librairie Terra Nova, 18, rue Gambetta. Infos.

Paris, 2 juin. « La technologie et le vivant : la fabrication de l’individu néolibéral », rencontre-débat avec Miguel Benasayag, Jean-Michel Besnier et Bastien Cany. Coorganisé par le SIPMCS-CNT et le collectif Malgré tout. A 19 h 30, au 33, rue des Vignoles, Paris 20e (M° Avron ou Buzenval). Plus d'infos.

Toulon (83), 2 juin. Patrick Schindler parlera de son ouvrage, Contingent rebelle (L'Echappée), à partir de 18 heures à la librairie Contrebandes, 37, rue Paul-Lendrin.

Paris, 3 juin. A partir de 13 heures et jusqu'à 17 heures, ateliers, débats, village du livre antifasciste sur la place de la République, avant le départ en manifestation, « 4 ans après la mort de Clément Méric, contre tous les racismes et l'extrême droite », à l'appel de nombreuses organisations. Site Internet du Comité pour Clément.

 

FOIRES AUX LIVRES,
EXPOSITIONS, COLLOQUES, RENCONTRES

Berne (Suisse). Le Salon du livre anarchiste se déroulera à la Bühlplatz-Mensa, Gertrud-Woker Strasse 3, du 26 au 28 mai. Avec présentation de livres, expo, ateliers de chant et de calligraphie, concerts… Informations et programme complet.

Expo Pissarro. La Réunion des musées nationaux a organisé au Musée du Luxembourg, 19, rue de Vaugirard, Paris 6e (M° Saint-Sulpice), une exposition « Pissarro à Eragny. La nature retrouvée » visible jusqu’au 9 juillet. Aux côtés d’archives familiales, une centaine de tableaux, dessins et gravures, créés à Eragny (Oise) dans un cadre champêtre entre 1884 et 1903, sont réunis. Camille Pissarro (1830-1903, biographie) a fui la ville mais découvre les idées anarchistes en fréquentant Jean Grave et Emile Pouget. Il collabore à la presse et à l’édition libertaire, l’aidant de son mieux. Le fameux album Turpitudes sociales, inspiré par la lecture du journal La Révolte et composé pour ses deux nièces anglaises, est d’ailleurs présenté. Lire sur Atlantico l’intéressant « Un peintre bucolique, nourri d'anarchisme ». Ouverture du musée de 10 h 30 à 18 heures ; jusqu’à 19 heures les vendredi, samedi et dimanche. Entrée : 12 euros, tarif réduit : 8,50 euros, gratuit pour les - 16 ans.

Sur le racisme. Avec « Nous et les autres. Des préjugés au racisme », le Musée de l’Homme veut donner des clés de compréhension et encourager la réflexion personnelle pour déconstruire les préjugés qui persistent dans les consciences… L’exposition s’appuie sur des études menées par des chercheurs en anthropologie, biologie, sociologie et histoire. Le public est ainsi invité à comprendre les mécanismes individuels et collectifs qui conduisent au rejet des « autres », et à prendre conscience des discriminations dans la société française aujourd’hui. Vidéo de présentation. Jusqu’au 8 janvier 2018, Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, Paris 16e (M° Trocadéro). Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10 à 18 heures. Billet : 12 euros (tarif réduit : 10 euros).

 

DIVERS

En vrac sur le Web. Haro sur l’abstentioniste, l’empêcheur de voter en rond, vive le vote « utile » qui ne cesse de faire progresser dans les urnes le Front national (lire billet « A genoux ! »). Contre Marine Le Pen, on tente même de présenter Macron, l’ex-banquier, l’ex-ministre responsable de l’ubérisation du code du travail, des cadeaux aux entreprises sans aucun résultat sur les chiffres du chômage, pour un grand progressiste. Voter Macron aujourd’hui, c’est assurer la réussite de l’extrême droite dans cinq ans. Continuer la politique suivie depuis des années ou, pire encore (scénario le plus probable), en accélérer les effets (et donc les dégâts) ne peut que renforcer les causes de l’adhésion populaire aux thèses populistes de l’héritière de Montretout. Un article de Grand Angle, qui propose depuis 2013 des textes d’auteurs de différentes sensibilités libertaires, analyse en détail la problématique de l’abstention. Si la diffusion sur Arte, le 11 avril dernier, du documentaire Ni Dieu ni maître. Une histoire de l'anarchisme de Tancrède Ramonet et son visionnage en « rattrapage » (il serait de nouveau visible ici et ) semblent avoir rencontré un certain succès, impossible de trouver des chiffres fiables. Une suite est prévue, intitulée « Les réseaux de la colère », débutant en mai 1968, dont on peut découvrir les premières images. Le financement, lui, n’est pas encore au rendez-vous. Parmi le flot de louanges plutôt méritées, quelques remarques et mises au point ont été formulées. Entres autres par Floréal qui note quelques erreurs (l’enrôlement de Marinus van der Lubbe), des exagérations (une époque « où l’anarchisme domina le monde »), des confusions (l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, en juin 1914, par un nationaliste yougoslave n’a rien à voir avec l’anarchisme)… et un « guignol » qui s’est glissé parmi les personnages marquants de l’anarchisme international. Sur Caméra au poing, site du secteur vidéo de la CNT-F, on peut visionner un film qui retrace en 13 minutes l’histoire du 1er Mai, extrait de Howard Zinn, une histoire populaire américaine, réalisé par la coopérative de production cinématographique Les Mutins de Pangée. Le Salon du livre libertaire, organisé par la Fédération anarchiste le mois dernier à Paris, s’est déroulé sous les meilleurs auspices et a démontré la vitalité actuelle de l’édition libertaire. Il a donné lieu à un reportage photographique de l’Acrate et à un sympathique article du Nouvel Obs, réservé maintenant aux seuls abonnés. A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, HachetteBnF a rendu un (très modeste) hommage à Louise Michel, rappelant sa phrase : « Les femmes ne doivent pas séparer leur cause de celle de l'humanité, mais faire partie militante de la grande armée révolutionnaire. » Comixtrip, un site d'information dédié à la bande dessinée et aux arts graphiques, a établi une sélection des meilleures BD sur le thème des luttes sociales : « de Un homme est mort à Noir Métal, en passant par Garduno, en temps de paix ou Johnson m’a tuer », sans oublier Putain d’usine d’Efix et de Jean-Pierre Levaray. Honnêtement, il avoue que ce Top 10, « forcément subjectif, peut prêter à discussion » ; ceux qui le souhaitent sont donc invités à présenter d’autres albums dans la rubrique des commentaires. Un libertaire bisontin est poursuivi pour insultes par « voie électronique » envers le secrétaire général de la préfecture du Doubs (« Procès d’un résistant, parmi d’autres »). Il lui est reproché, à la suite de l’expulsion d’une famille kosovare, d’avoir traité ce triste personnage de « menteur professionnel », de « portefaix du préfet », de « petit être répugnant », de « pervers narcissique », etc., alors que cet honnête homme ne faisait que son travail : expulser par la force, à l’aide de la tromperie, sans aucune humanité, un couple et ses trois enfants (lire le témoignage de l’aînée) qui ne demandaient qu’à vivre sous la devise « Liberté, égalité, fraternité ». Comment la justice pourrait-elle comprendre sa révolte et son écœurement ? Il aura besoin de soutien, ça se passera au TGI de Besançon le 7 juin à 13 h 30. Le 11 avril 1977, il y a quarante ans, décédait un poète, Jacques Prévert (1900-1977). Il a laissé « une œuvre rebelle et virulente, anticléricale et antimilitariste, crue et corrosive, vivante et roborative, d’une actualité encore étonnamment criante ». Souvenons-nous du « Notre Père qui êtes aux cieux, restez-y », de « Barbara » et de Brest « dont il ne reste rien » (« quelle connerie la guerre ») ; du « Cancre » qui « dit oui à ce qu’il aime », qui « dit non au professeur » ; du terrible « petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain (…) quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim ». Et de tous ses autres textes ciselés à la perfection : « Pour faire le portrait d’un oiseau », « Et la fête continue », « Il ne faut pas… » (« laisser les intellectuels jouer avec les allumettes »)… Un site qui lui est consacré liste les publications, expos, spectacles, émissions conçus pour lui rendre hommage, et un colloque, « Jacques Prévert, détonations poétiques », aura lieu au Centre culturel international de Cerisy (Manche), du 11 au 18 août (programme provisoire). Mais nous aurons l'occasion d'en reparler.

Auf Wiedersehen Heiner. « Nous avons appris la mort, le 4 avril dernier, de Heiner Becker (1951-2017). Né le 15 juillet 1951 en Allemagne, c’était un historien de renommée internationale, éditeur, archiviste et collectionneur acharné. Collaborateur de l’Institut international d’histoire social (IIHS) d’Amsterdam, de 1987 à 2012, il a participé au projet d’archives Bakounine et a permis à l’IIHS d’enrichir ses collections. Ses multiples contacts en Angleterre, en France et dans son pays lui permettaient de mettre en relation de nombreux chercheurs. Proche de Nicolas Walter (1934-2000, biographie), il avait participé avec lui à la publication de plusieurs ouvrages chez Freedom Press à Londres.
« De 1987 à 1998, il a collaboré à la revue biographique Itinéraire et nous nous souviendrons des repas partagés à l’occasion des réunions d’élaboration. Heiner lui a apporté sa grande connaissance du mouvement anarchiste international, ses contacts et sa prodigieuse documentation. C’était un compagnon agréable, à la conversation enrichissante. Grand connaisseur de la vie et de l’œuvre de Pierre Kropotkine, Heiner Becker a rédigé l’introduction de La Grande Révolution, rééditée par Les Editions du Monde libertaire en 1989, et a participé en 2008 à la publication de la traduction en français de Nationalisme et Culture (Les Editions libertaires - Editions CNT-RP), l’œuvre magistrale de Rudolf Rocker, en écrivant la postface et la bibliographie. Fondateur et animateur de la Bibliothek Thélème, il a réédité cet ouvrage en allemand et publié les souvenirs d’enfance à Londres de son fils, Fermin. Il espérait aussi un jour faire paraître dans son ensemble la monumentale Histoire de l’anarchisme (7 volumes dont 2 tomes encore inédits) de Max Nettlau.
« Son caractère parfois procédurier avec ceux qui voulaient le brusquer lui a attiré des rancœurs tenaces, surtout en Allemagne. Avec nous, il a toujours été très “partageux”. Nous nous associons à la peine de ses proches, que la terre lui soit légère.
« Les anciens d’Itinéraire. »

Souscriptions. Les Editions Jean-Jacques Wuillaume vont prochainement publier Elisée Reclus : un communard en exil de Jan Rapacki (260 p. environ, une trentaine de photos, sortie courant mai). Il s'agit d'un recueil d'articles du géographe anarchiste parus dans la presse française de 1872 à 1875 pendant son exil en Suisse, collectés et mis en page par un de ses descendants. En partenariat avec Les Reclusiennes (Facebook), une souscription a été lancée (prix : 19 euros, frais de port : 3,50, soit au total 22,50 euros). Sarah Katz et Pierre Stambul, auteurs de Chroniques de Gaza, mai-juin 2016 (Acratie), font partie des militants du mouvement de solidarité avec la Palestine qui ont choisi de témoigner collectivement sur la situation intolérable à Gaza avec un livre-DVD (52 min), Gens de Gaza. Vivre dans l’enfermement (préface de Christiane Hessel) à paraître en juin aux éditions Riveneuve. Bon de souscription (12 euros au lieu de 15, plus 2 euros de frais de port) à renvoyer avant le 31 mai. Dans un autre registre, les Editions de la Pigne (!) compte rééditer Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation (préface de Sushina Lagouje, illustrations d’Eric Mie, 80 p.) de Pierre Louÿs (1870-1925, site). L’auteur « prend un malin plaisir à mettre un grand coup de pied dans la fourmilière de la bienséance. (…) [Il] a imaginé un anti-guide des bonnes manières pour faire rougir de honte ou pour faire frémir d’un inavouable plaisir toutes les Nadine de Rothschild de la terre. » Souscription ouverte jusqu’au 30 juin : 8 euros au lieu de 9.

Retour
en haut

 fleche haut
 fleche bas