Archives

DERNIÈRE MISE Á JOUR : 18 OCTOBRE

Recharger la page


Flux RSS

 

 

A suivre
sur TwitterTwitter

 

 


 

PARUTIONS

AMARIGLIO Alain
Avec les compliments de Marius Jacob (roman historique), préf. de Gérard Mordillat, Editions Les Monédières, Limoges, 200 p., 21 euros (septembre) infos

ARMAND E.
Petit Manuel anarchiste individualiste, préf. d’Anne Steiner, Nada Editions, s.l., 96 p., 8 euros (septembre) infos

BANTIGNY Ludivine, PALHETA Ugo
Face à la menace fasciste, Textuel, Paris, 128 p., 14,90 euros (septembre) infos

BEAU Stéphane
George Palante ou Le Combat pour l'individu (biographie), L'Harmattan, coll. Espaces littéraires, Paris, 252 p., 25 euros (septembre) infos

CAFIERO Carlo
Abrégé du Capital de Karl Marx (rééd.), avant-propos de Mathieu Léonard, Le Chien rouge, Marseille, 166 p., 10 euros (septembre) infos

CALET Henri
Les Murs de Fresnes [textes publiés dans la revue « Combat », les 28 et 29 avril 1945], postf. d'Adrien Aragon, Editions Héros-Limite, Genève (Suisse), 128 p., 22 euros (octobre) infos

CÉRÉZUELLE Daniel
La Technique et la Chair, L'Echappée, coll. Versus, Paris, 416 p., 22 euros (septembre) infos

COLLECTIF
Antifa, le jeu [« Jeu de plateau de simulation et de gestion d'un groupe antifasciste local »], Libertalia - La Horde, Montreuil (93) - s.l., pour 2 à 6 joueurs (+ 14 ans), 30 euros (octobre) infos
Défaire la police
(contributions d'Elsa Dorlin, Jérôme Baschet, Serge Quadruppani, Collectif Matsuda, Irene et Guy Lerouge…), Editions Divergences, Paris, 136 p., 13 euros (septembre) infos
Feu !
[« Abécédaire des féminismes présents »], coord. par Elsa Dorlin, Libertalia, Hors collection, Montreuil, 736 p., 20 euros (octobre) infos
La Peine de mort n'a jamais été abolie
[« Dits et écrits de prison choisis par “L'Envolée” »], Les Editions du bout de la ville, s.l., 152 p., 14 euros (septembre) infos

COTTIN-MARS Simon
C'est pour la bonne cause ! [« Les désillusions du travail associatif »], Les Editions de l'atelier, Ivry-sur-Seine (94), 144 p., 14 euros (septembre) infos

DAVIS Mike
Le Monstre est parmi nous [« Pandémies et autres fléaux du capitalisme »], Editions Divergences, Paris, 196 p., 15 euros (septembre) infos

DECHESNE Guy
Un siècle d’antimilitarisme révolutionnaire [« Socialistes, anarchistes, syndicalistes et féministes (1849-1939) »], Atelier de création libertaire, Lyon, 216 p., 12 euros (octobre) infos

ELLUIN Aymeric, FONTENELLE Sébastien
Ventes d’armes, une honte française, Le Passager clandestin, Paris, 192 p., 14 euros (septembre) infos

FLIPO Fabrice
La Numérisation du monde [« Un désastre écologique »], L'Echappée, coll. Pour en finir avec, Paris, 160 p., 14 euros (octobre) infos

GARCIA Renaud
Le Désert de la critique [« Déconstruction et politique »] (rééd. revue et augm. d'une nouvelle préface de l'auteur), L'Echappée, coll. Poche, Paris, 192 p., 12 euros (septembre) infos

HOLTERMAN Thom
Anthropologie et anarchie dans les sociétés polycéphales, Atelier de création libertaire, Lyon, 144 p., 9 euros (octobre) infos

JEANNET André
La Commune au Creusot [« Ses origines, son procès »], préf. et annexes d'Yves Meunier, Le Coquelicot, Toulouse, 92 p., 10 euros (septembre) infos

LACROÛTE Jean-Michel
Lignes en vrac [« … sur quelques livres antimilitaristes, libertaires et autres considérations »], Atelier de création libertaire, Lyon, 176 p., 9 euros (octobre) infos

LECOQ Titiou
Les Grandes Oubliées [« Pourquoi l'Histoire a effacé les femmes »], préf. de Michelle Perrot, L'Iconoclaste, Paris, 325 p., 20,90 euros (septembre) infos

MARTÍN SÁNCHEZ Pablo
L’Anarchiste qui s’appelait comme moi, trad. de l'espagnol par Jean-Marie Saint-Lu, Editions Zulma - La Contre-Allée, Paris-Lille, 608 p., 23,90 euros (septembre) infos

PÉCHOUX Ludivine
« L'Assiette au Beurre » croque les bigots [« Dessins anticléricaux d'une revue satirique (1901-1912) »], préf. de Urbs, Editions de la Lanterne, Lyon, 332 p., 26 euros (octobre) infos

PELLETIER Philippe
Le Puritanisme vert [« Aux origines de l'écologisme »], Editions Le Pommier, Hors collection, Paris, 432 p., 24 euros (octobre) infos

PEREY Ivan
Le Paris de Brassens, Editions Alexandrines, Paris, 132 p., 10 euros (septembre) infos

PORQUET Jean-Luc, WOZNIAK Jacek
Le Grand Procès des animaux, Editions du Faubourg, Paris, 160 p., 14,90 euros (octobre) infos

REY-ROBERT Valérie
Dix questions sur le féminisme, Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 144 p., 8 euros (septembre) infos

RICEPUTI Fabrice
Ici on noya les Algériens [« La bataille de Jean-Luc Einaudi pour la reconnaissance du massacre policier et raciste du 17 octobre 1961 »], précédé d'« Une passion décoloniale » par Edwy Plenel, préf. de Gilles Manceron, Le Passager clandestin, Paris, 288 p., 18 euros (septembre) infos

THOREAU Henry David
Gens de Concord, trad. de l’anglais (Etats-Unis) par Brice Matthieussent, introd. de Michel Granger, Le Mot et le reste, Marseille, 150 p., 8,90 euros (septembre) infos

VASSAKOS Richard
La Croisade de Robert Ménard, préf. de Nicolas Offenstadt, Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 176 p., 10 euros (septembre) infos

 

EN TÉLÉCHARGEMENT

BERKMAN Alexandre
La Déception [conclusion du livre « Le Mythe bolchevik, Journal. 1920-1922 »], trad. de l'anglais de Pascale Haas, Editions de l'ours sans drapeau, s.l., août 2021, 19 p., à télécharger

COLLECTIF
Anarchismes et nihilismes. Une anthologie, s. éd., s.l., 2021, 54 p., à télécharger
Guide de survie en protection numérique à l’usage des militant·es [« élaboré sur la Zad du Carnet en 2020/2021 »], Infokiosque fantôme (partout), 2021, 32 p., à télécharger
Histoire et contexte de la lutte de Bure - été 2021, s. éd., Bure, août 2021, 28 p., à télécharger
L'Irradiation pornographique du néo-zapatisme, Editions CNT-AIT, Toulouse, 2021, 58 p., 5 euros au format papier, frais de port compris, à commander à CNT-AIT, 7, rue Saint Rémésy 31000 Toulouse ou à télécharger
Quand NDDL se prend pour le petit père des luttes [« Entre récupération et autoritarisme »], s. éd., s.l., 2021, 20 p., à télécharger

FÉDÉRATION ANARCHISTE
Qu’est-ce que l’anarchisme ?, Editions du Monde libertaire, coll. La Brochure anarchiste, Paris, 2005, 32 p., à lire - à télécharger

HENKENS Anne-Martine
L’Education anarchiste, libertaire, émancipatrice, Les Etudes de l’IHOES [Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale], Seraing (Belgique), 2021, 55 p., à télécharger

LOCKER Gemma, METRODORA
Remèdes et poisons [« Critiques anarchistes, décoloniales et écoféministes de l’Etat et des industries pharmaceutiques en période de covid »], Blog Remèdes et poisons, s.l., 2021, 57 p., à télécharger

MALATESTA Errico, LEVAL Gaston
Kropotkine. Malatesta vs Leval, Partage noir, Paris, 2021, 20 p., à télécharger

MLT, OLT
Mika Etchebéhère (BD), Partage noir, Paris, 2021, 1 p., à télécharger

 

REVUES

Derniers numéros parus

Alternative libertaire, « mensuel de l'Union communiste libertaire (UCL) » : n° 320, octobre, 20 p., 3 euros, site Internet - sommaire

Anarchosyndicalisme !, « journal de la CNT-AIT de Toulouse » : n° 173, sept.-oct., 20 p., 2 euros, site Internet - sommaire - à télécharger

L'Anjou libertaire, « bulletin mensuel du groupe du Maine-et-Loire de l'Union communiste libertaire », n° 10, septembre, 4 p., site Internet - à télécharger

Avis de tempête, « bulletin anarchiste pour la guerre sociale » : n° 45, 15 septembre, 8 p., site Internet - à télécharger

Casse-Rôles, « journal féministe et libertaire » : n° 17 (dossier « L'éducation libertaire… »), août-octobre, 68 p., prix libre, site Internet - sommaire

Chroniques noir et rouge, « revue trimestrielle de critique bibliographique du mouvement libertaire » : n° 6, septembre, 68 p., 5 euros (abt. : 20 euros pour 4 numéros), site Internet - sommaire

Combat syndicaliste, « mensuel de la Confédération nationale du travail » : n° 464, été, 24 p., 2 euros, site Internet - sommaire ;
n° 463, juin, à télécharger

Courant alternatif, « mensuel anarchiste-communiste » de l'Organisation communiste libertaire (OCL) : n° 313, octobre, 36 p., 3 euros, site Internet - sommaire

CQFD, « mensuel de critique et d'expérimentation sociales » : n° 202, octobre, 32 p., 5 euros, sommaire - abonnement

Drapeau noir, « petit journal anarchiste édité à Marseille par le Groupe Germinal (FA) » : octobre, 4 p., site Internet - à télécharger

Le Libertaire, « revue de synthèse anarchiste » : n° 131, septembre, 16 p., site Internet - à télécharger

Le Monde libertaire, « journal de la Fédération anarchiste » : n° 1832, octobre, 54 p., 4 euros, site Internet - abonnement

Résistons ensemble, « contre les violences policières et sécuritaires » : n° 199, 20 septembre, 4 p., site Internet - à télécharger

Voici l'anarchie, journal de plusieurs groupes de la Fédération anarchiste (à prix libre, pour le commander [minimum 10 exemplaires] : contact(at)etvlan.org), n° 4, s.d., 4 p., à télécharger

 

RADIO

Un anniversaire honteux. Le mois de septembre s'est achevé sans que Radio-Libertaire ne fête (officiellement) ses quarante ans d'existence. La radio « sans Dieu ni maître » a en effet commencé à émettre le 1er septembre 1981. Certes quelques émissions (peu !… trois exactement) ont mis à l'honneur cette date, et signalons plus particulièrement « Femmes libres » (podcast). Pourquoi cette timidité, pourquoi cette léthargie du secrétariat à la radio de la Fédération anarchiste ? Refus idéologique des commémorations, crainte de ne pas être à la hauteur de l'héritage, fatigue passagère… C'est ailleurs qu'il faut chercher le souvenir de cette lutte pour créer une radio libre différente ; sur le Blog de Floréal, l'un des initiateurs du projet au congrès de la Fédération anarchiste de juin 1981 à Neuilly-sur-Marne : « Radios libres : rappel historique », « 1er septembre 1981 : naissance de Radio-Libertaire », « 28 août 1983 : saisie de Radio-Libertaire », « 3 septembre 1983 : Radio-Libertaire manifeste et réémet ! ». Certes l'ami Flo a la dent dure vis-à-vis de ce qu'est devenu la radio, mais ne pourrait-on pas dire « qui (a bien aimé) châtie bien ». A la lecture de ses « A l’écoute de Radio-Libertaire » (1re partie, 2e partie, 3e partie) ou de « Radio-Libertaire : après le passé, le présent », on commence à comprendre quelle sorte de (longue) maladie a atteint la station et pourquoi ce non-anniversaire… Si une exposition (virtuelle hélas !) vous tente, allez faire un tour sur le site (mal nommé) Placard où vous pourrez admirer les soixante-huit affiches qui ont pour thématique la radio. Et si vous persistez à écouter celle-ci car certaines émissions le méritent, fiez-vous plutôt au « canal historique » qu'au « canal officiel » pour connaître son programme. Il est plus fiable.

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Toulouse, 19 octobre. La librairie Terra Nova, 18, rue Léon-Gambetta, reçoit à 19 heures Fabrice Riceputi pour une discussion autour de son livre Ici on noya les Algériens (Le Passager clandestin). Site Internet.

Foix (09), 20 octobre. Rencontre avec Fabrice Riceputi pour son ouvrage Ici on noya les Algériens (Le Passager clandestin), à partir de 19 heures, à la librairie Le Cachalot, 9, rue Lazema. Facebook. 

Montpellier, 20 octobre. Elsa Dorlin présentera, à 19 h 30, Feu ! Abécédaire des féminismes présents (Libertalia), l'ouvrage collectif qu'elle a coordonnée, à La Ruche, 9 rue de Maguelone. Organisé par la librairie Fiers de lettres. Facebok.

Nancy (54), 20 octobre. A 19 heures, rencontre avec Jérôme Segal à propos de son livre Dix Questions sur l'antispécisme (Libertalia) à La Cantoche, 180, rue Jeanne-d'Arc. Facebook.

Nantes (44), 20 octobre. Rencontre-débat autour de Lutter « comme les mecs ». Le genre du militantisme ouvrier dans une usine de femmes (Editions du Croquant), en présence de l'autrice, Eve Meuret-Campfort, et d'anciennes salariées de l'usine. A 18 heures, Ateliers et chantiers de Nantes, 2b, bd Léon-Bureau. Site Internet.

Paris, 20 octobre. Démonstration du jeu Antifa (La Horde - Libertalia), à 19 h 30, au Saint-Sauveur, 11, rue des Panoyaux, Paris 20e. Facebook.

Paris, 20 octobre. Nedjib Sidi Moussa présentera Dissidences algériennes. Une anthologie, de l'indépendance au hirak (L'Asymétrie), à partir de 20 heures, à la librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Infos.

Montreuil (93), 21 octobre. Jérôme Segal sera, à 19 h 30, à la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux) pour parler de son livre Dix questions sur l'antispécisme (Libertalia). Site Internet.

Paris, 21 octobre. Rencontre-débat avec Sanhadja Akrouf et Patrick Farbiaz pour Algérie, la seconde révolution (Editions du Croquant). A 19 h 30, à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Oberkampf, Filles-du-Calvaire). Infos.

Strasbourg (67), 21 octobre. A 19 heures, rencontre avec Corinne Morel Darleux à propos de ses ouvrages, Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce et Là où le feu et l'ours (Libertalia), à la librairie Quai des brumes, 120, Grand'Rue. Site Internet.

Toulon, 21 octobre. La librairie Contrebandes, 37, rue Paul-Lendrin, reçoit à 17 heures Sébastien Fontenelle à l'occasion de la sortie de Ventes d'armes, une honte française (Le Passager clandestin). Site Internet.

Montreuil (93), 22 octobre. Rencontre avec la romancière montreuilloise Sara-Ananda Fleury à l'occasion de la parution de Western Spaghetti (Le Quartanier). A 19 h 30, à la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux). Site Internet.

Perpignan, 22 octobre. La librairie Torcatis reçoit, à 18 h 30, Fabrice Riceputi à l'occasion de la sortie de Ici on noya les Algériens (Le Passager clandestin). La rencontre aura lieu au bar L'Atmosphère, 22, place Hyacinthe-Rigaud. Site Internet.

Pompéjac (33), 22 octobre. Concert de Christian Leduc, à 19 heures, « chansons artisanales et rebelles. Avec sa guitare à textes et ses chansons à cordes (…), ce joueur de mots chante passions et révoltes. Pour ce concert dédié aux communard·e·s de 1871, il va aussi interpréter, à sa façon, quelques œuvres de la mémoire sociale de l'époque. »

Paris, 24 octobre. De 17 h 30 à 18 h 30, causerie populaire libertaire : « Les Libertés en danger », organisée par le groupe Commune de Paris de la Fédération anarchiste, à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Oberkampf, Filles-du-Calvaire). Accès libre dans le respect des dispositions sanitaires en vigueur. Infos.

Marseille, 26 octobre. La librairie Transit, 51, boulevard de la Libération, Marseille 1er, reçoit, à 19 heures, Fabrice Riceputi pour Ici on noya les Algériens (Le Passager clandestin). Site Internet.

Paris, 28 octobre. Eric Sadin présentera Faire sécession. Une politique de nous-mêmes (L'Echappée), à partir de 19 h 30, à la libraire Le Monte-en-l'air, 2, rue de la Mare, Paris 20e. Site Internet.

Sète (34), 28 octobre. Rencontre à 18 heures avec Fabrice Riceputi, auteur d'Ici on noya les Algériens (Le Passager clandestin), à la Nouvelle Librairie sétoise, 7, rue Alsace-Lorraine. Site Internet.

Malakoff (92), 29 octobre. Anne Steiner est invitée par la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM) pour parler de son ouvrage Révolutionnaire & dandy. Vigo dit Almereyda (L'Echappée). A partir de 19 heures, à la BAM, 14, impasse Carnot (M° Malakoff - Rue-Etienne-Dolet). Site Internet.

Pompéjac (33), 29 octobre. A partir de 19 heures, projection du film d'animation Les Damnés de la Commune (2021, 95 min), de Raphaël Meyssan, puis débat et repas partageux. Repas tiré du panier ou sur réservation au Cercle dou Peis.

Paris, 31 octobre. Dans le cadre du Festival Cineffable, le film Sur les traces de Madeleine Pelletier, de Florence Dorrer-Sitoleux, sera projeté, à partir de 18 heures, au Reflet Médicis, 3, rue Champollion, Paris 5e.

Pompéjac (33), 31 octobre. Clôture de l'exposition, banquet communard et bal populaire à partir de midi. « Parce que la Commune n'est pas morte, venez danser, chanter, discuter, partager, rire et espérer… » Apéritif communard offert. Repas tiré du panier ou sur réservation au Cercle dou Peis.

 

FOIRES AUX LIVRES, EXPOSITIONS,
COLLOQUES, RENCONTRES

La Commune à Pompéjac. Une série de rendez-vous (exposition, chorale, concerts, spectacles, conférences…) pour commémorer les 150 ans de la Commune de Paris et de province (n'oublions pas Lyon, Marseille, Narbonne, Bordeaux…) aura lieu, du 1er au 31 octobre, à Pompéjac, près de Bazas (Gironde). Ils se dérouleront au Cercle dou Peis, dans la salle des fêtes ou en plein air (voir aux dates ci-dessus). Programme complet.

Foutez-nous la paix ! Débats, animations, spectacles, films, théâtre, ateliers, randonnée… à Saint-Junien, Rochechouart (Haute-Vienne) et ailleurs encore, du 21 au 31 octobre. Quelques éléments de programme : une dizaine d'invités dont Serge Halimi ; exposition photo « Refuzniks. Non à la guerre » sur les jeunes Israéliens qui refusent de faire leur service militaire (vernissage le 21 oct., à 18 h 30, avec le photographe Martin Barzilaï) ; projection films jeune public ; pièces de théâtre sur la guerre et sur le 11 Septembre ; Masterclass de Medea Benjamin, pacifiste américain, prix Gandhi pour la Paix - Soirée Citoyens du Monde ; expo BD « Géronimo, mémoires d'un résistant apache » ; atelier BD avec les auteurs (23 oct.) ; atelier d'écriture, balade littéraire en canoë avec l'auteur américain Eddy L Harris ; concert de Serge Utgé-Royo (30 oct.) ; conférence gesticulée et stage sur la non-violence (23 et 24 oct.) ; spectacles de rue : Anatole réparateur de cœurs (marionnettes) et Sandy et le vilain McCoy (western burlesque) (23 et 30 oct.). Lieux précis et infos pratiques (Facebook).

Films libertaires dans le Tarn. La 2e édition du Festival du film libertaire du groupe Elaff (Fédération anarchiste) commencera le 23 octobre avec la projection, à 20 h 30, de Bienvenue à Gattaca (1998, 106 min), d'Andrew Niccol, à Moulayrès. Animation : Célia (journaliste, membre du collectif Oblomov). Puis, le 28 octobre, le documentaire La Jeune Fille et le ballon ovale (2017, 52 min), de Christophe Vindis, à 20 h 15, au café Jean-Jaurès à Castres. Coanimation avec des membres du Planning familial du Tarn et avec des membres de l'équipe féminine de rugby à XV de Castres. Le 29 octobre, à 20 h 30, L'An 01 (1973, 87 min), de Jacques Doillon et Gébé, au cinéma de Labastide-Rouairoux. Animation : Claude Le Guerranic (menuisier, tourneur sur bois, auteur, objecteur de croissance). Le 31 octobre, à 15 heures, au Café Plum de Lautrec, Libertarias (1996, 125 min), de Vicente Aranda. A partir de 11 heures, présentation par le collectif Mur par Mur de Pour un anarchisme révolutionnaire (L'Echappée). Le 5 novembre, Sorry to bother you (2019, 101 min), de Boots Riley, à 20 heures, à Albi, au bar Chez Charlie. Animation : Sandy et Clément C (du groupe Elaff). Clôture, le 18 novembre, à Carmaux avec Une histoire de la grève générale. De la Commune au Front populaire (2011, 60 min), d' Olivier Azam et Laure Guillot, à 20 h 30, au cinéma de Carmaux.

Fête du livre à Paris. Les éditions Noir et Rouge mettront en vente à prix d'occasion des milliers de livres neufs et d’occasion (BD, romans, essais, livres d’art, d’histoire et de politique), parfois rares, épuisés et introuvable, les 6 et 7 novembre. Samedi, de 10 à 18 heures, et dimanche, de 10 à 16 heures. EDMP, 8, impasse Crozatier, Paris 12e (M° Faidherbe-Chaligny).

Guerre à la guerre. Le Mundaneum à Mons (Belgique) accueille jusqu'au 2 janvier 2022 l'exposition « Résister à la propagande de guerre. Dix principes élémentaires ». Celle-ci invite le visiteur à comprendre les ressorts sur lesquels s’appuie la propagande dans l’histoire militaire, depuis la guerre de 1914-1918 jusqu’aux guerres contemporaines. Elle s’articule autour de dix principes, décrits par Anne Morelli (Université libre de Bruxelles) dans son livre Principes élémentaires de propagande de guerre (Editions Labor, 2001, Wikipédia) et aborde également la question de ceux qui se sont dressés contre elle. « Cette exposition met en relief ceux qui, concrètement, ont refusé de faire la guerre, notamment en 14-18 : les pacifistes, les déserteurs, les automutilés, les suicidés, les fraternisateurs. Si le poids que l’individu possède face aux décideurs est assez modeste, nous avons néanmoins tous autant que nous sommes une possibilité de résister à la propagande de guerre. » Une question, hélas !, toujours d'actualité. Infos.

 

DIVERS

Une Ferme Intention. Suite à la fermeture du café-librairie L'Autre Rive, et constatant qu'il n'existait plus de librairie indépendante en Centre Bretagne, des habitants de Spézet (Finistère) et le groupe Le Ferment de la Fédération anarchiste (Facebook) ont décidé d'ouvrir une librairie sous forme de coopérative autogérée de consommation de nourritures intellectuelle. La Ferme Intention, telle est son nom, « sera également un lieu de débats, de conférences et de rencontres (et) offrira à ses coopérateurs et coopératrices des produits culturels à prix coûtant ». Elle devrait ouvrir en octobre. Vous pouvez d’ores et déjà soutenir cette initiative en participant à la souscription (bon à télécharger) destinée à acquérir un fonds conséquent et varié de denrées livresques, sonores et visuelles. Chèques à libeller à l’ordre de La Ferme Intention et à envoyer à : La Ferme Intention, 5, rue Général-de-Gaulle, 29540 Spézet. Pour tout renseignement, suggestion ou proposition, contact par courriel : lafermeintention(at)etvlan.org

 

Cet été, plusieurs camarades nous ont quittés.

Franck Guillaume (1955-2021). Suite à ses lectures et à des affiches du Monde libertaire, il se rend en 1976 à la librairie Publio, alors située 3, rue Ternaux, Paris 11e, et devient militant de la Fédération anarchiste aux groupes Louise-Michel puis Pierre-Besnard. Il assumera la fonction de trésorier fédéral durant deux ans, de 1988 à 1990. Cheminot, puis informaticien à la direction des systèmes d’information de l’ANPE (devenue Pôle emploi en 2008), il s'engagera dans la lutte syndicale, d'abord à la CGT (de 1979 à 1995) puis à la CNT. Franck Guillaume fut aussi membre du Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA) durant les années 1980-1990, au sein duquel il collabora à la réalisation et à la diffusion de la revue et des ouvrages édités par Nitassinan. On peut consulter sa notice dans le Dictionnaire biographique Maitron.

Bastien. Bénévole puis salarié de la librairie Quilombo (lire « ¡ Hasta luego, querido compañero ! »), il est décédé début juillet d'un arrêt cardiaque à 40 ans. Auteur, sous le pseudonyme de Sebastian Cortés, d'Antifascisme radical ? Sur la nature industrielle du fascisme (Editions CNT-RP), il collabora régulièrement au Combat syndicaliste par des articles et des traductions, et participa à la publication de plusieurs ouvrages (entre autres aux éditions de L'Echappée). Cet homme du livre était membre du comité Chiapas et adhérent de la CNT qui lui a rendu hommage.

Henri Melich (1925-2021), « l’un des derniers réfugiés espagnols anarcho-syndicalistes de 1939 », est parti pour son dernier voyage au début du mois de juillet. Après avoir été contraint de franchir les Pyrénées, il s'est engagé en France dans la Résistance, membre d'un réseau de passeurs puis d'un maquis dans l'Aude. Militant anarcho-syndicaliste (communiqué de la CNT) de l’Aude, de la Haute-Garonne et des Pyrénées-Orientales, on peut suivre son itinéraire grâce à une vidéo qui brosse également son portrait (lire par ailleurs sa notice biographique dans le Maitron). Son autobiographie, A chacun son exil. Itinéraire d’un militant libertaire espagnol (mise en forme par son fils Romain) est parue aux éditions Acratie. Il est le coauteur, avec Christophe Castellano, de Guérilleros, France 1944. Une contre-enquête (Spartacus) publié l'année dernière.

Nestor Vega (1934-2021, notice Maitron), compagnon anarchiste chilien, a tiré sa révérence à la fin du mois de juillet. Dans les années 1960, au Chili, il participe à la création de coopératives et à la mise en place de structures de distribution directe. Ce qui lui vaut en avril 1972, sous le gouvernement Allende, d'être détenu pendant une semaine. Après le coup d'Etat de septembre 1973, il organise le soutien aux militants recherchés par la police militaire pour les aider à se cacher et à quitter le pays. Il est arrêté, interrogé et torturé à de nombreuses reprises dans une prison de Santiago en janvier 1974. En 1977, il est contraint de s'exiler et participe en France au journal Chili Solidarité. Début 1980, il crée avec quelques compagnons le groupe Pedro Nolasco Arratia, du nom d'un militant anarcho-syndicaliste qu'il avait connu au Chili. Ce groupe soutient les activités de résistance des anarchistes contre la dictature de Pinochet. Il participe en 1981 à la création de la Coordination libertaire latino-américaine (CLLA) qui apporte sa solidarité aux libertaires réprimés en Argentine, Uruguay, Chili et Bolivie. En février 1982, le groupe Pedro Nolasco Arratia crée l'émission « Information et contre-information d’Amérique latine » sur Radio-Libertaire, qui devient ensuite « Tribuna Latino Americana ». Nestor revient au Chili en 1997 où il est longuement interrogé par la police politique sur ses activités passées. Pendant son séjour, il rencontre de jeunes étudiants libertaires d'origine mapuche avec qui il reste en relation après son retour en France. En 2002, il participe avec Lise, sa compagne, à la création de l'association Terre et liberté pour Arauco qui organise des activités d'information et de solidarité aux luttes du peuple Mapuche.

Pietro Ferrua (1930-2021). Nous avons également appris la disparition d'une figure internationale de l'anarchisme. Le fondateur du Centre international de recherches sur l’anarchisme (CIRA) est mort le 28 juillet 2021 à Portland (Etats-Unis). Né à Sanremo (Italie) le 18 septembre 1930, il sert tout jeune d’estafette à la Résistance. A la Libération, il forme à Sanremo, avec deux compagnons, le groupe anarchiste Alba dei Liberi. Refusant de faire son service militaire, il est emprisonné en 1950 pour objection de conscience, puis vit ensuite dans une semi-clandestinité, continuant à militer. Pietro Ferrua arrive en Suisse en 1954 pour échapper à la prison et participe avec d'autres compagnons à la relance du Réveil anarchiste - Risveglio anarchico de Louis Bertoni (biographie). La même année, en 1957, il lance le projet d’une exposition sur la presse anarchiste du monde entier qui se transforma en volonté de créer un organisme pour conserver la mémoire du mouvement anarchiste international, grâce à des dons d'archives et d'ouvrages. Il dut quitter la Suisse en janvier 1963, laissant la gestion du CIRA à Marie-Christine Mikhaïlo et Marianne Enckell. Avec sa femme brésilienne et leurs deux enfants, Ferrua part vivre à Rio de Janeiro et reprend ses activités militantes, jusqu’à une nouvelle expulsion en octobre 1969. Grâce à des liens familiaux, il trouve refuge aux Etats-Unis, à Portland, et enseigne de 1970 à 1987 au Lewis and Clark College (langues étrangères, littérature comparée et histoire du cinéma). Lorsque ses interdictions de séjour en Italie, France et Suisse furent enfin levées, il résida alors quelque temps à Nice et à Sanremo, où il prenait soin de sa mère. L’intérêt pour l’anarchisme ne le quitta pas. En 1980, il parvint à organiser dans son université une semaine internationale de débats, de projections de films, de concerts et d’événements sur l’anarchisme. Il publia des études sur « surréalisme et anarchie », « anarchisme et cinéma », « les anarchistes vus par les peintres », ainsi que deux livres importants sur les anarchistes dans la révolution mexicaine et un bilan des sources à ce sujet, et poursuivit ses recherches sur les origines de l’objection de conscience en Italie. Il écrivit aussi nombre d'articles pour des revues italiennes, françaises et brésiliennes… Pour de plus amples informations on peut se référer à la nécrologie de M.E. du CIRA Lausanne dont nous nous sommes inspiré.

 

Retour
en haut

 fleche haut
 fleche bas