Archives

DERNIÈRE MISE Á JOUR : 19 FÉVRIER

Recharger la page


Flux RSS

 

 

A suivre
sur TwitterTwitter

 

 


PARUTIONS

ACCARDO Alain
Le Petit-Bourgeois gentilhomme [« Sur les prétentions hégémoniques des classes moyennes »] (3e éd. rev. et actual.), Agone, Marseille, 160 p., 8 euros (janvier) infos

BERTHIER René
Brève Histoire de l’anarchisme pour les nuls en 44 pages, Cercle d’études libertaires Gaston-Leval - Monde-nouveau.net (à commander - à télécharger), Paris, 44 p., 5,44 euros (janvier) infos

BORRITS Benoît
Virer les actionnaires [« Pourquoi et comment s’en passer ? »], Syllepse, coll. Arguments et mouvements, Paris, 160 p., 10 euros (janvier) infos

BOURBOULON Isabelle
Soleil trompeur [« ITER ou le fantasme de l'énergie illimitée »], Les Petits Matins, Paris, 160 p., 15 euros (janvier) infos

CASTORIADIS Cornelius, LATOUCHE Serge
Cornelius Castoriadis & l'autonomie radicale, Le Passager clandestin, coll. Précurseur·ses de la décroissance, Paris, 132 p., 10 euros (janvier) infos

COLLECTIF
Les Chaînes technologiques d’aujourd’hui et de demain, Tumult, Bruxelles, 122 p., 4 euros (janvier) infos
Libertaire !
[« Essais sur l'écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque (1821-1865) »], sous la dir. de Thomas Bouchet et Patrick Samzun, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. Cahiers de la MSHE Ledoux, Besançon, 270 p., 26 euros (décembre) infos
Plein le dos
[« 365 gilets jaunes, novembre 2018 - juillet 2019 »], Du bout de la ville, s.l., 264 p., 20 euros + 4 euros de port (décembre, en librairie : 16 janvier) infos

DAVRANCHE Guillaume
Dix questions sur l’anarchisme, Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 115 p., 5 euros (janvier) infos

DUPUY Pascal
Folgorite [« Parcours de Sante Ferrini, anarchiste, typographe et poète (1874-1939) »], Atelier de création libertaire, Lyon, 348 p., 18 euros (février) infos

FRIOT Bernard, BABA Denis
Abolir la dette. Travailler sans crédit, Atelier de création libertaire, Lyon, 48 p., 5 euros (décembre) infos

GALLARDO Juan José, MARQUEZ José
Manuel Ortiz, général sans Dieu ni maître, Le Coquelicot, Toulouse, 436 p., 22 euros (janvier) infos

HEATH Joseph, POTTER Andrew
Révolte consommée [« Le mythe de la contre-culture »], trad. de l'anglais par Elise de Bellefeuille et Michel Saint-Germain, L'Echappée, coll. Pour en finir avec, Paris, 350 p., 20 euros (février) infos

JACOB Alexandre Marius
Extermination à la française [« Lettres de prison et du bagne à sa mère »] (rééd.), Editions de La Pigne, Saint-Dié (88), 156 p., 8 euros (voir souscription jusqu'au 29 février) infos

KEATING Juliette (texte), BOULBÉ Béa (dessins)
Blaise, Léa et les autres..., coéd. Libertalia - Angle rouge, Montreuil (93) - s.l., 120 p. couleur (format : 28 x 21), 25 euros (décembre) infos

LEMAÎTRE Jean
La Commune des Lumières [« Portugal 1918, une utopie libertaire »], Editions Otium, s.l., 184 p., 18 euros (février) infos

LE MÉNAHÉZE François
Désobéir est parfois un devoir [« Récit et analyse d’une désobéissance en milieu scolaire »], Les Editions libertaires, Saint-Georges-d'Oléron, 216 p., 14 euros (février) infos

LOTH Bruno et Corentin
Viva l’anarchie ! [« La rencontre de Makhno et Durruti »] (BD), La Boîte à bulles, Saint-Avertin (37), 80 p., 18 euros (février) infos

MARRA Silvio, THIRIONET Françoise
Moi, Silvio de Clabecq, militant ouvrier, Agone, coll. Mémoires sociales, Marseille, 160 p., 12 euros (février) infos

MECKERT Jean
Nous avons les mains rouges (roman, rééd.), prés. par Stéfanie Delestré et Hervé Delouche, Editions Joëlle Losfeld, coll. Arcanes, Paris, 320 p., 12,80 euros (janvier) infos

ÖCALAN Abdullah
La Révolution communaliste [« Ecrits de prison »], préf. d’Olivier Besancenot, Libertalia, coll. Poche, Montreuil (93), 256 p., 10 euros (février) infos

PEIRATS José
La CNT dans la révolution espagnole (tome 3), trad. de Frank Mintz, revue et corr. par Claire Lartiguet et Ramón Pino, Noir et Rouge, Paris, 486 p., 22 euros (juillet) infos

PRUDHOMMEAUX André
Un anarchisme hors norme, Tumult, Bruxelles (Belgique), 422 p., 10 euros (février) infos

RAYNAUD Jean-Marc
La Verticale du fou [« Histoire saignante et complètement foldingue d’une révolte armée dans un HP »], Les Editions libertaires, Saint-Georges-d'Oléron, 120 p., 13 euros (janvier) infos

SORES B.
Plaidoyer pour le Rojava [« Réflexions d'un internationaliste sur les aléas d'une révolution »], Acratie, L'Essart, La Bussière (86), 300 p., 20 euros (janvier) infos

TESQUET Olivier
A la trace [« Enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance »], Premier Parallèle, Paris, 256 p., 18 euros (janvier) infos

THOMAS Edith
Les « Pétroleuses » (rééd.), préf. de Bernard Noël, L’Amourier, coll. Bio, Coaraze (06), 370 p., 24 euros (décembre) infos

VIDAL Aude
Le Revenu garanti : une utopie libérale, Le Monde à l'envers, coll. Petite collection, Grenoble, 80 p., 5 euros (janvier) infos

 

EN TÉLÉCHARGEMENT

La condamnation à mort et l'exécution du pédagogue libertaire espagnol Francisco Ferrer (biographie) le 13 octobre 1909, poursuivi par la vindicte de l'Eglise et du pouvoir, a suscité la publication de nombreuses brochures dont certaines sont accessibles au visionnage ou au téléchargement. Dans le cadre de la campagne internationale de soutien, Les Hommes du jour lui consacrèrent, le 18 septembre 1909, un numéro (Gallica) sous la plume de Flax (pseudonyme de Victor Méric [Wikipédia]). Le Comité d'organisation de la manifestation Ferrer publia très tôt A la mémoire de Ferrer (PDF), discours du Dr Barot « prononcé le dimanche 31 octobre 1909 à l'issue de la manifestation organisée à Angers ». Parmi les premières brochures parues en français, on peut également citer La Vérité sur l'affaire Ferrer (PDF, visio), écrite par A. Bertrand (pseudo de G. Pernet, lire notice du Dictionnaire des militants anarchistes) et éditée par Les Temps nouveaux avec une couverture illustrée de Luce. Mais aussi, sous la responsabilité du Comité de défense des victimes de la répression espagnole, Francisco Ferrer. Un martyr des prêtres. Sa vie, son œuvre (Gallica). En 1934, le Groupe de propagande par la brochure commet une Brochure mensuelle titré Francisco Ferrer anarchiste. Elle contient divers articles du pédagogue parus dans La Huelga General, puis dans Le Réveil de Genève (Gallica). Francisco Galceran Ferrer fut le défenseur de Ferrer et le libraire et essayiste anarchiste Hem Day (biographie) soutint qu'il l'avait choisi comme avocat pour la similitude de nom. C'est lui qui édita son Plaidoyer pour Francisco Ferrer (PDF, visio). Aux éditions Pensée et Action qu'il avait fondées, il publia également dans les années 1960 : Essai de bibliographie sur l’œuvre de Francisco Ferrer (PDF, visio), Francisco Ferrer. L’Homme, la Escula moderne, ses idées, son idéal… (PDF, visio) et F. Ferrer, sa vie, son œuvre (PDF, visio). Sans oublier le Francisco Ferrer de Maurice Dommanget (PDF, visio) et, de Karl Schneider, Francisco Ferrer et la pédagogie antiautoritaire (PDF, visio) publié par le groupe libertaire Proudhon de Besançon. D'autres s'emparèrent de Francisco Ferrer pour servir les intérêts réactionnaires et cléricaux comme Renou de La Bourdonnerie avec son Ferrer martyr de la libre-pensée (Gallica), « conférence faite à Nantes en avril 1911, aux membres de la Ligue antijuive et antimaçonnique de la Loire-Inférieure ». Ou tel Alphonse-Marie Lugan qui, en 1921, avec morgue et mépris pour le fils de paysan, vit en lui Un précurseur du bolchevisme (Gallica).

On nous a indiqué la présence sur le site Fragments d'histoire de la gauche radicale - Archives autonomies d'un texte sur « Francisco Ferrer et la grève générale (1901-1903) », accompagné de la reproduction de plusieurs articles qu'il avait écrit à ce sujet dans La Huelga General et que Le Réveil socialiste-anarchiste de Genève avait traduit en 1911, à partir du n° 298 jusqu’au n° 305. On pourra également lire divers textes consacrés à la vie, à l'action et à l'assassinat du pédagogue libertaire parus dans ce même journal et signés, entre autres, par Anselmo Lorenzo (Ephéméride anarchiste), Charles Malato (biographie) ou Jean Wintsch (Wikipédia). D'autres documents sont proposés dont l'ouvrage de la fille de Francisco Ferrer sur son père, édité en 1962 par la Librairie Fischbacher, qui peut être téléchargé. Et, pour conclure, des liens conduisent à la biographie de Ferrer, rédigée par Marianne Enckell pour le Maitron, à un article de Guillaume Davranche sur les manifestations qui ont accompagné l'annonce de sa mort ou à des textes parus dans Gavroche (n° 141-142, p. 28-33) et Le Peuple français (n° 18, p. 14-17)… Saluons cette étude, passionnante et documentée, d'un site qui offre à la lecture de nombreux périodiques sous la rubrique « anarchisme(s) » dont la collection du Père Peinard (lire ci-dessous).

 

ANONYME
Tutoriel Tails, Infokiosque fantôme, s.l., 2019, 40 p., à télécharger

BONANNO Alfredo M.
La Bête insaisissable, Anar'chronique, s.l., 31 p. (janvier) à télécharger

COLLECTIF
Caraquemada
[« Sur les sentiers de la guérilla contre le régime franquiste »], Anar'chronique, s.l., 34 p. (janvier) à télécharger
Le Guide
[« Connaître ses droits. Agir ensemble »], Collectif contre le contrôle au faciès, s.l., 2014, 56 p., à télécharger
Recueil de textes anarchistes à propos du mouvement des gilets jaunes (février-juin 2019), s. éd., s.l., 2019, 24 p., à télécharger

Sur l’université, Partage noir, Paris, 2020, 12 p., à télécharger

CYRIL
1870, l'année terrible [« Un quart d'heure avant la Commune »] (BD), Partage noir, Paris, 2019, 8 p., à télécharger

EMMA (site Internet)
C'est comment qu'on survit ? [BD sur la réforme des règles de l'assurance-chômage], à télécharger
C'est quand qu'on arrête ? [BD sur la retraite à points], à télécharger

HENNEGUELLE Anaïs
Retraites : 12 idées reçues à combattre, s. éd., s.l., 20 p. (décembre) à télécharger

MASINI Pier Carlo
Anarchistes et communistes dans le mouvement des conseils à Turin (rééd. num.), Partage noir, Paris, 43 p. (janvier) à télécharger
Anarchistes et communistes dans le mouvement des conseils à Turin, Le Symbiote, Périgueux, 48 p. (février) à télécharger

MATIN Alex
La FORA dans le mouvement syndical argentin (rééd. num.), Partage noir, Paris, 2019, 35 p., à télécharger

MÉRIC Victor (signé FLAX)
Emile Pouget (« Les Hommes du jour », n° 27, 1908), (rééd. num.), Partage noir, Paris, 2019, 12 p., à télécharger
Jean Grave (1854-1939) (« Les Hommes du jour », n° 24, 1908), (rééd. num.), Partage noir, Paris, 2020, 12 p., à télécharger
Sébastien Faure (« Les Hommes du jour », n° 18, 1908), (rééd. num.), Partage noir, Paris, 2019, 12 p., à télécharger

MÜHSAM Erich
Le Chemin de l’anarchie, Anar'chronique, s.l., 20 p. (janvier) à télécharger

 

REVUES

Derniers numéros parus

Alternative libertaire, « mensuel de l'Union communiste libertaire (UCL) » : n° 302, février, 20 p., 3 euros, sommaire - abonnement

Anarchosyndicalisme !, « journal de la CNT-AIT de Toulouse » : n° 166, nov.-déc. 2019, 20 p., 2 euros, site Internet - sommaire - à télécharger

Autogestion, « cahiers d'analyses syndicalistes révolutionnaires et anarcho-syndicalistes » : n° 3 (« De l'internationalisme révolutionnaire. 1re partie : 1864-1914 »), janvier, 106 p., 10 euros, infos

Avis de tempête, « bulletin anarchiste pour la guerre sociale » : n° 26, 15 février, 20 p., site Internet - à télécharger

La Bouche de fer, « mensuel critique du groupe Etude et action néosynthésiste libertaire » : n° 2, février, 22 p., site Internet - à télécharger

Casse-Rôles, « journal féministe et libertaire » : n° 11, février-avril, 32 p., prix libre, site Internet - abonnement

Courant alternatif, « mensuel anarchiste-communiste » de l'Organisation communiste libertaire (OCL) : n° 297, février, 36 p., 3 euros, sommaire - abonnement

CQFD, « mensuel de critique et d'expérimentation sociales » : n° 184 (Dossier « Psychiatrie : récits, critiques et alternatives »), février, 32 p., 5 euros, sommaire - abonnement

L'Echaudée, « contre-culture, critique sociale, utopie » : n° 9, automne-hiver 2019, 86 p., 9 euros, sommaire - commande

Le Libertaire, « revue de synthèse anarchiste » : n° 116, janvier, 12 p., site Internet - à télécharger

Le Monde libertaire, « journal de la Fédération anarchiste » : n° 1814, février, 103 p., 4 euros, édito - site Internet - abonnement

Réfractions, « recherches et expressions anarchistes » : n° 43 (« Au risque de l'universel »), automne 2019, 174 p., 15 euros, site Internet - abonnement

Résistons ensemble « contre les violences policières et sécuritaires » : n° 187, 15 janvier, 4 p., site Internet - à télécharger

Sans Détour, « journal anarchiste apériodique » : n° 4. Pour demander des exemplaires, envoyer une contribution, correspondre : sansdetour(at)riseup.net

 

RADIO

Le 12 décembre 1969, au cours de l'après-midi, une bombe explose devant la Banca Nazionale dell'Agricoltura sur la Piazza Fontana, dans le centre de Milan (Italie), faisant seize morts et une centaine de blessés. Aussitôt, l'extrême gauche est accusée, en particulier les anarchistes. Quatre mille personnes sont arrêtées par la police dont l'anarchiste Pietro Valpreda (lire Fenêtre sur un massacre) qui est accusé d'être l'auteur de l'attentat. Dans la nuit du 15 au 16 décembre, le cheminot libertaire Giuseppe Pinelli fait une chute mortelle du quatrième étage de la préfecture de police de Milan, où il était interrogé. Suicide ou défenestration ? Un podcast de Yaëlle Lucas et Lorenzo Valera relate cet événement. En prime, la transposition intégrale de Mort accidentel d'un anarchiste de Dario Fo. On apprendra plus tard que les quatre attentats qui ont frappé ce jour-là Rome et Milan sont le fait de groupes fascistes commandités par une partie de l'appareil d'Etat italien (politiciens, policiers, juges, services secrets…) et la CIA. Cette « stratégie de la tension » visait à contrer l'émergence d'un renouveau social et à instaurer un régime autoritaire ; ce fut le principal point de départ des « années de plomb » italiennes.

« Les chemins de la philosophie » (France Culture) ont récemment rediffusé une émission qui, en 2016, se penchait sur « La haine de la police » (58 min) : « Quelles causes sociales, quels motifs philosophiques ou politiques peuvent expliquer cette hostilité ? Qui éprouve cette haine et pourquoi ? » Le principal intérêt de cette réflexion philosophique réside en la présence de l'invité : Jean-Christophe Angaut, maître de conférences de philosophie à l’Ecole normale supérieure de Lyon, spécialiste de Bakounine, de la philosophie allemande du XIXe siècle et de l’anarchisme, qui remet quelque peu les pendules à l'heure. A (ré)écouter…

Céline Du Chéné et Christine Robert ont réalisé pour « Une vie, une œuvre » (France Culture) le portrait de « Madeleine Pelletier (1874-1939), une femme d’avant-garde » (diffusé le 30 septembre 2017). « Médecin, première femme interne en France, Madeleine Pelletier (biographie) est atypique, même dans le milieu des féministes. Droit de vote des femmes, mais aussi refus du féminin, de la sexualité, chasteté militante, virginité comme source d’un féminisme sans concession, volonté de déconstruire la famille, elle prône la révolution sexuelle, le droit à l’avortement. Anarchiste, franc-maçonne, médecin des pauvres, antimilitariste, écrivaine et essayiste, on lui doit des essais, des articles, des romans, des pièces de théâtre engagées et de nombreux ouvrages… » Sur Anarlivres, plusieurs de ses textes peuvent être téléchargés ou visionnés (bibliographie). Podcast de l'émission. Lire également ci-dessous.

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Brest, 19 février. A 19 h 30, à L'Avenir, place Guérin, présentation de Ni or ni maître. Montagne d’or et consorts (Les Editions du Couac - courriel : leseditionsducouac[at]riseup.net) : extraits.

Paris, 19 février. Projection du film Nous ne vendrons pas notre avenir (2017, 52 min), de Niki Velissaropoulou, sur la lutte contre un projet de mine d'or à Skouries (Grèce), puis débat avec la réalisatrice. Soirée en soutien à trois membres de SOS Chalcidique poursuivis pour un sit-in. A 19 h 20, au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e. Organisée par la librairie Quilombo. Infos.

Douarnenez (29), 20 février. A 19 h 30, au Local, rue Velly, présentation de Ni or ni maître. Montagne d’or et consorts (Les Editions du Couac - courriel : leseditionsducouac[at]riseup.net) : extraits.

Malakoff (92), 20 février. A 20 heures, présentation de la BD Guantánamo Kid en présence du scénariste Jerôme Tubiana à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot (M° Malakoff - Rue-Etienne-Dolet). L’histoire vraie de Mohammed El-Gorani, en quête d’un avenir meilleur, qui va se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. Une descente aux enfers qui le mènera jusqu’au centre de détention de Guantánamo. Site Internet.

Rochefort en Terre (56), 20 février. Le Café de la pente, 9, rue du Vieux-Bourg, organise à 18 h 30 un apéro-débat avec Jann Marc Rouillan autour de son ouvrage Dix ans d’Action directe (Agone). Cette rencontre s’inscrit dans les activités du Collectif libertaire de Questembert et des environs (Clique). Site Internet.

Besançon (25), 21 février. Daniel de Roulet présentera Dix Petites Anarchistes (Buchet-Chastel), à 20 h 30, à la librairie L'Autodidacte, 5, rue Marulaz. Infos.

Laon (02), 21 février. Rencontre avec Anne Steiner pour son livre Les En-dehors (L’Echappée) et Frédéric Lavignette pour Germaine Berton. Une anarchiste passe à l’action (L'Echappée), à 20 heures, à l'Etoile noire, 5, rue Saint-Jean. Infos.

Marseille, 21 février. Causerie du groupe Germinal (Fédération anarchiste) : « Ecologie sociale et communalisme : une voie libertaire portée par l’actualité », présentée par Annick Stevens. A 19 heures, à Mille Babords, 61, rue Consolat, Marseille 1er. Infos.

Paris, 21 février. Présentation-dédicace du 6e volume des Chroniques de la Flèche d'or par son autrice, Marie-Claire Calmus, à 19 h 30, à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf). Le débat sera suivi d’un pot amical. Entrée libre. Infos.

Rennes, 21 février. « S’unir face au fascisme » : à l’initiative de militantes féministes, soutenues par l’UCL et le NPA, conférence-débat avec Ugo Palheta, auteur de La Possibilité du fascisme (La Découverte) ; une militante de Keerfa, coordination grecque antiraciste et antifasciste ; Laura, membre du Pefra, militante féministe, queer et antifasciste. A partir de 18 heures, Maison de quartier Villejean, 2, rue de Bourgogne. Facebook.

Alès (30), 22 février. Présentation de Vivre ma vie. Une anarchiste au temps des révolutions (L’Echappée), d'Emma Goldman, par une des traductrices, Jacqueline Reuss, à 19 heures, à La Rétive, 42, rue du Faubourg-d’Auvergne. Lecture de textes et discussion, suivies d’un repas (auberge espagnole). Infos.

Loguivy-Plougras (22), 22 février. A 16 heures, à la bouquinerie Jolly Roger (ancienne école des filles, route du Dresnay), présentation de Ni or ni maître. Montagne d’or et consorts (Les Editions du Couac - courriel : leseditionsducouac[at]riseup.net) : extraits.

Paris, 23 février. Dans le cadre du « CinéSeguí », le groupe Salvador-Seguí (Fédération anarchiste) vous invite à la projection de Barcelone 1936, les Olympiades oubliées (1992, 52 min), d'Ariel Camacho et Laurent Guyot. A 16 heures, Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf). Entrée libre. Infos.

Sizun (29), 23 février. A 17 heures, au Hangar associatif de Saint-Cadou, présentation de Ni or ni maître. Montagne d’or et consorts (Les Editions du Couac - courriel : leseditionsducouac[at]riseup.net) : extraits.

Paris, 24 février. Apéro-débat « Faut-il voter ? » organisé par l'Union communiste libertaire (UCL) Grand Paris sud, à 19 h 30, au Kaf Conç, 114, rue de Tolbiac, Paris 13e. Infos.

Avignon (84), 25 février. A 19 heures, la librairie La Mémoire du monde, 36, rue Carnot, a invité Jean Druon pour parler de son ouvrage Manifeste pour l'invention d'une nouvelle condition paysanne (L'Echappée). Site Internet.

Marseille, 25 février. La librairie L’Hydre aux mille têtes, 96, rue Saint-Savournin, Marseille 1er, recevra à 19 heures Floréal Romero pour son ouvrage Agir ici et maintenant. Penser l’écologie sociale de Murray Bookchin (Editions du commun). Facebook.

Arles (13), 26 février. Jean Druon présentera le Manifeste pour l'invention d'une nouvelle condition paysanne (L'Echappée), à partir de 19 heures, à la librairie Les Grandes Largeurs, 11, rue Réattu. Site Internet.

Paris, 26 février. L'Université populaire et libertaire du XIe arrondissement et les Rendez-vous de la Commune de Paris vous proposent une soirée « Non au service national universel (SNU) », à 20 heures, Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf). Infos.

Paris, 26 février. Les collectif Plein le dos et Formes des luttes présenteront des affiches pour lutter contre la réforme des retraites et des photographies issues du livre Plein le dos paru aux Editions du bout de la ville, à partir de 20 heures, à la librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Infos.

 

FOIRES AUX LIVRES,
EXPOSITIONS, COLLOQUES, RENCONTRES

Fête du livre. Les éditions Noir et Rouge mettront en vente des milliers de livres neufs et d’occasion (BD, romans, essais, livres d’art, d’histoire et de politique), parfois rares, épuisés et introuvables à prix d’occasion. Cela se passera le 22 février, de 10 à 17 heures, à l'EDMP, 8, impasse Crozatier, Paris 12e (M° Faidherbe-Chaligny).

Journées libertaires de Pau (64). Depuis 2007, la section étudiante de la CNT-AIT organise chaque années des journées qui proposent d’aborder un thème particulier sous l’angle libertaire au travers de conférences, concerts, expositions, films… et en faisant appel à des personnalités extérieures. La 13e édition, qui se tiendra du 24 au 28 février, aura pour axe « Les violences de l’Etat ». Conférences prévues (lieux et horaires à venir) : 25 février, « Les violences policières depuis les gilets jaunes », par David Dufresne ; 26 février, « Le système carcéral, la machine à broyer », par Pierre Guérinet ; 27 février, « Micro-violences, la microphysique du pouvoir », conférence de Simon Lemoine. Exposition, du 25 au 28 février, hall de la faculté de lettres de Pau, « La violence dans tous ces états » (inauguration, le 25 février à 17 h 30). Concert de soutien aux journées libertaires, le 28 février, à 20 h 30, à La Centrifugeuse, avec Straw Dogs, Bleu Sang, Way for nothing. Infos complémentaires.

Etape en février. Le prochain séminaire d'Explorations théoriques anarchistes pragmatistes pour l'émancipation (Etape, site Internet) aura lieu le 28 février à Paris (de 19 à 22 heures) avec pour thème : « Numérique, liberté et fake news ». Deux interventions au programme : « Désinformation, censure et espace public numérique », par Dominique Cardon ; « Démocratie smartphone et limites de la liberté », par Francis Brochet. Pour y assister, il faut contacter Didier Eckel (didier.eckel[at]laposte.net), coanimateur avec Philippe Corcuff de ce séminaire.

« Corps blessé ». Exposition d'œuvres récentes d'André Robèr (blog de la Galerie Treize), jusqu'au 4 mars, au théâtre Toursky, 16, promenade Léo-Ferré, Marseille 3e. « André Robèr a choisi d’évoquer le mythe du corps blessé comme trait d’union social. Sa peinture, figurative et abrupte, parfois dérangeante, ne traduit cependant aucun attrait pour la morbidité ; sa violence n’est asservie à aucune forme convenue, ce qui donne de l’envergure et de l’ampleur poétique à la vision du monde qu’il nous propose. Jamais dans l’emphase, il est toujours dans l’âpreté du réel. Il se plaît à déborder ce qu’il représente, démesurant et démantelant les apparences ; il tord, disproportionne l’anatomie de ses personnages, mais aussi leur visage dont il agrandit les yeux pour que jamais ils n’oublient l’effroi que traduit sur eux l’empreinte du temps. » (Jean-Pierre Cramoissan.) Entrée libre, du lundi au vendredi de 10 à 20 heures et le samedi de 10 à 22 heures (les jours de spectacle uniquement). Infos.

Soirée de soutien… à Publico - Librairie du Monde libertaire, le 15 mars, à partir de 17 heures. Projection de Publico, une librairie anarchiste aujourd'hui, puis débat sur « Passé, présent et futur d'une librairie anarchiste » ; à 19 heures, concert avec Les Meufs, Barbara ? Not dead, Les Françoises. Au Centre international de culture populaire (CICP), 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e (M° Nation). De 17 à 22 heures précises, PAF : 5 euros. No dog, no master, pas de verre, pas de clopes - pas de propos ou attitudes discriminatoires, racistes, sexistes, homophobes, transphobes, physiques… « Depuis plus de 60 ans, [la librairie] propose des milliers de livres, des revues et périodiques francophone ou en langues étrangères, des supports audios et vidéos, des affiches, des autocollants, des tee-shirts… Mais c'est surtout un espace militant et un lieu de débats, de projection de films, de concerts, d'expositions, de rencontres avec des auteurs et des activistes du monde entier. (…) il faut que Publico vive en résistant à toutes les difficultés économiques et politiques qui menacent son existence. Ce concert organisé avec le Collectif Contre-Culture s'inscrit dans une série d'actions de soutien à la librairie afin qu'elle continue la lutte… » Elle est ouverte du mardi au vendredi, de 14 heures à 19 h 30 ; les samedis, de 10 heures à 19 h 30 ; les dimanches, de 14 heures à 19 h 30. Site Internet - Programme des animations.

 

DIVERS

Adieu compagnon. Michel Ragon est décédé dans la nuit du jeudi 13 février à l’âge de 95 ans. Nous avons perdu un compagnon. Plus que du romancier reconnu, du critique d'art et de l'historien de l'architecture, nous nous souviendrons de lui comme un homme libre et un anarchiste. Né par hasard à Marseille en 1924, il a passé son enfance en Vendée. Orphelin de père à 8 ans, il habite ensuite à l'âge de 14 ans avec sa mère à Nantes où il exerce divers petits métiers pour tenter d'échapper à la misère. Il se souviendra de la région qui l'a vu grandir pour écrire, entre autres, Les Mouchoirs rouges de Cholet, La Louve de Mervent, Le Marin des sables… Lire la suite.

Sur le Père Peinard. Le site Fragments d'histoire de la gauche radicale - Archives autonomies vient de finaliser la mise en ligne des PDF du Père Peinard (texte de présentation), soit quelque quatre cents numéros parus de 1889 à 1902. Certains articles ont été retranscrits pour faciliter la lecture. C'est donc à un travail de bénédictins que se sont livrés les animateurs du site. Emile Pouget (biographie et portrait paru en 1908 dans les Hommes du jour) est à l'origine de ce périodique. Il en explique les raisons dans « Comme quoi le Père Peinard se fout journaliste » (n° 1, série 1, 24 février 1889) : « Le sang me bouillait de voir les cochons du gouvernement s’engraisser à nos dépens ; de ces bougres-là, y en a pas un seul qui vaille mieux que l’autre. (…) La rosserie des patrons aussi me foutait en rage. Ces chameaux-là n’en fichent pas un coup ! Ils rappliquent à l’atelier une fois leur chocolat liché ; ce qu’ils savent faire chouettement, c’est gueuler après les compagnons et palper le bonne argent – sortis de là y a plus personne. Y a bien les journalistes de métier qui pourraient parler et en dire long, contre les riches et les puissants ; mais voilà, ils trouvent plus profitable de rabâcher les vieilles balançoires. Le nez au cul des bourgeois, des financiers, des gouvernants, ils ne cherchent qu’à empocher des pièces de cent sous. (…) Y a pas, c’est un truc épatant pour empêcher les chiens de mordre, que de les attacher avec des saucisses ! » « Hebdomadaire anarchiste, il se distingue des autres journaux libertaires (…) par l’utilisation d’un personnage, le Père Peinard, un cordonnier, un gniaff, qui écrit en langage populaire des ouvriers des faubourgs parisiens et adresse ses réflexions (ses réflecs) hebdomadaires, à son lectorat. Ce journal est le premier à systématiquement rendre compte au niveau national de l’agitation sociale en France, et aussi le premier à donner une large place au monde paysan. » Au cours des années, son format a varié, ainsi que ses gérants et ses adresses (répression oblige).
Sommaires de la première série
– années 1889-1890
– années 1891-1892
– années 1893-1894
Sommaires de la série londonienne (1893-1894)
Sommaires de la deuxième série (1896-1899)
Sommaires de la troisième série (1900)
Le titre sera décliné sous forme d'almanach annuel (1894, 1896, 1897, 1898, 1899) ou alors de journal-affiche, titré Le Père Peinard au populo (exemplaires sur Ficedl-Affiches), destiné à être collé sur les murs à l’occasion des campagnes électorales. Et quelques brochures de Pouget peuvent aussi être consultés (on les retrouve dans la bibliographie établi par Anarlivres).

 

Anars, pas nanars ! Plusieurs films sur l'anarchisme ont fait récemment leur apparition sur la Toile et peuvent être visionnés librement. Citons J'écris ton nom, libertaire, un documentaire en cinq épisodes de David Mus et Philémon Macko Dràgàn : « De la Roya au Rojava, en passant par la ZAD et les GJ, vous y entendrez la parole de ces militant·e·s qui inventent chaque jour la société écolo et libertaire de demain. » Sur la Brèche. Des anarchistes contre Franco (70 min), de Mateos Gonzalo, relate la vie du militant anarchiste Octavio Alberola qui participa à la création de Défense intérieure dans les années 1960, avec Garcia Oliver, Cipriano Mera et d’autres militants, pour mener des actions contre le régime fasciste de Franco en Espagne. On lira avec intérêt son témoignage et ses réflexions parus dans Cahiers de civilisation espagnole contemporaine à l'automne 2017. Un document rare, tourné à Savone (Italie) le 1er mai 1920, nous permet de voir Errico Malatesta (biographie). En 1989, la revue Itinéraire avait consacré un numéro richement illustré à cette figure de l'anarchisme (PDF, visio). On nous a également signalé le film de Niccolò Andenna (2018, 79 min, sous-titré en français) Errico Malatesta. Vers une nouvelle humanité que l'on peut visionner. « Une jeune femme cherche la tombe de Malatesta (…) La tâche semble plus difficile que prévu, mais cette longue quête se transforme en un voyage à travers l'anarchisme, qui commence à la naissance de l'inoubliable révolutionnaire et couvre un siècle et demi. »

Lettres de Jacob. Une compilation des « lettres de prison et du bagne à sa mère », Extermination à la française, avait été publiée pour la première fois par les éditions de L'Insomniaque en 2000. Devenue introuvable, les Editions de La Pigne (site Internet) ont décidé de la rééditer augmentée et illustrée au cours du mois de février 2020. L’ouvrage de 156 pages, au format 12 x 20 cm, sera vendu 9 euros (plus 2,50 euros de frais de port). La Pigne vous propose de l’acquérir jusqu’au 29 février sans aucun frais de port : 8 euros pour un volume, 23 euros pour trois et 35 euros pour cinq. Règlement par chèque à envoyer à : Editions de La Pigne, 21, rue Yvan-Goll, 88100 Saint-Dié. Bon de souscription à télécharger.

Sur les traces de… Florence Sitoleux a pour projet de réaliser un documentaire de 52 minutes sur une femme bien singulière : « Madeleine Pelletier (1874-1939), féministe “intégrale”. Petite fille misérable, autodidacte, médecin, pionnière du droit à l'avortement, elle est la première à distinguer sexe biologique et identité sexuelle psychologique » (lire également ci-dessus). La réalisatrice a donc lancé un appel à dons, elle a besoin de 8 800 euros pour boucler son budget et près de la moitié a déjà été réuni. Au 18 décembre, il restait 83 jours pour réunir la somme. On peut d'ores et déjà visionner la bande-annonce de Sur les traces de Madeleine Pelletier.

 

Retour
en haut

 fleche haut
 fleche bas