Archives

DERNIÈRE MISE Á JOUR : 19 AOÛT

Recharger la page


 

 


PARUTIONS

BELLANI Orsetta
Indios sans roi [« Rencontre avec des femmes et des hommes du Chiapas »], trad. de l'italien par Isabelle Felici et Alessandra Giro, Atelier de création libertaire, Lyon, 152 p., 10 euros (juin) infos

CAFIERO Carlo
Abrégé du « Capital » de Karl Marx (rééd.) [en appendice, la correspondance entre Cafiero et Marx, et entre Engels et Cafiero], préf. de Mathieu Léonard, Le Chien rouge, Marseille, 176 p., 10 euros (juin) infos

CARA ZINA
Handi-gang, Libertalia, coll. Poche, Paris, 288 p., 10 euros (juin) infos

COLLECTIF
« La Bataille syndicaliste » [fac-similé du n° du 1er mai 1911, 45 x 60], Alternative libertaire, Paris, 4 p., 1 euro (juillet) infos
Libertarias. Femmes anarchistes espagnoles,
coord. par Hélène Finet, Nada Editions, Paris, 200 p., 18 euros (juin) infos
Poum a une idée
(BD jeunesse, 6-10 ans) [scénario de Richard Marazano, dessins d'Angélique Césano, suppléments dessins de Benjamin Basso], Eidola, Angoulême (16), 32 p. couleur, 10 euros (juin) () infos

COUTÉ Gaston
Le Gâs qu’a mal tourné. Poèmes et chansons (rééd.), Le Temps des cerises, Montreuil (93), 120 p., 10 euros (juin) infos

DAVRANCHE Guillaume
La Plume et le Browning [« “La Guerre sociale” et la presse ouvrière (1906-1914) »] [transcription d’une conférence donnée à la Maison du Livre le 9 juin 2017], Institut d'histoire sociale de la CGT du Livre parisien, Paris, 42 p., 4 euros (juin) infos

DECKER Véronique
L’Ecole du peuple, Libertalia, coll. N’Autre école, n° 9, Paris, 128 p., 10 euros (juin) infos

ISABEL Thibault
Pierre-Joseph Proudhon [« L'anarchie sans le désordre »], préf. de Michel Onfray, Autrement, Paris, 208 p., 18,50 euros (juin) infos
[Avertissement : l’auteur est rédacteur en chef depuis 2003 de la revue Krisis, « revue d'idées et de débats » créée en 1988 par Alain de Benoist, qui fait partie de la mouvance d’extrême droite de la Nouvelle Droite.]

JUSTHOM
Femmes en lutte [« Du passé faisons notre rage ! », Les Editions libertaires, Saint-Georges-d'Oléron, 172 p., 14 euros (juin) infos

LECLERCQ Jacques
Extrême gauche et anarchisme en Mai 68 [« Avant, pendant, après : 50 ans d'histoire »], L'Harmattan, Paris, 568 p., 39 euros (juin) infos

LEPETIT Patrick
Voyage au bout de l'abject [« Louis-Ferdinand Céline, antisémite et antimaçon »], Atelier de création libertaire, Lyon, 136 p., 10 euros (juillet) infos

PEIRATS José
La CNT dans la révolution espagnole [premier vol. de trois tomes], Noir et Rouge, Paris, 340 p., 22 euros (juillet) infos

PESTAÑA Ángel, SEGUÍ Salvador
Le Syndicat. Organisation, pratiques & buts, Groupe anarchiste Salvador-Seguí, coll. Bibliothèque syndicale, n° 2, Paris, ? p., 6 euros (juin)

ROCA Juan Manuel, ÁLVAREZ Iván Darío
Abécédaire anarchiste d’urgence, trad. et présenté par Annick Stevens, L’Atinoir, Marseille, 210 p., 15 euros (juin) infos

SMITH Stephen A.
Pétrograd rouge [« La Révolution dans les usines (1917-1918) »], Les Nuits rouges, Paris, 432 p., 17 euros (juin) infos

 

Á TÉLÉCHARGER

COLLECTIF
Compte-rendu de discussions et de présentations [« animées en Allemagne, Chili et Argentine, autour du mouvement de la “loi travail” »], Nyoky éditions, s.l., 20 p. (juin) à télécharger
Le Vaisseau des morts a brûlé [« A propos de luttes et de révoltes à l’intérieur et à l’extérieur des centres de rétention, de la solidarité avec les inculpés de l’incendie du CRA de Vincennes, des répressions qui s’ensuivirent et d’autres choses… 2008-2013 »], s. éd. [pafledab@distruzione.org], s.l., 100 p. (juin) à télécharger

GOLDMAN Emma
Il n'y a pas de communisme en Russie, Zanzara athée, Paris, 24 p. (juin) à télécharger

GUILLAUMIN Colette
« Je sais bien mais quand même » ou Les Avatars de la notion « race », Zanzara athée, Paris-banlieue, 16 p. (juillet) à télécharger

LEFRANÇAIS Gustave
Où vont les anarchistes ?, suivi de Pierre-Joseph Proudhon, « L'utopie communautaire », Anti.mythes, Brochure numérique gratuite, n° 7, s.l., 28 p. (juillet) à télécharger

 

REVUES

Alternative libertaire (n° 274, juillet-août, 32 p., 4 euros, sommaire) se prépare à une « rentrée brûlante » ; après la « vaste campagne de communication » des élections, le « vernis craque » et on doit se préparer à « un programme de destruction sociale sans précédent ». Entretien avec Mustapha Belhocine, précaire et sociologue de la précarité, qui relate son vécu. Et aussi un compte rendu du XIIIe congrès de l'organisation communiste libertaire. Mais le principal intérêt de ce numéro d'été est le dossier de douze pages « 1917 : les anarchistes, leur rôle, leurs choix », réalisé par Guillaume Davranche et Pierre Chamechaude. Découpé en périodes, il présente le déroulement des événements – la chute du tsarisme, le gouvernement provisoire, les tentatives d'insurrection, le fiasco des journées de juillet, la réussite du putsch d'octobre, « du pluralisme… à la révolution confisquée », l'épilogue 1918-1921 : « résistance et éradication » –, l'action révolutionnaire des anarchistes et leurs faiblesses, les forces en présence dans le camp socialiste, quelques figures libertaires (peu connues ou mal connues) et les organisations anarchistes russes et ukrainiennes. Un excellent résumé, clair et complet. Abonnements et anciens numéros.

Anarchosyndicalisme ! (n° 155, été, 16 p., 2 euros, à télécharger). Le mensuel de la CNT-AIT de Toulouse, après avoir consacré un édito et un article aux dernières élections, s'intéresse au pouvoir réel des « think tanks » et au brome « un poison qui rapporte ». Au sommaire également : les théories complotistes et autres « délires religieux et sectaire » qui s'épanouissent sur Internet ; un rappel des journées de mai 1937 ou la « contre-révolution stalinienne à l'œuvre » ; du « grand sommeil » du Conseil constitutionnel et des assignations à résidence ; Simone Veil, oui et non !

Autogestion (n° 1, été-automne, 44 p., sommaire), revue de l'union locale CNT d'Argenteuil (95) et de ses environs, a choisi de traiter le thème « Services publics : un enjeu de la lutte de classe ». Historique, variations européennes, santé, PTT, SNCF, accords commerciaux, résistance à la privatisation et combat international sont les principaux sujets abordés.

Bulletin CNT - Solidarité ouvrière (n° 20, été, 4 p., à télécharger) dresse la feuille de route du « gouvernement Macron au service du fric et des patrons » : loi El-Khomri démultipliée, démantèlement de la protection sociale solidaire, casse des services publics et austérité pour financer les riches… En zoom, qu'est-ce que le salaire socialisé ?

Casse-rôles (n° 1, août, 24 p., prix libre), « journal féministe et libertaire », se présente ainsi : « Nous sommes quelques-unes et quelques-uns à nous sentir à l’étroit dans nos habits sociaux, à vouloir bousculer les idées reçues et casser les rôles. (…) Contraception, IVG, violence, viol, mutilations sexuelles, harcèlement, parité, inégalités salariales, travail domestique… nous nous proposons de dresser un état des lieux, de recenser ce qui paraît sur ces questions et de donner la parole à des femmes et des hommes anonymes qui résistent aux stéréotypes sexistes. » Au sommaire de ce premier numéro : violences envers les femmes, IVG : peut mieux faire, « brutes en blanc » et sexisme, luttes des femmes autochtones au Canada, à propos de l'intersectionnalité, présentation de « femmes remarquables », critiques de livres… Conditions d'abonnement en page 2, à télécharger.

Le Combat syndicaliste (n° 425, été, 24 p., 2 euros, sommaire) consacre deux pages juridiques à la médecine du travail et son dossier au projet de modification du code du travail : « Loi travail puissance 10 » ou « Massacre à la macronneuse » ? Infos sur les luttes syndicales, pages internationales (Chili, Kanaky, Guadeloupe, Tunisie, Maroc) et notes de lecture complètent cette publication estivale. Le numéro de juin est disponible en ligne.

Courant alternatif (n° 272, été, 36 p., 3 euros, sommaire) s'intéresse aux luttes actuelles (« Un Front social en devenir ? », aéroport de Notre-Dame, stockage nucléaire à Bure…) sans négliger le passé (« Sénégal, le massacre de Thiaroye en 1944 », « Les Vietnamiens aussi ont subi l'arbitraire », « Palestine : il y a 100 ans la déclaration Balfour »). Sept pages sont également consacrées à l'insurrection de Kronstadt (avec des textes d'Ida Mett et d'Ante Ciliga), sixième volet de « La révolution russe a 100 ans ». En page internationale, une interview de Claudio Albertani à propos des communautés indiennes et zapatistes au Mexique (Chiapas). Le numéro de juin peut être téléchargé.

Fawda (n° 1, été, 8 p., à télécharger), « chaos, anarchie », en arabe, est une nouvelle « feuille de critique anarchiste » éditée à Bruxelles (Belgique). Au sommaire, de courts textes : « Une odeur de pourri », « Vous êtes irréalistes », « Un naufrage en cours ? », « Pris dans la Toile », « Contre la guerre, contre la paix », « Insurrection contre le destin », « Rompre le cercle infernal » et des infos sur le procès de douze anarchistes accusés de terrorisme par l'Etat belge.

Le Libertaire (n° 91, juin-juillet, 10 p., à télécharger) montre beaucoup d'optimisme en titrant en « une » « Le pari réussi de l'abstention » : « La légitimité des petits nouveaux ? Mais elle ne vaut rien ou si peu. » Règlement de compte chez les Amis de Jules Durand : quelques « amis » pas dans la ligne CGT ont été débarqués… le 6 juin. Un bilan de la gauche au pouvoir : où allait-elle ? « A droite, la seule direction qu’elle était capable de prendre ! » Et, pour finir, un extrait d'Octave Mirbeau (Les 21 jours d’un neurasthénique) : Donald Trump serait-il la réincarnation du marquis de Portpierre ou « De l’intérêt d’être une canaille sans scrupules pour se faire élire » ? A noter également un hors-série (juillet) de 4 pages sur Jules Durand (1880-1926).

Le Monde libertaire (n° 1790, du 4 juillet au 4 septembre, 98 p., 5 euros, site Internet) comporte un dossier assez exceptionnel titré « 1917-2017 : regards anarchistes sur la révolution russe ». En introduction, René Berthier passe en revue les différentes analyses politiques attachées à cet événement ; affirmant avec justesse que « nombre d'anarchistes sont tombés dans le travers de la mythification et de la simplification » et ajoutant : « Il serait temps que le mouvement anarchiste examine les causes endogènes de ses échecs. Et pas seulement en Russie. » Alexandre Skirda revient quant à lui sur les circonstances de l'entreprise léniniste. Pour le reste, il s'agit d'un instructif tour du monde des perceptions libertaires de cette révolution (Russie, Allemagne, Brésil, Chili, Italie, Espagne, Grande-Bretagne…) et en quoi elle a modifié les conceptions des anarchistes. Une interview d'Hélène Chatelain à propos du film sur Makhno, des articles sur « Le Mythe bolchevik », sur la rupture dans le mouvement syndicaliste révolutionnaire et une sélection d'ouvrages complètent le dossier. Sans oublier des pages d'actualité, culturelles, et un portfolio de portraits d'anarchistes par Angela Magnatta. Abonnement.

N'Autre école (n° 6, été-automne, 100 p., 5 euros, abonnement : 5 n° pour 25 euros), la revue de Questions de classe(s), consacre son dossier à l'esprit critique qui est « au cœur de l’apprendre : de l’ordre du quotidien ». Cela « démarre à la maternelle, et en sciences s’il vous plaît, ça se retrouve en CM1 (avec la tranquille démolition des stéréotypes de genre dans les albums de jeunesse), et jusqu’au lycée avec une hilarante expérience en sciences (…). Et l’évaluation n’y échappe pas. » Partant de différents constats – « proclamer un discours critique ne suffit pas, il faut mettre les élèves en posture critique » ; « à l’heure du complotisme proliférant, il faut redire que l’esprit critique n’a rien à voir avec l’esprit de critique » –, les concepteurs de ce dossier restent conscients que nous pouvons tous nous laisser aller aux a priori et aux généralités. Feuilleter des extraits. Pour commander un exemplaire ou s'abonner.

Négatif (n° 24, juillet, 16 p.), « bulletin irrégulier », s'attaque aux théories postmodernistes dans un article bien étayé, signé Sandra C. : « La vision victimaire de l’histoire et des rapports sociaux et la réécriture falsifiée des faits révèlent l’entreprise de démolition de la dialectique, de la raison critique et de l’universalité menée par les postmodernistes et leurs sbires, plutôt accommodants avec cette société toujours divisée en classes et en proie à l’emprise générale de la valeur. » Il évoque également, sous la plume d'Américo Nunes, le souvenir de l'historien Carlos Da Fonseca, décédé le 9 mai 2017, auteur entre autres d'une Introduction à l’histoire du mouvement libertaire au Portugal, éditée par le CIRA Lausanne en 1973. Pour toute correspondance, écrire à : Négatif, c/o Echanges, BP 241, 75866 Paris Cedex 18.

Réfractions (n° 38, « Tu vois le travail ? », printemps 2017, 199 p., 15 euros, site Internet). D'après leur propre aveu, cela faisait quelques années que le projet de consacrer un numéro à la question du travail taraudait l'équipe, et le mouvement du printemps 2016 en France les a confortés. « Débusquer sous ses plus retorses transformations le travail qui exploite et fait souffrir, fourbir de nouvelles armes critiques, lutter contre la réduction de nos vies aux coordonnées économiques : les pensées et pratiques anarchistes ne sauraient esquiver cette triple besogne ! Alors, tu vois le travail ? » Un numéro toujours aussi riche, sobrement et agréablement mis en page. Table des matières.

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Paris, 13 août. Projection du film Pride (2014, 120 min), de Matthew Warchus. En 1984, un groupe de militants homosexuels décide de soutenir les mineurs britanniques en grève. La projection sera suivie d'une discussion. A l'initiative du groupe libertaire d'Ivry (FA). A 16 h 30, à la librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf). Entrée libre.

Minerve (34), 15 août. A l'occasion des Rencontres du Maquis pour l'émancipation, Yves Meunier présentera La Bande noire. Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885) (L'Echappée), à partir de 15 heures, à la ferme autogérée Cravirola, au Maquis, hameau de Bois-Bas. Site Internet.

Paris, 24 août. A 15 h 15, l'association 24-août-1944 se joindra à la cérémonie organisée par la mairie de Paris et l’AAGEF-FFI, pour le dévoilement de la plaque en hommage à José Barón Carreño, tombé le 19 août 1944, à Paris. A l'angle du boulevard Saint-Germain et de la rue de Villersexel (Paris 7e). A 17 h 15, rendez-vous devant le Jardin des combattants de la Nueve, 3, rue de Lobau (M° Hôtel-de-Ville), pour un hommage aux Espagnols antifascistes de la Nueve et aux étrangers engagés dans la lutte pour la liberté et contre le nazisme. Des prises de paroles évoqueront leur engagement. Pour que l’accueil des réfugiés aujourd’hui soit solidaire, digne et humain. Plus d'infos.

Saint-Gilles (Belgique), 26 août. Dans le cadre de la commémorations de l'exécution de Sacco et Vanzetti (nuit du 22 au 23 août 1927), le Secours rouge, l'Action culturelle anarchiste de Bruxelles et l'Association culturelle Joseph-Jacquemotte vous invitent, à 19 heures, à la conférence-débat avec Esteban Sierra Alvarez sur la solidarité qui s'est exprimé en Belgique à l'époque des procès. Au local Sacco et Vanzetti, Chaussée de Forest 54.

 

FOIRES AUX LIVRES,
EXPOSITIONS, COLLOQUES, RENCONTRES

Notre-Dame-des-Landes. Une « semaine intergalactique » est organisée, du 17 au 24 août : les matinées seront consacrées à des chantiers et à l'organisation logistique de la semaine ; les après-midis et soirées aux discussions et échanges d'expériences. « Les contenus de cette semaine ont été conçus pour privilégier la rencontre entre des personnes impliquées dans le mouvement sur le terrain, des habitant.e.s de la zad et des groupes d’autres pays. » Programme et infos pratiques. Pour prévenir de votre participation et autres contacts : exclaimthezad(at)riseup.net

Sur le racisme. Avec « Nous et les autres. Des préjugés au racisme », le Musée de l’Homme veut donner des clés de compréhension et encourager la réflexion personnelle pour déconstruire les préjugés qui persistent dans les consciences… L’exposition s’appuie sur des études menées par des chercheurs en anthropologie, biologie, sociologie et histoire. Le public est ainsi invité à comprendre les mécanismes individuels et collectifs qui conduisent au rejet des « autres », et à prendre conscience des discriminations dans la société française aujourd’hui. Vidéo de présentation. Jusqu’au 8 janvier 2018, Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, Paris 16e (M° Trocadéro). Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10 à 18 heures. Billet : 12 euros (tarif réduit : 10 euros).

 

DIVERS

En vrac sur le Web (août). A l'occasion de la célébration officielle des 500 ans de la ville (Un été au Havre), une vidéo, se voulant burlesque et signée ODLH, évoque le boulevard Jules-Durand, du nom de cet anarcho-syndicaliste (1880-1926, Wikipédia) leader de la grève des dockers charbonniers en 1910. Faussement accusé de meurtre, il sera condamné à mort, puis réhabilité, avant de sombrer dans la folie à la suite de ces épreuves. On y parle de ce « petit syndicaliste illuminé », de la première de la pièce d'Armand Salacrou, de René Coty… mais on se garde bien d'aborder les conditions de travail et les raisons de la grève, les responsabiltés du patronat de l'époque et de la justice à ses ordres dans cette « affaire Dreyfus du pauvre ». On en apprend plus en visionnant la vidéo relatant l'inauguration par la Mairie de Paris, le 22 juin dernier, d'un square Jules-Durand dans le 14e arrondissement, répondant ainsi aux souhaits des Amis de Jules Durand. « Un autre regard sur l'anniversaire du Havre » (Paris-Normandie.fr) sera donné par des militants syndicaux et des artistes : « Un Havre de travailleurs et de luttes, un Havre de quartiers populaires, un Havre de contre-culture tant musicale que graphique. » Un ouvrage collectif d’interviews, nouvelles, dessins et photos, titré Le Havre - La Rebelle, publié par les éditions Libertalia, sera en vente à partir du 6 octobre (souscription auprès de l’union locale CGT au prix de 10 euros jusqu’au 10 septembre, au lieu de 15 euros). Cette sortie « marquera le lancement d’un week-end festif et revendicatif organisé à la Maison des syndicats. Au programme, une conférence théâtrale sur l’action syndicale de Jules Durand, un concert, ainsi que la projection de Mémoires d’un condamné ». Après l'inauguration (lire « En vrac » de juillet) d'une rue Bakounine à Saint-Imier (Suisse), un conseiller municipal socialiste, Pascal Holenweg, réclame une rue Luigi-Bertoni (1872-1947, biographie) à Genève : « Militant syndical, publiciste, éditeur, organisateur de grèves locales et de solidarités internationales concrètes, notamment avec les antifascistes italiens et les libertaires catalans, Luigi Bertoni est un personnage d’une rare cohérence politique. D’avoir été tout à la fois anarchiste, anticlérical, internationaliste, antifasciste et antistalinien, il n’aura jamais rien retiré que cette cohérence. Et c’est elle qu’il convient de saluer. » Pour répondre à Comprendredieu.com « qui prétend utiliser un argumentaire rationnel pour prouver l'existence de Dieu, ou du moins pour conclure qu'il est raisonnable de croire en son existence », un certain La Tronche en biais a enregistré une savoureuse « pastille » sur YouTube. Avec humour et logique, il démonte les sophismes et syllogismes, comparant entre autres les apports pratiques des sciences physiques et de la religion, répondant aux affirmations créationnistes sur l'origine de l'univers et de la vie… Une autre « pastille » s'attaque à l'athéisme dans le langage, ce qu'il est, ce qu'il n'est pas, passant en revue des notions telles que théisme et déisme, gnosticisme et agnosticisme, athéisme et panthéisme, etc. Offrant ainsi une révision ludique et pertinente. Bien d'autres vidéos de vulgarisation scientifique sur la religion sont disponibles (suaire de Turin, discours créationniste chrétien…). A consommer sans modération ! Les Editions du Coquelicot prévoient de publier à la fin septembre 20 ans dans les geôles franquistes (280 p. + cahier photos de 20 p.) de Joan Busquets Verges, traduit et préfacé par Renacer Soler, et ont lancé jusqu’au 15 septembre une souscription (18 euros, port compris, au lieu de 20 euros à parution). Infos et bon de commande. Né le 25 juillet 1928 à Barcelone, Joan Busquets Verges a adhéré à la Confédération nationale du travail (CNT) en 1944, alors qu'il était apprenti à l'usine Hispano-Suiza. En 1947, il réussit à franchir illégalement la frontière et prend contact avec le Mouvement libertaire espagnol (MLE) de Toulouse. L'année suivante, il rejoint un groupe de guérilleros qui assure le transport d'armes et réalise des sabotages de pylônes électriques et de voies ferrées. Il fera partie de plusieurs groupes clandestins avant d'être arrêté le 18 octobre 1949. Il est alors condamné par la cour martiale à la peine de mort, qui sera commuée en trente ans de prison en février 1950. Joan Busquets Verges ne sera libéré que le 18 octobre 1969. En 1977, il participe à la création de l'Association des prisonniers politiques de Franco en France. Au cours de sa vie, il a collaboré à plusieurs publications libertaires et, en 1998, a publié son autobiographie aujourd'hui traduite en français. Pour en savoir plus : Dictionnaire des guérilleros et résistants antifranquistes. Sur Paris-Lutte.info, une très belle évocation (parue initialement dans Alternative libertaire) de l'« affaire Ferrer », c'est-à-dire la mobilisation pour sauver le pédagogue Francisco Ferrer (1859-1909, biographie), victime de la vindicte de l'Eglise espagnole, finalement fusillé le 13 octobre 1909 dans les fossés de Montjuich. La colère gronde alors partout et, dans la capitale, la manifestation se transforme en émeute mémorable. Premier grand mouvement d'opinion humanitaire mondial, il donnera aussi lieu à la première manifestation pacifique autorisée (le 17 octobre 1909) en France. Actualité : pour tout savoir (ou presque) sur la réforme du travail envisagée par le gouvernement (CDI, négociations collectives, compte pénibilité…), on peut se référer à la « Foire aux questions sur le projet de loi Macron » établie par la CNT-F. Au programme : inversion totale de la hiérarchie des normes, fin du monopole syndical sur la négociation collective, permis de licencier à moindre coût… A lire de toute urgence avant la rentrée !

Des nouvelles des CIRA. Le dernier bulletin (n° 73, mai, 58 p.) du Centre international de recherche sur l'anarchisme (CIRA) de Lausanne (Suisse) vient de paraître (à télécharger). Au sommaire : un très intéressant « Rapport d'activités et bilan de la dernière décennie » qui détaille le fonctionnement du centre et les difficultés rencontrées, un article sur « La pensée politique d'Adhémar Schwitzguébel » (biographie), une présentation des Archives Autonomie, un hommage à Amedeo Bertolo (1941-2016) et une liste des périodiques reçus et des ouvrages catalogués. Fondé à Genève en 1957 (plaquette de présentation, le CIRA fêtera cette année ses soixante ans. Ne bénéficiant d'aucune subvention, on peut soutenir ses activités en devenant membre (cotisations). Le CIRA Marseille lance, quant à lui, un appel à la solidarité pour s'agrandir et stocker toutes ses archives actuelles et à venir. « Grâce à des dons, nous avons pu mener à bien l'achat d'une annexe. Il s'agit d'un ancien entrepôt de 70 m2 qui se trouve à peine à 100 mètres du local du 50 de la rue Consolat. Il faut maintenant le remettre en état. (…) Afin de financer ces travaux, nous lançons un appel à la souscription financière : il nous faut trouver au moins 6 000 euros. » Les chèques sont à libeller à l'ordre de « Les Acrates » et à envoyer au CIRA.

Retour
en haut

 fleche haut
 fleche bas