Archives

DERNIÈRE MISE Á JOUR : 30 AVRIL

Recharger la page


 

 


PARUTIONS

ACCARDO Alain
Pour une socioanalyse du journalisme [« Considéré comme une fraction emblématique de la nouvelle petite bourgeoisie intellectuelle »], Agone, coll. Cent mille signes, Marseille, 146 p., 9,50 euros (mars) infos

BOOKCHIN Murray
Notre environnement synthétique [« La naissance de l'écologie politique »], Atelier de création libertaire, Lyon, 280 p., 14 euros (avril) infos

CHEMINEAU Léonard, MATZ
Le Travailleur de la nuit (BD, à propos d’Alexandre Jacob), Rue de Sèvres, Paris, 128 p., 18 euros (avril) infos

CHOMSKY Noam
Les Dessous de la politique de l'Oncle Sam
(rééd.), trad. de l'anglais par J.-M. Flémal, Ecosociété, Montréal (Québec, Canada), 128 p., 12 euros (mars) infos

CITRON Suzanne
Le Mythe national [« L'histoire de France revisitée »] (rééd.), Les Editions de l’Atelier, Ivry-sur-Seine, 352 p., 15 euros (mars) infos

COLLECTIF
Aux origines de la décroissance. Cinquante penseurs,
dessins de Stéphane Torossian, cord. par Cédric Biagini, David Murray et Pierre Thiesset, coéd. L’Echappée - Le Pas de côté - Ecosociété, 320 p., 22 euros (mars) infos
Paniques identitaires
[« Identité(s) et idéologie(s) au prisme des sciences sociale »], sous la dir. de Laurence De Cock et Régis Meyran, Editions du Croquant, coll. Détox, 198 p., 12 euros (avril) infos
Le travail, et après ?, une proposition collective de Rodolphe Christin, Jean-Christophe Giuliani, Philippe Godard et Bernard Legros, Ecosociété, Montréal (Québec, Canada), 112 p., 14 euros (avril) infos

COLLECTIF DU 9 AOÛT
Quand ils ont fermé l’usine [« Lutter contre la délocalisation dans une économie globalisée »], Agone, coll. L’ordre des choses, Marseille, 288 p., 19 euros (avril) infos

COLSON Daniel
Proudhon et l’anarchie, Atelier de création libertaire, Lyon, 192 p., 14 euros (mars) infos

CHRISTIN Rodolphe
Le Désert des ambitions. Avec Albert Cossery, L’Echappée, Paris, 144 p., 14 euros (mars) infos

DUBOIS-CHABERT Jean-Louis
Délit de solidarité, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 175 p., 14 euros (avril) infos

GAUTIER Jean-Paul
Les Extrêmes droites en France. De 1945 à nos jours, Syllepse, coll. Mauvais Temps, 528 p., 25 euros (mars) infos

GRAEBER David
Bureaucratie (rééd. en poche), trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Françoise et Paul Chemla, Actes Sud, coll. Babel, Arles, 304 p., 8,80 euros (avril) infos

IBÁÑEZ Tomás
Nouveaux Fragments épars pour un anarchisme sans dogmes, Rue des Cascades, Paris, 480 p., 18 euros (avril) infos

KHERRAZ Ahmed
Eloge des anarchismes [« De l'esprit libertaire (et solidaire) dans nos sociétés contemporaines »], Editions Bréal, Paris, 88 p., 7,90 euros (mars) infos

LEDUC Alain (Georges)
Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur, 1848-1917, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 230 p. (nombr. illustr. en noir et en couleur), 15 euros (avril) infos

LONDON Jack
Le Mexicain (rééd.), nouvelle traduction de Philippe Mortimer, postf. de Larry Portis, Libertalia, Paris, 80 p., 5 euros (avril) infos

MEUNIER Yves
La Bande noire [« Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885) »], L’Echappée, coll. Dans le feu de l’action, Paris, 192 p., 17 euros (avril) infos

REDIKER Marcus
Pirates de tous les pays [« L’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726) »] (rééd. en poche), illust. de Thierry Guitard, préf. de Julius Van Daal, trad. de Fred Alpi, Libertalia, Paris, 312 p., 10 euros (mars) infos

SCHIAPPA Jean-Marc
La France n’a pas de racines chrétiennes, coéd. Les Editions libertaires - La Libre Pensée, Saint-Georges-d’Oléron - Paris, 148 p., 14 euros (mars) infos

STERN Jean
Mirage gay à Tel-Aviv, Libertalia, coll. Hors collection, Paris, 168 p., 14 euros (mars) infos

VOLINE
La Révolution russe (rééd. en poche) [extrait de l’ouvrage collectif « La Véritable Révolution sociale »], suivie du texte « Le fascisme rouge », préf. de Charles Jacquier, Libertalia, Paris, 228 p., 10 euros (avril) infos

 

BROCHURES

Une sélection non exhaustive de textes anti-électoralistes, présentée par Paris-Luttes.info (avec quelques extraits alléchants), disponibles sur Infokiosques.net

B. TRAVEN
Le Chagrin de Saint-Antoine, Apache éditions, Paris, 16 p. (mars) à télécharger.
Humains !, Apache éditions, Paris, 4 p. (mars) à télécharger.

GASPARINI Noé
Politiques linguistiques et idéal égalitaire [« 13 stratégies pour communiquer quand on ne parle pas tous la même langue »], Indice, Lyon, 20 p. (mars) à télécharger.

LA HORDE
Les Nouveaux Masques du nationalisme [« Ce qu’est l’extrême droite aujourd’hui et comment elle tente de faire croire qu’elle n’existe plus »] infos, La Horde, s.l., 12 p., version papier : 1,5 euro l’exemplaire, à télécharger.

 

REVUES

Alternative libertaire (n° 271, avril, 20 p., 3 euros, sommaire) se soucie particulièrement des élections présidentielles « pour préparer la résistance dès maintenant », en faisant le portrait du candidat Asselineau, « la supercherie à l’état brut », et en s’opposant dans les luttes et la rue aux idées du Front national. Ainsi que des infos sur la mobilisation sociale en Guyane et la seconde partie de l’entretien avec Claudine Cornil (CGT) : « C’est au syndicalisme de mener un travail de déconstruction des pratiques managériales ». Abonnements et anciens numéros.

Anarchosyndicalisme ! (n° 153, mars-avril, 20 p., 2 euros, site de la CNT-AIT Toulouse), après avoir traité l’actualité du spectacle électoral et l’appel à l’abstention, les dernières violences policières et les précédentes bavures, s’intéresse au capitalisme vert et tente de combattre l’obscurantisme… sous toutes ces facettes : « retour nauséabond de la race » avec l’arrivée d’un « courant islamo[-gaucho]-racialiste », commentaires sur Le Livre noir des religions de Frank Henry Timour, entretien avec le défenseur d’une jeune franco-kurde condamnée à cinq ans de prison en Turquie.

Avalanche (n° 10, mars, versions francophone ou anglaise, 20 p., site Internet), journal international de correspondance anarchiste, livre un regard critique sur le Free Alabama Movement, un mouvement de défense des détenus, et, avec « Demolition Now », une analyse de la grève de septembre 2016 dans les prisons américaines. L'époque où l’Allemagne se présentait comme une terre d'accueil est révolue, accords entre gouvernements, différentes lois régionales ou fédérales ferment les frontières et veulent forcer l’intégration. Et aussi des nouvelles de la caisse de solidarité Kalimero en France…

Bulletin Solidaires - Sortir du colonialisme (n° 2, avril, 12 p., à télécharger) consacre ce numéro au mouvement social qui touche la Guyane (Gwiyann) depuis plusieurs semaines, tout en rappelant le contexte (démographie, économie, social, infrastructures, éducation) fortement marqué par l’histoire coloniale. La plupart des informations proviennent de personnes pleinement investi-es dans les actions en cours, notamment de militants et militantes de SUD éducation et santé-sociaux, ce qui n’empêche pas quelques mises au point.

Le Combat syndicaliste (n° 422, avril, 24 p., 2 euros, sommaire) met à l’honneur la résistance des femmes de chambre des hôtels Ibis à Chevilly-Larue, consacre un article au statut de salarié-e protégé-e – un outil protecteur, un moyen de défense… pour l’instant – et un dossier au travail. Réservez dès maintenant le dernier week-end de juin pour le festival de la CNT-RP à Montreuil. Le numéro de mars est disponible en ligne, ainsi que les précédents.

Courant alternatif (n° 269, avril, 32 p., site Internet) consacre plusieurs pages à la marche du 19 mars pour la justice et la dignité, aux violences policières en banlieue, à la répression de la solidarité et au retour des exilé-es à Calais. « Vers le stade Uber du capitalisme ? », nouvelle phase de développement du capitalisme ou simple généralisation de la sous-traitance, du travail précaire, de l’intérim et de la flexibilité ? La chronique du contrôle et de la répression se poursuit avec un nouvel élément, le livret scolaire unique numérique (LSUN) qui suivra les élèves du CP à la 3e. Suite de « La révolution russe a 100 ans », épisode 3 : « Parler des soviets aujourd’hui ». Formules d’abonnement.

CQFD (n° 153, avril, sommaire). Un dossier, « La police tue », et une « une » qui relativise : « Surtout des Noirs… et des Arabes… et un peu de Chinois ». Embarquement pour cette France si proche et parfois lointaine, pays du harcèlement verbal et physique, des procès perdus d’avance et de la loi des képis, où les arrestations sont souvent arbitraires… Et qui lutte malgré tout : « Voix rebelles de Saint-Denis », « Bobigny ne se rend pas »… Un avant-goût avec « La police tue, les quartiers résistent ». En vente par abonnement, dans quelques kiosques et dans les meilleures librairies de France.

L’Echaudée (n° 6, février, 100 p., 9 euros, Facebook) propose des écrits de critique sociale, de la poésie, tout en faisant l’éloge de l'utopie et de la subversion. Au sommaire de ce numéro : des textes de Paul Mattick, Benjamin Péret, Alain Joubert, Claude Guillon, Barthélémy Schwartz… et des illustrations de Chantal Montellier, George Catlin, Vardhui Sahagian, Anne Van der Linden… Abonnement : 30 euros pour trois numéros (chèque à l'ordre d’Ab irato). Courriel : abirato.editions(at)gmail.com

Gazette des centres d’animation (n° 2, mars-avril, 4 p., à télécharger) est une publication intersyndicale liée au collectif des centres d’animation née dans le contexte de différentes mobilisations ayant eu lieu dans les centres d’animation parisiens (Paris Anim’) depuis plus d’un an.

Le Libertaire 66 (n° 21, mars-mai, 8 p., à télécharger), périodique du groupe Puig-Antich de Perpignan (Organisation anarchiste), dénonce la « mascarade électorale » et la « parodie de débat », tout en réaffirmant les bases de la démocratie directe et de l’autogestion. Il s’élève également contre toutes les religions, constate l’« illusion de la laïcité » et prône la « pensée égalitaire pour affirmer son athéisme ».

Le Monde libertaire (n° 1787, du 4 avril au 4 mai, 78 p., 5 euros, site Internet) a réalisé un important dossier, plus de 40 pages, à propos des élections : « Ça vous amuse encore ? ». Il passe en revue la plupart des aspects de la problématique : le piège de la « prise du pouvoir », le « suicide démocratique », le boycott des élections, une « décision absurde », le leurre de l’extrême droite, du rôle de la gauche et de la servitude volontaire, mandat impératif or not ?, le problème de la représentativité, la perversité du système, que reste-t-il des partis ?, le « symptôme Macron », agir d’abord… Pour le reste, des nouvelles des terrains de combat, une question – « Pulluler jusqu’où ? » –, la prochaine révolution à Cuba et une nouvelle rubrique sur les initiatives et les actualités anarchistes dans le monde. Abonnement.

Négatif (n° 23, parution irrégulière, 8 p., c/o Echanges, BP 241, 75866 Paris Cedex 18). Sus au racialisme, au genrisme, à l’intersectionnalisme et au confessionnalisme à travers un compte rendu de l’ouvrage de Nedjib Sidi Moussa, La Fabrique du Musulman (Libertalia), et un article subtilement titré « Quels enfants sont-ils laissés à ce monde ? ». « J'entends que dans une période réactionnaire et sécuritaire, l'entraide est nécessaire et qu'on veuille ne pas se faire emmerder par les flics à cause de son taux de mélanine, courser par un mec en rut et pouvoir avorter facilement et discrètement qui qu'on soit. Mais précisément, c'est “qui qu'on soit” qui exige ces libertés minimales, et non pas “en tant que”. »

Résistances libertaires (n° 7, spécial élection, 12 p., à télécharger), périodique de la Coordination des groupes anarchistes (CGA, site Internet), titre fort justement que « Les régressions sortiront des urnes. Le seul vote utile, c’est la grève » et étaye son propos en présentant le projet libertaire (autogestion et démocratie directe). Qu’en est-il du vote utile pour s’opposer au Front national ? Inutile et dangereux !

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Bruxelles (Belgique), 1er mai. Rencontre de La Lime autour du procès antiterroriste contre des anarchistes et antiautoritaires en Belgique, à 19 h 30, à Acrata, rue de la Grande Ile 32. Plus d’infos.

Montreuil (93), 1er mai. Fête Libertalia « Contre l’état d’urgence, le grand soir ! » : lancement de l’ouvrage Le Grand Soir d’Aurélie Carrier à 17 heures, puis présentation, à 18 h 30, du livre collectif de photographies Etats d’urgence. Concerts à partir de 19 h 30 avec Trouz an Noz, The Joke et Dubamix. A la Parole errante, 9, rue François-Debergue (M° Croix-de-Chavaux). Entrée à prix libre. Plus d’infos.

Paris, 1er mai. Permanence des Archives Getaway, de 20 à 22 heures, dans les locaux d’Act Up, 8, rue des Dunes, Paris 19e (M° Belleville ou Pyrénées). C’est l’occasion de venir discuter du projet, rencontrer des participants, donner des documents et apporter idées, propositions, questions… Site Internet.

Bagnolet (93), 2 mai. Projection du documentaire Le Chemin de la liberté - Paroles de révolutionnaires syriens (2013, 45 min, VOSTFR), de Naïssam Jalal et Samuel Lehoux, suivie d’une discussion avec les réalisateurs et des révolutionnaires de Syrie. A 19 h 30, au Rémouleur, 106, rue Victor-Hugo (M° Robespierre ou Gallieni). Infos.

Bagnolet (93), 4 mai. « Comment lutter contre le projet Europacity ? » Projection de courts reportages pour présenter la situation et débat avec des membres du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG). A 19 h 30, au Rémouleur, 106, rue Victor-Hugo (M° Robespierre ou Gallieni). Infos et programme du mois.

Lyon, 4 mai. Rencontre avec Laurence De Cock pour l’ouvrage Paniques identitaires. Identité(s) et idéologie(s) au prisme des sciences sociale (Editions du Croquant) qu’elle a codirigé avec Régis Meyran. En partenariat avec les Amis du Monde diplomatique de Lyon. A partir de 19 heures, librairie Terre des livres, 86, rue de Marseille, Lyon 7e. Site Internet.

Malakoff (92), 5 mai. Soirée d’information sur le projet EuropaCity et les perspectives de la lutte, à 19 h 30, à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot (M° Malakoff-rue-Etienne-Dolet). Site Internet.

Marseille, 5 mai. A 19 heures, au local de Mille Bâbords, 61, rue Consolat, Marseille 1er, rencontre avec Renaud Garcia et Annick Stevens pour la présentation de deux livres de la collection Les précurseurs de la décroissance (Le Passager clandestin) : Alexandre Chayanov pour un socialisme paysan et Murray Bookchin pour une écologie sociale et radicale.

Paris, 5 mai. Discussion sur « Migration : richesses et espoirs, gestion et répression » à travers une enquête de Zo d’Axa de 1902 sur Ellis Island (Etats-Unis), un texte et un documentaire de 1980 sur cette porte d’entrée vers le « rêve américain ». A 19 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e. Plus d’infos.

Paris, 5 mai. Rencontre-débat avec Alain (Georges) Leduc autour de son livre Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur, 1848-1917 (Les Editions libertaires), à 19 h 30, à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf).

Saint-Etienne (42), 5 mai. Yves Meunier présentera La Bande noire. Propagande par le fait dans le bassin minier, 1878-1885 (L’Echappée), à partir de 19 heures, à la librairie Lune et l'autre, 19, rue Pierre-Bérard.

Bruxelles, 6 mai. A partir de 14 heures, « Solidarité avec les anarchistes poursuivis pour terrorisme » au Centre social anarchiste, 21-23, rue Godecharle, Ixelles. Pour parler de l’enquête menée par l’Etat belge de 2008 à 2014, revenir sur les luttes qui se trouvent dans le collimateur de la répression et lancer des pistes pour une solidarité active. Infos complémentaires.

Paris, 6 mai. Projection à 16 h 30 de Tamèrantong ! Une école du vivre ensemble (2016, 52 min), film documentaire de Lily et Jean-Pierre Franey, à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Filles-du-Calvaire ou Oberkampf). Infos.

Saint-Jean-du-Gard (30), 6 mai. Rencontre autour de Henry David Thoreau avec Thierry Gillyboeuf, biographe et traducteur. A partir de 19 heures, à la Bibliothèque-infokiosque, 152, Grand-Rue. Suivie par un repas frugal mais succulent. N'hésitez pas à amener plats fameux et boissons extravagantes.

Bagnolet (93), 7 mai. Discussion sur la démocratie avec Léon de Mattis, auteur de « Mort à la démocratie » (L'Altiplano, à lire PDF 545 Ko). A 17 h 30, au Rémouleur, 106, rue Victor-Hugo (M° Robespierre ou Gallieni). Infos et programme du mois.

 

FOIRES AUX LIVRES,
EXPOSITIONS, COLLOQUES, RENCONTRES

Et gare à la revanche ! Festival « Les mauvais jours finiront », du 27 au 30 avril, à Lille : expos photo et peinture, projections, ateliers, concerts, théâtre et salon du livre le dimanche, de 14 à 19 heures. Programme détaillé. Toutes les recettes iront au Collectif des Olieux en soutien aux jeunes réfugiés mineurs isolés.

Jour Ferré ! L’association 24-août-1944 vous propose d’assister au spectacle organisé par Edito Hudin autour des chansons de Léo Ferré, le dimanche 30 avril à 18 heures. « Jour Ferré ! » est placé cette année sous le signe de la chanson de Léo Ni Dieu, ni maître. Chaque artiste interprètera trois chansons de Léo et deux chansons de son propre répertoire. A l’Alhambra, 21, rue Yves-Toudic, Paris 10e (M° République). Avec Nilda Fernandez, La Compagnie Jolie Môme, Mona Heftre, Les Têtes de bois, Carmine Torchia, Annick Cisaruk et David Venitucci, Trio Utgé-Royo, Léo Nissim… Réservation au 01-40-20-40-25 (tarif : 27 euros, réduit : 20 ou 13 euros ; RSA : 2 euros au 06-12-25-52-85). Site Internet.

Salon à Arras (62). Le 16e Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale aura lieu le 1er mai, de 10 à 19 heures, Grand’Place, place des Héros, place d’Ipswich et aux alentours. Des débats et expos, lectures et performances, musiques, en présence de nombreux auteurs (essais et romans, BD, jeunesse). Le 30 avril, journée d’ouverture avec des expos, « graff cession », rendez-vous restaurants et caves, remise du prix Amila-Meckert (qui était Jean Meckert, dit Jean Amila ?), soirée théâtrale… Programme complet (36 pages) à télécharger. Dès le 7 avril, l’association Colères du présent organise plusieurs événements culturels.

Lire en numérique. « Les ateliers du livre » de la Bibliothèque nationale de France (BNF) proposent, en partenariat avec l'université Paris-Nanterre, une après-midi d’étude sur « Lire en numérique : réalités et perspectives » le jeudi 4 mai, de 14 heures à 19 h 15. Lieu : petit auditorium, site François-Mitterrand, quai François-Mauriac, Paris 13e (M° Bibliothèque-François-Mitterrand). Entrée libre. Plus d’infos.

Pacifisme en Belgique. Le Mundaneum (site Internet), 76, rue de Nimy, à Mons (Belgique), organise jusqu’au 14 mai une exposition « Et si on osait la paix ? Le pacifisme en Belgique d’hier à aujourd’hui » regroupant quelques trois cents documents (affiches, photographies, images animées…), dont beaucoup d’originaux rares. Plus d’infos. Pendant toute la durée de l’exposition des animations (colloques, conférences, débats, spectacles théâtraux) se tiendront autour de cette même thématique. Possibilité de visites pédagogiques (dossier pour les enseignants). Exposition disponible en français, néerlandais et allemand. Prix : 6, 4 ou 2 euros. En parallèle, une Rétrospective triennale internationale de l’affiche politique a lieu également.

Expo zapatiste. Dans le cadre du Bendo Festival (infos Facebook), organisé par le collectif Basse Cour aux Grands Voisins, une exposition « pARTage zapatiste. Œuvres des communautés zapatistes du Chiapas » aura lieu les 5, 6 et 7 mai à la salle dite « Magasin général », Les Grands Voisins (ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul), 82, avenue Denfert-Rochereau (M° Denfert-Rochereau ou Port-Royal). Inauguration : vendredi à partir de 19 heures (et jusqu'à 22 heures). Ouverture : samedi, de 12 à 20 heures, et dimanche, de 12 heures à 18 h 30. Samedi, à 14 h 30, conférence « Construire nos propres mondes, à propos de l'autonomie zapatiste », avec Jérôme Baschet.

L’anarchie sans le désordre. Les revues d’extrême droite Eléments et Krisis de la Nouvelle Droite organisent un colloque « Proudhon, l'anarchie sans le désordre » le samedi 20 mai, entre 14 et 18 heures, à l’espace Moncassin de Paris. Programme. Avant la Première Guerre mondiale, l’Action française s’était déjà intéressée au penseur bisontin en lançant la revue Cahiers du Cercle Proudhon, certains éléments de son œuvre prêtant à confusion. Parmi les intellectuels présents, dont le régional de l’étape Alain de Benoist, on a la surprise de trouver Chantal Gaillard, présidente de la Société P.-J. Proudhon, et l’inénarrable Michel Onfray qui semble maintenant flirter avec l’extrême droite comme le constate Claude Guillon.

Livre politique. La 10e édition du Petit salon du livre politique aura lieu les 20 et 21 mai, de 15 à 22 heures, au Lieu-Dit, 6, rue Sorbier, Paris 20e. Entrée libre. Une quinzaine d’éditeurs ont été invités « qui tous, quelle que soit leur taille, consacrent une partie importante de leur catalogue à “la politique”, c’est-à-dire à la critique de l’ordre existant et aux moyens d’en sortir. (…) Il y aura au Lieu-Dit comme chaque année, des débats, des rencontres, et surtout une atmosphère amicale qui fait de ce salon un événement qui ne ressemble à rien de ce que ce mot recouvre, en général. » Mais il semblerait que, comme les années précédentes, ni Les Editions du Monde libertaire ni Les Editions libertaires n’ont été invitées. Et qu’en est-il des Editions CNT-RP, Noir et Rouge ?… Pas assez « politiques », trop libertaires, peut-être ? Infos.

 

DIVERS

En vrac sur le Web. Après avoir pratiqué avec énergie la reprise individuelle, s’être déclaré « rebelle » et « antisystème », François Fillon assume l’anarchie avec conviction. Ce n’est pas un poisson d’avril mais un extrait du JT de La Parisienne libérée qui commente avec pertinence et impertinence l’actualité : « viol accidentel » de Théo, « cinq dangereux démilitaristes ont été présentés au juge antipacifiste » (à propos de l’opération anti-ETA), météo nucléaire… ou, précédemment, ce très rythmé « Allez, c’est bon, outrage et rébellion » sur la vague de procès politiques intentés à des manifestants. Un vrai régal, à consommer sans modération. Anti.mythes, riche de textes libertaires et syndicalistes révolutionnaires, a récemment mis en ligne les Izvestia de Kronstadt. La révolte de la base navale de Kronstadt ou Cronstadt, débutée le 1er mars 1921, est l’une des plus importantes manifestations d'opposition au pouvoir bolchevique. Les marins – « foyer le plus ardent de la révolution d'Octobre » –, les soldats et les ouvriers exigeaient une série de réformes et rejoignaient les revendications des travailleurs de Pétrograd (Saint-Pétersbourg) en grève : élections libres des soviets, liberté de la presse et de réunion pour toutes les forces socialistes, suppression des réquisitions et rétablissement du marché libre. Dénonçant la « dictature des commissaires bolcheviques », les insurgés revendiquèrent la démocratie ouvrière et paysanne confisquée par le Parti communiste : « Tout le pouvoir aux soviets et non aux partis ». Elle fut écrasée militairement deux semaines plus tard, le 18 mars, par l'Armée rouge dirigée par Trotski (lire « L’insurrection de Cronstadt »). La traduction en français du journal des révoltés est ainsi disponible. Parus initialement chez Bélibaste en 1969 (La Commune de Cronstadt), les quatorze numéros ont été reproduits en 1987 par Anda Jaleo (Izvestia de Kronstadt. Mars 1921). Vive la révolution offre sous différentes formes la possibilité de télécharger ce dernier titre (fichier pdf). Nouveau site pour les Editions du Petit Véhicule dont le nom faisant référence au bouddhisme s’accompagne heureusement d’un exergue signé André Suarès : « Il est possible que le livre soit le dernier refuge de l’homme libre. » Le Petit Véhicule, c’est une collection d’ouvrages (La Galerie de l’or du temps), « associant textes et images, format 21 × 21 cm relié à la manière chinoise, fait à la main », une série de cahiers, dont Les Cahiers Léo Ferré, des revues (Incognita dont le n° 8 sur « Armand Gatti ou La Parole errante », ou encore Chiendents) et des vidéos mises en ligneLes Editions libertaires ont créé un site, On parle de nous !, qui a l’ambition de présenter les recensions parues à l’occasion de la publication de leurs ouvrages. Y lira-t-on des critiques négatives ou seulement louangeuses ? L’autoflagellation ne semble pas au rendez-vous si l’on en juge par L’Impasse islamique, de Hamid Zanaz, qui a suscité nombre de prises de position peu amènes qu’on ne trouve pas, ou par Les Anarchistes de l’île de Ré qui auraient mérité une analyse plus soucieuse des faits historiques. Un formulaire-contact est présent pour dire ce qui manque. Archéologie anarchiste : 24 heures, un site d’infos de la région vaudoise (Suisse), relate la découverte d’une « capsule temporelle » à l’occasion de travaux sur les quais d’Ouchy (Lausanne). Un maçon (se dénommant sans doute Frédéric Reusser), lors de la construction, avait laissé dans le béton un tube de verre contenant un écrit et le premier numéro du Réveil (journal anarchiste bilingue français-italien, fiche Bianco), daté du 7 juillet 1900, fondé par Luigi Bertoni (biographie). Entre 1900 et 1947, la production de ce périodique a été très importante : 27 brochures sont recensés sur Cgecaf, 14 cartes postales parues sous ce nom (Cartoliste) et au moins sept affiches répertoriées (Placard). La Discordia est morte, vive Les Fleurs arctiques ! Dissolution de la bibliothèque anarchiste parisienne mais, comme « la plus belle mort est celle qui fait place à la vie », un autre projet est lancé : Les Fleurs arctiques. Inauguration du lieu le 22 avril à partir de 18 heures. L’Association Autogestion « a pour ambition de promouvoir la réflexion et l’éducation populaire sur la thématique de l’autogestion. Elle vise à mutualiser les expériences de façon critique sans les transformer en modèles normatifs, et à appuyer toute initiative s’inscrivant dans le sens d’un projet émancipateur » (présentation). Un site Internet développe l’actualité, les luttes et expériences en cours, et offrent de nombreux « outils » et références (bibliographie, filmographie…) et une galerie « Archives et mémoires » (biographie, documents, témoignages…) très complète. Une lettre informe régulièrement des nouveautés.

Adieu compagnons. Une voix s’est éteinte, celle de Gérard Terronès (1940-2017), créateur de salles et de clubs, disquaire, chroniqueur, programmateur… « un amoureux de jazz aux multiples casquettes », dixit Libération qui lui consacre un bel hommage. « Durant près de trente ans, il aura promené sa mince silhouette et son éternel chapeau cordobès dans les divers studios de Radio-Libertaire, pour animer, avec une passion et une compétence formidables, l’émission Jazz en liberté. (…) On se souviendra aussi de ses saines colères quand quelques gougnafiers ou “responsables” incompétents lui imposaient de travailler dans des conditions techniques lamentables », se souvient Floréal Melgar (« Salut, Gérard ! »).
La Faucheuse a également fait sortir de scène Armand Gatti (1924-2017), journaliste et homme de théâtre aux multiples activités (bio-bibliographie complète), cocréateur de La Parole errante - Maison de l’arbre à Montreuil (93), ce lieu qui a permis bien des créations et accueilli toutes les révoltes.
Laissons la parole à ses proches :
« Armand Gatti est mort le 6 avril 2017, à l’hôpital Begin de Vincennes.
« Gatti, Dante, Sauveur est né le 26 janvier 1924 à la maternité de l’hôpital de Monaco, fils d’Auguste Gatti, balayeur et de Letizia Luzona, femme de ménage.
« Armand Gatti, c’est le journalisme qui lui a voulu ce prénom, mais Dante il est resté, aussi.
« Avant il fut “Don qui”, résistant, arrêté, évadé, parachutiste.
« Il fut journaliste (…)
« Il fut auteur, dramaturge, metteur en scène (…)
« Il fut réalisateur de films (…)
« Et Gatti se fit écrivain public, vidéaste, nomade, du Brabant wallon à Montbéliard, de Ris-Orangis à Strasbourg, en passant par Toulouse, Marseille, L’Isle-d’Abeau, Avignon, Genève, Besançon, Lyon, etc. (…)
« Gatti est à jamais dans l’espace utopique que ses mots ont déployé, celui où le communard Eugène Varlin croise Felipe l’Indien, où Rosa Luxembourg poursuit le dialogue avec les oiseaux de François d’Assise, où Antonio Gramsci fraternise avec Jean Cavaillès, Buenaventura Durruti avec Etty Hilsum, Auguste G. avec Nestor Makhno.
« Gatti, si on ne le sait déjà, on le saura bientôt, est l’un des plus grands poètes de notre temps et des autres. »
Serge Utgé-Royo se souvient d’une de ses dernières rencontres avec lui et France Inter a rediffusé le 6 avril dans l’« Heure bleue » un entretien réalisé en 2009.

Souscriptions. Les Editions Jean-Jacques Wuillaume vont prochainement publier Elisée Reclus : un communard en exil de Jan Rapacki (260 p. environ, une trentaine de photos, sortie courant mai). Il s'agit d'un recueil d'articles du géographe anarchiste parus dans la presse française de 1872 à 1875 pendant son exil en Suisse, collectés et mis en page par un de ses descendants. En partenariat avec Les Reclusiennes (Facebook), une souscription a été lancée (prix : 19 euros, frais de port : 3,50, soit au total 22,50 euros). Sarah Katz et Pierre Stambul, auteurs de Chroniques de Gaza, mai-juin 2016 (Acratie), font partie des militants du mouvement de solidarité avec la Palestine qui ont choisi de témoigner collectivement sur la situation intolérable à Gaza avec un livre-DVD (52 min), Gens de Gaza. Vivre dans l’enfermement (préface de Christiane Hessel) à paraître en juin aux éditions Riveneuve. Bon de souscription (12 euros au lieu de 15, plus 2 euros de frais de port) à renvoyer avant le 31 mai. Dans un autre registre, les Editions de la Pigne (!) compte rééditer Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation (préface de Sushina Lagouje, illustrations d’Eric Mie, 80 p.) de Pierre Louÿs (1870-1925, site). L’auteur « prend un malin plaisir à mettre un grand coup de pied dans la fourmilière de la bienséance. (…) [Il] a imaginé un anti-guide des bonnes manières pour faire rougir de honte ou pour faire frémir d’un inavouable plaisir toutes les Nadine de Rothschild de la terre. » Souscription ouverte jusqu’au 30 juin : 8 euros au lieu de 9.

Retour
en haut

 fleche haut
 fleche bas