Archives

DERNIÈRE MISE Á JOUR : 16 JUILLET

Recharger la page


Flux RSS

 

 

A suivre
sur TwitterTwitter

 

 


PARUTIONS

ANTONINI Frédéric
Pour une économie libertaire [« Pistes et réflexions »], Nada-éditions, Paris, 88 p., 8 euros (mai) infos

ANWEILER Oskar
Les Soviets en Russie, 1905-1921, préf. d’Eric Aunoble, trad. de l’allemand par Serge Bricianer, Agone, Marseille, 546 p., 13 euros (mai) infos

BLANC William
Winter is Coming [« Une brève histoire politique de la fantasy »], Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 144 p., 8 euros (mai) infos

CHRISTIN Pierre, VERDIER Sébastien
Orwell (BD), Dargaud, Paris, 160 p., 19,99 euros (juin) infos

CITRON Suzanne
Le Mythe national [« L'Histoire de France revisitée »] (rééd.), préf. de Laurence De Cock, Les Editions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 368 p., 15 euros (juin) infos

COLLECTIF
L’anarcho-indigénisme
[« Dunbar-Ortiz, Hébert, Hill, Huson, Kehaulani Kauanui, Ariwakehte Nicholas et Toghestiy »], entretiens réunis et présentés par Benjamin Pillet et Francis Dupuis-Déri, Lux éditeur, coll. Instinct de liberté, Montréal (Québec, Canada), 208 p., 12 euros (juin) infos
Au-delà du personnel
[« Pour une transformation politique du personnel »] (rééd., bibliographie actualisée), textes rassemblés par Corinne Monnet et Léo Vidal, préf. d’Eva Thiébaud, Atelier de création libertaire, Lyon, 312 p., 16 euros (mai) infos
Bure. Contre le nucléaire et son monde,
présenté par Serge Aumenier, Editions du Monde libertaire, coll. Les dossiers de la Fédération anarchiste, Paris, 296 p., 8 euros (mai)
CNT : 1946-1954, une crise riche d’enseignements
(rééd.), Union départementale CNT du Val-d’Oise (UD CNT 95), coll. Au fil du temps, s.l. [Argenteuil], 68 p., 5 euros (mai) infos
L'Evénement Gilets jaunes, Editions A plus d'un titre, Lyon, 172 p., 10 euros (mai) infos
IP : le renouveau de l’anarcho-syndicalisme en Pologne [Inicjatywa Pracownicza (IP), Initiative des travailleurs], Union départementale CNT du Val-d’Oise (UD CNT 95), coll. Pratiques internationalistes, s.l. [Argenteuil], 60 p., 5 euros (juin) infos

Collectif Désobéissances libertaires
Antimilitaristes anarchistes non-violents [« Barthélemy De Ligt (1883-1938), Pierre Ramus (1882-1942) »], Atelier de création libertaire, Lyon, 156 p., 12 euros (mai) infos

LABBÉ Yves-Noël
Allons en Icarie ! [« Etienne Cabet et le rêve américain »], L'Harmattan, Paris, 176 p., 18,50 euros (juin) infos

MALATESTA Errico
Articles politiques [« Idées, organisation et pratique anarchistes »] (rééd.), trad. de l’italien et présent. par Frank Mintz, Luz éditeur, coll. Instinct de liberté, Montréal (Québec, Canada), 440 p., 18 euros (mai) infos

MOREL DARLEUX Corinne
Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce [« Réflexions sur l’effondrement »], Libertalia, coll. La petite littéraire, Montreuil (93), 104 p., 10 euros (juin) infos

MYRTILLE (Giménologue)
Les Chemins du communisme libertaire en Espagne (1868-1937) [3e vol. : « (Nouveaux) Enseignements de la révolution espagnole. Juillet 1936 - septembre 1937 »], Divergences, coll. Imaginaires subversifs, Paris, 260 p., 15 euros (mai) infos

REXROTH Kenneth
Le Communalisme [« Les communautés affinitaires et dissidentes, des origines jusqu’au XXe siècle »], trad. d'Hervé Denès, L'Insomniaque, Montreuil (93), 320 p., 22 euros (mai) infos

SAMSON-DUNLOP François
Comment les paradis fiscaux ont ruiné mon petit-déjeuner [roman graphique], postf. d'Alain Deneault, Ecosociété, coll. Ricochets, Montréal (Québec, Canada), 216 p., 21 euros (mai) infos

STEINER Anne
Les En-dehors [« Anarchistes individualistes et illégalistes à la “Belle Epoque” »] (rééd.), L'Echappée, coll. Dans le feu de l'action, Paris, 288 p., 19 euros (mai) infos

STEPNIAK
La Russie souterraine [« Esquisses du mouvement révolutionnaire russe (1860-1880) »] (rééd.), Tumult, Bruxelles, 258 p., 8 euros (juin) infos

TÉLLEZ SOLÁ Antonio
Sabaté. Guérilla urbaine en Espagne (1945-1960) (rééd), Tumult, Bruxelles (Belgique), 400 p., 10 euros (juin) infos

THOREAU Henry David
Le Paradis à reconquérir (rééd.), nouv. trad. de l’anglais (Etats-Unis) par Nicole Mallet, introd., postf. et notes de Michel Granger, Le Mot et le Reste, Marseille, 96 p., 3 euros (juin) infos
La Succession des arbres en forêt,
trad. de l’anglais (Etats-Unis) par Nicole Mallet, introd., postf. et notes de Michel Granger, Le Mot et le Reste, Marseille, 80 p., 3 euros (juin) infos

VANEIGEM Raoul
Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande, Libertalia, coll. La Petite littéraire, Montreuil, 96 p., 8 euros (mai) infos

 

EN TÉLÉCHARGEMENT

L'ouvrage de Jan Moulaert, Le Mouvement anarchiste en Belgique, 1870-1914, publié en 1996 par Quorum, est disponible au téléchargement [PDF 36 Mo]

ANONYME
Inceste, Infokiosque fantôme (partout), 76 p. (juin) à télécharger
Sur quelques vieilles questions d’actualité parmi les anarchistes, et pas seulement, Infokiosque fantôme (partout), 12 p. (mai) à télécharger

ANTICRA
En lutte contre les CRA ! [« Voix et combats de l’intérieur, solidarités à l’extérieur pour entraver la machine à expulser (décembre 2018 - février 2019) »], Infokiosque fantôme (partout), 32 p. (mai) à télécharger

COLLECTIF
Défendre la révolution (rééd.), Partage noir, s.l., 2019, 35 p. [PDF 1,3 Mo]
Délit de solidarité, le guide, Délinquants solidaires, Paris, 29 p. (juin) à télécharger

DÉSARMONS-LES !
Les Armements de maintien de l'ordre [« Mieux les connaître, pour mieux s'en prémunir ! », mise à jour : printemps 2019)], Désarmons-les !, s.l., 44 p. (juin) à visionner

DESMERS Maria
La Féminisation libère-t-elle les femmes ?, Ravage éditions, Paris, 20 p. (juillet) à télécharger

ETREBILAL Aviv
Religion et modernité [« De nouvelles analyses pour de nouveaux enjeux ? »], Ravage éditions, Paris, 32 p. (juillet) à télécharger

GANGSTARS
Un corps de femme [« Brochure pour celles qui sont en âge d’aller au collège (et plus) »], NEBuleuse des échanges intergalactiques (nomade), 52 p. (juin) à télécharger

 

RADIO

« La Fabrique de l'Histoire » (France Culture) a rediffusé le 5 juillet, dans le cadre d'une série sur les « Révolutions des sixties », un documentaire d'Anaïs Kien réalisé par Anne Fleury, Les Provos, le mai 68 néerlandais ou comment se révolter tranquillement (2014, 52 min). « En juillet 1965, lors des manifestations contre le mariage controversé de la future reine des Pays-Bas, une poignée d'activistes se fait remarquer par ses actions radicales et son imagination. Ce documentaire retrace l'histoire d'un petit groupe devenu un vaste mouvement : les Provos. » Podcast.

 

VIDÉO

« Vous me demandez pourquoi je suis Gilet jaune ? » (30 min 45, 5 mai).
« Entre les manifestants mutilés, les médias manipulés, et ceux qui meurent dans la rue, la situation dans notre pays ne devrait pas faire d'équivoque. Ce documentaire est un résumé sourcé de ce qui se passe actuellement en France, le pourquoi du comment, le pourquoi du ras-le-bol. »

« Gilets jaunes, une répression d'Etat » (57 min, 21 mai) « Depuis six mois une répression inédite s’abat sur le mouvement des Gilets jaunes. A travers les témoignages de blessés, spécialistes et militants, le documentaire inédit de StreetPress décrypte les dérives du maintien de l’ordre. »
Complément d'infos sur la censure (démonétisation) effectuée par YouTube.

 

REVUES

Alternative libertaire (n° 296, juillet-août, 32 p., 4 euros, sommaire). Ce numéro d'été est bien entendu particulièrement axé sur le congrès constitutif de l'Union communiste libertaire (UCL) qui a réuni Alternative libertaire et la Coordination des groupes anarchistes (CGA) ; lire édito et « Naissance d'une nouvelle fédération ». Un encarté de 20 pages livre le Manifeste de l'UCL : « En vingt chapitres y sont détaillés son projet de société, son analyse du capitalisme, de l’Etat, de la crise écologique, du patriarcat, du racisme, des impérialismes, sa stratégie révolutionnaire fondée sur les contre-pouvoirs et l’auto-organisation, son approche syndicaliste, sa conception de l’organisation libertaire et surtout – surtout ! – sa confiance dans l’inventivité du prolétariat. » Par ailleurs, un bilan de la situation en Israël montre que Netanyahou « a plus que jamais les coudées franches pour mener à bien sa politique extrémiste », avec le soutien de Donald Trump, la bénédiction de l'Arabie saoudite et la satisfaction de l'extrême droite européenne. Le point également sur la grève aux urgences avec plus de 120 services touchés et une structuration de la lutte qui rappelle le mouvement de 1988 : « Le retour des coordinations de grévistes ». Abonnements et anciens numéros.

Anarchosyndicalisme ! (n° 164, mai-juin, 20 p., 2 euros, à télécharger) avec un peu de retard, s'intéresse aux dernières élections européennes : à peine la grand-messe terminée, la pression policière sur les protestataires de tout poil reprend… Et s'élève contre une manipulation médiatique : les « gilets jaunes » auraient majoritairement voté pour Le Pen. A part ça, retour sur ce mouvement et sur la répression policière et judiciaire qui l'accompagne. « Crime et châtiment ? » à propos du procès des dirigeants de France Telecom, responsables de la vague de suicides parmi le personnel. Un intéressant article, sous la rubrique « sectes », s'interroge sur la « pédagogie » Steiner-Waldorf : « enseignement alternatif ou endoctrinement labélisé bio ? » A l'international : récupération du fantôme de Makhno en Ukraine ; mobilisation des retraités espagnols en gilets jaunes ; liberté pour Ebru Firat, incarcérée en Turquie ; répression des anarcho-syndicalistes en Indonésie…

Bulletin du CIRA (n° 75, printemps, 52 p., à télécharger). Le dernier bulletin du Centre internationnal de recherche sur l'anarchisme de Lausanne (Suisse) est disponible. Au sommaire : rapport d'activités 2018 ; datation de l'arrivée d'Elisée Reclus à La Nouvelle-Orléans (Etats-Unis) ; « Vulgarisation scientifique et anarchisme roumain au XIXe siècle » (en anglais) ; notes autobiographiques de Lucien Grelaud (1930-2019) ; à propos de « papa Bakounine » (père putatif de trois enfants, nés de la relation d'Antonia Kwiatkowska-Bakounine avec Carlo Gambuzzi) ; nécrologie de Dieter Gebauer (1944-2018) ; à propos de la mise en ligne du répertoire des périodiques anarchistes italiens (1872-1971), établi par Leonardo Bettini (en italien) ; divers hommages et liste des périodiques en activité parus et conservés au CIRA en 2017 et 2018. Les précédents numéros (n° 64 à 74) peuvent également être téléchargés.

Le Combat syndicaliste (n° 445, juin, 24 p., 2 euros, site Internet) consacre un article et son dossier à l'école. Pour le premier, il s'agit de lutter contre « l’évaluation, une plaie qui érige la compétition et le contrôle comme principes. A l’école et partout ». Quant au second, il concerne l'éducation et l'Etat, « dedans ou dehors » : « la CNT et le service public, quelques éléments de réflexion sur l’éducation ». Au sommaire également : contre le dérèglement climatique et le capitalisme dit « vert » ; retour sur une grève des facteurs à Amboise ; expulsé·es, réexpulsé·es… à Saint-Etienne et partout, un toit pour tous et toutes, c’est un droit ; pages internationales (Etats-Unis, Brésil) et culturelles. Pour télécharger le numéro de mai.

Courant alternatif (n° 292, été, 36 p., 3 euros, sommaire) revient « sur une année agitée à l'éducation nationale » (réformes, grèves, bac…), sur la répression lycéenne (Mantes-la-Jolie et Ivry, « deux affaires exemplaires »), sans oublier qu'il faudrait « Repenser une critique radicale de l'école capitaliste ». Trop de « défense du service publique » et « nécessité de repenser un projet éducatif (…) qui vise dans et par sa pratique à l'abolition de la séparation entre activités manuelles et intellectuelles ». Autres luttes sociales abordées : les urgences, l'évacuation d'un squat à Lille et les répressions, policière et judiciaires, du mouvement des « gilets jaunes ». La rubrique « Notre mémoire » se souvient de la mobilisation contre le projet de centrale nucléaire de Plogoff en 1980 et du « parcours de vie » d'« une féministe révolutionnaire » à Flins (entretien avec Fabienne Lauret). Une double page présente en détail le programme des rencontres libertaires du Quercy (lire ci-dessous) organisées par l'Organisation communiste libertaire (OCL). On peut s’abonner ou renouveler son abonnement en ligne.

CQFD (n° 178, juillet-août, 32 p., 5 euros, sommaire), avec ce dossier « Pas de fumée sans femmes », tente « la preuve par meufs », « un tour d’horizon des sujets dont personne ne s’emparerait si les femmes ne montaient pas au créneau » : les Gillettes, sur les ronds-points ; pétroleuses toujours ; avortement (« les oreilles du Planning familial », avoir le choix, « lorsqu'il est trop tard ») ; femmes sans enfant ; repenser la vieillesse ; la presse féminine ; au Mexique (lutte contre le féminicide, rap féminin) ; culture du viol ; pornographie féministe ; « féminisme décolonial » ; foot… Pour elles, « l’enjeu est double : pas de lutte sociale sans remise en cause du patriarcat. Pas de remise en cause du patriarcat sans prise en compte des luttes sociales ». Dans l'actualité, « Laisser noyer les sans-papiers », « Justice et Gilets jaunes », les « chapitres moins glorieux » du commando Hubert, « Les femmes de chambre luttent (toujours) »… En vente par abonnement, dans quelques kiosques et dans les meilleures librairies.

Hérésie (n° 3, printemps, 28 p., gratuit et soutien bienvenu, site Internet). L'année 2018 nous avait apporté deux livraisons de cette revue-brochure (lire précédente recension) et voilà le troisième numéro qui pointe le nez. Son initiatrice nous confie son envie (peut-être momentanée) de faire partager des textes qui nourrissent ses réflexions. Au sommaire donc, de courts textes d'affirmation individualiste, d'époques différentes, qui se répondent et parfois s'entrechoquent… Une introduction livre quelques pensées sur individualité versus société, sur la sociophobie (que l'on peut partager), sur la nécessaire union (sans cesse reconstruite) pour combattre l'injustice et la domination. Une citation en conclusion illustre assez bien les affres de l'individualisme : « Il ne voulait ni de Dieu ni de maîtres. Il est donc devenu anarchiste. Mais il n'aimait pas les anarchistes et il est donc devenu anarchiste individualiste. Avec le temps même eux ne lui plaisaient pas, et il s'est retrouvé seul avec deux frères… »

Le Libertaire (n° 111, juin, 12 p., à télécharger) considère qu'il n'y a qu'une seule voie « Pour en finir avec le chômage et la précarité », fruit de l'exploitation de l'homme par l'homme : abattre le système capitaliste et adopter les propositions libertaires. L'écologie a le vent en poupe mais « on voit mal comment les écologistes électoralistes vont pouvoir articuler leur projet en dehors des balises du système en place ». « Hypocrisie de Macron et des politiciens de gauche comme de droite » qui s'émeuvent (ou font semblant) « de la peine de mort prononcée en Irak contre des djihadistes français incarcérés dans ce pays » et se félicitent des ventes d'armes « bonnes pour l'emploi ». Il faut dire et répéter que « Les armes tuent et mutilent » et prôner le « Désarmement unilatéral ». Suite du long texte sur « La réforme des retraites : les grèves d’août-septembre 1953 ».

Le Monde libertaire (n° 1807, juin, 60 p., 4 euros, site Internet) nous offre un dossier sur le travail composé de divers articles comme autant de regards sur ce thème : saisonnier agricole – liberté et précarité ; travailler pourquoi et pour qui ? ; les tribulations d'une chercheuse ; les anarchistes et les syndicats ; emploi ou travail ; le travail-esclavage, exemples en Turquie (construction d'un aéroport) et au Cambodge (textile) ; hiérarchie et autonomie dans une association progressiste… Par ailleurs, signalons la suite du texte de Louis Janover sur le « plagianisme » (« la science de faire de la vérité d'hier le mensonge de notre temps ») ; l'anarchisme à Cuba, hier et aujourd'hui ; des nouvelles d'Espagne (luttes sociales et retour de la « peste brune ») ; plusieurs articles sur Macron et une réflexion sur l'utilisation des « moyens modernes de communication » dans les milieux militants. Les pages culturelles présente deux notes de lecture sur des ouvrages d'« anthropologie anarchiste » : Homo domesticus, de James C. Scott, et L'Ordre contre l'harmonie de Charles Macdonald. Pour s'abonner en ligne.

Sans détour (n° 2, mai). En comptant le n° 0, c'est en fait la troisième parution de ce « journal anarchiste apériodique ». Les personnes intéressées pourront demander des exemplaires à sansdetour(at)riseup.net Leurs vœux ? « Contribuer (…) à alimenter les mondes de chaque individu en lutte contre l'autorité, avec ces questions dans la tête : comment alimenter un feu qui détruise cette église [l'Etat] du bas des cryptes jusqu'en haut des combles, la réduisant à néant, et empêcher qu'une autre ne soit bâtie à sa place ? » Au sommaire de ce numéro : « Des chemins dans le brouillard », « Inactualités sur le Premier Mai », « Quelques trous dans la Toile : réflexions hors réseaux », « L'inimitié envers la politique », « Parlons peur mais parlons bien », « Fous, rancuniers ou anarchistes ? », « Hécatombe dém-ogratique », « Lectures intempestives ».

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Bruxelles (Belgique), 16 juillet. L'Union communiste libertaire vous invite à assister à la projection du documentaire L'Homme a mangé la Terre (2019, 98 min), de Jean-Robert Viallet, à 18 heures, au local Sacco-Vanzetti, 54, chaussée de Forest. « Le film remonte aux sources de la crise écologique, en interrogeant avec précision les enjeux scientifiques, économiques et politiques qui y ont conduit. » Suivie d'un débat. Infos.

Montreuil (93), 16 juillet. Atelier artivisme anti-pub (création-détournement d'affiches) tous les mardis, de 19 à 23 heures, à La Maison de l’Arbre - La Parole errante, 9, rue François-Debergue (M° Croix-de-Chavaux). Infos.

Toulouse, 19 juillet. A l’occasion du 83e anniversaire du soulèvement contre le coup d’Etat franquiste, les Jeunes Libertaires vous proposent une journée autour de la révolution espagnole (1936-1939). Au programme : exposition « Vivre l’utopie » de 14 à 20 heures ; repas partagé (chacun amène un petit plat) ; projection De Toda la Vida à partir de 20 heures ; et, à 21 heures, débat « Les femmes pendant la révolution ». Au 2, rue Saint-Jean (quartier Carmes). Entrée libre. Facebook.

Paris, 23 juillet. Réunion de la Coordination contre la répression et les violences policière, à 18 h 30, à la Bourse du travail, 3, rue du Château-d’Eau, Paris 10e (M° République). Infos.

Saint-Amant-Roche-Savine (63), 27 juillet. Dans le cadre du festival La Belle Rouge, rencontre avec Corinne Morel Darleux aux ateliers politiques, à propos de Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce (Libertalia).

Villedieu-les-Poêles (50), 28 juillet. Corinne Morel Darleux, autrice de Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce (Libertalia), parlera de son ouvrage à 17 heures salle du cinéma, dans le cadre du festival Pluies de juillet.

 

FOIRES AUX LIVRES,
EXPOSITIONS, COLLOQUES, RENCONTRES

Semaine Alternative libertaire. Dans la continuité de ses journées d'été, Alternative libertaire (maintenant Union communiste libertaire) organise une semaine d'échanges, de débats, de formations mais aussi de détente, du 13 au 20 juillet, au hameau de Bécours, dans l'Aveyron. « C'est l'occasion, pour le courant communiste libertaire, de se retrouver dans un cadre différent, de mettre des noms sur des visages, de transmettre des expériences, d'approfondir des connaissances et de partager des moments de convivialité. » Peuvent y participer les militantes et militants d'AL et de la CGA, les souscripteurs et souscriptrices aux Ami·es d'Alternative libertaire, les abonné·e·s au mensuel. Conditions de participation : avoir lu la courte charte d'autogestion des Journées d'été rouge et noir, régler 19 euros par adulte et par nuitée (13 euros par enfant et par nuitée). Inscription et infos complémentaires.

Expo Landauer. En relation avec le colloque « Actualité de Gustav Landauer », une exposition « L’anarchie, ou la vie humaine émancipée », itinéraire de Gustav Landauer (1870-1919), se tiendra jusqu'au 15 juillet à l'ENS de Lyon, cour intérieure, 15, parvis Descartes, Lyon 7e (entrée libre : sonner à la porte d'entrée). Elle retrace son parcours « depuis sa jeunesse à Karlsruhe jusqu’à son assassinat à Munich, le 2 mai 1919. Ses nombreuses années d’activité à Berlin y font l’objet d’une attention toute particulière. Les vingt-quatre panneaux de l’exposition reviennent notamment sur son engagement dans le mouvement des théâtres populaires, des coopératives, des écoles libres, des projets d’implantation communautaires, mais aussi sur sa postérité et sur l’actualité de sa pensée. »

Rencontres de l'OCL. Comme chaque année, l’Organisation communiste libertaire (OCL) propose des rencontres qui se dérouleront du 16 au 23 juillet inclus à La Maison carrée (Lauzeral, commune de Vazerac), dans les coteaux du Quercy, entre Montauban et Cahors. Ouverts à toutes les personnes intéressées, les « débats auront lieu le soir et certains après-midi, mais il sera possible de proposer et d'organiser d’autres discussions afin de partager une expérience ou de présenter une lutte particulière ». Sujets abordés : bilan du mouvement des « gilets jaunes » et perspectives pour les futures luttes sociales, solidarité contre la répression, état des lieux de la politique macronienne, critique de l’école et de la fonction d’enseignant·e, situation politico-sociale en France après les européennes, contre-sommet du G7 au Pays Basque, solidarité par rapport aux migrant·e·s, Algérie, Israël, montée des régimes autoritaires en Europe. Modalités pratiques et programme complet.

Saint-Amant (63). Le Festival La Belle Rouge, organisé par la Compagnie Jolie Môme, se tiendra du 26 au 28 juillet à Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme), à une heure de route de Clermont-Ferrand. Comme chaque année, depuis 2006, il y aura de la musique, du théâtre, du cirque, du cinéma, des ateliers politiques et des tables de presse… A signaler les représentations (vendredi, à 20 h 30, et samedi, à 10 h 30) de L’Accusée Louise Michel (durée : 1 h 30, Grand Chapiteau) par le Théâtre de l’Epée de bois qui joue les avocats du diable et fait le procès de la militante, afin de mieux comprendre son héritage où se mêlent la lutte et l’utopie. Programme, tarifs et infos pratiques sur le site Internet.

Camping anarchiste. La CNT-AIT de Toulouse (site Internet) vous invite à participer à son camping d'été aveyronnais qui aura lieu cette année du 28 juillet au 4 août. « Cette semaine sera auto-organisée et mêlera des activités de loisirs, culturelles, sportives et bien sûr de la réflexion… en fonction des propositions et des apports de chaque participant. » Pour les informations et les réservations, contactez l'organisateur par courriel (contact[at]cntaittoulouse.lautre.net) ou par Facebook.

Les Bure'lesques. Le Festival de résistance contre le projet de poubelle atomique Cigéo en Meuse/Haute-Marne se déroulera les 9, 10 et 11 août à Hévilliers (Meuse), à quelques kilomètres de Bure. « Le projet d’enfouissement des déchets nucléaires voit le jour en 1994 à Bure (Meuse, limite Haute-Marne) », à terme « ce seraient 30 km2 d’installations en surface et environ 300 km de galeries souterraines bourrées d’un cocktail radioactif explosif, composé des déchets hautement et moyennement radioactifs à vie longue, principalement issus de l’industrie nucléaire et dangereux pour plusieurs centaines de milliers, voire millions, d’années. » Au programme, des concerts et des spectacles, des conférences-débats, des projections-débats, des performances artistiques… Entrée et restauration à prix libre. Détails et infos pratiques.

Rencontres du Maquis. Elles se tiendront, du 10 au 15 août, à La Commune du Maquis, Bois-Bas, 34210 Minerve : concert, présentations d'ouvrages et discussion, projections-débats, ateliers, théâtre, chansons… Programme complet et infos pratiques. Camping, chambres et gites, bar et restauration sur place. Réservations à lacommunedumaquis(at)riseup.net

Expos Fénéon. Critique d'art, un des plus grands d'après Jean Paulhan, défenseur et amis des peintres néo-impressionnistes, secrétaire de rédaction de La Revue blanche, journaliste créateur des célèbres nouvelles en trois lignes, chefs-d'œuvre de concision et d'humour noir, directeur de galerie, Félix Fénéon (1861-1944, lire biographie) était aussi un grand collectionneur de tableaux et l'un des premiers à apprécier les arts premiers d'Afrique et d'Océanie. Anarchiste, il fut arrêté et jugé en 1894 lors du fameux « procès des Trente » pour sa supposée complicité dans les attentats. Il en profita pour ridiculiser les magistrats et fut acquitté. Plusieurs musées lui rendent pour la première fois un hommage en tant qu'« acteur majeur du monde artistique de la fin du XIXe siècle et du tournant du XXe siècle ». Jusqu'au 29 septembre, le musée du quai Branly organise une exposition « Félix Fénéon. Les arts lointains » (infos). Puis, à l'automne, au musée de l’Orangerie, seront évoquées les convictions anarchistes de Félix Fénéon et son action en faveur des artistes à travers ses critiques, expositions et acquisitions. En 2020, The Museum of Modern Art, à New York, présentera une synthèse de ces deux rétrospectives. Notons, tout de même, qu'en 1945 la direction des musées de France refusa de recevoir en legs sa riche collection de tableaux et d'objets d'art africain. Sa veuve, Fanny, décida alors de leur mise en vente après son décès pour créer un prix qui aiderait de jeunes écrivains et artistes. Depuis 1949, le prix Fénéon est ainsi attribué chaque année au lendemain de l'anniversaire de sa mort.

Joan Jordà à Carcassonne. Une exposition « Joan Jordà, un peintre libertaire. De 1936 à aujourd'hui » se tiendra jusqu'au 9 novembre à la Maison des mémoires de l'Aude, rue de Verdun, à Carcassonne (11). Né à San Feliu de Guixols (Catalogne, Espagne) en 1929, il connaît à 10 ans la Retirada, l'exil de milliers de républicains espagnols qui subiront les mitraillages de l'aviation franquiste, les privations, les camps français, le déracinement… Lire « L'exode “particulier” du peintre Jordà » (Le Point). La famille s'installera finalement à Toulouse et vivra bien d'autres péripéties. Autodidacte, il se lance dans l'aventure picturale dans les années 1950. « L'œuvre de Joan Jordà, artiste peintre et sculpteur, est un témoignage poignant du fait que l'art puise sa force dans le déchirement. » Pour en savoir plus sur son œuvre.

 

DIVERS

Francis Ronsin. L'historien du mouvement néo-malthusien, Francis Ronsin (1943-2019), est décédé à Paris le 17 juin. Titulaire d'un doctorat d'Etat, il prit part durant sa carrière universitaire (infos sur L'Ephéméride anarchiste) à divers colloques et expositions ayant pour thèmes le néo-mathusianisme, le mariage, le divorce, le suicide, la famille, la sexualité, la natalité ou encore concernant des personnalités comme Jean Jaurès ou Madeleine Pelletier (lire biographie). Il est également l'initiateur du séminaire international de recherche « Socialisme et sexualité ». Jeanne Humbert (lire biographie) lui ayant confié ses archives (déposées depuis à l'Institut international d'histoire sociale [IIHS] d'Amsterdam), elles lui permettent d'écrire en collaboration avec Roger-Henri Guerrand Le Sexe apprivoisé. Jeanne Humbert et la lutte pour le contrôle des naissances (La Découverte), publié en 1990 et réédité par Les Amis de Spartacus en 2001. Il est également l'auteur, entre autres, de La Grève des ventres. Propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité en France (XIXe-XXe siècles) (Aubier, 1980), Le Contrat sentimental. Débats sur le mariage, l'amour, le divorce, de l'Ancien Régime à la Restauration (Aubier, 1990), La Guerre et l'oseille. Une lecture de la presse financière française, 1938-1945 (Syllepse, 2003). A signaler, son entretien avec Jeanne Humbert dans le film de Bernard Baissat Ecoutez Jeanne Humbert (1981, 52 min, à visionner) et son interview dans Le Monde Libertaire n° 810 (10-16 janvier 1991) à propos des pratiques de la contraception et de l'avortement en France au début du XXe siècle.

« So Long, Malcolm ». Malcom Menzies, auteur de plusieurs ouvrages sur l'anarchisme (lire bibliographie) dont En exil chez les hommes, sur Bonnot et les « bandits tragiques », et Makhno : une épopée, est décédé le 22 mai dernier, à l'âge de 85 ans. Peu de médias – même libertaires – ont évoqué cette disparition. Heureusement, le site A Contretemps lui a adressé un « So Long, Malcolm » reproduisant les interventions de Mohamed El Khebir et de Freddy Gomez, prononcée lors de la cérémonie des adieux au Père-Lachaise, et un entretien (le seul, semble-t-il) que Malcolm Menzies accorda à Claudio Albertani, publié sous le titre « Littérature et anarchie » (Le Monde libertaire, hors-série n° 40). D'après Freddy Gomez, « pour Malcolm, l’anarchisme était une attitude face à la vie. Il relevait davantage de l’instinct que d’une quelconque adhésion à une doctrine ou même à une histoire. On devient anarchiste, me disait-il un jour, parce qu’on l’est sans le savoir, parce qu’on ne peut être que cela. Il y aurait, bien sûr, beaucoup à dire sur ce point, mais cette manière – restrictive – d’envisager l’anarchisme explique pour beaucoup le fait que son auteur manifesta autant d’intérêt pour ces individualistes anarchistes qui s’occupaient davantage de changer leur vie que de changer la vie, et encore moins de transformer le monde ». On pourra aussi se reporter à la note de lecture parue dans Le Monde libertaire lors de la parution de son ouvrage Mastatal, l'histoire d'« une colonie individualiste au Costa Rica dans les années 20 ».

Attaque à Publico. Le 3 mai, dans la librairie du Monde libertaire, au 145, rue Amelot, Paris 11e, Christophe, un militant de la Fédération anarchiste, a reçu un coup de couteau à l'arrière du crâne sans raison apparente. L'individu qui semblait en vouloir aux anarchistes s'est enfuit. Le compagnon est sorti de l'hôpital dans la nuit et devra être opéré ultérieurement pour enlever un morceau de la lame brisée. Vu la violence de l'agression, malgré le traumatisme subi, il s'en sort plutôt bien. Acte politique ou d'un déséquilibré, ce geste est inadmissible et particulièrement lâche. Nous apportons notre solidarité à la personne agressée, à Laurent, le libraire, et à la Fédération anarchiste.
Celle-ci a publié le communiqué suivant : « Un compagnon anarchiste a été violemment attaqué à coups de couteau dans la librairie Publico hier après-midi. A priori, rien ne montre qu’il s’agisse de le viser spécifiquement mais plutôt l’organisation dans laquelle il milite : la Fédération anarchiste. Nous ne nous laisserons pas impunément menacer, intimider ou violenter. Nous continuerons à lutter et à porter, même en ces temps d’obscurantisme, haut et clair, nos messages politiques, qui sans doute dérangent en ces temps de lutte. Nous continuons le combat contre cette société qu’on nous impose. Solidarité avec notre compagnon, solidarité avec Publico, vive l’anarchie. »
Informations sur le site du Monde libertaire.
Conférence de presse du 9 mai, sur Le Blog de Floréal.
Déclaration commune.

 

Retour
en haut

 fleche haut
 fleche bas