Sophie Zaïkowska (?-1939)
D'origine slave, elle arrive en France en 1898, venant de Genève où elle a fait des études de sciences. Elle désire orienter sa vie « de façon à ne pas parasiter les travailleurs manuels » et a « des scrupules de continuer à vivre en intellectuelle au moyen de l'argent hérité, non gagné par le travail de [ses] mains ». La même année, elle entend avec enthousiasme Georges Butaud développer son projet de colonie anarchiste. Elle devient l'« amie et collaboratrice » de ce dernier durant vingt-huit ans ans, jusqu'à sa mort. Elle participe ainsi à plusieurs essais de milieux libres : colonie de Vaux (Aisne, 1902-1906), de La Pie à Saint-Maur (région parisienne, 1913-1914), de Bascon près de Château-Thierry (Aisne). En 1913, Sophie et Georges Butaud rencontrent V. Lorenc et mettent en pratique l'« amour plural » ; « ce qui nous a permis à tous les trois d'être heureux, de nous améliorer et de faire un peu de bien » , selon ses propres écrits. Après la guerre, le trio devient ouvertement végétalien et Bascon se transforme en école pratique de végétalisme. Sophie animera aussi le foyer végétalien de la rue Mathis à Paris, dans le 19e arrondissement. Elle participe activement à la réalisation du journal Le Végétalien à partir d'avril 1926 et rédige pour l'Encyclopédie anarchiste l'article « végétarisme ». Elle fut, aux dires de L'En Dehors (avril 1939), « l'une des plus grandes figures et des plus ardentes propagandistes du végétarisme ». Certains rapports de police relatent, outre son intérêt pour les enfants, son souhait que les femmes entrent dans les syndicats pour obtenir des salaires égaux, condition de leur force et de leur indépendance (conférence du 20 septembre 1913). Elle se déclarait d'ailleurs « féministe anarchiste individualiste » et mourut au début de 1939.
(D'après Anarchopedia.)

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil