Paul Reclus (1858-1941)
Fils d'Elie, très proche d’Elisée, Paul Reclus naît le 25 mai 1858 à Neuilly-sur-Seine. Ses premières années se dérouleront dans la « grande famille » des Reclus. En 1871, la Commune de Paris écrasée, il se cache un temps avant de rejoindre la Suisse avec ses parents. Il rentre à Paris en 1877 pour faire de brillantes études et devient ingénieur en 1880. Il occupera cette fonction dans diverses usines en province et sera à plusieurs reprises obligé de démissionner pour avoir soutenu des ouvriers grévistes.
Propagandiste anarchiste, partisan de la reprise individuelle et de la propagande par le fait, Paul Reclus (dit Georges Guyou) sera, après le vote des « lois scélérates » en 1893-1894, inculpé dans le « procès des trente ». Pour échapper à l’arrestation, il se réfugie à Londres où il vivra un temps dans une petite communauté anarchiste. En 1895, il se fixe en Ecosse où il travaille comme cartographe, puis professeur. En 1903, à la demande d'Elisée Reclus, il vient s'établir en Belgique pour l'aider à terminer l'édition de L'Homme et la Terre, tâche qu'il assumera jusqu'en 1908, après la mort de son oncle. Autorisé à rentrer en France en 1914, il sera l'un des signataires du « Manifeste des seize » (interventionniste). En 1919, il s'installe en Dordogne, puis à Montpellier où il se livre à des travaux scientifiques. En 1925, il fonde, avec le Dr Marc Pierrot le journal anarchiste Plus loin qui paraîtra jusqu’en 1939. Il fait encore partie de plusieurs organismes de secours au mouvement anarchiste espagnol, dont Solidarité international antifasciste (SIA), pendant la guerre civile. Il meurt à l'âge de 82 ans, le 19 janvier 1941, à Montpellier.
(D’après l’Ephéméride anarchiste et « Itinéraire » n° 14/15.)

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil