Max Nettlau (1865-1944)
Il naît à Neuwaldeg, près de Vienne, le 30 avril 1865. Son père, descendant d’une vieille famille prussienne, n’a pas renoncé à sa nationalité bien que vivant en Autriche. Il donne une éducation très libérale à son fils qui, après avoir suivi l’enseignement secondaire à Vienne, étudie la philologie dans diverses villes allemandes. Il obtient un doctorat à l’âge de 23 ans, avec une thèse sur les langues celtiques. Passionné par la lutte des révolutionnaires russes et en particulier par Bakounine, il s’attache à rédiger sa biographie et pour cela se lance dans une recherche méthodique de tout document ou témoignage le concernant. Ses travaux lui permettent ainsi d’acquérir une connaissance approfondie du mouvement libertaire. Ses premiers articles, publiés en 1890 dans la revue Freiheit (« Liberté ») dirigée par Johann Most, sont d’ailleurs consacrés à des études historiques. Dès 1895, sous l’impulsion d’Elisée Reclus, Max Nettlau travaille à une Bibliographie de l’anarchie qui est un inventaire complet des ouvrages parus jusqu’alors dans les différents pays. Polyglotte, il maîtrise la plupart des langues européennes. Ayant hérité de son père de quoi subvenir à ses besoins, il peut mener une existence indépendante, bien que modeste, et se consacre exclusivement à ses recherches. Ce n’est pas un homme d’action, bien qu’il n’hésite pas à donner son avis, mais un historien impartial et excessivement honnête. En 1936, il vit les journées héroïques de Barcelone, tout en continuant à écrire sa monumentale Histoire de l’anarchisme (7 volumes, plus de 3 000 pages, dont 2 tomes encore inédits, en langue allemande, non traduits en français). Venu travailler en 1938 à l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, il est obligé par les événements d’y rester et ne peut récupérer ses immenses archives laissées à Vienne qu’avec l’aide de l’ambassade des Pays-Bas (elles seront en partie pillées par les nazis lors de l’occupation du pays). L’« Hérodote de l’anarchisme » meurt à Amsterdam le 23 juillet 1944.

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil