Georges Navel (1904-1993)
Le 30 octobre 1904, naissance à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), Georges Navel est le treizième enfant d'une famille pauvre de paysans prolétarisés. Le père travaille comme manœuvre aux hauts-fourneaux. Au début de la Première Guerre mondiale, il est évacué en Algérie, puis retrouve ses parents six mois plus tard à Lyon. A 12 ans, il commence à travailler en atelier. Son frère Lucien, de dix ans son aîné, lui fait découvrir les milieux anarcho-syndicaliste et libertaire. Il fréquente alors l’Université syndicaliste, les Causeries populaires et les fêtes du Nid rouge. Il alterne les périodes de travail dans l'industrie, comme ajusteur, et de journalier agricole, s’instruisant en autodidacte au gré des lectures et des rencontres. Georges Navel séjourne aussi quelques temps, vers 1920, dans la colonie anarcho-naturiste de Bascon (Aisne). En 1927, il s'insoumet au service militaire et travaille sous un nom d'emprunt, situation qu’il finira par régulariser en novembre 1933 ; ce qui lui vaudra la prison et une courte incorporation. En 1936, il rejoint durant deux mois les rangs de la CNT à Barcelone. De retour à Paris, il fréquente le Musée du soir créé entre autres par Henry Poulaille. En 1940, il est mobilisé quelques mois dans l'Est, puis l'exode le conduit dans le Midi, près de Forcalquier. Il s’installe finalement à Seillons (Var), pour se consacrer à l’apiculture et à l'écriture. Son livre Travaux, publié en 1945, est un récit autobiographique et un témoignage sur la condition ouvrière. D'autres ouvrages suivront : Parcours (1950), Sable et limon (1952), etc. En 1954, il s'installe à Meudon dans la région parisienne et travaille comme correcteur d'imprimerie jusqu’en 1970. Il meurt le 1er novembre 1993.
(D’après l’Ephéméride anarchiste et « A Contretemps » n° 14-15.)

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil