Louis Mercier Vega (1914-1977)
Le 6 mai 1914, naissance de Charles Cortvrint à Bruxelles, plus connu sous les pseudonymes de Louis Mercier Vega et de Charles Ridel. Il milite dès 16 ans dans le mouvement anarchiste belge. Insoumis au service militaire, il s'installe à Paris où il adhère à l'Union anarchiste. Délégué au congrès d'Orléans de cette organisation (en juillet 1933), la qualité de ses interventions révèle sa solide culture sociale. Avec ses amis de la Jeunesse anarchiste communiste, Mercier-Vega est un ardent défenseur du communisme libertaire et de l'organisation anarchiste. Partisan du développement des groupes d'usines, il est particulièrement actif dans la région parisienne pendant les grèves avec occupation de juin 1936. Dès l'annonce de la révolution espagnole, il part avec Charles Carpentier et participe à la fondation du Groupe international de la Colonne Durruti qui combat en Aragon. Puis il revient en France pour entreprendre une vaste campagne d'information en faveur de l'Espagne révolutionnaire. Des divergences profondes, tant sur le plan organisationnel (rôle des groupes d'usines) que sur l'appréciation des événements espagnols, l'amènent à quitter l'Union anarchiste en novembre 1937. Fin 1939, après avoir tenté de partir de Marseille, Louis Mercier Vega embarque à Anvers pour l’Argentine. Il séjourne au Chili, puis gagne l’Afrique, à Brazzaville, où il s'engage le 26 juin 1942 comme volontaire dans les Forces françaises libres. Démobilisé en octobre 1945, il devient rédacteur au Dauphiné libéré (Grenoble). Au début des années 1950, Mercier-Vega adhère aux Amis de la liberté, branche française du Congrès pour la liberté de la culture, organisation internationale d'intellectuels antitotalitaires. En 1958, il crée la Commission internationale de liaison ouvrière (réseau de libertaires et de syndicalistes révolutionnaires de différents pays). Outre sa collaboration à la presse libertaire et la création de plusieurs revues comme Révision (1938), Aportes (revue trilingue, de 1966 à 1972), Interrogations (1974), il est l'auteur de nombreux ouvrages. Ne se remettant pas de la mort en 1973 de celle qui partageait sa vie et son action depuis 1953, Eliane Casserini, il met fin à ses jours le 20 novembre 1977 à Collioures (Pyrénées-Orientales).

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil