Nestor Makhno (Nestor Ivanovitch Mikhnenko, dit) (1889-1934)
Il naît le 27 octobre 1889 à Goulaï-Polé, dans le sud de l’Ukraine. C’est le cinquième fils d’un paysan pauvre qui travaille aussi comme garçon d’écurie. La famille se retrouve dans la misère à sa mort fin 1890. Le jeune Makhno doit donc travailler très tôt et ne fréquente guère l’école. A la suite de la première révolution russe, il entre dans un groupe anarchiste-communiste. Arrêté en août 1908 pour des activités qualifiées de terroristes, Makhno est condamné à mort en 1910, puis la peine est commuée en travaux forcés à perpétuité. Emprisonné à la prison Boutirki à Moscou, il y contracte la tuberculose et rencontre Piotr Archinov qui lui permet d’approfondir ses connaissances théoriques. Ils sont libérés en mars 1917, après la révolution de février. En 1918, l’Ukraine est l’enjeu de luttes entre les forces de l’Axe et le jeune gouvernement bolchevique russe. Makhno réunit alors un groupe d’une cinquantaine de guérilleros et organise la résistance. Ce groupe devient vite une armée de plus de 8 000 combattants car le batko (« petit père ») Makhno se révèle un stratège et un tacticien de génie. Pour mener une révolution sociale, la Makhnovtchina (mouvement insurrectionnel paysan) s’allie avec les bolcheviques contre le gouvernement nationaliste ukrainien. Cet accord ne dure que quelques mois, mais les succès militaires du général russe blanc Denikine, bénéficiant de l’aide des gouvernements français et anglais, forcent Makhno à s’allier de nouveau avec les bolcheviks. Ceux-ci tentent en juin 1919 de se débarrasser de leurs alliés mais la manœuvre échoue et, à l’automne, au moment où l’armée blanche menace Moscou, 30 000 partisans sont réunis pour écraser des forces supérieures en nombre. L’Ukraine libérée pour quelque temps, les makhnovistes et l’union des anarchistes Nabat (Tocsin) réussissent pendant quelques mois à mener une révolution sociale et établissent dans les campagnes une société libertaire. Une offensive du général Wrangel oblige une nouvelle fois les makhnovistes à s’allier aux bolcheviks en octobre 1920. Après la défaite totale des armées blanches, les bolcheviks décidèrent de liquider les makhnovistes. Makhno continua à lutter contre l’Armée rouge jusqu’en août 1921, puis il gagna avec environ 250 partisans la Roumanie. Interné puis expulsé de ce pays, il est ensuite emprisonné en Pologne et ne peut gagner l’Allemagne qu’au cours de l’hiver 1924-1925. Au printemps, il suit Voline et s’installe à Paris (où il retrouve sa femme Galina et sa fille Lucia). Aidé par quelques militants français, il a du mal à accepter la « discipline ouvrière » et perd assez rapidement ses emplois. Il écrit ses Mémoires, participe au débat sur la plate-forme en 1926. En mars 1934, il est hospitalisé au pavillon des tuberculeux de l’hôpital Tenon et y meurt dans la nuit du 24 au 25 juillet.
(D’après « Itinéraire » n° 13.)

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil