Gérard de Lacaze-Duthiers (1876-1958)
Naissance à Bordeaux, le 26 janvier 1876, d’une famille de vieille noblesse. Il termine ses études à Paris, avec une licence de droit et une autre en lettres. Surveillant, puis professeur adjoint de lettres, il collabore dès 1911 à L'Idée libre, revue publiée par André Lorulot, puis à de nombreuses publications de la presse libertaire.
Lacaze-Duthiers adhère, en 1914, à l'Union anarchiste, donne des cours de philosophie à l'Ecole de propagande anarchiste et devient membre du groupe L'Action d'art, animé par André Colomer. En janvier 1931, suivant la devise « Fais de ta vie une œuvre d'art », il crée la Bibliothèque de l'artistocratie qui publiera jusqu’en 1948, malgré des démêlés avec la censure, quelque 128 ouvrages d'art et de littérature. Mais Lacaze-Duthiers fut aussi, entre les deux guerres, un individualiste et un pacifiste. En 1933, il est nommé président de l'Union des intellectuels pacifistes et, l'année suivante, membre du comité directeur de la Ligue internationale des combattants pour la paix. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il vécut avec sa femme en Bourgogne d'une « modeste retraite universitaire » et des subsides de l'Académie française qui l’honorera, pour l’ensemble de son œuvre, de son Grand Prix (1946). En 1947, il est élu au comité directeur du Parti pacifiste internationaliste, collabore à son bulletin, Le Mondial, et, en 1954, devient vice-président du syndicat des journalistes et des écrivains. Outre sa participation à la presse libertaire et à L'Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure, il est l'auteur de plus de 40 livres et brochures. Lacaze-Duthiers meurt à Paris dans la nuit du 2 au 3 mai 1958.

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil