Hem Day (1902-1969)
Né le 30 mai 1902 à Houdeng-Goegnies en Hainaut (Belgique), le premier acte contestataire de Marcel Dieu fut de se proclamer végétarien alors que son père était boucher. Ayant répudié la religion et refusant de croire en Dieu, il était fort embêté de se présenter sous son nom Marcel Dieu. Voilà pourquoi il prit un pseudonyme, les initiales de son nom, M.D., qu'il écrivit Hem Day. En 1927, sous son impulsion, le Comité de défense internationale anarchiste rédigea une pétition en faveur de Sacco et Vanzetti ; elle recueillit des milliers de signatures et une manifestation de masse fut organisée. Peu après, Hem Day entreprit une nouvelle campagne, cette fois en faveur d'Ascasso, Durutti et Jover, réfugiés en Belgique et menacés d'extradition. En 1933, il renvoya son livret militaire en compagnie de son ami Léo Campion, secrétaire de la section belge des Résistants à la guerre. Un mois après, rappelés sous les armes par mesure disciplinaire, ils refusèrent et furent arrêtés. Un procès s’ensuivit… Le conseil de guerre condamna Dieu à deux ans de prison et Campion à dix-huit mois. Suite à une grève de la faim et à la pression de l’opinion publique, les deux joyeux lurons furent renvoyés de l'armée pour cause d'indignité. Hem Day, quoique refusant de participer à toute guerre entre nations, ne rejetait pas par principe la guerre civile révolutionnaire. Il partit donc pour l'Espagne en 1937, afin de participer à la révolution sociale, mais ne tarda pas à constater que la guerre révolutionnaire avait dégénéré en une véritable guerre internationale. Lors de son retour, il donna des conférences contre le danger du nazisme, ce qui lui valut d'être expulsé de France !
Mais il est impossible de parler de Hem Day sans évoquer la revue Pensée et action dont il fut l'animateur inégalable. Mais si sa revue était sa tribune, sa librairie, Aux joies de l'esprit, était son bureau, un lieu ouvert à tous. En ce lieu, se rencontraient des compagnons de tous les pays du monde… Antifascistes italiens des années 30, exilés espagnols, déserteurs français et allemands fuyant les prisons militaires en 39, juifs et Allemands antinazis au plus fort de la répression, ainsi que, plus tard, des insoumis des guerres d'Indochine et d'Algérie. C'est le 14 août 1969 que s'est éteint cet infatigable défenseur de la paix et de la liberté.
(D’après Xavier Bekaert, « Alternative libertaire ».)

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil