Daniel Guérin (1904-1988)
Issu de la bourgeoisie, Daniel Guérin naît le 19 mai 1904. Membre de la SFIO, il devient marxiste et anticolonialiste en 1930 à la suite de séjours en Syrie et en Indochine. En 1933, il voyage dans l'Allemagne nazie et, de cette expérience, tirera le livre Fascisme et grand capital. Durant le Front populaire, il est un membre actif des occupations d'usines et aussi cofondateur des Auberges de jeunesse. En 1937, il dénonce les agissements des staliniens en Espagne. Envoyé à Oslo pour créer un secrétariat international contre la guerre, il est arrêté en avril 1940 par l'armée allemande et interné civil jusqu'en 1942. Aux Etats-Unis en 1946, il prend part aux luttes des ouvriers et des Noirs, avant d'être expulsé en 1949.
L'écrasement des conseils ouvriers hongrois en 1956 confirme son orientation libertaire. La greffe d'un marxisme révolutionnaire sur les idées anarchistes constitue le fil conducteur de sa réflexion théorique. Pour lui, la méthode matérialiste élaborée par Marx n'a point vieilli, mais elle doit être corrigée et fécondée par l'expérience et la théorie anarchistes. En 1960, il signe l’« Appel des 121 » pour le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie. Il est inculpé. Daniel Guérin soutient aussi la lutte pour l’indépendance algérienne. Il prend part aux événements de mai 1968 et dénoncera plus tard « la volte-face des soixante-huitards qui rivalisent dans le reniement de leur jeunesse militante ». Il crée, avec Georges Fontenis, en 1969, le Mouvement communiste libertaire (MCL), avant de rejoindre l'Union des travailleurs communiste libertaires (UTCL) en 1980. Militant homosexuel, il adhère et participe aux activités du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR).
Historien, il est l'auteur d’un ouvrage de référence sur la Révolution française, étudiant La Lutte des classes sous la Première République (1946) ; de Ni Dieu, ni Maître, anthologie du mouvement libertaire (1965) ; mais aussi de plusieurs essais traitant de politique ou de sexualité. Il meurt le 14 avril 1988.
(D’après l’Ephéméride anarchiste.)

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil