Victor Coissac (1867-1941)
Naissance le 3 mai 1867, à Treignac (Corrèze), dans une famille modeste. Il obtient le brevet supérieur et accomplit sa carrière d'instituteur à Tours. Durant les années précédant la Première Guerre mondiale, Victor Coissac se mêle à la vie syndicale, adhère au Parti socialiste unifié et participe à diverses expériences de coopératives ouvrières et d'éducation populaire. Très tôt indigné par l'injustice sociale, que les partis socialistes et les syndicats étaient, à ses yeux, incapables de supprimer, il préfère s'orienter vers une forme de révolution non-violente, où les ouvriers se libéreraient eux-mêmes des patrons, en s'associant pour vivre et produire en commun. Les bénéfices ainsi réalisés permettraient de créer de nouvelles communautés. L'organisation future, baptisée « L’Intégrale », est décrite en détail dans la Réalisation du bonheur (1916). Dès l’année suivante, l'association fondée et les statuts déposés, il lance avec succès, auprès des militants et des milieux enseignants, un emprunt permanent sur la base d'obligations remboursables à terme avec intérêt. Sa retraite obtenue en 1922, il achète un domaine agricole de 22 hectares, près de Puch-d'Agenais (Lot-et-Garonne). Soixante-dix personnes au total traversèrent en treize ans la vie de la communauté. Mais, le commerce des livres et l’imprimerie ne rapportant pas assez, incapable de tirer profit de son agriculture et ne subsistant qu'avec l'aide d’amis que Victor Coissac ne cesse de solliciter, « L'Intégrale », accablée de dettes et de conflits, est contrainte de fermer ses portes en 1935. La propriété vendue pour rembourser les créanciers, il se retire à Mondinet (Gers), près du hameau de Grazimis (commune de Condom), où il entretient, dans le plus grand désarroi moral, et jusqu'à sa mort le 7 mars 1941, la fiction d'une nouvelle communauté, L'Idéale, uniquement composée de lui-même, de sa compagne Suzanne Le Boudec, ancienne « intégraliste », et de leur fils, Georges, né en 1928.
(D’après le « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ».)

Fermer la fenêtre

Retour à l'accueil