Septembre 2012

RÉUNIONS-DÉBATS

Dijon, septembre. Programme des activités du mois de l'Espace autogéré des Tanneries, 13-15-17, boulevard de Chicago, sur leur site Internet. Les différents événements sont généralement gratuits, participation aux frais et aux repas à prix libre. Courriel : tanneries(at)squat.net

Périgueux, 1er septembre. Réunion publique antifichage ADN : toutes les personnes qui se sentent concernées par le fichage, l'enfermement, le milieu carcéral… et les futurs procès ADN peuvent venir à 18 heures au bar L'Ecume des jours.

Paris, 2 septembre. Rencontre des anarchistes étrangers, à partir de 20 heures, au bar-restaurant Maldoror (10, rue du Grand-Prieuré, Paris 11e, M° Oberkampf). Lire info sur première réunion.

Paris, 7 septembre. Soirée vidéo à la librairie du Monde libertaire, à 19 h 30, avec la projection de Nestor Makhno, paysan d'Ukraine (60 min, 1996) d'Hélène Chatelain. La projection sera suivie d'une discussion. Au 145, rue Amelot, Paris 11e. Site Internet.

Marseille, 8 septembre. A 17 heures, causerie-spectacle par Guy Baldet : « Moi, si j'étais maître, je n'aurais point de domestique » (Guignol). Au local du Centre international de recherche sur l'anarchisme (CIRA), 50, rue Consolat, Marseille 1er. Courriel : cira.marseille(at)free.fr - site Internet.

Cahors, 9 septembre. Conférence-débat sur Fukushima avec le témoignage de Janick Magne (Franco-Japonaise vivant à Tokyo depuis trente-trois ans). Organisé par le Réseau zéro nucléaire, le Mouvement Citoyen lotois pour la sortie du nucléaire, la libraithèque Le Droit à la paresse. A 14 heures, Bourse du travail, place Rousseau.

Saint-Denis, 11 septembre. Le Docu-club de la Dionyversité organise un « Spécial coup d'Etat au Chili le 11 septembre 1973 », à 19 h 30, avec la projection de 11'09"01 : September 11, un court-métrage de Ken Loach, et de Chili, la mémoire obstinée (1997, 52 min.), de Patricio Guzman. Dégustation d'empanadas. Entrée libre et gratuite. Local de la Dionyversité, 4, place Paul-Langevin.

Dijon, septembre. Programme des activités du mois de l'Espace autogéré des Tanneries, 13-15-17, boulevard de Chicago, sur leur site Internet. Les différents événements sont généralement gratuits, participation aux frais et aux repas à prix libre. Courriel : tanneries(at)squat.net

Bagnolet, 12 septembre. Présentation partielle et partiale du Collectif d'aide aux manifestants interpellés (Cami), expérience de mise en commun d'outils, de compétences et de réflexions pour se défendre face à la police et à la justice. A 19 h 30, au Rémouleur, 106, rue Victor-Hugo (M° Robespierre ou Gallieni). Pour s'inscrire à la lettre d'info.

Paris, 14 septembre. Soirée vidéo à la librairie du Monde libertaire, à 19 h 30 : « Blues en liberté » (le mercredi, de 10 h 30 à 12 heures sur Radio-Libertaire) remet ça avec la projection de Gunsmoke (Muddy Waters, Big Joe Turner, Big Mama Thornton et George « Harmonica » Smith)… Puis discussion conviviale entre fans de blues. Au 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Oberkampf ou Filles-du-Calvaire).

Paris, 15 septembre. Débat, à partir de 16 h 30, avec Justhom pour son livre Un brûlot sous l'éteignoir. De la tendance des pouvoirs politiques à mettre en veilleuse le mouvement associatif (Les Editions libertaires). Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot (M° Oberkampf, République ou Filles-du-Calvaire). Entrée libre et gratuite. Site Internet.

Angers, 19 septembre. Dans le cadre des actions du Collectif du 21-septembre, l'association Sortir du nucléaire 49 et le centre culturel Angevin d'esperanto vous propose une conférence « Fukishima, et maintenant… », avec le témoignage de deux Japonais (en esperanto, trad. en français). A 20 heures, Maison de quartier des Hauts de Saint-Aubin, 2, rue Renée.

Bagnolet, 19 septembre. Récits et discussions autour des luttes et des expériences d'auto-organisation face à la crise dans l'Etat espagnol et plus particulièrement à Barcelone. A 19 h 30, au Rémouleur, 106, rue Victor-Hugo (M° Robespierre ou Gallieni).

Paris, 19 septembre. La librairie Quilombo organise une projection-débat, à partir de 19 h 45, d'Inventaire avant liquidation en présence du réalisateur Rémy Ricordeau. Au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Site Internet.

Noisy-le-Sec, 21 septembre. Conférence-débat du Collectif Alternative libertaire de Seine-Saint-Denis à 19 h 30 : « Le changement, ce sont nos luttes qui le feront ! ». Salle Charlie-Chaplin, 34-36, rue Moissan. Site Internet.

Paris, 21 septembre. Soirée vidéo à la librairie du Monde libertaire, à partir de 19 h 30 : Frères de classe, documentaire (2007, 52 min) de Christophe Cordier. Une photo raconte la lutte en 1972 de l'usine du Joint français. La projection sera suivie d'une discussion. Au 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Oberkampf ou Filles-du-Calvaire).

Tours, 21 septembre. Patrick Marcolini, auteur du Mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle (L'Echappée), présentera son livre, à 20 heures, à la librairie Le Livre, 24, place du Grand-Marché.

Besançon, 22 septembre. Rentrée libertaire de la librairie L'Autodidacte et du groupe Proudhon de la FA : à partir de 18 heures, pot de rentrée ; à 19 heures, café-théâtre avec Jean Val et Gé ; à 20 h 30, intervention de Michel Antony, suivie d'un débat, sur le thème : « Utopies et mouvements autogestionnaires. Etat des lieux ». Salle Battant, 50, rue Battant. Nouveau site.

Metz, 22 septembre. Au local de la CNT, place des Charrons, soirée antirépression : 16 heures, « Eléments de défenses juridique », avec Me Blindaeur ; 18 heures, meeting antirépression ; 20 heures, concert avec Mos Cat's, Major'n'Gowka Crew et L'Artillerie.

Lille, 23 septembre. Rencontre avec Sophie Pietrucci, Chris Vientiane et Aude Vincent, auteures de l'ouvrage Contre les publicités sexistes (L'Echappée) à 18 heures, au cinéma L'Univers, 16, rue Georges-Danton. Prix libre.

Metz, 23 septembre. A 12 h 30, ce jour et chaque troisième dimanche, la CNT lance une zone de gratuité place des Charrons : « Tu viens, tu manges, tu fais ta vaisselle… Tu viens, tu prends un livre, tu ramènes un livre. » Toute aide sera la bienvenue pour développer ce projet autogestionnaire et échanger livres et nourriture. Contact : 03-54-44-59-78.

Meung-sur-Loire, 23 septembre. A l'occasion des 7es Journées Gaston Couté (plus d'infos), la compagnie de théâtre Les Petits Désordres (site Internet) a le plaisir de vous inviter à la représentation de sa nouvelle création : Le Semeur d'allumettes, d'après l'œuvre de Gaston Couté. A 16 heures, à La Fabrique de Meung-sur-Loire.

Bagnolet, 24 septembre. Projection du documentaire Prenons la ville (54 min, 2002) de Virginie Véricourt, et discussion avec le collectif Lieux communs à propos de l'aménagement des parties communes de la cité Beaumarchais à Montreuil et des différentes restructurations immobilières dans cette ville et à Bagnolet. A 19 h 30, au Rémouleur, 106, rue Victor-Hugo (M° Robespierre ou Gallieni). Pour s'inscrire à la lettre d'info.

Besançon, 24 septembre. A 20 heures, projection-débat Europe, l'insurrection qui vient ? (53 min.), organisée par la CNT 25. Librairie L'Autodidacte, 5, rue Marulaz. Entrée libre. Site Internet.

Besançon, 26 septembre. Projection-débat à 20 h 30 : Les Insurgés de la Terre (54 min.), organisée par le Resto trottoir à la librairie L'Autodidacte, 5, rue Marulaz.

Besançon, 27 septembre. A 20 heures, projection-débat Squatt, la ville est à nous (94 min.), organisée par la CNT 25 à la librairie L'Autodidacte, 5, rue Marulaz.

Chelles, 27 septembre. L'union locale CNT vous invite à assister, à 20 heures, à la projection-débat du documentaire Les Conti gonflés à bloc (2011, 130 min.), de Philippe Clatot, en présence d'un syndicaliste de PSA Aulnay (Solidaires industrie). Au cinéma Etoile Cosmos, 22, avenue de la Résistance (tarif : 5 euros). Site Internet.

Toulouse, 27 septembre. Débat public à 20 h 30 sur « Logement : l'exploitation immobilière » à l'initiative de la CNT-AIT de Toulouse (adresse : 7, rue Saint-Rémésy), salle Duranti, rue du Lieutenant-Colonel-Pelissier (M° Capitole).

Besançon, 28 septembre. Projection-débat à 20 heures : Vu d'en bas : des Tunisiens de Lampedusa à Paris (71 min.), organisée par le Scalp Bezak. Librairie L'Autodidacte, 5, rue Marulaz. Entrée libre. Site Internet.

Paris, 28 septembre. Soirée vidéo à la librairie du Monde libertaire, à partir de 19 h 30 : « Paroles ouvrières, paroles de Wonder », documentaire (87 min., 1996) de Richard Copans. Histoire(s) de piles, d'une entreprise aujourd'hui disparue, de luttes sociales, d'ouvrières et d'ouvriers… La projection sera suivie d'une discussion. Au 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Oberkampf ou Filles-du-Calvaire).

Merlieux, 29 septembre. Dans le cadre de la Fête du livre (officielle) de Merlieux, le groupe Kropotkine (Fédération anarchiste) mitonne à partir de 19 heures un repas anar concocté par l'écrivain-maître queue Benoist Rey, qui dédicacera ses Mémoires incomplètes parues en coffret aux Editions libertaires. Ce bourguignon à prix modique sera suivi d'un concert gratuit du Trio Jazz Pascal Bréchet. Buvette. Athénée Libertaire, 8, rue de Fouquerolles. Inscription au 03-23-80-17-09. Plus d'info.

Millau, 29 septembre. A l'initiative de Solidaires, écologistes et libertaires (SEL), conférence-débat à 20 h 30 avec Florian Graton, autour de son livre Espagne : les chemins de la mémoire antifasciste (No Pasaran). Librairie Plume(s), 16, rue Saint-Martin. Entrée libre. Site Internet.

Paris, 29 septembre. La librairie du Monde libertaire reçoit à 16 h 30 Clément Magnier, auteur de Cipriano Mera Sanz, 1897-1975. De la guerre à l'exil (Editions CNT-RP). 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf, République ou Filles-du-Calvaire). Site Internet.

 

FOIRE AUX LIVRES, COLLOQUE,
EXPOSITION, THÉÂTRE…

Fête d'Andines. A l'occasion de ses vingt-cinq ans la coopérative pour une économie équitable, respectueuse des hommes et de la nature, organise un week-end de festivités les 1er et 2 septembre qui aura lieu dans ses locaux, au 5, rue de la Poterie, Saint-Denis (M° Basilique-Saint-Denis ou RER Saint-Denis). Des animations (cuisine, terre, maquillage, forge…), projections de films et débats, concerts, stands de produits alimentaires d'ici et d'ailleurs, artisanat du monde, buvette, dégustations et restauration conviviale sont prévus. Programme complet. Tél. : 01-48-20-48-60 - site Internet.

Théâtre champêtre libertaire. Le Centre international de recherches sur l'anarchisme (CIRA) limousin organise plusieurs représentations théâtrales, les 22 et 23 septembre, au château de Ligoure (à Le Vigen, près de Limoges). Le Théâtre rural d'animation culturelle (TRAC) de Beaumes-de-Venise présentera deux pièces d'Albert Camus : L'Etat de siège, mise en scène de Vincent Siano (samedi à 21 heures) et Révolte dans les Asturies (dimanche à 15 h 30). La compagnie La Balancelle de Paris jouera deux pièces sur deux personnages du mouvement anarchiste : Armand Robin (samedi à 15 heures) et Alexandre Marius Jacob (samedi à 17 heures). Débats possibles après les spectacles. Prix : 10 euros pour un spectacle ou le pass à 20 euros pour les quatre. Restauration : repas complet végétarien-végétalien à prix libre (prix de revient supérieur à 5 euros). Pique-niques possibles et espace mômes. Navette avec la gare de Limoges (appelez le 06-81-88-08 19 ou le 06-64-36-95 21 pour prévenir de l'heure d'arrivée). Réservation par courriel : cira.limousin(at)free.fr - site Internet.

Catastrophe(s). Un Salon des éditeurs et des revues de critique sociale et politique, organisé par La Revue des livres (site Internet), se tiendra le 22 septembre, de 13 heures à 20 heures, à la Générale, 14, avenue Parmentier (M° Voltaire). Avec des rencontres-débats : à 14 heures, « Bienvenue dans l'anthropocène ! », avec Fabrice Flipo, Jean-Baptiste Fressoz et Charlotte Nordmann ; à 16 heures, « La stratégie du choc et le laboratoire grec », avec Stathis Kouvélakis ; à 18 heures, « Quelle politique de la catastrophe ? », avec Geneviève Azam, Yves Citton et Frédéric Lordon. Liste des participants et infos complémentaires (pdf 212 Ko).

Journée de soutien. La CNT 13 fête la rentrée le 29 septembre à l'Equitable Café, 54, cours Julien, Marseille 6e. Au programme : 16 heures, projection de Disparaissez les ouvriers (2011, 78 min.), de Jean-François Piester et Christine Thépénier, suivie d'un débat en présence des réalisateurs ; 18 h 30, apéro et chants au comptoir avec La Lutte enchantée ; à partir de 19 heures, chansons libertaires avec Le Vers noir ; 20 heures, buffet préparé par la Kulzin (prix libre) ; 21 h 30, concert avec Tornamai, le « bal qui débogue ». Site Internet.

L'anar de la série noire. A la Bibliothèque des littératures policières (Bilipo), se tient jusqu'au 13 octobre une exposition « Meckert-Amila : de la Blanche à la Série noire » pour rendre hommage à Jean Meckert (1910-1995), l'une des figures majeures du roman noir français. Sous le pseudonyme de Jean Amila, il marqua profondément de son empreinte les premières décennies de la collection Série noire avec plus d'une vingtaine de romans (lire notice sur Wikipédia). Cette exposition bénéficie des archives inédites du fils de l'écrivain, Laurent Meckert, et des documents de la bibliothèque. Bilipo, 48-50, rue du Cardinal-Lemoine (M° Cardinal-Lemoine). Du mardi au vendredi, de 14 à 18 heures ; samedi, de 10 à 17 heures (entrée libre).

 

DIVERS

En vrac sur le Web (septembre). Une rencontre internationale entre libertaires a eu lieu, du 9 au 12 août, à Saint-Imier (Jura bernois, Suisse) à l'occasion de la commémoration de la naissance de la première internationale antiautoritaire (lire « Conférence internationale de Saint-Imier »). Avec près de trois mille personnes présentes, ce fut, de l'avis des participants, une réussite en ce qui concerne les échanges et l'organisation. L'En Dehors y a consacré une revue de presse non exhaustive. Des vidéos sont également consultables sur NBJ, Euronews, ARC Info ou chez nos camarades d'Espace noir. Un compagnon italien a réalisé un reportage BD (en français) qu'il est possible de télécharger en plusieurs parties sur son site (en italien et en anglais). Il souhaite faire éditer cet ouvrage… Avis aux amateurs (contact : mala.testa(at)bruttocarattere.org). La Lettre d'Athéisme.org a retrouvé sa régularité et donne de précieuses informations concernant l'anticléricalisme ou les différentes religions, que souvent la grande presse tait pudiquement. Au sommaire de celle datée du 26 août : « Rassemblement des Anonymous devant le siège de l'Eglise de scientologie à Paris », « Le nombre d'athées dans le monde est en augmentation », « François Hollande adresse ses vœux aux musulmans pour la fin du ramadan », « Mariage des homosexuels : le Front national suit l'Eglise catholique », « L'aéroport de Knock en Irlande : une annexe de l'Eglise catholique »… Le site fait également part de la possibilité de s'abonner à son flux RSS. Pour parfaire sa culture anticléricale, on peut aussi visiter le blog de l'Association des libres penseurs de France (ADLPF) qui réagit à la condamnation récente à deux ans de camp des Pussy Riot (voir vidéo du Nouvel Observateur), un groupe d'activistes féministes, pour « incitation à la haine religieuse » après avoir chanté en février une « prière punk » anti-Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou (pétition pour leur libération). Ou celui de la Fédération nationale de la libre pensée (FNLP) qui annonce la couleur en affirmant « Ni Dieu ni maître, à bas la calotte et vive la Sociale ! »… et adresse une lettre au président de la République pour lui demander de « restaurer dans sa plénitude la loi du 9 décembre 1905 » sur la laïcité, mise à mal à de nombreuses reprises par ces prédécesseurs. L'espoir fait vivre ! Michel Antony, qui a réalisé de nombreuses bibliographies et chronologies très complètes sur l'anarchisme et l'autogestion, hébergées par l'académie de Besançon (Ressources sur l'utopie, sur les utopies libertaires et les utopies anarchistes), a mis en ligne Acracia-Acratie. On y retrouve ses travaux précédents, ainsi que des informations sur la bière et les brasseries, des filmographies et des dossiers sur diverses cultures (Roms, Espagne, Royaume-Uni). Les Roms ont actuellement l'inestimable privilège de pouvoir comparer la « qualité » des expulsions de gauche à celle des expulsions de droite. Par l'intermédiaire de La Voix des Rroms, ils répondent point par point à l'argumentaire de Manuel Valls (« Le fabuleux destin de M. Valls par Irma la Bohémienne ») et, avec humour, ont composé « La valse du changement » : « Dans mon pays d'Hollande / Il est des roses bleues / Elles dansent sans cesse la Valls / En basculant peu à peu / Une Valls comme à Vienne / A droite, à pas de Guéant / La Valls “ferme et humaine” / Des hérauts du changement. » En avril, nous signalions la naissance d'un site, Placard, animé par Claude Delattre pour cataloguer les affiches anarchistes (lire info), celui-ci s'est doté récemment d'une liste pour transmettre des informations, permettre la discussion, signaler des erreurs et surtout connaître les nouveautés mises en ligne. Pour s'y abonner… A l'occasion de la commémoration de la libération de Paris, le 25 août, le chef de l'Etat a dévoilé place de l'Hotel-de-Ville une plaque rendant hommage aux combattants de la Nueve, la 9e compagnie du 3e bataillon de marche du Tchad, rattaché à la 2e DB du général Leclerc, composée de républicains espagnols. Ils furent les premiers à pénétrer dans la capitale. Une vingtaine de libertaires (Fédération anarchiste, Alternative libertaire, Autre Futur…), avec drapeaux noirs et noir et rouge, voulurent rappeler qu'une majorité d'entre eux étaient… des anarchistes. Ainsi que l'ont démontré les témoignages de survivants recueillis par Evelyn Mesquida pour son ouvrage La Nueve, 24 août 1944. Ces républicains espagnols qui ont libéré Paris (lire recension). Mal leur en a pris car ils furent, bien qu'extrêmement paisibles, encerclés et interpellés par les forces de l'ordre pour « manifestation publique non déclarée » (lire communiqué de presse). Burlesque ! Les anars, cela peut crever pour la France – ces camarades espagnols avaient surtout en vue le combat pour la liberté et la chute de Franco –, mais pas participer à une cérémonie du souvenir… Lire également l'article de Street Press qui relate les faits. Dans son émission « Là-bas, si j'y suis » du 30 août, Daniel Mermet a évoqué ces combattants anarcho-syndicalistes qui ont fondé « Le 33 rue des Vignoles » (enregistrement disponible jusqu'au 26 mai 2015). Présentation de l'émission : « C'est un patrimoine vivant. Hérité de l'anarchisme espagnol, de la mémoire ouvrière et de la culture alternative. Une mémoire ancrée dans la vie de ce quartier du 20e arrondissement, aujourd'hui menacée de fermeture. Les travaux de rénovation coûtent cher et les négociations financières restent pour l'heure au point mort. Ce qui est en jeu ? Le maintien à Paris d'un espace autogéré des luttes, encore et toujours ouvert aux conditions du combat social de ce troisième millénaire. » Souscription. Autre hommage à une figure de l'anarchisme, une docu-fiction consacrée à Marius Alexandre Jacob (lire biographie) et aux « travailleurs de la nuit », réalisée par Michel Mathurin, est en cours de tournage et devrait sortir en salles avant la fin de l'année. On peut d'ores et déjà visionner la bande-annonce d'Hors les lois et la servitude sur le site de la Confédération nationale du travail (CNT).

 

PÉRIODIQUES

Le feuilleton « exposition Camus à Aix-en-Provence » (lire info) se poursuit dans la presse parisienne : après avoir accepté d'en être le commissaire, sans trop se poser de question sur l'éviction de Benjamin Stora, affirmé être victime d'une campagne de presse menée par Libération (lire, entre autres, « Albert Camus, l'homme disputé »), s'être plaint du retrait (discutable) de la subvention du ministère de la culture et demandé « à être jugé sur pièces » (« L'expo Camus et les guillotines en papier », site du Nouvel Observateur), Michel Onfray a finalement annoncé le 14 septembre, sur son compte Twitter, qu'il renonçait… Le vibrionnant philosophe s'est une fois de plus montré égal à lui-même : impulsif, mégalo, paranoïaque et inconstant. Ce pataquès, bien peu digne de Camus, serait assez pitoyable s'il ne révélait les mœurs d'une certaine intelligentsia. Il est par ailleurs très rassurant que l'auteur de La Peste, plus de cinquante ans après sa mort, agite encore le microcosme politique. Certainement une preuve de bonne santé de sa pensée… Souhaitons maintenant qu'un spécialiste camusien moins médiatique s'occupe de l'expo ! Nous avions oublié de signaler un excellent hors-série du Monde libertaire (HS n° 45, du 12 juillet au 12 septembre, 54 p., 4 euros, site), sur le Mexique. Si vous ne l'avez pas lu, dépêchez-vous, il doit en rester des exemplaires à la librairie du Monde libertaire. Ces « Chroniques d'un Mexique insurgé » bénéficient d'une superbe iconographie (peintures murales et reproductions de couverture de journaux) et aborde autant l'actualité du pays (situation politique et économique, problème de l'eau, lutte pour la terre, présentation d'une radio indigène…) que l'histoire (précurseurs de l'anarchisme, Parti libéral mexicain, Casa del obrero mundial, presse libertaire, agonie…) et la renaissance du mouvement libertaire. Sans oublier une riche bibliographie (livres et sites Internet). Ce numéro est très complet et fera référence. Le Monde a lancé – sans doute pour doper ses ventes –, depuis le 13 septembre, une série de dix anthologies « originales » intitulée « Les Rebelles » paraissant le jeudi. Les deux premiers volumes seront consacrés à des personnages de la Résistance (Jean Moulin et Lucie Aubrac). Si l'on en croit Jean-Noël Jeanneney (Le Monde, 15 septembre), directeur de la collection, et la boutique du quotidien du soir, les autres élus seront : Victor Hugo, « Les anarchistes », Jean Jaurès, « Contre l'argent fou », Georges Clemenceau (le « fusilleur de la classe ouvrière » !), « Le (sic) contre-révolution », Léon Blum, François Mauriac. N'y a-t-il pas une absence dans cette liste ? N'a-t-on pas oublié le courant marxiste et ses différentes écoles ? A moins que Lucie Aubrac… De quoi s'interroger sur les motivations du choix… très socialisant. Le n° 3 d'On a faim (recto-verso, gratuit, pdf 1,1 Mo à télécharger), le bulletin apériodique de l'union locale CNT Chelles et Marne-la-Vallée, est paru : annonce d'une projection-débat (Les Conti gonflés à bloc) au cinéma Cosmos de Chelles et interview de Xavier Mathieu, « Le flicage s'accélère » à Pôle emploi, info juridique sur les licenciements et permanence syndicale… Un site existe aussi : il présente les sections syndicales, les anciens bulletins, les permanences, les photos et vidéos de précédentes actions ou manifestations, et le matériel de propagande. Si vous voulez tout savoir de l'actualité du nucléaire, lisez la Revue de presse de l'Observatoire du nucléaire (n° 15, 7-13 septembre, abonnement sur simple demande à contact[at]observatoire-du-nucleaire.org, site) qui décrypte de façon (très) indépendante la propagande de ce secteur, « met à la disposition de toutes et tous ses travaux, recherches et analyses ». Depuis sa création début juin par Stéphane Lhomme, un ancien responsable de Sortir du nucléaire évincé en 2010 par l'administration de ce réseau pour… radicalisme, une quinzaine de numéros sont parus. Dans le dernier, une critique élogieuse du numéro spécial de Charlie-Hebdo sur « L'escroquerie nucléaire », « Fermeture très incertaine de Fessenheim et satisfaction d'EELV », « Hulot, le grand retour », « Inde : la plus grande démocratie radioactive du monde », « Japon : comment relancer le nucléaire en annonçant sa fin ! », etc. Instructif et passionnant. Sous la plume de Maïté Darnault (photos de Thomas Rousset), Libération du 15-16 septembre consacre quatre pages de son « Mag » à la rencontre de Saint-Imier (lire ci-dessus) qui a eu lieu début août : « Libertaires, égalitaires, fraternitaires » (lire). Article bien sympathique qui brosse l'ambiance de cet événement, avec ce qu'il faut d'évocations historiques, de portraits, d'anecdotes, d'aspects constructifs et positifs (expositions, ateliers, conférences, éclectisme de la partie spectacle et organisation en général)… un peu à l'eau de rose, tout de même, mais ne boudons pas notre plaisir lorsqu'un média dit national ne fait pas rimer anarchisme avec terrorisme ou catastrophisme. Autre Futur (n° 8, septembre, 4 p., gratuit, à télécharger sur le site) est un bulletin réunissant « des militants de différentes organisations syndicales, attachés à l'échange entre les travailleurs à la base », « pour un syndicalisme de lutte, autogestionnaire, anarcho-syndicaliste et syndicaliste révolutionnaire ». Au sommaire du dernier numéro : un entretien avec Gilles Balbastre (« Militer face aux Nouveaux Chiens de garde médiatiques », suite sur le site), « Quelle alternative dans une Espagne en crise ? », la mobilisation syndicale dans le secteur du commerce…

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas