Septembre 2007

PUBLICATIONS

Impérialisme numérique. « La technique est neutre », « le progrès est positif », « la technologie satisfait les besoins de l’être humain »… Voilà quelques affirmations erronées que cet ouvrage vient pulvériser, démontrant que le progrès est d’abord orienté par la rentabilité, que les nouvelles technologies satisfont en fait des besoins créés par les technologies précédentes, que le lien social est de plus en plus détruit, que les formes anciennes de sociabilité disparaissent. Tout cela pour préparer un monde basé sur la vitesse, l’immédiateté, la superficialité, le profit et la concurrence, la mort de la planète (coût écologique allant grandissant) et de l’humain (maladies dues à la pollution et à la sédentarisation, uniformisation des modes de pensée, standardisation des façons de vivre). Sans oublier que l’existence est dorénavant constamment contrôlée, surveillée, policée, sécurisée… grâce à l’informatique, aux caméras, au téléphone portable, à la biométrie, aux nanotechnologies… Le meilleur des mondes en quelque sorte ! Huxley et Orwell l’avait annoncé, les savants et les techniciens le réalisent. Est-il encore temps de refuser ? Peut-être, mais il faut faire vite ! Lisez cet ouvrage avant qu’il ne soit trop tard.
« La Tyrannie technologique. Critique de la société numérique », collectif, coord. par Cédric Biagini et Guillaume Carnino, L’Echappée, coll. Pour en finir avec, Paris, 256 p., 12 euros. Courriel - Site Internet.

Plume et glèbe. La correspondance entre deux écrivains est souvent teintée de jalousie et de manigances, mais rien de tout cela entre Emile Guillaumin et Henry Poulaille. L’un et l’autre sont réunis par la volonté d’exprimer, de l’intérieur, les aspirations de la classe ouvrière, ses conditions de vie… Mais ils sont aussi fort dissemblables : Poulaille, l’urbain, l’« employé en littérature », attaché aux pavés de Paris ; Guillaumin, le rural, le paysan, qui ne peut se séparer de ses champs du Bourbonnais. Tous deux étrangers aux salons littéraires, tous deux se méfiant des partis politiques… Et quelle jubilation de lire que l’un pose la plume pour terminer les travaux de la ferme. Leurs lettres nous en apprennent beaucoup sur l’amitié qui réunissait les deux hommes et sur les a-côtés de la vie d’écrivain. Ce Cahier Henri Poulaille, comme ces prédécesseurs, deviendra vite indispensable à tous ceux qui s’intéressent à la littérature prolétarienne. Signalons aussi l’excellent travail – précis et érudit – de présentation, d’annotation et d’illustration effectué par Jean-Paul Morel et Patrick Ramseyer.
« Emile Guillaumin-Henry Poulaille, correspondance, 1925-1947 », dossier établi par Jean-Paul Morel et Patrick Ramseyer, préf. de Guy Bordes, 14,5 x 21,5, Editions Plein Chant, Cahiers Henry Poulaille n° 10, Bassac, 200 p., 20 euros. Courriel - Site Internet.

Poésie rebelle. C’est à la découverte d’un poéte surréaliste portugais, trop peu connu en France et traduit pour la première fois, que nous invitent les éditions Ab irato… sur les chemins entremêlés des idées anarchistes, surréalistes et situationnistes. Nous offrant un recueil de poèmes et de textes écrits par António José Forte (1937-1988), accompagné d’un préambule, d’un postambule et de notices biographiques qui éclairent le personnage. Il y a d’abord sa poésie d’un lyrisme violent et désespéré, qui « réenchante la réalité », mais aussi ses témoignages sur le Portugal clérico-fasciste de Salazar, sur les cafés – lieux de résistance intellectuelle –, sur son activité de responsable de bibliothèques itinérantes – « discrètes messagères de la culture » en butte alors à l’obscurantisme, au fanatisme et à l’intolérance. Ensorcellant « Poète à Lisbonne », magnifique « Décapité », admirables « Thèses sur la visite du pape », pour célébrer la venue de Karol Wotjila en 1982 (publié par le journal anarcho-syndicaliste « A Batalha ») : « L’Etat qui t’asservit est républicain et révère l’Eglise, le Parti dans lequel tu milites est marxiste et s’incline devant le pape, le Syndicat auquel tu adhères est révolutionnaire et salue la réaction… » Le poète, alors, grince des dents et s’indigne !
« Un couteau entre les dents » (édition bilingue), António José Forte, dessins d’Aldina, trad. et présentation d’Alfredo Fernandes et de Guy Girard, Ab irato, Paris, 236 p., 16 euros. Courriel - Site Internet.

Pour lire au bord de la plage, dans l’herbe ou sur les pavés… il y en a pour tous les goûts. Qu’il s’agisse de l’itinéraire d’un déserteur de la Grande Guerre devenu militant pacifiste (Michel Valette, Robert Porchet (1891-1964). De Verdun à Cayenne, Les Indes savantes, 444 p., 23 euros) ou de la vie d’un poète libertaire (Raymond Espinose, Jacques Prévert, une éthique de l’homme, Editions du Monde libertaire, 72 p., 5 euros). Au rayon littérature, on a le choix entre Henry Poulaille et son Paris travailleur des années 1900 (Les Damnés de la terre, Les Bons Caractères, 445 p., 19 euros), le récit de l’échappée de Zo d’Axa (De Mazas à Jérusalem ou Le Grand Trimard, Plein Chant, 160 p., 16 euros), ou encore de Jean-Pierre Lecercle Littérature, anarchies. Essai sur le fait littéraire et l’anarchie, fin XIXe siècle (Place d’armes, 184 p., 11,50 euros). Côté histoire des luttes, il y a les rééditions par l’union locale CNT d’Argenteuil de l’ouvrage de Paul Delesalle (Les Bourses du travail et la CGT, 56 p., 5 euros), et par Spartacus des textes d’Informations Correspondance ouvrière, La Grève généralisée. Mai-juin 68 (112 p., 10 euros). Sur les combats contre le franquisme espagnol, on peut lire de Jean-Claude Duhourcq et Antoine Madrigal Mouvement ibérique de libération, mémoires de rebelles (CRAS, 380 p., 22 euros), et devrait prochainement paraître en français Le MIL : une histoire politique, par Sergi Rosès Cordovilla (Acratie, 190 p., 17 euros). Pour se remettre de l’élection présidentielle, rien de mieux que La Grève des électeurs (avec 101 propos inciviques) d’Octave Mirbeau (L’Insomniaque, 62 p., 6 euros). Si vous êtes à la campagne, vous n’échapperez pas à la Dissidence de la brousaille, de Rodolphe Christin (Atelier de création libertaire, 160 p., 12 euros). Jean-Pierre Levaray, lui, se saisit de la fleur du souvenir et de la mort pour relater le décès de son père et se remémorer sa vie (Du parti des myosotis, L’Insomniaque, 63 pages, 6 euros). Marie-Joëlle Rupp fait de même en livrant le récit des luttes de son père (Serge Michel, un libertaire dans la décolonisation, Ibis Press, 161 p., 16 euros). Mémoire encore, avec la suite des souvenirs de Benoist Rey (Les Trous de mémoire. Suite, Les Editions libertaires, 136 p., 12 euros). Et Dieu, dans tout cela, aurait dit Jacques Chancel. Eh bien, on le retouve dans Jésus selon Proudhon. La « messianose » et la naissance du christianisme, de Gérard Bessière (Les Editions du Cerf, 484 p., 47 euros). Bonnes lectures.

 

 

 

RÉUNION-DÉBAT

Villard-de-Lans, 14 septembre. Conférence-débat sur la décroissance organisée par le groupe du Vercors de la Fédération anarchiste, à 20 h 30, à la Maison pour tous de Villard. Qu’est-ce que la décroissance ? Est-elle soluble dans le capitalisme ? La décroissance ne nécessiterait-elle pas une redistribution des richesse, et d’autres formes d’organisation sociale ? Table de presse, entrée libre et gratuite. Courriel - Site Internet.

Lyon, 22 septembre. La librairie La Gryffe, 5, rue Sébastien-Gryphe, 69007 Lyon, convie à une rencontre-débat à 20 heures avec Hervé Kempf autour de son livre « Comment les riches détruisent la planète » (Seuil). Courriel - Site Internet.

Saint-Imier (Suisse), du 28 septembre au 7 octobre. Espace noir est un espace culturel autogéré qui fonctionne depuis vingt et un ans, autour d’une taverne, d’une librairie-bibliothèque avec accès Internet, d’un « info kiosque », d’une salle de théâtre-concert et d’un cinéma. Il organise une quinzaine de la presse pour tenter de définir les enjeux pour la presse future et les moyens de préserver sa pluralité et sa liberté. En plus des différents journaux suisses invités, les organisateurs souhaitent ouvrir le débat à la presse alternative et libertaire française qui est invitée le samedi 6 octobre, à 17 heures, à un forum sur la presse militante et alternative. Pour plus d'informations sur le programme de ces journées, site Internet.

Paris, 30 septembre. A l’occasion du cinquième anniversaire de la librairie Quilombo, Nicolas Lambert viendra interpréter la pièce de théâtre « Elf, la pompe Afrique » à 15 h 30, au CICP (21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris). Il sera accompagné pour l’occasion de la musicienne Hélène Billard et du chanteur Nicolas Bacchus. Plus d’infos. La librairie Quilombo est ouverte du mardi au vendredi, de 14 heures à 20 heures, et le samedi de 11 heures à 20 heures, 23, rue Voltaire, 75011 Paris (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Tél. : 01 43 71 21 07 - Courriel - Site Internet.

 

RENCONTRE, FÊTE, COLLOQUE…

Florence (Italie), 7, 8 et 9 septembre. Pour la troisième année, va se dérouler la Vitrine internationale de l'édition anarchiste et libertaire, une importante et des plus intéressantes manifestations pour la culture anarchiste. Le livre et la presse libertaires seront à l'honneur avec la présence de nombreux éditeurs et auteurs venant de Belgique, de Suisse, du Brésil, d’Australie, de France, d’Italie, de Grèce… Trois jours de fêtes, d'échanges et de rencontres avec de nombreux débats, concerts, projections, expositions, pièces de théâtre, sites Web. Lieu de la manifestation : Teatro Tenda, via Fabrizio de André Angolo (SaschAll, L.no Aldo Moro, 3 - 50136 Firenze). Courriel - Infos et programme.

Lausanne (Suisse), 15-16 septembre. Festival des 50 ans du Cira-Lausanne au 24, av. de Beaumont. Samedi, de 9 heures à 13 heures, réunion de la Fédération internationale des centres d’études et de documentation libertaires (Ficedl) et foire aux livres, puis repas. L’après-midi : assemblée générale du CIRA, campagne de solidarité 2007, débat sur les éditions et revues anarchistes… De 18 heures à 19 heures, projection du film « Plan fixe » (sur Marie-Christine Mikhaïlo) à l’Espace autogéré, 30, rue César-Roux. Dimanche, de 9 h 30 à 12 h 30, réunion de la Ficedl, foire aux livres… et, l’après-midi, jeux, tombola, ateliers. Inscrivez-vous, si vous souhaitez être logé(e)s. CourrielSite Internet.

Toulouse, 22 septembre. L’Association pour l’art et l’expression libre (AAEL) organise la troisième édition du salon du livre Anarphabète au 8, rue de Bagnolet, sur l'emplacement du Hangar de la Cépière (M° Arènes). De 10 heures à 19 heures, les éditeurs et exposants présenteront leurs dernières publications ; avec débats, animations, dédicaces au cours de l'après-midi. En soirée, les discussions se poursuivront dans une ambiance festive (apéro, buffet, musique, films…).

Merlieux (Aisne), 29 et 30 septembre. Quatrième salon du livre anarchiste de Merlieux, en présence de nombreux auteurs et éditeurs. Samedi, soirée spectacle avec un conte musical pour adultes, puis avec Fred Alpi, Bruno Daraquy, Serge Utgé-Royo… Dimanche, la journée sera nourrie de débats sur la religion et l’anticléricalisme, l’armée, le sécuritaire et la répression, et ponctuée d’animations culturelle (théâtre, avec Fabrice Taponard, à partir des fameux « Fils de la nuit ») et musicale (groupe La Robinetterie). Projection du film « Putain d’usine », puis débat avec Jean-Pierre Levaray. Présence active de Radio-Libertaire. Athénée libertaire, 8, rue de Fouquerolles, 02000 Merlieux.

 

DIVERS

Anarchistes contre le mur. Le collectif des anarchistes israélien qui se bat depuis quatre ans aux côtés de Palestiniens contre l'occupation israélienne et, plus spécifiquement, contre le mur de séparation lance un appel urgent à la solidarité. Cette lutte et les procès qu’elle entraîne coûtent cher (dette de 30 000 euros pour plus de soixante procédures judiciaires). Pour plus d'information (en anglais), site Internet. Pour les dons dans la zone euro, il faut contacter Michal Raz, tél. : 06 74 15 41 06, courriel.

Sacco et Vanzetti. Le 23 août 1927, les deux militants anarchistes italiens, innocents du crime que la justice américaine leur imputait, étaient exécutés sur la chaise électrique. Leur défense avait suscité une mobilisation mondiale sans précédent à cette époque. Comme nous, le journal « L’Humanité » s’en souvient et a salué leur mémoire de façon très honnête. Pour en savoir plus, lire l’ouvrage de Ronald Creagh [note de lecture].

Vive l'anarchie ! Trente chansons anarchistes et/ou révolutionnaire à (re)découvrir que l’on peut télécharger en mp3 pour l’usage personnel ou pour un profit collectif lors de manifestations. Quelques titres sont issus d’un disque édité par les situationnistes en 1974, « Pour en finir avec le travail ». Du « Bon Dieu dans la merde » à « La Java des bons enfants », en passant par « La Ravachole » ou des détournements comme « La Mitraillette » (« A bicyclette »), « Les Bureaucrates se ramassent à la pelle » (« Les Feuilles mortes »), c’est un régal… Site Internet pour le téléchargement.

 

REVUES

« Le Combat syndicaliste ». Le numéro de septembre du journal confédéral des syndicats de la CNT titre « Après la plage, rentrée (de la lutte) des classes ». Au sommaire : « L’Inrap est truelle », « Porcheville : de l’élevage en batterie », « Interior’s : justice pour Noël », « CAE c’est pas pour nous », « Burkina Faso : l’essence du syndicalisme », « US Go partout », « Police partout justice nulle part »… On peut recevoir le journal gratuitement et sans engagement pendant trois mois, en envoyant un courriel avec ses coordonnées. Abonnement un an (11 numéros) : 22 euros. Site Internet.

Riposte laïque. Un nouveau journal électronique pour la « défense de la laïcité et de la république », promouvant l'« égalité hommes-femmes », est né. Il affirme dans son premier édito : « Dénoncer la gravité de l’offensive de l’intégrisme islamique, en France et dans le monde, ne nous empêchera pas, avec la même détermination, de signaler, notamment au sein de l’Union européenne, toutes les manœuvres du Vatican pour imposer des concordats dans le plus grand nombre de pays, et s’imposer comme interlocuteur incontournable des dirigeants de l’Union européenne. » De nombreux liens nationaux et internationnaux renvoient sur des blogs personnels, des sites laïques et de groupes de libres penseurs… Parmi les premiers articles : « Halde ou Haute Autorité légitimant les discriminations », « Nicolas Sarkozy président, plus près de toi, Seigneur », interview de Corinne Lepage, « Contre le scandaleux code de la famille en Algérie », « Voiles, burkas et tchadors, je vous hais », « Signes religieux à l’école : le point sur la situation en Belgique »… Courriel - Site Internet.

« Classes en lutte ». Rentrée des classes pour le bulletin de la Fédération des travailleurs(ses) de l’éducation CNT (CNT-FTE), avec la parution de ce n° 83 (septembre). Le numéro (à agrandir en A3) peut être téléchargé. On y retrouve des articles sur les suppressions de postes du primaire au secondaire ; sur le Haut Conseil de l’Education qui préconise plus de hiérarchie, sur le renouvellement des contrats CAV, CAE… mais aussi : « Nous ne sommes pas des fonctionnaires zélés ! », à propos de la Base Elève ; « Casse de l’Université : promesse tenue ! » ; « Répression : solidarité avec les délinquants du travail social » ; « Etudiants de la fac de Cauca en grève de la faim », en Colombie ; etc. Ce mensuel est aussi diffusé par mail et on peut le recevoir automatiquement en s’abonnant. Courriel.

« A contretemps ». Premier volet (n° 27) d’une double livraison (la suite à l’automne) consacrée à Rudol Rocker (1873-1958, lire sa biographie), « Mémoires d’anarchie » s’attache à son trajet militant à partir, tout d’abord, d’une lecture de l’édition complète en espagnol de ses Mémoires. Suivent une évocation, par Rocker, de ses « années parisiennes » et un « Hommage à Milly Witkop », son indéfectible compagne. Abonnement (la revue « n’a pas de prix, juste des frais… qu’on se le dise, à toutes fins utiles ! ») et correspondance : Fernand Gomez, 55, rue des Prairies, 75020 Paris. Courriel. « A contretemps » n° 24 est disponible en ligne. Site Internet.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas