Octobre 2006

PUBLICATIONS

Les Milieux libres. Plutôt peu étudiés par les historiens de l’anarchisme, ces « milieux libres » ont fait récemment l’objet de deux publications (cf. l’ouvrage de Tony Legendre). Tentatives de construire de nouveaux rapports humains et d’échapper au salariat, ces expériences – aboutissant généralement à des échecs – ont eu au moins le mérite d’instruire et de lancer d’autres initiatives (éducatives, coopératives). Le livre de Céline Beaudet aborde les multiples aspects de ces « zones autonomes temporaires » (TAZ) avant l’heure : origines, aspirations, fonctionnement, problèmes… On y rencontre aussi quelques personnages hauts en couleur assez représentatifs de l’individualisme anarchiste de cette époque, tels que Georges Butaud, André Lorulot, Sophie Zaïkowska, Marie Krügel, Henry Fortuné. Indispensable pour appréhender le sujet.
« Les Milieux libres : “vivre en anarchistes” à la Belle Epoque en France… », Céline Beaudet, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 256 pages, 15 euros. Courriel.

Anthropologie anarchiste. Pour David Graeber, l'anarchisme, en tant que philosophie politique, est en plein essor. Ses principes traditionnels – autonomie, association volontaire, autogestion, entraide, démocratie directe – se retrouvent comme fondements de l’organisation de nombreux mouvements altermondialistes et/ou radicaux. Et pourtant, cela n'a eu presque aucun écho dans le milieu universitaire. Les anarchistes interrogent souvent les anthropologues sur leurs idées quant aux diverses façons d'organiser la société sur des bases plus égalitaires, moins aliénantes. Les anthropologues, eux, terrifiés à l'idée de se voir accusés de romantisme, n'ont pour seule réponse que leur silence. Et s'il en était autrement ? C’est à quoi s’attelle l’auteur, anthropologue et anarchiste. Il a enseigné aux universités de Chicago, Haverford, New York et Yale – d’où il a été renvoyé sans explications en 2005, après huit ans d’activité.
« Pour une anthropologie anarchiste », David Graeber, trad. de Karine Peschard, 10 x 17,50, Lux, Montréal, 168 pages, 16 euros. Courriel - Site Internet.

Le Mouvement anarchiste en Espagne. Version complète d’un texte paru en 1969 aux éditions Seuil, cet ouvrage est l’un des plus documentés pour expliquer la genèse et le déroulement de la révolution espagnole vue du côté libertaire. Loin des clichés héroïques et complaisants de la geste révolutionnaire, Cesar M. Lorenzo n’occulte aucun fait dans son analyse : exactions de bandes armées « d’incontrôlés », chaos initial des comités locaux ou de gestion, contre-révolution montante des classes moyennes, partage du pouvoir dans un Etat républicain que les militants ouvriers ne pouvaient ni abolir ni conquérir, raisons profondes de la mainmise stalinienne… Il aborde également la résistance à la barbarie franquiste dans l’après-guerre, menée par les exilés au niveau international et par la guérilla à l'intérieur du pays. Ce qui en fait un élément essentiel, où la volonté d'objectivité ne rime jamais avec froideur et désengagement, pour comprendre l'échec de cette formidable tentative de révolution sociale, économique et culturelle d’inspiration libertaire.
« Le Mouvement anarchiste en Espagne. Pouvoir et révolution sociale », Cesar M. Lorenzo, 21 x 30, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 548 pages, 35 euros. Courriel.

Alsace brune. Depuis des années, l’actualité alsacienne est marquée par les agissements d’une frange néonazie active. Groupuscules fascistes, activistes néonazis, associations païennes ou intégristes religieuses, partis régionalistes xénophobes et partis nationaux extrémistes, de nombreuses organisations d’extrême droite sévissent en Alsace, distillant leurs idéologie haineuse. Elles y trouvent parfois un écho favorable ou au moins une indifférence coupable, même si beaucoup savent encore faire de la région une terre d’accueil et de tolérance. Ce recueil de textes présente les forces d’extrême droite actives dans la région et tente de mettre au jour leurs réseaux et leurs connexions.
« Alsace brune. Les extrêmes droites alsaciennes d’hier et d’aujourd’hui », collectif, éd. No Pasaran, Paris, 170 pages, 10 euros. Courriel - Site Internet.

Proudhon, Dieu et la guerre. La pensée de Proudhon est complexe et se polarise sur des domaines aussi diversifiés que l'économie, la politique, la religion, la sociologie, l'art, la morale… Le pari d'Edouard Jourdain est de démontrer que deux concepts corrélatifs permettent de saisir la cohérence de cet ensemble : Dieu et la guerre. Proudhon, en effet, pense systématiquement la guerre, loi universelle du genre humain, dans son rapport avec Dieu, c'est-à-dire l'Absolu, qui est chez lui à la base de toute problématique. De cette manière, il effectue l'archéologie de l'Etat, des pouvoirs, de la morale, et des rapports sociaux en général. L'auteur s’active aussi à « dépoussiérer » la pensée de Proudhon en montrant en quoi son œuvre était d'une actualité criante, mettant en perspective sa pensée avec des auteurs comme Nietzsche, Foucault, Deleuze, Négri…
« Proudhon, Dieu et la guerre. Une philosophie du combat », Edouard Jourdain, éd. de L'Harmattan, Paris, 252 pages, 21,50 euros.

L’Anarchiste et le diable. A la fois récit d’une tournée européenne, journal personnel, recueil de nouvelles (« légendes urbaines ») et regard critique sur l’industrie de la musique, l’ouvrage de Norman Nawrocki nous fait découvrir les dessous de la scène musicale indépendante, tout en donnant la parole aux exclus et marginaux, aux laissés-pour-compte de la société moderne. Entre réalité et fiction, en quête d’un oncle et de ses propres origines, l’auteur brosse le tableau cru d’une Europe en mal de vivre et le portrait d’une scène rebelle et vivante qui refuse d’être étouffée. Nawrocki et son groupe de « rock’n’roll anarchiste » (Rhythm Activism) nous montrent qu’au-delà des considérations purement matérielles, certains sont encore attachés à l’idée de partager leur art avec passion et que la musique peut être une force de changement.
« L'Anarchiste et le diable. Voyages, cabarets et autres récits », Norman Nawrocki, 14 x 21, Lux éditeur, Montréal, 304 pages, 27,50 euros. Commande (Europe). Courriel - Site Internet.

Durruti en images. Réédition dix après d’un album de photos, légendées par Abel Paz, cet ouvrage retrace l’itinéraire du militant anarchiste tel qu’il s’est confondu avec le mouvement anarcho-syndicaliste en Espagne, avant de s’achever tragiquement en pleine révolution sociale dans de troublantes circonstances. Plus de deux cents photos, édition trilingue : espagnol, anglais et français.
« Durruti (1896-1936) », collectif, 17 x 25, L’Insomniaque, Montreuil, 158 pages, 20 euros. Courriel - Site Internet.

Presse anar au Québec. Marc-André Cyr, à travers l’analyse de six journaux (« La Nuit », « Le Q-Lotté », « Rebelles », « Hors d’ordre », « Hé… basta ! », « Démanarchie »), explore cette presse inédite dans l’histoire du Québec. Même si l’anarchisme s’est manifesté épisodiquement tout au long du XXe siècle, c’est la fin du capitalisme d’Etat et la naissance du mouvement contre la mondialisation néolibérale qui ont marqué le renouveau libertaire. Francis Dupuis-Déri, quant à lui, dresse un bilan critique de la presse – avec « Trouble », « Ruptures », « Cause commune », « La Mauvaise Herbe », « Les Sorcières », « Anarkhia » – et de la mouvance anarchistes de 2001 à 2006. Un seul regret : ces très instructives études ne sont qu’« une brique dans la muraille » de l’histoire de l’anarchisme au Québec.
« La Presse anarchiste au Québec (1976-2001) », Marc-André Cyr, suivi de Francis Dupuis-Déri, « Idées noires. Les anarchistes et leurs journaux au Québec (2000-2006) », Les Editions Rouge et Noir, Montréal, 222 pages, 12 euros [en vente à la librairie Publico].

 

RENCONTRES-DÉBATS

Marseille, 3 octobre. Gilbert Roth poursuit son cycle de discussion « Les 4 saisons de l’anarchie » en abordant, entre autres, la seconde guerre mondiale (Arru, Bouyé et les autres), la reconstruction après-guerre (FA, CNTF, FO… avec Joyeux, Laisant, Fontenis), puis les Auberges de jeunesse, la guerre d'Algérie, Noir et Rouge, le mouvement du 22 mars (Lagant, Duteuil…), les campings. Vaste programme ! Cela se passe, de 19 heures à 21 heures, au local du CIRA, 3, rue Saint-Dominique, 13001 Marseille. Courriel.

Tours, 5 octobre. A l’occasion du centenaire de la Charte d’Amiens, le syndicat SUD-PTT 36-37 organise un débat avec la participation de Patrick Millereux (militant syndical) et Edouard Sill (historien). Rendez-vous aux Halles Tours, salle 120, à 20 h 30. Tél.-répondeur : 02 47 28 39 94. Courriel.

Paris, du 6 au 8 octobre. Exposition de peintures de Rébecca Gruel, à l’occasion de la Fête des vendanges à Montmartre, à la bibliothèque La Rue (tél. : 01 42 23 32 18), 10, rue Robert-Planquette, 75018 Paris (M° Blanche ou Abbesses).

Avignon, 7 octobre. « Sur l’amour, la guerre et la révolution » : rencontre-discussion avec des Giménologues, proposée par l’Infokiosk, à propos du livre d’Antoine Gimenez, « Les Fils de la nuit, souvenirs de la guerre d’Espagne » (L’Insomniaque), à la Maison IV de Chiffre, 26, rue des Teinturiers, à 18 heures.

Laon, 7 octobre. Le groupe Kropotkine de la FA organise à la Maison des associations, rue du Bourg, à partir de 15 heures, une exposition d’affiches sur l’Espagne 36, projection de documentaires dès 16 heures et conférence-débat, animée par Wally Rosell, à 20 h 30. Entrée libre et gratuite.

Marseille, 7 octobre. A 17 heures, au local du CIRA, 3, rue Saint-Dominique, 13001 Marseille, Xose Ulla Quiben présentera son livre « La Plume rouge et noire du Père Peinard » (Les Editions libertaires). Courriel.

Le Mans, 10 octobre. Au Ciné-Poche de la MJC Jacques-Prévert, 97, Grande-Rue, la CNT-AIT organise à 19 h 30 un débat sur « Autogestion : peut-on se passer des hiérarchies ? »

Bruxelles, 14 octobre. Concert de soutien au journal libertaire « A voix autre », à partir de 18 heures, péniche Fulmar, 22, quai des Péniches. Avec Free Tax, Cop on Fire, El Pueblo, Happening Leek. Entrée : 5 euros. Courriel - Site Internet.

Toulouse, 20 octobre. La librairie associative Le Chat noir organise à 20 h 30 une réunion-débat « Scop et autogestion » : la Société coopérative de production (Scop) est elle une expérience concrète d’autogestion ? Quelles sont les limites et les dérives possibles d’une telle expérience ? Avec des coopérateurs de l’Imprimerie 34 et des coopérateurs du BTP. Le Chat noir, 18, avenue de la Gloire, 31500 Toulouse. Courriel - Site Internet.

Paris, 25 octobre. A 19 h 45, au CICP, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris, la librairie Quilombo coorganise avec Solidarité Irak un débat : « Résistances irakiennes », en présence de Nicolas Dessaux. Plus d’infos. Courriel - Site Internet.

Rennes, 25 octobre. Le groupe La Sociale (Fédération anarchiste) accueille Charlie Bauer et Martin Monge, réalisateur du récent « Charlie Bauer, marathonien de l'espoir », pour une séance de dédicaces du livre « Fracture d'une vie » et projection du film. Cela se passe au 17, rue de Châteaudun, à partir de 16 heures.

Nantes, 27 octobre. Charles Jacquier interviendra sur « Louis Mercier Vega, un anarchiste face à la guerre », à l’occasion de la réédition du témoignage de celui-ci par les éditions Agone (« La Chevauchée anonyme »), salle de conférences de la MHT (bâtiment Ateliers et chantiers de Nantes), 2 bis, bd Léon-Bureau, à 20 h 30.

 

FÊTE, SALONS DU LIVRE

Paris, 15 octobre. A l’occasion de Lire en fête, la librairie du Monde libertaire envahit la rue Amelot (11e arr.), avec des débats autour du Front populaire (à 13 h 30, avec Loïc Le Bar et Danielle Tartakowsky), sur la révolution espagnole (à 15 h 30, avec Frank Mintz, des Giménologues, Christine Diger). Pendant ce temps, projection de documentaires et d’un film dans la librairie : « Les Olympiades oubliées » (à 13 h 30), puis « Durruti », avec une discussion (de 14 h 45 à 15 h 15), puis « Le Crime de Monsieur Lange » (à 15 h 30). Animation musicale dans la rue avec Vania et Riton la Manivelle, chansons et orgue de barbarie (à 13 heure) et, à 17 h 30, Serge Utgé-Royo chantera l’Espagne révolutionnaire. Courriel - Site Internet.

Saint-Etienne, du 20 au 22 octobre. La CNT 42 organise la deuxième édition du Salon de l’autre livre, à la Bourse du Travail, salle Sacco-et-Vanzetti, cours Victor-Hugo. Au programme : stands d’éditeurs alternatifs, lectures, débats, exposition. Téléphone-répondeur : 04 77 25 78 04. Courriel.

Londres, 21 octobre. De 10 heures à 19 heures, l’Anarchist Bookfair (Foire aux livres anarchistes) propose des publications, des projections de films, un cabaret anarchiste, des rencontres et des discussions, une exposition. La restauration sur place est possible et une crèche accueille les plus jeunes. Adresse : Voluntary Sector Resource Centre, 356 Holloway Road, Londres, N7 6PA (M° Holloway Road).

DIVERS

Anarchisme et non-violence. Pendant presque dix années, de 1965 à 1974, des libertaires ont animé un groupe et une revue qui prit le nom d’« Anarchisme et Non-Violence ». Ils ont, aujourd’hui, créé un site sur la Toile, rassemblant un certain nombre de textes, de documents et d’archives afin de faire le lien entre passé et actualité. Ce site s’enrichira au fur et à mesure des différents apports que ses animateurs comptent bien susciter. Site Internet.

Theyliewedie.org. C’est un portail anarchiste plein de ressources (textes, images, infos, gestionnaire de projets, annuaire…) et de projets. Ses objectifs sont de participer à une meilleure coordination du réseau libertaire existant, de mettre à disposition de l'information sur l'anarchisme et de favoriser la mise en relation des individus souhaitant s'organiser pour agir. They Lie We Die fonctionne sur le mode de l'autogestion et du DIY, ses activités sont réalisées sans profit et par autofinancement. Site Internet.

 

REVUES

« Offensive ». Le trimestriel d'Offensive libertaire et sociale (OLS) présente un dossier « On hait les champions » sur le sport – business, opium du peupe, contre les femmes, en chemise noire, performance avant tout, sans totem ni tabou… – mais aussi des articles sur la haute technologie à Grenoble, sur « Psychiatrie algérienne et antipsychiatrie », « A propos de l'histoire universelle de Marseille », et un entretien sur la Commune de Paris. N° 11, septembre, 44 p., 3 euros. Pour s’abonner, il suffit d’envoyer un chèque de 12 euros (pour 4 numéros), à l'ordre de Spipasso, à OLS, c/o Mille Bâbords, 61, rue Consolat, 13001 Marseille. Site Internet - Courriel.

« A contretemps ». Au sommaire de ce n° 24, un dossier s’attache à faire « découvrir » aux lecteurs français un penseur libertaire moderne espagnol, Tomás Ibáñez, qui s’interroge sur le pouvoir, la domination et l’anarchie. Une bonne place est aussi accordée au cinquième volume de la « Correspondance » de Guy Debord, ainsi qu’à une « Revue des livres », plus importante que d’habitude en conséquence de l’actualité éditorial. Le n° 21 de cette revue a été récemment mis en ligne, avec notamment un très intéressant article de Daniel Colson sur « Nietzsche et l’anarchisme » et deux textes à propos d’Octobre 1917 (Pierre Sommermeyer, René Berthier). Correspondance : Fernand Gomez, 55, rue des Prairies, 75020 Paris. Site Internet - Courriel.

« Cette semaine ». Le n° 90 (septembre, 40 p., prix libre ou abonnement : 12,5 euros par an) est disponible à « Cette Semaine, BP 275, 54005 Nancy Cedex, ou en ligne (articles un par un et en pdf). Au sommaire : le mouvement contre le CPE (« La plainte des pleureuses », « Tirer sur une ambulance ? », « Le mouvement étudiant en région parisienne », « Limites du mouvementisme »), les nuisances techno-industrielles, des nouvelles d’Italie, d’Espagne, du Mexique et de Belgique. Site Internet - Courriel.

« De Naar ». Le journal anarchiste bimensuel belge en langue flammande publie une version partielle en français, téléchargeable en format pdf (2,2 Mo, 8 pages imprimables au format A3). C’est l’occasion pour les francophones de le découvrir. « De Nar » publie, entre autres, des articles et analyses sur l’urbanisme, l’économie, les technologies, la lutte contre les frontières, la libération animale, la solidarité, le racisme, le patriarcat… d’un point de vue offensif et subversif. Site Internet - Courriel.

« Combat syndicaliste ». Le mensuel des syndicats de la CNT-F annonce la parution de sa nouvelle formule pour le 1er octobre (12 pages format A3, offset, deux couleurs). Site Internet - Courriel.

« Ni patrie ni frontières ». Un numéro double (« Rêve générale », n° 16/17, septembre, 10 euros) consacré au bouillonnement social des mois de février, mars et avril 2006 chez les étudiants, lycéens, chômeurs et salariés. La parole a été donnée de préférence aux courants apartidaires (spontanéistes, anarchistes, « ultragauches ») qui, par tracts ou textes, posent des questions sur le mouvement, en critiquent les limites et les défauts… Commande du numéro et/ou abonnement (3 n° : 23 euros, 6 n° : 45 euros), ou offre de collaboration : Y. Coleman (sans autre mention) 10, rue Jean-Dolent 75014 Paris. Courriel.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas