Novembre 2007

PUBLICATIONS

Les éditions L’Echappée ont récemment inauguré la collection Action graphique, avec deux ouvrages aux proportions idéales (16,5 x 24) pour mettre en valeur les créations visuelles. Ma préférence va à Subversion, l’art insoumis d’Eric Drooker (127 p., 20 euros) ; en couleur ou en noir et blanc, les dessins possèdent une force et une invention rappelant le trait de Frans Masereel. Une interview du dessinateur complète utilement ce magnifique recueil. Le second, CARtoons, le cauchemar automobile (94 p., 12 euros), de Andy Singer, peut paraître moins riche graphiquement et plus didactique, l’illustration venant renforcer des textes dénonçant la civilisation nécrotique de l’automobile. Pour les bilingues (espagnol, français), Le Coquelicot a réédité la charge de Gaston Britel contre le salariat, La Foire aux ânes (100 p., 10 euros). L’âne a sa carotte pour avancer ; l’être humain, le salaire. Pas de liberté sans son abolition ! L’auteur va donc dynamiter une à une les différentes formes de salariat, prônant la distribution des richesses et l’abandon des productions inutiles. L’ouvrage De Godzilla aux classes dangereuses (Ab irato, 95 p., 8 euros) est constitué de textes parus sous différentes signatures dans la revue « Oiseau-tempête ». Ils dressent un constat de l’évolution de notre société vers plus d’inégalité, de précarité et de contrôle social, sous couvert de sécurité. L’Etat totalitaire comme réponse à la crise de la démocratie libérale… La bêtise des militaires serait-elle insondable ? C’est ce que tend à prouver Lucien Seroux avec ce troisième volume de l’Anthologie de la connerie militariste (AAEL, 273 p., 13 euros). Le dernier Graine d’ananar, Vie et combat de Margarethe Faas Haedegger (Editions du Monde libertaire, 100 p., 8 euros) est, lui, consacré à une militante anarchiste, syndicaliste et féministe suissesse romande du début du XXe siècle trop peu connue. C’est tout le mérite de Patrick Schindler de faire revivre cette femme en butte au sexisme et au machisme de son époque, malgré quelques petites erreurs certainement dues à un manque de relecture. Historien, essayiste et poète, Arturo Schwarz se présente comme juif athée, anarchiste et surréaliste. Il a cherché des éléments libertaires dans les textes fondateurs du judaïsme ainsi que chez le philosophe Baruch Spinoza. Cela nous donne Etre Juif, aussi : réflexions d’un athée anarchiste (Oxus, 70 p., 12,70 euros). La vie tumultueuse d’un jeune anarchiste pied-noir d'origine espagnole est l'occasion pour Bernard Collet de dresser un panorama du milieu libertaire français à l'aube du XXe siècle (Indalecio, La Fosse aux ours, 279 p., 19 euros). Ce roman se déroule entre Paris et Caracas, en passant par Cayenne. Composé de chapitres courts donnant du rythme au récit, il tient le lecteur en haleine jusqu'au dénouement. Signalons la traduction en français, avec une préface de Normand Baillargeon, de l’indispensable ouvrage d’Edward Bernays, Propaganda. Comment manipuler l'opinion en démocratie (Zones, 140 p., 12 euros). Ce petit guide pratique écrit en 1928 est devenu un classique aux Etats-Unis. Son auteur, neveu de Sigmund Freud, y expose cyniquement et sans détour les grands principes de la manipulation mentale de masse, dans un style clair et vif, à travers de nombreuses anecdotes. C’est édifiant ! Venant également du Nouveau Monde, Secrets publics. Escarmouches choisies (Sulliver, 416 pages, 28 euros), réunit pour la première fois en français les principaux écrits du situationniste américain Ken Knabb. Ils offrent un témoignage sur les mouvements contestataires des années 1960 aux Etats-Unis et résument l'expérience de plusieurs décennies d'activités visant une transformation radicale de la société. A quoi sert « l'identité nationale » (Agone, 156 p., 12 euros), se demande Gérard Noiriel, historien et président du Comité de vigilance sur les usages de l’histoire (CVUH). La logique identitaire, née au XIXe siècle, a depuis constamment alimenté la verve nationaliste. Dans les années 1980, c’est Jean-Marie Le Pen qui a popularisé l’expression pour stigmatiser les immigrés. Nicolas Sarkozy s’en est maintes fois servie dans ses discours de candidat lors de l'élection présidentielle. Dans quel but, pour quelle stratégie ?… Nous terminerons ce tour d’horizon des publications par L’Autonomie, axe de la résistance zapatiste (Rue des cascades, 125 p., 9 euros), dans lequel Raúl Ornelas Bernal analyse les pratiques d’auto-organisation et d’autogouvernement de certaines communautés indiennes du Chiapas, tout en les rapprochant des luttes paysannes en Ukraine (1918-1921), en Aragon et en Catalogne (1936-1939). L’expérience de ces communes autonomes ne peut qu’enrichir la pensée libertaire contemporaine.

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Marseille, 3 novembre. Conférence-débat à 17 heures avec Gaetano Manfredonia, à propos de son ouvrage récemment paru (voir ci-dessus), au local du CIRA, 3, rue Saint-Dominique (angle place des Capucines), Marseille 1er. Courriel - Site Internet.

Lorient, 9 novembre. Le groupe Francisco-Ferrer (FA) organise à 20 h 30 une réunion publique avec Jean-Pierre Tertrais sur la décroissance, à la Maison des associations, salle audio, cité Allende, 12, rue Colbert, Lorient.

Lyon, 9 et 10, 16 et 17 novembre. A l’occasion des commémorations de la grande boucherie de 1914-1918, des libertaires lyonnais (CGA, OCL) vous invitent à quatre activités contre toutes les armées. Projection de films (« A l’Ouest, rien de nouveau », « Atomic Cafe », « Escadrons de la mort, l’école française », « Le Vent se lève »…) et débat avec, entre autres, l’Observatoire des armements (CDRPC) : « Tout ce que vous avez voulu savoir sur l’armée française et la militarisation de la société ». Cela se passe à la Plume noire et à La Gryffe, 5, rue Sébastien-Gryphe, Lyon 7e. Le programme complet, avec les horaires et les lieux, est consultable sur le site Internet de La Gryffe.

Paris, 9 novembre. L'union locale CNT de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et la CNT-STE 92 organisent la projection d’un film documentaire sur l’histoire de l’anarcho-syndicalime et du syndicalisme révolutionnaire, « Et pourtant ils existent », à 20 h 30 au local de la CNT, 33, rue des Vignoles, Paris 20e (M° Avron ou Buzenval). Elle sera suivie d’un débat sur ce même thème. Plus d’infos.

Montpellier, 13 novembre. Rencontre avec Gilles Sainati, coauteur de « La Décadence sécuritaire » (La Fabrique, 112 p., 14 euros), à 17 h 30 à l’université Paul-Valéry (salle archéo 2), et à 20 h 30 à la librairie La Mauvaise Réputation, 20, rue Terral, quartier Sainte-Anne, Montpellier.

Paris, 15 novembre. La librairie Quilombo organise une projection-débat à propos de « La Voix de son maître » (film sorti en 1978 et récemment édité en DVD) avec Gérard Mordillat, à 19 h 45, au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e. Douze patrons de grandes entreprises parlent face à la caméra du pouvoir, de la hiérarchie, des syndicats, des grèves, de l’autogestion… Peu à peu, l’image d’un monde futur se dessine. Courriel - Site Internet.

Pessac, 22 novembre. Le Festival international du film d’histoire a pour thème cette année : « Liberté, liberté chérie », et se tiendra dans différents lieux de Pessac (Gironde), du 20 au 26 novembre. Le 22, c’est le jour de l’anarchie avec trois temps forts. A 14 h 30, conférence « L'anarchie face au pouvoir », par César M. Lorenzo, auteur de l’ouvrage « Le Mouvement anarchiste en Espagne. Pouvoir et révolution sociale » (Les Editions libertaires). A 16 heures : « Le cinéma du peuple avec Armand Guerra, première expérience de coopérative cinématographique libertaire », par Isabelle Marinone, auteure d’une thèse sur « anarchie et cinéma ». A 19 h 10, projection de « La Commune » d’Armand Guerra, suivie du documentaire « Armand Guerra, requiem pour un cinéaste espagnol » d’Ezéquiel Fernandez. Le programme complet des débats et des projections sur le site Internet du festival.

Louhans (Saône-et-Loire), 23 novembre. A l’occasion de la sortie du livre de Michel Valette (« De Verdun à Cayenne : Robert Porchet (1891-1964) », Les Indes savantes), biographie d’un héros du pacifisme, déserteur de la guerre de 14-18, débat avec l’auteur, à 20 heures, à la salle des archives, place du Général-de-Gaulle, Louhans. A l’initiative du groupe libertaire et de la Vache noire.

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 23 novembre. La Société de défense des laïques non-croyants, non-croyantes et athées organise une réunion publique avec Léon de Mattis, auteur du livre « Mort à la démocratie » (critique sévère et argumentée des différents modes de scrutin et des élections [voir note de lecture]), à la Bourse du travail (M° Porte-de-Paris).

Besançon, 24 novembre. Rencontre de littérature sociale avec Thierry Périssé, autour de son recueil de nouvelles « Noir Horizon » et de sa maison d’édition Chants d’orties, à la librairie L’Autodidacte, 5, rue Marulaz, Besançon.

Paris, 24 novembre. A 16 heures, Patrick Schindler présentera à la librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e, l’ouvrage qu’il vient de publier aux Editions du Monde libertaire : « La vie et les combats de Margerethe Faas Hardegger, féministe, syndicaliste et anarchiste du début du XXe siècle ».

France, novembre et décembre. Des membres du collectif Anarchistes contre le mur (AATW) entament une tournée de conférences-débats avec projection de films (« In Working Progress » et deux courts-métrages sur la politique régionale). Ces activistes israëliens luttent depuis quatre ans, avec la population des villages palestiniens concernés, contre le mur de séparation décidé par le gouvernement israélien et en cours de construction. Ils veulent porter témoignage de la situation actuelle et de leur combat, et ont besoin d’un soutien financier pour le continuer malgré la répression. Dates retenues en France : 23/11, La Courneuve ; 24/11, Paris, Festival de film Israël-Palestine, Les Trois Luxembourg ; 27/11, Orléans ; 27/11, Montargis ; 28/11, Caen ; 28/11, Chalon-sur-Saône ; 29/11, Rennes ; 29/11, Dijon ; 30/11, Bordeaux ; 30/11, Besançon ; 1/12, Offenbourg (Allemagne) ; 2/12, Marseille ; 4/12, Lyon ; 6/12, Chambéry. Pour avoir plus de détails sur les lieux, contacter : guydvd@gmail.com ou joc@no-log.org

 

EXPOSITIONS,
SALON, JOURNÉES SPÉCIALES…

Paris, du 9 novembre au 3 décembre. Les dessins originaux de Thierry Guitard illustrant l’ouvrage « La Vie des forçats », du bagnard Eugène Dieudonné, récemment réédité par les éditions Libertalia, seront exposés au Maldoror, 10, rue du Grand-Prieuré, Paris 11e. Vernissage et présentation du livre le vendredi 9 novembre, à 19 heures.

Paris, jusqu’au 10 novembre. Exposition « “La Revue blanche” et “Le Cri de Paris”, Vallotton, Hermann-Paul, Cappiello », à propos de ces revues « anarchisantes » de 1894 à 1905, avec présentation de photographies, de correspondances, de dessins originaux, d'estampes, d'illustrations et d'affiches. Visites commentées (gratuites) organisées par Paul-Henry Bourrelier, auteur de « La Revue blanche, une génération dans l'engagement. 1890-1905 » (Fayard, 1 200 p., 45 euros). De 11 heures à 18 h 30, église de la Madeleine (salles Royales, entrée côté bd Malesherbes), Paris 8e (entrée libre). Site Internet.

Grigny (Rhône), 10 et 11 novembre. Dixième édition du Salon de l’écrit à l’écran au centre Brenot, sur le thème « Plaisir, plaisir… ». Le samedi, inauguration et remise du prix Léo-Ferré. Espace consacré aux médias alternatifs, via la presse écrite, les radios, les télévisions associatives, les sites Web… Nuit du documentaire (samedi au dimanche, buffet prévu) qui donnera toute leur place aux documentaristes et réalisateurs issus de la démarche participative, pour emprunter d’autres chemins que ceux balisés de la pensée unique. Dimanche, lecture avec les auteurs invités, table ronde sur les médias alternatifs et spectacle de la Tribut du verbe. Pour plus d’information. Contact médiathèque : 04 78 73 51 91.

Gentioux (Creuse), 11 novembre. Rendez-vous devant le monument aux morts de cette commune pour participer au rassemblement pacifiste annuel, avec prises de parole des diverses délégations. C’est l’un des très rares monuments pacifistes de France qui, suite aux noms des victimes, porte la mention « Maudite soit la guerre ! ». Au premier plan, un orphelin en bronze, revêtu d'une blouse, les sabots aux pieds, la casquette à la main, brandit un poing rageur. Ce qui indispose depuis longtemps les autorités civiles et militaires, le camp de La Courtine étant tout proche.

Paris, 17 novembre. Journée du film libertaire à partir de 14 heures (entrée libre) à la Clé, 21, rue de la Clé, Paris 5e (M° Censier-Daubenton), organisée par DMC-Radio libertaire. Divers courts-métrages seront projetés, ainsi que les trois documentaires de Michèle Rollin qui retracent l’histoire du « Libertaire », puis du « Monde libertaire » sur plus d’un siècle, de ses fondateurs à ses artisans actuels suivis pendant dix ans. Débat : « Du “Libertaire” à Radio libertaire et aux nouveaux médias ». Exposition des « unes » du journal, affiches, photographies de Christiane Passevant, tableaux de Nelly Trumel… Informations complémentaires.

Châlette-sur-Loing (Loiret), 24 novembre. Début de l’exposition « Gaston Couté le poète » à la Maison commune, 61, rue Aristide-Briand, Châlette-sur-Loing. Tél. : 02 38 98 99 65.

Paris, jusqu’au 28 janvier 2008. Le Grand Palais consacre une exposition au peintre Gustave Courbet (1819-1877), artiste rebelle ayant lutté toute sa vie pour le réalisme en peinture, contre toutes les conventions morales et sociales, membre de la Commune… Son œuvre est présentée en huit thèmes : les autoportraits, la terre natale, les manifestes, les paysages, la tentation moderne, le nu, la chasse et la Commune. Adresse : galeries nationales du Grand Palais, Paris 8e (tél. : 01 44 13 17 17). L’exposition est ouverte tous les jours sauf le mardi de 10 heures à 22 heures. Site Internet.

 

DIVERS

Anarchopedia. Une encyclopédie sur Internet consacrée à l’anarchisme, voilà défini en quelques mots le projet de cette base de connaissance multilingue et ouverte qui a pour but de rassembler les sujets, les thèmes, auxquels le mouvement anarchiste se réfère. S’inspirant de Sébastien Faure et de son « Encyclopédie anarchiste », les collaborateurs et collaboratrices de diverses nationalités et de toutes tendances libertaires se servent de l’outil collectif Wiki qui permet le travail collaboratif et facilite la résolution des divergences (décisions par consensus et possibilité de commentaires en cas de désaccord). La version française compte actuellement quelques 900 articles en cours d'élaboration, à retravailler ou déjà assez complets. Site du projet - Site de l'encyclopédie francophone.

A-Info. L’« agence d'actualités par, pour et au sujet des anars », en quelque douze langues, a fêté en septembre ses douze ans d’existence. C’est l’occasion pour la branche francophone de faire un appel aux bonnes volontés afin de contribuer à l’amélioration du projet. Si vous êtes prêt à les aider de l'une des façons suivantes : rédaction de textes, compte-rendus… ; traduction de textes en français dans une autre langue ; traduction en français de textes déjà édités dans une autre langue, signalez-vous en envoyant un courriel à A-Info. Site Internet.

Art et anarchie. Les éditions Place d’armes, animées par Jean-Pierre Lecercle, ont publié plusieurs textes sur les rapports entretenus par les artistes et les écrivains avec l’anarchisme à la fin du XIXe siècle. A cette époque, leur engagement aux côtés des anarchistes était beaucoup plus fréquent que de nos jours. Il s’agit de petits livres et de brochures. Citons Charles-Albert, « L’Art et la société, conférence faite le 27 juin 1896 » (22 p., 2 euros) ; Bernard Lazare, « L’Ecrivain et l’art social » (14 p., 1,50 euro) ; Bernard Lazare et Pierre Quillard, « L’Ecrivain et l’art social », suivi de « Polémique sur l’art social » (25 p., 2 euros) ; Fernand Pelloutier, « L’Art et la révolte », suivi d’un « Choix d’articles à thème littéraire » et du « Musée du travail » (98 p., 8,50 euros). Jean-Pierre Lecercle est, par ailleurs, l’auteur de « Littératures, anarchies. Essai sur le fait littéraire et l’anarchie, fin XIXe siècle » (Place d’armes, 2007, 184 p., 11,50 euros) et de « Remarques sur le mode de manifester. 1996-2006 » (Place d’armes, 2006, 23 p., 2 euros). Adresse postale : Place d’armes, 15, rue Durantin, 75018 Paris.

 

REVUES

« Alternative libertaire ». Depuis le 30 octobre, la nouvelle formule du mensuel (tiré à 7 500 exemplaires) est en kiosque : format plus grand (20 pages de 24 x 32 cm), couverture en couleur, nouvelles rubriques, prix en baisse à 2 euros… L’un des souhaits de ses concepteurs est de produire « un journal utile à la fois aux milieux militants et au grand public, en composant plus souvent des dossiers argumentaires ». Sommaire complet du numéro de novembre et quelques pages en prévisualisation. Abonnement pour un an (11 numéros) : 20 euros (15 euros pour les chômeuses, chômeurs, étudiants et précaires) et 30 euros (abonnements internationaux). Envoyez un chèque à l’ordre d’Alternative libertaire à : Alternative libertaire, BP 295, 75921 Paris Cedex 19. Courriel - Tél. : 08 70 23 19 36 - Site Internet.

« Gavroche ». La dernière livraison (n° 152, octobre-décembre) est principalement consacrée à une étude de Paul Dartiguenave sur l’enfermement des enfants (prison, bagne, colonie…), des origines jusqu’aux années 1940. Pour rappeler que cette « solution » à la délinquance des mineurs a déjà été utilisée par le passé, avec les « méfaits » que l’on connaît. Egalement un article très documenté de Guillaume Doizy sur la caricature anticléricale pendant la Commune de Paris. François Roux se penche, lui, sur le mythe de Verdun (« victoire » de la Grande Guerre) et Jean-Louis Panné revient sur le massacre de Katyn (officiers polonais exécuté par la Russie de Staline). Plus toutes les rubriques habituelles. 8 euros le numéro, abonnement 4 numéros : 30 euros – BP 863, 27008 Evreux Cedex. Courriel - Site Internet.

« T’okup’ ». Depuis le début des années 2000, cette feuille informe sur l’actualité des squats à Lausanne et en Suisse. Son sous-titre est : « Agenda-journal interstitiel de la mouvance anarch@-alternat@-intersquat-féministe-antifa-précaires, etc… (Lozane et ailleurs) ». Dans ce numéro (n° 69, octobre-novembre, 4 pages, « gratuit, bien sûr ! »), on peut découvrir un article sur la construction d’une maison en paille autonome et écologique en plein centre de Lausanne, des nouvelles sur l’expulsion des squats de Genève et la lutte contre l’UDC (mouvement populiste suisse). Il peut être téléchargé sur le site Internet. Adresse postale : T’okup’, c/o Infokiosk, Espace autogéré, avenue César-Roux 30, CH-1005 Lausanne, Suisse.

« Belphégor ». Cette revue de niveau universitaire est consacrée à l’étude de la littérature populaire et de la culture médiatique. Chaque numéro est disponible en ligne, les articles sont écrits en plusieurs langues : français, espagnol, allemand, anglais, portugais et italien. Ce numéro (vol. 6, n° 2, juin 2007), dirigé par Vittorio Frigerio, a pour titre « L’Anarchisme et la littérature de masse ». Jesse Cohn y parle de bande dessinée, David Doillon dresse le portrait de l’anarchiste dans l’œuvre de Ricardo Flores Magón, Isabelle Marinone est partie à la recherche de l’anarchiste dans le cinéma de fiction français. Au sommaire également : B. Traven, la série Fantomas, Carlo Tresca… Site Internet.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas