Mars 2024

En téléchargement

Revues

Audio - Vidéo

Réunions-débats

Foires aux livres, colloque, rencontres…

Divers

 

PARUTIONS

BANTMAN Constance
Un premier exil libertaire [« Les anarchistes français à Londres, 1880-1914 »], Libertalia, coll. Ceux d'en bas, Montreuil, 368 p., 12 euros (mars) infos

BAUER Thomas
Vers un monde univoque [« Sur la perte d'ambiguïté et de diversité »], trad. de l'allemand par Christophe Lucchese, préf. de Christopher Pollmann, L'Echappée, coll. Pour en finir avec, Paris, 160 p., 14 euros (mars) infos

BERNARD Emilien
Forteresse Europe [« Enquête sur l'envers de nos frontières »], Lux, Hors collection, Montréal (Québec, Canada), 304 p., 20 euros (février) infos

BRONNIKOVA Olga, RENAULT Matthieu
Kollontaï [« Défaire la famille, refaire l'amour »], La Fabrique, Paris, 296 p., 18 euros (mars) infos

CHOMSKY Noam, PRASHAD Vijay
Le Retrait [« La fragilité de la puissance des Etats-Unis : Irak, Libye, Afghanistan »], Lux, coll. Futur proche, trad. de l'anglais par Pascal Marmonnier, Montréal (Québec, Canada), 168 p., 18 euros (février) infos

COLLECTIF
Les Féminismes [« Une histoire mondiale, 19e–20e siècles »], sous la dir. de Yannick Ripa et Françoise Thébaud, Textuel, Paris, 320 p., 45 euros (mars) infos
Mélinée et Missak Manouchian, une histoire française [« La mémoire du groupe des 23 »], sous la dir. de Sylvain Boulouque et Dominique Moncond'huy, Atlande, Neuilly-sur-Seine, 192 p., 19 euros (février) infos

COLLECTIF DU LORIOT
Avoir 20 ans à Sainte-Soline, La Dispute, Hors collection, Paris, 220 p., 20 euros (mars) infos

DERVAL André
Michel Ragon, singulier et pluriel, Albin Michel, Paris, 384 p., 23,90 euros (février) infos

DUFLO Sabine
Il ne décroche pas des écrans ! [« Comment protéger nos enfants et nos adolescents »], préf. de Michel Brillié, postf. de Maurice Berger, L'Echappée, coll. Poche, Paris, 320 p., 14 euros (mars) infos

FABRE Mélanie
Hussardes noires : des enseignantes à l'avant-garde des luttes [« De l'affaire Dreyfus à la Grande Guerre »], Agone, coll. Mémoires sociales, Marseille, 432 p., 23 euros (février) infos

GHODSEE Kristen
Pourquoi les femmes ont une meilleure vie sexuelle sous le socialisme (rééd.), trad. de l'anglais par Charlotte Nordmann et Laura Raim, Lux, coll. Pollux, Montréal (Québec, Canada), 256 p., 10 euros (mars) infos

GODARD Philippe
Le Pouvoir selon Google, suivi du « Guide pratique pour boycotter Google », Les Editions du Monde libertaire, coll. Ici & maintenant, Paris, 170 p., 10 euros (février) infos

GOUTTE Guillaume
Alpinisme & anarchisme, suivi de « L'Alpinisme » (1925) d'Isaac Puente, Nada, coll. La Petite Bibliothèque anarchiste, s.l., 128 p., 10 euros (mars) infos

JORNET Monica
Sansonnets : 100 sonnets (poèmes), Les Editions libertaires, Saint-Georges-d'Oléron, 119 p., 13 euros (mars) infos

LE GENDRE Bertrand
Enver Hoxha [« Albanie, les années rouges »], Flammarion, Paris, 236 p., 22,9 euros (février) infos

MAUDUIT Laurent
Vous ne me trouverez pas sur Amazon !, Editions Divergences, Paris, 150 p., 13 euros (février) infos

MICHEL Louise
A travers la mort [« Mémoires inédits, 1886-1890 »] (rééd.), édit. établie et présentée par Claude Rétat, La Découverte, Paris, 400 p., 14,50 euros (mars) infos

NEVEUX Olivier
Armand Gatti, théâtre-utopie, Libertalia, coll. La Petite littéraire, Montreuil, 268 p, 10 euros (février) infos

RECLUS Elisée
Histoire d'un ruisseau (rééd.), Flammarion, coll. Librio, Paris, 160 p., 3 euros (mars) infos

RÉGNAULD Irénée, SAINT-MARTIN Arnaud
Une histoire de la conquête spatiale [« Des fusées nazies aux astrocapitalistes du New Space »], La Fabrique, Paris, 282 p., 20 euros (février) infos

ROSENBERG Justus
L'Art de la résistance, Editions Divergences, Paris, 280 p., 18 euros (mars) infos

SARRÓ « MUTIS » Miguel
Café Combat [« Laureano Cerrada, anarchiste et faussaire »], trad. de l'espagnol par Frank Mintz et Ramón Pino, Editions du Monde libertaire, Paris, 244 p., 10 euros (mars) infos.

SNUG David
En marche ou grève (BD), postf. de François Bégaudeau, Nada, s.l., 160 p., 20 euros (février) infos

TERTRAIS Jean-Pierre
La Décroissance libertaire, une étape cruciale, Les Editions du Monde libertaire, coll. Ici et maintenant, Paris, 130 p., 8 euros (mars) infos

TRISTAN Flora
Autour de la France [« Etat actuel de la classe ouvrière sous l'aspect moral, intellectuel et matériel – 1844 »] (nouv. éd.), annotée et préf. par Michèle Audin, Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 656 p., 13 euros (mars) infos

VIGREUX Jean, MANESSIS Dimitri
Avec tous tes frères étrangers [« De la MOE aux FTP-MOI »], Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 160 p., 10 euros (février) infos

ZAPICO Alfonso
Le Chant des Asturies (BD, 3e tome), trad. de l'espagnol par Charlotte Le Guen, Futuropolis, Paris, 240 p., 26 euros (février) infos


Livraison tardive

BAILLARGEON Normand
L'Anarchisme, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, Paris, 128 p., 10 euros (janvier) infos

DORIGNY Marcel, RUSCIO Alain
Paris colonial et anticolonial [« Promenades dans la capitale. Une histoire de l'esclavage et de la colonisation »], Maisonneuve & Larose - Hémisphères, Paris, 318 p., 24 euros (décembre) infos

DOSSE François
Vincennes [« Heurs et malheurs de l'université de tous les possibles »], Payot, Paris, 300 p., 22 euros (janvier) infos

GARCÍA Vivien
Que faire de l'intelligence artificielle ? [« Petite histoire critique de la raison artificielle »], Rivages, coll. Bibliothèque Rivages, Paris, 120 p., 17 euros (janvier) infos

GEERTS Nadia
Woke. La tyrannie victimaire, préf. de Pierre-André Taguieff, Editions F deville, Bruxelles (Belgique), 210 p., 20 euros (janvier) infos

GOLO
Istrati ! [« A l'amitié »] (roman graphique, rééd.), Actes Sud, Arles, 480 p., 38 euros (janvier) infos

JOURDAIN Edouard
Makhno. L'épopée d'une Ukraine libertaire, Michalon, coll. Le bien commun, Paris, 128 p, 12 euros (janvier) infos
Proudhon,
Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, Paris, 128 p., 10 euros (septembre) infos

MARTÍNEZ CATALÁN Roberto J.
Destination Saragosse [« Chronique de la Colonne Durruti »], Le Coquelicot, Toulouse, 190 p., 18 euros (janvier) infos

MECKERT Jean
Réglement de comptes [« Et autres nouvelles policières », sous le pseudo de Duret et Duvivier], Joseph K., Nantes, 256 p., 16,50 euros (janvier) infos
Théâtre 1. Les radis creux, éd. établie et prés. par Frank Lhomeau, Joseph K., Nantes, 112 p., 12,50 euros (janvier) infos
Théâtre 2. L'ange au combat, éd. établie et prés. par Frank Lhomeau, Joseph K., Nantes, 112 p., 12,50 euros (janvier) infos
Théâtre 3. Nous avons les mains rouges, éd. établie et prés. par Frank Lhomeau, Joseph K., Nantes, 128 p., 12,50 (janvier) infos

PARSONS Lucy
Travailler dans ces conditions ? Jamais ! [« Sur le capitalisme, les femmes et l'anarchisme »], trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Léa Gauthier, Payot, coll. Petite bibliothèque Payot, Paris, 117 p., 8 euros (janvier) infos

RAGON Michel
Nous sommes 17 sous une lune très petite (rééd.), Editions Prolit's, s.l., 288 p., 12 euros (décembre) infos

RÉSEAU MAKHNO
La Pieuvre nucléaire, Editions du Monde libertaire, coll. Ici & maintenant, Paris, 185 p., 5 euros (décembre) infos

TERNON Yves
Makhno. La Révolte anarchiste (1917-1921) (rééd.), suivie de V. Litvinov, « Nestor Makhno et la question juive », Les Belles Lettres, coll. Le goût de l'histoire, Paris, 288 p., 14,50 euros (janvier) infos

 

EN TÉLÉCHARGEMENT

BOYKOFF Jules
Les Jeux olympiques, le capitalisme de fête et la réponse des activistes, trad. d'une conférence donnée en 2019 par le collectif Saccage 2024, Infokiosque fantôme (partout), 2024, 20 p., à télécharger

BRIGADES ÉDITORIALES DE SOLIDARITÉ
Soutien à l'Ukraine résistante (vol. 26), Syllepse, Paris, 100 p., à télécharger
Soutien à l'Ukraine résistante
(vol. 27), Syllepse, Paris, 136 p., à télécharger

DORLET Louis
L'Esprit troupeau et ses conséquences, suppl. à « Défense de l'homme », n° 265, Golfe-Juan, 1971, 78 p., à télécharger

GIRAULT Ernest
Un problème poignant [« L'aliénation mentale et les séquestrations arbitraires »], s. éd., Imp. Allemane, Petite Bibliothèque des universités populaires, Paris, s.d., II-39 p., à télécharger

GROUPE JULES-DURAND
Pistes et points de vue pour une organisation anarchiste de la société, « Le Libertaire » hors série, Le Havre, février 2024, 6 p., à télécharger

TEMPÊTE MIXEUR
Nos potes violeurs, Coutoentrelesdents (Bretagne et région parisienne), mars 2024, 34 p., à télécharger

YSENGRIN
Promenons nous dans les bois… [sur le loup et les hommes, article extrait du n° 5 de la revue Nunatak], Infokiosque fantôme (partout), 2024, 16 p., à télécharger

 

REVUES

Derniers numéros parus

Alternative libertaire, « mensuel de l'Union communiste libertaire (UCL) » : n° 347, mars, 20 p., 4 euros, sommaire - site Internet - archives

Anarchosyndicalisme !, « journal de la CNT-AIT de Toulouse » : n° 185, janv.-fév., 20 p., 2 euros, site Internet - à télécharger

L'Anjou libertaire, « bulletin mensuel du groupe du Maine-et-Loire de l'Union communiste libertaire » : n° 21, automne-hiver, 4 p., site Internet - à télécharger

Brasero, « revue de contre-histoire » : n° 3, novembre (parution annuelle), 192 p., 22 euros, infos

Casse-Rôles, « journal féministe et libertaire » : n° 27 (dossier : « Femmes et ruralité »), fév.-avril, 52 p., prix libre, site Internet

Contrelittérature, « revue culturelle transdisciplinaire » : n° 6 (« Anarchie souveraine »), septembre, 200 p., 15 euros, site Internet - sommaire

Chroniques noir et rouge, « revue trimestrielle de critique bibliographique du mouvement libertaire » : n° 16, mars, 66 p., 5 euros (abt. : 20 euros pour 4 numéros), site Internet - sommaire

Combat syndicaliste, « mensuel de la Confédération nationale du travail » : n° 486, février, 24 p., 2 euros, site Internet - abonnement

Courant alternatif, « mensuel anarchiste-communiste » de l'Organisation communiste libertaire (OCL) : n° 338, mars, 32 p., 5 euros, sommaire - site Internet - archives

CQFD, « mensuel de critique et d'expérimentation sociales » : n° 228, mars, 24 p., 4 euros, sommaire - abonnement

Fragments, « revue de littérature prolétarienne », n° 8, janvier, 140 p., 9,5 euros (+ 3 euros de frais de port), présentation

Infos & analyses libertaires, « journal de l'Organisation anarchiste (OA) » : n° 124, automne, 36 p., site Internet - à télécharger

Le Libertaire, « revue de synthèse anarchiste », n° 152, janv.-févr., 20 p., site Internet - à télécharger

Médiacritiques, « revue trimestrielle d'Acrimed » : n° 49, janv-mars, 48 p., 4 euros, présentation

Le Monde libertaire, « le mensuel sans Dieu ni maître de la Fédération anarchiste » : n° 1859, mars, 64 p., 4 euros, sommaire - site Internet - archives

La Mouette enragée, « journal édité par le groupe communiste-anarchiste de Boulogne-sur-Mer » : n° 39, second semestre, 32 p., 2 euros, présentation

Le Ravachol, « le mensuel qui fait pas dans la dentelle » : n° 85, mars, 20 p., 1 euro,
                            Facebook

Réfractions, « recherches et expressions anarchistes » : n° 51 (« Punk ! »), automne, 204 p., 15 euros, site Internet - archives

Résistons ensemble, « contre les violences policières et sécuritaires » : n° 215, 1er février, 4 p., site Internet - à télécharger

La Revue du Mauss, « Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales » : n° 62 (« Faut plus d'gouvernement ? Penser le "moment anarchiste" contemporain »), 264 p., 20 euros, présentation

Soleil noir, « bulletin apériodique anarchiste » : n° 7, février, 48 p., à prix libre, à télécharger

Takakia, « rugissements contre la société techno-industrielle » : n° 1, hiver 2023-2024, 74 p., prix libre, site Internet

 

AUDIO

Il semble vain de vouloir présenter une écrivaine qu'on dit inclassable, dont l'œuvre est réellement atypique et prolifique (20 romans, 150 nouvelles, 4 volumes d'essais et 6 recueils de poèmes), une personne-monde créatrice d'utopies. Ursula K. Le Guin (1929-2018), car il s'agit d'elle, a en effet écrit une œuvre à mi-chemin entre la science-fiction, ou plutôt science humaine de fiction, et la fantasy, le roman et la poésie, la littérature engagée, féministe, sociologique et anarchiste… Difficile de la faire rentrer dans une case dont elle déborderait de toute façon. Des « inconscients » s'y sont tout de même essayés dans l'émission « La SF aux couleurs d'Ursula K. Le Guin », diffusée sur France Culture le 19 juin 2020.

Créatrice d'utopie, certes, mais de préférence « non-euclidienne, non-européenne, non-masculiniste » comme elle le développe dans cette brochure. Elle ne s'est jamais revendiquée de l'anarchisme mais cela ne l'effrayait pas et c'est « Pourquoi il est important de dire qu'Ursula K. Le Guin était une anarchiste », affirme Margaret Killijoi dans Le Monde libertaire de mars 2018. Mais, au final, ne vaut-il pas mieux la découvrir en lisant ses ouvrages ?

 

VIDÉO

Le féminisme ou la mort. Romancière, philosophe, essayiste, Françoise d'Eaubonne (1920-2005) a lutté pour de nombreuses causes : contre la guerre d'Algérie, pour le droit à l'avortement, l'abolition de la peine de mort, la liberté sexuelle, la défense des prisonniers et des insoumis au service militaire… Cofondatrice du Mouvement de libération des femmes (MLF), ses préoccupations constantes furent malgré tout le féminisme et l'écologie – on lui attribue d'ailleurs la création du mot écoféministe. La youtubeuse de Game of Hearth présente son ouvrage Le Féminisme ou la mort, paru en 1974 et réédité en 2020 par le Passager clandestin, où elle développe ses thèses. Une pensée foisonnante, parfois contradictoire mais toujours d'actualité…

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Alès (30), 1er mars. Projection-débat de Nous n'avons pas peur des ruines (2024, 80 min), film de Yannis Youlountas, à 20 h 30, au Ciné Planet, place des Martyrs, en présence du réalisateur (tarif : 8 euros). Infos.

Besançon (25), 1er mars. Réunion publique et débat avec Frédéric Bories qui présentera Georges Brassens, militant anarchiste (Le Mot et le reste) dont il est l'auteur et Brassens anarchiste (Editions Atlande) auquel il a participé. A 20 h 30, à la librairie L'Autodidacte, 5, rue Marulaz. Infos.

Lille (59), 1er mars. Cantine végane à prix libre les 1er et 3e vendredis de chaque mois, à 12 h 30 (repas sans alcool), au Centre culturel libertaire (CCL), 4, rue de Colmar (M° Porte-des-Postes). Besoin d'aide à partir de 10 heures. Infos.

Malakoff (92), 1er mars. Présentation du livre Postiers sans papiers, récit d'une grève (Syllepse), avec Christian Schweyer, animateur du Collectif des travailleurs sans papiers de Vitry, à propos du piquet Chronopost de juin 2019 à janvier 2020. A 19 h 30, à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot. Infos.

Marseille (13), 1er mars. Le groupe Oaï (Fédération anarchiste) organise, à 19 heures, une causerie sur la guerre en Ukraine avec des membres du Réseau Makhno (FA) à la Dar, 127, rue d'Aubagne, Marseille 6e. Facebook.

Paris, 1er mars. Séminaire de recherche militante et libertaire Etape (site Grand Angle), de 19 à 22 heures : « Sociologie politique de l'intelligence artificielle. Peut-on parler d'un confusionnisme des Big Tech ? », intervention de Bilel Benbouzid. Adresse : 138, rue Amelot (rez-de-chaussée, en face de la librairie Publico), Paris 11e. Si besoin, demander code à Guy Lagrange (06-75-69-18-20).

Ixelles (Belgique), 2 mars. « Un foyer anarchiste à la Maison de la paix », présentations et échanges : à 14 heures, « Un aperçu des théories et pratiques de l'anarchisme » par Annick Stevens ; goûter, amener vos gâteaux ; 18 heures, « Anarchisme et non-violence » par Xavier Bekaert. Maison de la paix, rue Van Elewijck, 35. Infos.

Paris, 2 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e, vous invite à assister à 16 heures au concert de Daphné Dauvillier qui présentera son premier album Debout (CD et recueil de dix nouvelles) mettant à l'honneur des femmes de 1914 à nos jours. Entrée et participation libres. Infos et vidéos.

Malakoff (92), 3 mars. Les ateliers d'artivisme (« art activiste ») se tiennent chaque premier dimanche du mois à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot, de 19 à 23 heures. Infos.

Paris, 3 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », exposition de photos de Monica Jornet sur la révolte des femmes chiliennes durant tout le mois. Vernissage, à 17 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Bruxelles (Belgique), 5 mars. A l'invitation des éditions Agone et EPO, Peter Mertens présente à 19 h 30 son nouveau livre, Mutinerie. Comment le monde bascule (Agone) au Studio 4 à Flagey, place Sainte-Croix. Site Internet.

Paris, 5 mars. Réunion hebdomadaire de la Coordination contre la répression et les violences policières Paris-IDF, de 18 h 30 à 21 heures, à la Bourse du travail, 3, rue du Château-d'Eau, Paris 10e. Infos.

Paris, 5 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », présentation-débat du roman La Traqueuse (Velvet) de Sandrine-Malika Charlemagne, à 17 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Paris, 5 mars. Rencontre avec Mélanie Fabre autour de son livre Hussardes noires. Des enseignantes à l'avant-garde des luttes (Agone), à partir de 20 heures, à la librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Infos.

Lausanne (Suisse), 6 mars. Vivien García présentera son livre Que faire de l'intelligence artificielle ? Petite histoire critique de la raison artificielle (Rivages), à 19 heures, au Centre international de recherches sur l'anarchisme (CIRA). Comme d'habitude, la discussion sera suivie d'un apéro, amenez de quoi ! Infos.

Paris, 6 mars. Sylvain Boulouque présente, à 19 heures, son livre Meurtres à la Grange-aux-Belles (Les Editions du Cerf)… au 31, rue de la Grange-aux-Belles, Paris 10e, au local de l'Union syndicale Solidaires. Infos.

Paris, 6 mars. Matthieu Renault sera, à 19 heures, à la librairie Les Nouveautés, 45 bis, rue du Faubourg-du-Temple, Paris 10e, pour parler de l'ouvrage qu'il a écrit avec Olga Bronnikova sur Kollontaï (La Fabrique). Site Internet.

Paris, 6 mars. Nathalie Quintane et Louisa Yousfi, qui ont participé à l'ouvrage collectif Contre la littérature politique (La Fabrique), en discuteront avec Florent Cost, à 19 h 30, au Point éphémère, 200, quai de Valmy, Paris 10e. Site Internet.

Toulouse (31), 6 mars. La librairie Ombres blanches, 50, rue Léon-Gambetta, recevra à 18 heures Arnaud Saint-Martin et Irénée Régnauld pour Une histoire de la conquête spatiale (La Fabrique). Site Internet.

Paris, 7 mars. Réunion du collectif Non au service national universel (SNU) Ile-de-France, à partir de 18 h 30, à l'EDMP, 8, impasse Crozatier, Paris 12e (M° Reuilly-Diderot ou Faidherbe). Site Internet.

Paris, 7 mars. A 19 heures, dans le cadre de « Mars féministe 2024 », présentation-débat du livre de Françoise Ourliac, De la marge à la frontière (Edilivre), sur le parcours sinueux d'une femme s'installant comme « médecin de famille ». Librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Fontenay-le-Comte (85), 8 mars. En relation avec l'expo sur le centenaire de la naissance de Michel Ragon (voir ci-dessous), conférence d'Anna Thébaudeau sur « Les personnages féminins dans l'œuvre littéraire de Michel Ragon », à 17 heures, salle d'honneur de la mairie, 9, rue Georges-Clemenceau. Entrée gratuite. Infos.

Laon (02), 8 mars. A 19 h 30, le groupe Kropotkine (FA) vous propose d'assister à la projection d'un épisode court de la youtubeuse Game of Heart sur l'anarcha-féminisme. Cette projection sera introduite par un atelier d'éducation populaire sur le même thème. Un apéritif dînatoire est prévu. L'Etoile noire, 5, rue Saint-Jean. Infos.

Paris, 8 mars. Lancement du livre Les Féminismes. Une histoire mondiale, 19e–20e siècles (Textuel), sous la direction de Yannick Ripa et Françoise Thébaud, à 19 heures, à la librairie Un livre et une tasse de thé, 36, rue René-Boulanger, Paris 10e. Site Internet.

Lion-sur-Mer (14), 9 et 10 mars. A l'occasion du Festival écoféministe, exposition « Redécouvrez Françoise d'Eaubonne », de 10 à 18 heures, à la galerie d'art Le Trianon, place du 18-juin-1940. Entrée libre.

Malakoff (92), 9 mars. « Autour de Maurice Rajsfus », évocation de son parcours, réédition de ses ouvrages aux Editions du détour, projection de Maurice Rajsfus, une vie de lutte (2021), de Clara Menais… avec l'association des Ami.e.s de Maurice Rajsfus. Entrée libre et buffet partagé. A 19 h 30, à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot. Infos.

Paris, 9 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », DJ set libertaire et féministe avec Grrrls In Noise, de 18 à 21 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Saint-Nazaire (44), 9 mars. De 17 h 30 à 20 heures, discussion sur le nucléaire sous forme d'atelier pour déconstruire le discours de Jancovici, avec Stop Bure-en-Retz, suivi d'un repas partagé, au local autogéré Les Ami.e.s de May - Fernand Pelloutier, 25, bd de la Renaissance. Site Internet.

Paris, 10 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », « Poèmes féministes » de Monica Jornet à partir de ses différents ouvrages parus aux Editions libertaires, à 16 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Toulouse (31), 10 mars. La Bibliothèque anarcha-féministe (BAF) tient ses permanences aux horaires habituels : le dimanche, de 14 à 18 heures ; le mercredi, de 16 à 20 heures. Au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Site Internet.

Montpellier (34), 12 mars. « L'enfer d'Haïti », conférence-débat de Christian Fauliau à propos de la colonisation, de la néo-colonisation et de la mise sous-tutelle néo-libérale en œuvre à Haïti. Suivie d'un « Fallait-pas », chacun apportant un truc à boire et/ou manger à partager ensemble. A partir de 19 heures, au Centre Ascaso-Durruti, 6, rue Henri-René. Infos.

Paris, 12 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », présentation-débat de l'ouvrage d'Odile Merckling, Femmes, chômage et autonomie : des droits sociaux pour abolir la précarité et le patriarcat (Syllepse). Librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Evry (91), 13 mars. SUD éducation 91 vous propose de rencontrer et échanger avec Grégory Chambat, syndicaliste et auteur du livre Quand l'extrême droite rêve de faire école, une bataille culturelle et sociale (Editions du Croquant), à 14 h 30, à l'université d'Evry, 2, rue du Facteur-Cheval. Infos.

Ivry-sur-Seine, 14 mars. Jade Lindgaard, autrice de Paris 2024, une ville face à la violence olympique (Editions Divergences), sera l'invitée à 19 heures de la librairie coopérative Envie de lire, 16, rue Gabriel-Péri. Info.

Lion-sur-Mer (14), 14 mars. A l'occasion du Festival écoféministe, portrait en hommage à Françoise d'Eaubonne Ce qui nous traverse par la compagnie Noesis, à 20 heures, à la salle Trianon, bd du Calvados. Participation libre.

Montreuil (93), 14 mars. Rencontre avec Olivier Neveux à l'occasion de la parution d'Armand Gatti, théâtre-utopie (Libertalia), à 19 h 30, à la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux). Site Internet.

Auxerre (89), 15 mars. La Libre Pensée de l'Yonne organise à 18 h 30 une conférence sur la vie de Louise Michel, animée par Jacques Guillaume, au café-librairie In Situ, 28-30, rue du Pont. Entrée libre. Sur réservation auprès de In Situ au 09-88-50-35-35. Info.

Lille (59), 15 mars. Cantine végane à prix libre les 1er et 3e vendredis de chaque mois, à 12 h 30 (repas sans alcool), au Centre culturel libertaire (CCL), 4, rue de Colmar (M° Porte-des-Postes). Besoin d'aide à partir de 10 heures. Infos.

Marseille (13), 15 mars. Roland Cros présentera et dédicacera son livre L'Incorrigible. Itinéraire d'un bagnard ordinaire (L'Echappée), à partir de 18 heures, à la librairie-disquaire Cultures obliques, 6, rue Edouard-Delanglade, Marseille 6e. Site Internet.

Paris, 15 mars. Dans le cadre de « Mars féministe 2024 », concert « Les femmes auront des noms de fleur : Bertrand Ferrier chante Mama Béa », avec Sébastyén Defiolle et Claudio Zaretti (guitare). Accès et participation libres. A 19 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e. Infos et vidéos.

Paris, 15 mars. Apéro-débat « Coopératives de production et communisme libertaire » organisé par Alternative libertaire et l'UCL Paris - Nord-Est à l'EDMP, 8, impasse Crozatier, Paris 12e, à 19 heures. Infos.

Toulouse (31), 15 mars. Soirée autour du livre de Dominique Martre, La Kabylie en partage, dans l'intimité des femmes (coéd. Koukou - Sans nom) au local du CRAS, 39, rue Gamelin. De 19 à 20 heures, auberge espagnole, suivie de la présentation du livre et de la projection de deux court-métrages, puis d'un débat. Infos.

Paris, 16 mars. « Après-Midi Stig Dagerman », à partir de 16 heures, animée par Thierry Maricourt, avec la présentation du livre de Claude Le Manchec, Le Rire caché de Stig Dagerman (Ginkgo), suivie d'une lecture-spectacle de textes de Dagerman. Librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Rennes (35), 16 mars. Causerie autour du livre La Pieuvre nucléaire (Editions du Monde libertaire) coordonné par le Réseau Makhno avec Nicolas Eprendre, à 14 heures, au local La Commune, 17, rue de Châteaudun. Organisée par le groupe La Sociale (FA). Infos.

Toulon (83), 16 mars. La librairie Contrebandes, 37, rue Paul-Lendrin, recevra Roland Cros pour son livre L'Incorrigible. Itinéraire d'un bagnard ordinaire (L'Echappée) et l'exposition de gravures qui l'accompagne à partir de 19 heures. Infos.

Caulnes (22), 17 mars. Causerie autour du livre La Pieuvre nucléaire (Editions du Monde libertaire), coordonné par le Réseau Makhno, avec Nicolas Eprendre, à 16 heures, à la librairie David et Louise, 7, rue de Dinan.

Paris, 18 mars. Cette année, le parcours du 18 mars des Amies et Amis de la Commune de Paris est consacré au thème de la presse pendant la Commune de 1871. Rendez-vous à 18 heures en face de la Bourse du commerce, 2, rue de Viarmes, Paris 1er, puis marche dans les rues du quartier des imprimeries et arrivée vers 20 heures à l'entrée de la Cité Bergère, Paris 9e. Infos.

Toulouse (31), 19 mars. Discussion avec Matthieu Renault autour de Kollontaï. Défaire la famille, refaire l'amour (La Fabrique), à 18 heures, à la librairie Ombres blanches, 50, rue Léon-Gambetta. Site Internet.

Paris, 20 mars. Le Ciné de la Commune vous propose d'assister à la projection de Chkoun les sauvages (2022, 48 min), de Raphaëlle Bruyas, qui donne la parole aux habitants du quartier de Montreynaud à Saint-Etienne (42). A 20 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e. Infos.

Toulouse (31), 20 mars. La Bibliothèque anarcha-féministe (BAF) tient ses permanences aux horaires habituels : le dimanche, de 14 à 18 heures ; le mercredi, de 16 à 20 heures. Au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Site Internet.

Besançon (25), 21 mars. En partenariat avec le comité de vigilance antifasciste, rencontre avec Fabrice Riceputi, auteur de Le Pen et la torture (Le Passager clandestin), à 18 h 30, au café-librairie L'Interstice, 43, rue Megevand. Infos.

Montpellier (34), 21 mars. « Punk », rencontre-débat animée par Jean-Jacques Gandini et Bernard Hennequin à l'occasion de la parution du n° 51 de Réfraction. Suivie d'un « Fallait pas » (chacun apportant un truc à boire et/ou à manger à partager ensemble). A 19 heures, au Centre Ascaso-Durruti, 6, rue Henri-René. Infos.

Paris, 21 mars. Réunion du collectif Non au service national universel (SNU) Ile-de-France, à partir de 18 h 30, à l'EDMP, 8, impasse Crozatier, Paris 12e (M° Reuilly-Diderot ou Faidherbe). Site Internet.

La Roche-sur-Yon (85), 21 mars. Dans le cadre du centenaire de la naissance de Michel Ragon (voir ci-dessous), conférence « Michel Ragon, à la croisée des chemins » par André Derval, auteur de Michel Ragon, singulier et pluriel (Albin Michel). A 20 h 30, à l'Institut catholique d'études supérieures, 17, boulevard des Belges. Infos.

La Souterraine (23), 21 mars. A 19 heures, Ludovic Frobert, auteur de Quelques lignes d'utopies (Agone), est l'invité de la librairie L'Apothicaire, 29, place du Marché, pour parler de Pierre Leroux et de la communauté socialiste des « imprimeux » de Boussac, dans la Creuse, au XIXe siècle. Facebook.

Le Vigen (87), 22 mars. L'association Mémoire ouvrière en Limousin vous convie à la présentation de l'ouvrage de Ludovic Frobert, Quelques lignes d'Utopie. Pierre Leroux et la communauté des « imprimeux » à Boussac (1844-1848) (Agone), en présence de l'auteur, à 18 heures, au château de Ligoure, près de Limoges. Infos.

Paris, 22 mars. Projection-débat de la première partie du documentaire L'Argent noir des syndicats (patronaux), à 19 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Entrée libre. Infos.

Paris, 22 mars. Edouard Jourdain présente son livre Makhno. L'épopée d'une Ukraine libertaire (Michalon), à 20 heure, à la librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11Ie (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Infos.

Charenton-le-Pont (94), 23 mars. Rencontre avec Mathieu Dejean, auteur de Sciences Po, l'école de la domination (Agone) dans le cadre du festival « Les sciences, des livres », à 15 heures, à la Médiathèque des Quais, 36, quai des Carrières.

Limoges (87), 23 mars. De 14 à 17 heures, foire aux livres à l'Espace associatif Gilbert-Roth (EAGR), 64, avenue de la Révolution. Site Internet.

Malakoff (92), 23 mars. Projection du film Mégabassines, histoire secrète d'un mensonge d'Etat (2024, 58 min), documentaire de Clarisse Feletin, à partir de 19 h 30. Entrée et participation libres. Soirée suivie d'un buffet en auberge espagnole. Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot. Infos.

Marseille (13), 23 mars. Causerie avec Guillaume de Gracia, auteur de plusieurs ouvrages sur l'Argentine, sur « Populisme et anarchie », à partir de 19 heures, au Centre international de recherches sur l'anarchisme (CIRA), 50, rue Consolat, Marseille 1er. Site Internet.

Montreuil (93), 23 mars. Michèle Audin présente à 15 heures Autour de la France (Libertalia), de Flora Tristan, au café Les Pianos, 26, rue Robespierre. Organisé par les Libres Penseurs de Seine-Saint-Denis.

Paris, 23 mars. Proposition de discussion « Quelle place pour la fiction dans la pensée et la pratique révolutionnaire ? », à 19 h 30, à la bibiothèque Les Fleurs arctiques, 45, rue du Pré Saint-Gervais, Paris 19e. Infos.

Paris, 24 mars. Causerie populaire libertaire « Les JO, un danger pour nos libertés individuelles » organisée par le groupe Commune de Paris, à partir de 15 h 30, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Entrée libre. Infos.

Lyon (69), 25 mars. Causerie des Clameurs : présentation de Michel Bakounine et de sa pensée politique par Jean-Christophe Angaut, à 19 heures, au bar fédératif des Clameurs, 23, rue d'Aguesseau, Lyon 7e. Infos.

Nogent-sur-Marne (94), 25 mars. La section locale de la Ligue des droits humains (LDH) vous invite à une rencontre avec Jade Lindgaard, autrice de Paris 2024. Une ville face à la violence olympique (Divergences), à 20 h 15, salle Emile-Zola, 28, rue Emile-Zola.

Paris, 26 mars. Réunion hebdomadaire de la Coordination contre la répression et les violences policières Paris-IDF, de 18 h 30 à 21 heures, à la Bourse du travail, 3, rue du Château-d'Eau, Paris 10e. Infos.

Paris, 26 mars. Rencontre « Insurrections lyriques (écologie, chanson et paysage) », avec la chanteuse Fredda, le musicien Pascal Parisot et l'autrice Corinne Morel Darleux, à 19 heures, à la Maison des métallos, 94, rue Jean-Pierre-Timbaud, Paris 11e. Infos.

Montreuil (93), 27 mars. A 19 heures, la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux, reçoit Simon Johannin pour son nouveau roman Ici commence un amour (Allia). Site Internet.

Paris, 27 mars. Présentation par Arnaud Saint-Martin et Irénée Régnauld d'Une histoire de la conquête spatiale (La Fabrique), à 19 heures, à la librairie Le Livre écarlate, 31, rue du Moulin-Vert, Paris 14e.

Limoges, 28 mars. A partir de 18 heures, à l'Espace associatif Gilbert-Roth, 64, avenue de la Révolution, « Où vivre ? » : projection du documentaire Les Rochers de la honte, table ronde et débat « L'habitat éphémère et mobile », avec la participation de William Acker, Jean-Pierre Cavaillé, Paul Lacoste et Annette Marsac. Infos.

Orléans (45), 28 mars. Sabine Duflo présente son livre Il ne décroche pas des écrans ! (L'Echappée), à partir de 17 h 30, à la librairie Chantelivre, 15, place du Martroi. Infos.

Paris, 28 mars. L'association 24-août-1944 vous invite à la projection-débat d'Aurore (2007, 80 min), un documentaire de Christian Caroz qui constitue « un regard sur l'Espagne d'aujourd'hui confrontée à son passé ». La projection sera suivie d'un débat avec le réalisateur. Entrée gratuite. A partir de 19 heures, à Paris'Anim, 2/4, rue des Lilas, Paris 19e. Info.

Saint-Gilles (Belgique), 28 mars. De 18 à 22 heures, café libertaire organisé par l'Union communiste libertaire de Bruxelles au local Sacco et Vanzetti, chaussée de Forest, 54. « C'est l'occasion de se rencontrer et de découvrir ce qu'on fait concrètement, récupérer du matos militant ou simplement boire un verre… » Infos.

Paris, 29 mars. Séminaire de recherche militante et libertaire Etape (site Grand Angle), de 19 à 22 heures : « Approches anarcho-queers et critique de la transphobie », intervention d'Erwan Sommerer, membre du collectif de rédaction de Réfractions. Adresse : 138, rue Amelot (rez-de-chaussée, en face de la librairie Publico), Paris 11e. Si besoin, demander code à Guy Lagrange (06-75-69-18-20).

Laon, 29 mars. Rencontre avec Thierry Maricourt à propos de Stig Dagerman, romancier, membre du syndicat suédois anarcho-syndicaliste SAC, plume régulière de son journal Arbetaren, mort en 1954 à l'âge de 31 ans. A 19 h 30, à L'Etoile noire, 5, rue Saint-Jean. Infos.

Paris, 29 mars. Projection-débat de la deuxième partie du documentaire L'Argent noir des syndicats (patronaux), à 19 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Entrée libre. Infos.

Melun (77), 30 mars. Rencontre avec Irénée Régnauld et Arnaud Saint-Martin, autour de leur livre Une histoire de la conquête spatiale (La Fabrique), à 16 heures, à la librairie L'Escalier, 41, rue Saint-Aspais. Site Internet.

Toulouse (31), 30 mars. Ciné-club du groupe Libertad (Fédération anarchiste) : La Stratégie de l'escargot (1993, 115 min, VOST), de Sergio Cabrera, sur la lutte des locataires d'un immeuble vétuste de Bogota (Colombie) pour résister à l'expulsion… A 18 h 30, au Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Infos.

Paris, 31 mars. Projection-débat autour du film Pride (2014, 120 min) qui relate le soutien en 1984 d'un groupe militant homosexuel en faveur des mineurs anglais en grève et les relations entre ces deux mondes. Organisée par le groupe libertaire d'Ivry de la Fédération anarchiste. A 16 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e. Infos.

 

FOIRES AUX LIVRES, EXPOSITIONS,
COLLOQUES, RENCONTRES

« Chants populaires, chants politiques. » Une journée d'études « autour des archives d'Henry Poulaille » aura lieu à l'hôtel de ville de Cachan (salle du Patio, au rez-de-chaussée), square de la Libération, Cachan (94), le 14 mars, de 9 à 18 heures. Elle est organisée par Constance Barbaresco (Ecole des hautes études en sciences sociales) et Samia Myers (université de Strasbourg) et explorera l'intérêt d'Henry Poulaille (1896-1980, lire Itinéraire n° 12), écrivain libertaire autodidacte (bibliographie), pour la chanson qu'elle soit populaire ou révolutionnaire, d'amour ou de cabarets. Au programme : « Les chants collectés par Poulaille : historiciser les répertoires (production, diffusion, usages) », « Poulaille et le folklore », « Le chant dans l'écriture prolétarienne », « Le fonds Poulaille comme ressource à des pratiques chansonnières aujourd'hui » et se clôturera par un pot dînatoire et un concert (à 19 h 30) « Adieu, Misère ! Chants du travail de France et d'ailleurs ».

« La société contre l'Etat ». Ce thème cher aux anarchistes sera le sujet de réflexion des Rencontres de Sophie, organisées par l'association Philosophia, du 15 au 17 mars, à partir de 14 h 30, à l'Ecole nationale supérieure d'architecture (ENSA) de Nantes. Au programme, des conférences, des débats et un abécédaire. Nous avons été particulièrement alléchés par une intervention de Jean-Christophe Angault (spécialiste de Bakounine) sur « Etat, violence et légitimité », un débat avec Fabien Jobard et Agnès Naudin (une policière en délicatesse avec l'institution), un cours d'Edouard Jourdain sur « Etat et anarchisme », un autre débat sur « Une société sans Etat, ça marche ? », une conférence d'Elsa Dorlin sur « La plèbe en nous. Légitime défense et auto-défense » et un entretien avec la secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet, pour « Entre la société et l'Etat, les syndicats »… Entrée libre. ENSA, 6, quai François-Mitterrand, Nantes.

L'émancipation scolaire. Le Lycée autogéré de Paris (LAP) est menacé et invite à préparer la riposte en organisant, le 16 mars, à partir de 13 heures, des Rencontres de l'émancipation scolaire au Centre ParisAnim' Montparnasse, au métro Montparnasse. A 13 h 15, info-débat « Le LAP d'hier à la crise d'aujourd'hui » ; à 14 h 45, table ronde sur l'actualités des luttes ; à 16 h 15, des ateliers (« Pédagogies autogestionnaires et utopies scolaires », « Le SNU pour réarmer l'école ? », « Conflits et rapports avec les institutions »). Le soir, restauration sur place et, à 19 heures, concert avec Duo Brady, Irracible, King Kong meuf. Entrée à prix libre, les recettes sont reversées à l'association des Ami·e·s du LAP. Contact : orga.eslap2024(at)mailo.com

La fête à Libertalia. Cela fait déjà dix-sept ans que les éditions Libertaria nous fournissent des ouvrages pour cultiver notre rébellion contre ce monde inégalitaire et liberticide… Et donc, cela se fête, de 15 heures à minuit, le 30 mars, à la Parole errante, 9, rue François-Debergue, Montreuil (M° Croix-de-Chavaux). Il y aura des débats :
– 15 heures, « B. Traven, un romancier révolutionnaire à redécouvrir », par Nicolas Norrito ;
– 16 heures, « Flora Tristan, précurseuse féministe et socialiste », par Michèle Audin ;
– 17 heures, « Vegan food, art & rock'n'roll, l'aventure d'East Side Burgers », par Teresa Moya ;
– 19 heures, « Fallait-il panthéoniser Missak et Mélinée Manouchian ? », avec Jean Vigreux et Dimitri Manessis ;
– 20 heures, « Dix questions sur la grossophobie », avec Daria Marx, animé par Julie Finidori.
Du théâtre (jeune public), à 18 heures, avec « Sayyida, reine pirate », par la compagnie Les Rats du navire.
Et un concert, à partir de 20 h 45, avec Oxni, Jim Murple Memorial, ALX (DJ Set). Entrée à prix libre.

« De la Vendée à l'écriture ». A l'occasion du centenaire de la naissance de Michel Ragon (1924-2020), le département de Vendée propose jusqu'au 5 avril une exposition (lire plaquette) qui lui est consacré à l'hôtel du département, 40, rue du Maréchal-Foch, à La Roche-sur-Yon. Si l'aspect vendéen du romancier (site Internet) dont l'enfance s'est déroulée à Fontenay-le-Comte est privilégié, ses autres facettes ne semblent pas avoir été oubliées : l'écrivain prolétarien, le libertaire (lire « Adieu compagnon »), le critique d'art et le spécialiste de l'architecture. L'exposition qui présente plus de deux cents objets appartenant à son univers deviendra ensuite itinérante et s'établira dans plusieurs bibliothèques du département. Par ailleurs, plusieurs conférences à propos de Michel Ragon sont prévues. Clin d'œil, l'illustration accompagnant l'annonce de l'expo dans le quotidien régional représente l'auteur de La Mémoire des vaincus (Albin Michel) devant la librairie du Monde libertaire.

Les Bérus à la BNF. Suite à des dons d'archives effectués par le chanteur Fanfan (François Guillemot) et le saxophoniste Masto (Thomas Heuer) en 2021, la vénérable institution organise jusqu'au 28 avril une exposition sur les Berruriers noirs et, plus largement, sur la naissance de la scène rock alternatif en France. Ce groupe punk des années 1980 marqua par son engagement pour nombre de causes sociales et contre le racisme, les violences policières, le Front national. Refusant l'industrie musicale, il s'autoproduit. Souvenons-nous de « La jeunesse emmerde le Front national ! » ; ils hurlaient alors « Plus jamais 20 % ». Aujourd'hui, le Rassemblement national vise les 30 % ; la jeunesse emmerde-t-elle encore le Rassemblement national ? Une autre époque ! Entrée libre. Du mardi au samedi, de 10 à 19 heures, et le dimanche, de 13 à 19 heures. Bibliothèque François-Mitterrand, galerie des donateurs, quai François-Mauriac, Paris 13e.

Nous n'avons pas peur des ruines… Depuis début janvier, le nouveau film de Yannis Youlountas tourné en Grèce de 2019 à 2023, Nous n'avons pas peur des ruines… nous portons un monde nouveau dans nos cœurs (2024, 80 min, bande-annonce), est en tournée en France, Suisse et Belgique jusqu'en avril. L'arrivée du président du parti conservateur Nouvelle Démocratie (ND) Kyriákos Mitsotákis au poste de premier ministre s'est accompagné de la promesse « d'en finir avec Exarcheia, un quartier rebelle et solidaire d'Athènes. Mais la résistance s'organise et des renforts arrivent d'autres villes d'Europe. (…) Au fil des années, d'autres luttes s'étendent du nord au sud de la Grèce pour défendre la terre, la mer et la vie : en Crète, en Thessalie, en Epire… Même sur l'île de Paros dans les Cyclades, la population manifeste sur les plages devenues payantes et réussit à ce qu'elles redeviennent un bien commun, pour le bonheur de tous. Quand tout semble s'effondrer, à Athènes comme ailleurs, une même réponse se fait entendre : "Nous n'avons pas peur des ruines, nous portons un monde nouveau dans nos cœurs." » Comme les années précédentes, un convoi solidaire va partir vers les lieux autogérés en Grèce, en soutien aux luttes et aux collectifs qui aident les précaires grecs et exilés. A l'occasion de la tournée du film, un ou plusieurs fourgons du convoi seront présents à chaque projection-débat. Renseignements pratiques, infos sur le film, agenda des projections-débats en présence du réalisateur et, parfois, d'autres invités sont à retrouver sur le site Internet.

 

DIVERS

Pierre Martin (1856-1916)

Après les portraits-souvenirs de Benoît Broutchoux (1879-1944), le mineur anarcho-syndicaliste du Pas-de-Calais, et d'Albert Libertad (1875-1908), le propagandiste individualiste parisien, voilà venu le tour du tisseur Pierre Martin, l'infatigable agitateur de la région de Vienne devenu cheville ouvrière du Libertaire. « Le Bossu », tant de fois poursuivi par la justice, condamné et incarcéré, était un « pur ». Il possédait d'après Sébastien Faure « à un degré rare cette éloquence qui du cœur monte aux lèvres de celui qui parle et de ses lèvres va directement au cœur de celui qui l'écoute ».

Combien sont-ils, actuellement, ceux qui se souviennent de Pierre Martin ?

Pierre Martin, qui administrait, avant l'avant-dernière guerre le Libertaire et partageait avec Hélène Lecadieu (1) – qui devait le précéder de quelques jours dans la tombe –, les locaux du 15 de la rue d'Orsel. Un souvenir, en passant, à cette pauvre et brave Hélène et aux biftecks de cheval à vingt centimes dont elle gratifiait, dans ses moments de fringale (et ils étaient nombreux) le secrétaire de rédaction à 15 francs par semaine que j'étais.

Le mouvement anarchiste se divisait, à cette époque, en trois tendances principales. Il y avait les individualistes, asociaux, qui méprisaient les « brutes travailleuses », préconisaient l'illégalisme et dont Le Rétif (2), Lorulot, Mauricius étaient les principaux leaders. Il y avait les « intellectuels » des Temps nouveaux, avec Jean Grave, A. Girard, etc., qui éprouvaient une certaine commisération pour les « ouvriéristes » du Libertaire et de la Fédération communiste libertaire, groupés autour de Pierre Martin (3).

Lecoin avait raison de me dire qu'on ne peut parler pertinemment de ce dernier que si on l'a approché. Disgracié par la nature, petit, bossu, barbe rousse, Pierre Martin était pourtant un pôle d'attraction pour les jeunes épris d'action que son exemple et ses conseils encourageaient. Orateur précis et éloquent, il avait le don d'intéresser jusqu'à ses pires ennemis. Je me souviens d'un procès du Libertaire où il comparaissait en compagnie de Jacquemin (4), alors gérant du journal, et où il tint au tribunal et aux assistants un discours auquel tous, juges, procureur, avocats et public prenaient, manifestement, un vif intérêt. Ce procès se termina, je crois, assez heureusement pour nos camarades. (Suite.)

 

Les stérilisés de Bordeaux

Il y a près de quatre-vingt-dix ans éclatait l'« affaire des stérilisés de Bordeaux ». A cette époque, la contraception et l'interruption volontaire de grossesse (IVG) étaient interdites, le pouvoir tenait à contrôler les ventres et à repeupler la France. Ça serait même revenu à la mode ces derniers temps. Les camarades libertaires étaient poursuivis car la vasectomie était assimilée à une castration et les articles 309 et 310 du code pénal prévoyaient pour le(s) responsable(s) de l'acte des peines de deux à cinq ans de prison pour « blessures, violences et voies de fait ». Pour eux, il s'agissait de pratiquer une action directe et de prendre à leur charge la contraception du couple (1), la femme assumant seule les risques de l'avortement. La vasectomie, soit, après incision, la coupe et la ligature des canaux déférents, est une opération mineure, sans risque, ne durant qu'une dizaine de minutes et pratiquée sous anesthésie locale. N'étant réversible que dans 40 % des cas, il vaut mieux l'envisager dès le départ comme définitive. Elle ne nuit en rien à la sexualité de l'individu. Dans un article paru dans la revue « Réfractions » (site) n° 7 en 2001, Marc Prévôtel, fils de deux des mis en cause, rappelait cette affaire.

C'était le 1er avril 1935. Le quotidien parisien Le Matin titrait en première page : « Une extraordinaire affaire de stérilisation à Bordeaux. – Une quinzaine d'individus à tendance libertaire se sont soumis à une mutilation volontaire qui fut opérée par un médecin étranger d'origine autrichienne, croit-on, qui a pris la fuite. Trois "stérilisés" ont été arrêtés, d'autres arrestations sont imminentes. Quel était le but poursuivi par l'étrange praticien si dangereusement entreprenant ? » Ainsi commençait une affaire qu'on qualifierait aujourd'hui d'abracadabrantesque : la France, frappée en dessous de la ceinture, défendue par des policiers et des magistrats en mal d'avancement et des pisse-copie à l'affût du scoop. A part l'audiovisuel en plus, les mœurs n'ont pas tellement changé.

Le journaliste du Matin, sans complexe, n'y allait pas avec le dos de la cuillère : « En elle-même, elle [l'affaire] comporte déjà, pour l'instant, des éléments si fantastiques, si exceptionnels qu'elle apparaît comme un défi à la raison puisqu'elle nous ramène brutalement vers la constatation de mœurs sauvages que l'on pouvait croire disparues de notre monde civilisé. » Et allez donc ! Il paraît qu'aujourd'hui encore on rémunère de tels valets de plume ! Il faut noter que ses patrons en ont eu pour leur argent : « On se demande si on ne se trouve pas en présence de "chargés de mission" d'un genre particulier, ayant appliqué un plan conçu hors de nos frontières et mandatés pour importer sur notre territoire des rites subversifs capables d'amoindrir notre race ou, pour le moins, de répandre de nouveaux germes de désagrégation. » Le médecin autrichien Bartosek (2) ne pouvait être, de toute évidence, qu'un agent de l'Autrichien Adolf Hitler. (Suite.)

Archives du Monde libertaire. Tous les numéros du Monde libertaire (site Internet) depuis sa création en 1954 peuvent être maintenant consultés sur un site dédié. Du premier au dernier en date, soit plus de 2 000 numéros et cela durant soixante-dix ans (mensuel et hebdo). Claude Delattre, animateur entre autres de Placard-Affiche, a été le maître d'œuvre de cet effort collectif qui a réuni les secrétariats concernés de la Fédération anarchiste, des centres de recherches (CIRA Lausanne, Anarchief de Gand, collectif Archives autonomies…) et des militants. On peut (ou on pourra) effectuer des recherches par année, thème, nom d'autrice ou d'auteur (6 652 à ce jour), consulter les sommaires, lire (et télécharger) les exemplaires numérisés. Et comme le dit Claude, dans son article (ML n° 1858 de février 2024), « le pari initial – pouvoir retrouver facilement tous les articles d'un sujet particulier dans l'intégralité du Monde libertaire – n'a que partiellement abouti, mais tous les outils sont là pour persévérer ».

 

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas