Mai 2007

PUBLICATIONS

Elections. « Mort à la démocratie ! », voilà le cri que pousse Léon de Mattis en pleine période de messe électorale où la meute, apeurée et conditionnée par les médias, s’est choisi un chef, un sauveur. Des records de démagogie, de marchandisage politique ont été atteints et le taux de participation n’a jamais été aussi élevé. Et pourtant, la démocratie a assez prouvé son échec… à assurer à chacun la satisfaction de ses besoins, à libérer les individus, à supprimer les conflits, à sauvegarder la Terre ou même, tout simplement, à réduire un tant soi peu les inégalités économiques. Voilà le constat que l’auteur établit avec beaucoup de lucidité, après nous avoir narré son parcours d’apprenti candidat du Parti socialiste. Tout en nous assénant quelques vérités telle celle-ci : « (…) ce n’est pas l’Etat qui est au service du droit, c’est le droit qui est un instrument au service de l’Etat. » Une lecture salutaire et décrassante en ces temps de confusion. Reste à le faire savoir !
« Mort à la démocratie », Léon de Mattis, 11,5 x 17,5, L’Altiplano, coll. Agit’prop, Paris, 125 p., 7 euros. CourrielSite Internet.

Constat amer. Sous-titré « chroniques d’un saisonnier de la misère », cet ouvrage, constitué d’instants de vies brisées, relate l’expérience d’un éducateur gérant de foyer pour toxicomanes et SDF. Avec une gouaille très célinienne, sans jamais se départir d’une certaine « tendresse » (ou du moins d’une compréhension lucide), Thierry « Cochran » Pelletier nous compte le quotidien des « abîmés » de la société. Que faire ? Gérer la situation, c’est permettre qu’elle se perpétue… Illusion que l’on peut améliorer les choses sans changer la société (« être le kapo bienveillant ») ; illusion de croire que les « exclus » sont des graines de révolutionnaires (« la survie (a) plutôt tendance à rétrécir inexorablement le champ spirituel de l’être »). Ces pathologies mentales (désocialisation, toxicomanie) sont bien le fruit des pathologies de la société où règne le profit, le productivisme et le capitalisme. Et la « normopathie » peut sembler en effet une « affection bien plus grave et bien plus répandue ». Dans cette désespérance, gardons la « consolation de n’être pas dupe, et la dérisoire fierté de demeurer obstinément rétif à ce monde ».
« La Petite maison dans la zermi », suivie de « Tox Academy » (de nombreuses iIllustrations accompagnent les textes), Thierry Pelletier, 15 x 21, Libertalia, Paris, 108 p., 10 euros. CourrielSite Internet.

Délinquance. La remise en cause de la justice des mineurs et la volonté de supprimer l’excuse de minorité seront certainement les premiers chantiers d’une droite décomplexée au pouvoir. En avant toute sur la voie de la répression et de l’enfermement des jeunes délinquants ! Alors que les centres fermés n’ont pas fait la preuve de leur efficacité et que les nouveaux pouvoirs accordés aux maires de villes de plus de 10 000 habitants ne peuvent qu’inquiéter. Il est bon alors de se souvenir que cette politique autoritaire du traitement de la déliquance n’est pas nouvelle et c’est tout l’intérêt de l’ouvrage de Paul Dartiguenave sur « Les Bagnes d’enfants » de nous le rappeler. Le panorama du traitement de l’enfance délinquante et la violence institutionnelle du XVIIIe au XXe siècle fait frémir. Prisons, maisons de correction, de redressement, d’éducation surveillée, colonies pénitentiaires vont se révéler tellement contre-productives – la violence engendrant la violence et la révolte, la promiscuité répandant le mal – qu’elles seront finalement fermées ; la prévention et l’éducatif s’imposant.
« Les Bagnes d’enfants et autres lieux d’enfermement », Paul Dartiguenave, 14 x 21, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 241 p., 15 euros. CourrielSite Internet.

L’actualité éditoriale étant particulièrement dense, signalons rapidement quelques rééditions. Et, tout d’abord, celle de La Révolution inconnue (TOPS-H. Trinquier, 698 p., 25 euros), le classique de Voline sur les révolutions russes de 1905 et 1917, la constitution de l’Etat bolchevique, les luttes de Cronstadt et de la Makhnovtchina. Les éditions Plume de carotte nous proposent une très belle version illustrée par Eloar Guazzelli d’Histoire d’un ruisseau (170 p., 19 euros), l’œuvre poético-scientifique d’Elisée Reclus, en suivant la course d’une goutte d’eau. Avec Formes et tendances de l’anarchisme (Editions du Monde libertaire, 72 p., 5 euros), René Furth avait tenté dans les années 1970 de montrer l’intérêt de préparer la révolution en s’inscrivant dans le domaine social, de s’appuyer sur une culture commune et de s’intéresser aux ébauches de luttes, même isolées, qui pouvaient constituer un ferment. Du côté des publications nouvelles, notons que les chansons, poèmes, romans, écrits libertaires, correspondance de Georges Brassens ont enfin été réunis dans ces Œuvres complètes (Le Cherche Midi, 1 582 p., 25 euros). Un seul souci, la couverture est trop fragile pour ce monument et se casse rapidement. Dommage ! Les Cahiers de l’Herne ont consacré leur n° 88 à Noam Chomsky (356 p., 39 euros), avec quelques-uns de ses écrits et des conributions de Norman Baillargeon, Serge Halimi, Larry Portis, Pierre Vidal-Naquet… 

Coutume ouvrière. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le syndicalisme d’action directe et sur la Confédération générale du travail (CGT) d’avant la Première Guerre mondiale avec cette monumentale étude enfin rééditée. Maxime Leroy (1873-1957), juriste de formation, fut un des rares intellectuels proches du syndicalisme révolutionnaire. Publié en 1913, cet ouvrage constitue une analyse sociologique, juridique, organisationnelle et historique irremplaçable. Passant en revue la composition du syndicat, son organisation, les obligations réciproques, il aborde ensuite les fédérations professionnelles, les bourses du travail, la CGT, les sociétés coopératives, les moyens de lutte, le fédéralisme et l’internationalisme ouvrier. C’est un outil indispensable pour tous ceux qui souhaitent mieux connaître l’histoire du mouvement ouvrier et qui veulent construire un syndicalisme de combat, libertaire et révolutionnaire. Indispensable !
« La Coutume ouvrière. Syndicats, bourses du travail, fédérations professionnelles, coopératives. Doctrines et institutions », Maxime Leroy, 13 x 21, Editions CNT-RP, fac-similé, 2 vol., 934 p., 40 euros. CourrielSite Internet.

 

RENCONTRES-DÉBATS

Lyon, du 30 avril au 11 mai. Exposition, proposée par les Ami-e-s de la librairie, des sérigraphies de Marina sur les demandeurs d'asile à la librairie La Gryphe. Vernissage le lundi 30 avril à partir de 18 heures, 5, rue Sébastien-Gryphe, 69007 Lyon. Tél. : 04 78 61 02 25.

Merlieux, 3 mai. Débat, de 18 heures à 21 heures, à la bibliothèque sociale (tél.-fax : 03 23 80 17 09), 8, rue de Fouquerolles, Merlieux (Aisne), avec Yves Couraud, poète… et auteur de science-fiction : « Le Guerrier souriant » (2006), « Cinq Siècles », « Demain paradis »…

Paris, 5 mai. La bibliothèque La Rue (tél. : 01 42 23 32 18), 10, rue Robert-Planquette, 75018 Paris (M° Blanche ou Abbesses), reçoit à 15 h 30 Célia Izoard, traductrice de l’ouvrage de Kirkpatrick Sale, « La Révolte luddite » (L’Echappée), à propos des briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation [voir note de lecture].

Saint-Denis, 11 mai. La Société de défense des laïques non croyants, non croyantes et athées vous invite à rencontrer des membres de l’association Athétürk à propos de la laïcité et de l'athéisme en Turquie. Cela se passe à 19 h 30, à la Bourse du travail, rue Genin (M° Porte-de-Paris). Site Internet Athétürk.

Avignon, les 12 et 13 mai. L’Infokiosk organise une rencontre sur « L'Internationale situationniste », avec une présentation historique et théorique par Roland Simon. Rendez-vous à 14 heures ces deux jours, à la « Maison IV de Chiffre », 26, rue des Teinturiers.

Lyon, 12 mai. A 15 heures, rencontre-débat sur « Révolution et contre-révolution durant la guerre civile espagnole à travers le témoignage d'Antonio Gimenez » (« Les Fils de la nuit », L’Insomniaque) [voir note de lecture], avec des « giménologues », à la librairie La Gryphe, 5, rue Sébastien-Gryphe, 69007 Lyon. Projection d'un film et de documents sur les lieux et la mémoire des combats de la colonne Durruti. Tél. : 04 78 61 02 25 – CourrielSite Internet.

Marseille, 12 mai. A 17 heures, au Centre international de recherche sur l’anarchisme (CIRA), 3, rue Saint-Dominique, 13001 Marseille, conférence-débat avec Ronald Creagh : « L’affaire Sacco et Vanzetti : regards nouveaux ». Ronald Creagh est l’auteur d’un ouvrage sur l’affaire Sacco-Vanzetti paru en 2004 aux Editions de Paris-Max Chaleil [voir note de lecture]. Courriel - Site Internet.

Paris, 12 mai. Fête du livre libertaire de 12 heures à 19 heures, avec stands des éditions CNT-RP, livres neufs et d’occasion, buffet-buvette, au 33, rue des Vignoles, 75020 Paris (M° Avron ou Buzenval). Débats autour de trois livres : à 12 h 30, « Discussion avec Bakounine », avec Franck Mintz ; à 13 h 30, « La Volonté du peuple. Démocratie et anarchie », avec l’auteur Eduardo Colombo ; à 15 h 30, « Loin des censier battus. Témoignages et documents sur le mouvement contre le CPE et la précarité à la Sorbonne nouvelle », avec les acteurs du mouvement.

Rouen, 12 mai. Réunion-débat à 14 h 30 autour de l’ouvrage de Céline Beaudet, « Les Milieux libres au début du XXe siècle » (Editions libertaires) [voir note de lecture], à la librairie L’Insoumise, 128, rue Saint-Hilaire.

Paris, 17 mai. Dans le cadre de l'exposition des vingt-huit dessins de « La Petite Maison dans la zermi » (voir ci-dessus), Thierry « Cochran » Pelletier offrira à partir de 17 heures un verre de corbières et signera son bouquin au bar Le Saint-Sauveur, 11, rue des Panoyaux, 75020 Paris.

Toulouse, 19 mai. A la librairie associative Le Chat noir, 18, avenue de la Gloire, 31500 Toulouse, dès 17 heures, Thierry « Cochran » Pelletier présentera son ouvrage « La Petite Maison dans la zermi ». Programme du mois.

Toulouse, 21 mai. Conférence d’Eric Lowen, à 20 h 30, sur « La nuisibilité des religions », organisée par l’association Aldéran pour la promotion de la philosophie et des savoirs. Lieu : Maison de la philosophie, 29, rue de la Digue, Toulouse (tél. : 05 67 11 63 43). (Participation : 4 euros.)

Montpellier, 25 mai. Le quatrième vendredi de chaque mois, à 20 h 30, au Centre Ascaso-Durruti (6, rue Henri-René, derrière la gare), projection de films, de documentaires… Au programme de « Colères du temps » ce mois-ci : « A l’épreuve du réel : l’expérience du VAAAG » (village alternatif, anticapitaliste et antiguerre qui s’est tenu durant le sommet du G8, à Evian, en juin 2003), réalisation de Florence Miettaux et Grégory Mouret. Site Internet.

Paris, 31 mai. La librairie Quilombo organise une discussion-débat autour de la lutte contre le CPE, à partir du livre « Loin des Censiers battus » (Editions CNT-RP), en présence d’étudiants, de profs et de représentant du personnel IATOS, à 19 h 45, au CICP, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris. Courriel - Site Internet.

 

COLLOQUE, RENCONTRES…

Bruxelles, 19 et 20 mai. Rencontre autour du livre subversif au Pianofabriek, Fortstraat 35, Saint-Gilles (Bruxelles), à partir de 14 heures, le samedi, et de 10 heures le dimanche (entrée libre). De nombreux débats sont prévus (certains auront lieu en néerlandais) : « Retour sur les luttes antinucléaires des années 70 et 80 » ; « Biopolitique : modeler et déplacer pour le capital » ; « Expériences de lutte autonome dans les années 70 en Espagne » ; « Lutte contre les camps d'asile et les déportations » ; « Urbanisme et contrôle social »… Plus d’information : courriel.

Mexico (Mexique), 8 au 10 juillet. A l’occasion de la rencontre zapatiste du Chiapas, la bibliothèque sociale Reconstruir envisage d’organiser l’été prochain une rencontre anarchiste internationale autour de trois axes : 1. discussion des idées acrates (libertaires) et de la formation au niveau théorique ; 2. partage des expériences organisationnelles basées sur l'anarchisme ; 3. construction d’une organisation forte. Informations complémentaires et réservation : biblioteca@libertad.org.mx ou caravanalibertaria@riseup.net

 

DIVERS

Expulsion. A Dijon, au 17, bd. de Chicago, l'espace autogéré des Tanneries, lieu d'activités culturelles, politiques et sociales indépendant, ouvert en 1998, est de nouveau menacé. La mairie socialiste souhaite en effet céder le terrain sur lequel se trouve notamment le bâtiment à la Générale de Santé. Un appel à la solidarité s’adressant aux associations et aux collectifs, une lettre de soutien, un historique sont disponibles sur le site Internet des Tanneries. Des actions sont aussi prévues dans les mois à venir dont une manif festive le 19 mai, à 15 heures. Rendez-vous place du Bareuzai à Dijon. Toutes les activités à venir.

Affiche rouge. Patrice Corbin vient de créer un blog traitant essentiellement de la résistance étrangère en France durant l'Occupation et, en particulier, des FTP-MOI et du groupe Manouchian, dont « L'affiche rouge » a tenté de stigmatiser le combat. En cette triste période de chasse aux sans-papiers, d’expulsions, de contrôles au faciès, où l’autre parce qu’il est différent devient suspect, il est bon de ne pas oublier que des « étrangers » sont morts pour la liberté en France, en luttant contre les pouvoirs établis. Nombre de documents (lettres, photos, etc.) peuvent être consultés et la contribution de chacun est la bienvenue. En prime, Léo Ferré interprétant « L’Affiche rouge ». Site Internet.

Haut Atlas. Un collectif lillois, en relation avec un groupe d'amis de la région de Ouarzazate (Maroc), a lancé un projet de construction d’une bibliothèque pour tous à Tamlalte, dans le Haut Atlas. Les étagères accueilleront des livres en arabe et en français, des écrits sociaux, philosophiques et politiques, des romans, des livres pour enfants, ainsi que des vidéos et des cédéroms musicaux… Plus de 1 200 livres et une trentaine de vidéos ont déjà été récoltés. Une dizaine de bénévoles francais et marocain participent actuellement au chantier collectif qui a débuté début avril et qui prendra fin en juin. Pour soutenir le projet par des dons ou en y participant, on peut contacter Bibliotatlas, 82, rue Colbert, 59000 Lille, ou par courriel.

Squat de A à Z. Une nouvelle version de ce guide pratique et juridique (lois françaises) pour ouvrir un squat et faire en sorte de ne pas être expulser trop vite vient de paraître. Elle est disponible sur Infokiosques.net. Présentation - A lire en ligne - A télécharger (pdf, 872 Ko, pour impression). Courriel (pour critiques, remarques et autres propositions).

 

REVUES

« Les Temps maudits ». Au sommaire du ving-cinquième numéro de la revue de réflexion éditée par la Confédération nationale du travail (128 pages, 7 euros) : la conférence internationale syndicale i07 à Paris (28 avril-1er mai) ; « “Le Combat syndicaliste” a 80 ans… » ; « Une femme à l’Elysée (…) Chronique d’une élection annoncée » ; combat d’aujourd’hui : la lutte des travailleurs d’une menuiserie industrielle nancéenne ; dossier international : la CGT espagnole ; « Que faire de la révolution espagnole ? » ; société : « Pour une laïcité de combat », « Panique à gauche face à l’islamisme »… Abonnements à la revue (chèque à l’ordre de la CNT ; 33 euros, les six numéros) : Bourse du Travail, salle 15 bis, 42028 Saint-Etienne Cedex 1. Courriel.

« Le Chat noir ». Le n° 15 du « journal communiste libertaire et d’écologie sociale de Champagne-Ardenne » est sorti avec un fort intéressant article à propos de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) : « Pourquoi l'Inserm a-t-il besoin d'étudiants cobayes ». On y apprend que cet organisme a mené une enquête auprès de 4 000 étudiants, leur demandant de remplir un questionnaire très indiscret sur leur consommation de drogue, leur possible dépendance, leurs antécédents familiaux, leur impulsivité, leurs éventuelles déviances sexuelles… Le tout accompagné d’un prélèvement ADN. Abonnement (chèque à l'ordre de « La Galère - Le Chat noir », dix numéros : 6,10 euros) : c/o Egregore, BP 1213, 51058 Reims Cedex. Site Internet.

« Le Réveil du bâtiment ». Le journal (n° 17) de la fédération BTP de la CNT peut être téléchargé au format pdf (12 pages, 782 Ko). Au sommaire : « Du plomb sur le chantier », « En 2007 à l'Equipement, ça ne s'arrange pas… », « Rémunération de l'apprenti », « Ministère de la Crise du logement (Orléans) - Autogestion et action directe », « Crise du logement : spéculation et profits », « Pénibilité du travail », etc.

« Courant alternatif ». Le mensuel de l' Organisation communiste libertaire, désormais disponible en kiosque (n° 168, avril, 2,30 euros), ou directement à OCL (c/o Egregore, BP 1213, 51058 Reims Cedex), traite de « L'agriculture biologique bientôt transformée en agriculture bio-industriel chimique », s’inquiète de la spéculation (« Crise du logement, le Pays basque n'est pas à vendre »), constate (« La grippe aviaire, une guerre au peuple de la terre », « La “liberté de la presse” ? Avec ou sans Net, c'est pas net ! »), s’interroge (« AZF : une explosion légale ? »), donne des nouvelles d’Oaxaca (« La tragédie continue »). Certains textes sont disponibles sur le site Internet de l'OCL. Courriel.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas