Juin 2024

En téléchargement

Revues

Audio - Vidéo

Réunions-débats

Foires aux livres, colloque, rencontres…

Actualité

Archives

 

PARUTIONS

ALEXANDRE Jérôme
Le Christianisme est un anarchisme, Textuel, coll. Petite Encyclopédie critique, Paris, 192 p., 18,90 euros (mai) infos

AWA THIAM
La Parole aux négresses (rééd.), Divergences, Quimperlé, 208 p., 16 euros (mai) infos

BAHAFFOU Myriam
Des paillettes sur le compost (rééd., poche), Le Passager clandestin, Lorient, 208 p., 11 euros (mai) infos 

BERNARD André
De la désobéissance, Atelier de création libertaire, Lyon, 192 p., 8 euros (mai) infos

BERNERI Camillo, ROSSELLI Carlo
Contre l’Etat [« Articles et correspondances 1935-1936 »], trad. d'Elsa Chaarani-Lesourd, préf. de Roberto Carocci, postfac. d'Antoine Hasard, Les Nuits rouges, s.l., 156 p., 13 euros (juin) infos

CHUECA Miguel
La Fabrique du complot [« De l'usage de l'incendie du Reichstag par les propagandes nazie et communiste »], L'Echappée, coll. Dans le feu de l'action, Paris, 320 p ., 24 euros (mai) infos

COLLECTIF
La Libre Pensée dans la Résistance, sous la coord. de Christian Eyschen, Les Editions libertaires - La Libre Pensée/Irelp, Saint-Georges-d'Oléron - Paris, 435 p., 14 euros (mai) infos
Refuser de parvenir (rééd.), coord. par Centre international de recherches sur l'anarchisme (CIRA), Nada-CIRA, Paris-Lausanne, 192 p., 12 euros (mai) infos

CONTRE-ATTAQUE
Nantes, ville révoltée [« Une contre-visite de la cité des Ducs »], Divergences, Quimperlé, 172 p., 13 euros (mai) infos

DEY-HELLE Yann
Atlas du football populaire [« Europe - Amérique latine »], préf. de Jérôme Latta, Editions Terres de feu, s.l., 272 p., 18 euros (mai) infos

EARTH FIRST !
Manuel d'action directe (rééd.), Editions Libre, s.l., 350 p., 17 euros (juin) infos

GRANVAUD Raphaël
De l'huile sur le feu [« La France et la guerre contre le terrorisme en Afrique »], Lux, coll. Dossiers noirs, Montréal (Québec, Canada), 392 p., 22 euros (mai) infos

GUILLER Audrey
Emprisonnées, Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 211 p., 10 euros (mai) infos

ISTRATI Panaït
Présentation des Haïdoucs (rééd.), préf. de Sidonie Mézaize, postf. de Carmen Oszi, bois gravés de Valentin Le Campion, L'Echappée, coll. Poche, 192 p., 12 euros (mai) infos

JARRIGE François
Les Anarchistes naturiens et la civilisation industrielle (rééd.), Le Passager clandestin, coll. Précurseur·ses de la décroissance, Lorient, 128 p., 12 euros (mai) infos

LONDON Jack
Le Vagabond des étoiles (rééd. poche), Libertalia, coll. La Petite Littéraire, Montreuil, 536 p., 10 euros (juin) infos

MADELIN Pierre
Henry David Thoreau et le choix de la désobéissance, Le Passager clandestin, coll. Précurseur·ses de la décroissance, Lorient, 128 p., 12 euros (mai) infos

MANTOUX Aymeric
Pierre de Coubertin [« L'homme qui n'inventa pas les Jeux olympiques »], Editions du Faubourg, Paris, 208 p., 18 euros (mai) infos

PAPPÉ Ilan
Le Nettoyage ethnique de la Palestine (rééd.), trad. de l'anglais par Paul Chemla, nouv. avant-propos, La Fabrique, Paris, 396 p., 20 euros (mai) infos

PEREIRA Irène
Le Féminisme libertaire [« Des apports pour une société radicalement féministe »], Le Cavalier bleu, Paris, 136 p., 18 euros (mai) infos

PROJET ÉVASION
Petit Manuel d'autodéfense en interrogatoire [« Comment la police interroge et comment s'en défendre »], Editions du Commun, Rennes, 200 p., 13 euros (mai) infos

RICORDEAU Gwenola, CHARBIT Joël, MORISSE Shaïn
Brique par brique, mur par mur [« Une histoire de l'abolitionnisme pénal »], préf. de Catherine Baker, Lux éditeur, coll. Instinct de liberté, 312 p., 16 euro (mai) infos

SOMMERMEYER Pierre
Israël-Palestine, 2003-2024. Chroniques libertaires, Les Editions du Monde libertaires, Paris, 172 p., 10 euros (mai)

SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE
Le Guide du manifestant arrêté (rééd. actualisée), Le Passager clandestin, Lorient, 80 p., 5 euros (mai) infos

TRAVEN B.
Le Vaisseau des morts (rééd.), trad. par Michèle Valencia, Libertalia, coll. La Petite Littéraire, Montreuil, 376 p., 10 euros (juin) infos

VITALI-ROSATI Marcello
Eloge du bug [« Etre libre à l'époque du numérique »], Zones, Paris, 208 p., 20 euros (mai) infos

WU MING
L'Invisible partout, trad. de l'italien par Serge Quadruppani, Métailié, coll. Bibliothèque italienne, Paris, 208 p., 20 euros (mai) infos
Ovni 78, Libertalia, coll. Poche, Montreuil, 660 p., 13 euros (mai) infos


Livraison tardive

ALZAS Nathalie
Marianne aux enfers [« La haine de la Révolution française »], Editions critiques, Paris, 208 p., 18 euros (avril) infos

AMIRI Natalie, TEKKAL Düzen
Nous n'avons pas peur [« Le courage des femmes iraniennes », recueil de témoignages], trad. de l'allemand par Mathilde Ramadier, Editions du Faubourg, Paris, 208 p., 18 euros (mars) infos

BRANDELY Emmanuel
Les Historiens contre la Commune [« Sur le 150e anniversaire et la nouvelle historiographie de la Commune de Paris »], pref. d'Antoine Hasard, Les Nuits rouges, s.l., 216 p., 15 euros (avril) infos

COLLECTIF
Plateforme d'organisation des communistes libertaires, préf. d'Alexis Lafleur-Paiement, M éditeur, Montréal (Québec, Canada), 104 p., 12,95 $ (mars) infos

CLERVAL Anne, WOJCIK Laura
Les Naufragés du Grand Paris Express, Zones, Paris, 256 p., 20,50 euros (mars) infos

GINISTY Fabien
BlaBlaCar et son monde [« Enquête sur la face cachée du covoiturage »], Le Passager clandestin, Lorient, 224 p., 16 euros (avril) infos

LE GENDRE Bertrand
Enver Hoxha [« Albanie, les années rouges »], Flammarion, Paris, 236 p., 22,9 euros (février) infos

MALABOU Catherine
Il n'y a pas eu de Révolution [« Réflexions anarchistes sur la propriété et la condition servile en France »], Rivages, coll. Bibliothèque, Paris, 120 p., 20 euros (mars) infos

PELLETIER Philippe
Figures de l'anarchisme [« Femmes et hommes de liberté »], Le Cavalier bleu, Paris, 336 p., 22 euros (avril) infos

SARRÓ « MUTIS » Miguel
Café Combat [« Laureano Cerrada, anarchiste et faussaire »], trad. de l'espagnol par Frank Mintz et Ramón Pino, Editions du Monde libertaire, Paris, 244 p., 10 euros (mars) infos.

SCOTT James C.
L'Œil de l'Etat [« Moderniser, uniformiser, détruire »] (rééd.), La Découverte, coll. Poche, 640 p., 16,50 euros (mars) infos

 

EN TÉLÉCHARGEMENT

BRIGADES ÉDITORIALES DE SOLIDARITÉ
Soutien à l'Ukraine résistante (vol. 28), Syllepse, Paris, 22 mars, 100 p., à télécharger
Soutien à l'Ukraine résistante (vol. 29), Syllepse, Paris, 1er mai, 112 p., à télécharger

CIRA LAUSANNE
Bulletin du CIRA, n° 80, printemps 2024, Lausanne (Suisse), 68 p., à télécharger

COLLECTIF
Contre la réaction [« Mille nuances de réacs… »], Ravage éditions - Les Fleurs arctiques, Paris, 2024, 28 p., à télécharger
Contre toutes les guerres… sauf les guerres « justes » ? [« Des ravages du moindre mal et de l'anti-impérialisme en milieu anarchiste »], s. éd. (waragainstwar[at]riseup.net), s.l., novembre 2022, 36 p., à télécharger
Vidéo-surveillance algorithmique (VSA) [« Dangers et contre-attaque »], La Quadrature du Net, s.l., mai 2024, 76 p., à télécharger

COURANT ALTERNATIF
Le Mythe de la gauche : un siècle d'illusions social-démocrates, hors série n° 2, 3e trimestre 1999, 36 p., à télécharger

SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE
Le Guide du manifestant arrêté (rééd. actualisée), Le Passager clandestin, s.l., mai 2024, 80 p., à télécharger

VIGILANCE ET INITIATIVES SYNDICALES
ANTIFASCISTES (VISA)

S'armer contre l'extrême droite
– tome 1 : « Un argumentaire syndical antifasciste », 2021, 138 p., à télécharger
– tome 2 : « Bilan d'un an d'imposture des 88 député·es FN/RN », 2023, 120 p., à télécharger

Contre le fascisme
En cette période où la mémoire semble faire défaut, des auteurs et des éditeurs mettent à disposition gratuitement des ouvrages (epub ou pdf) pour ne pas dire plus tard (trop tard !) « je ne savais pas » :
Le Pen et la torture. Alger, 1957, de Fabrice Riceputi (Le Passager clandestin) ;
Tenir la rue. L’autodéfense socialiste, 1929-1938, de Matthias Bouchenot (Libertalia) ;
Dix questions sur l'antifascisme, collectif La Horde (Libertalia) ;
Petit manuel économique anti-FN, collectif Ecolinks (Le Cavalier bleu).

 

REVUES

Derniers numéros parus

Alternative libertaire, « mensuel de l'Union communiste libertaire (UCL) » : n° 350, juin, 20 p., 4 euros, sommaire - site Internet - archives

Anarchosyndicalisme !, « journal de la CNT-AIT de Toulouse » : n° 185, janv.-fév., 20 p., 2 euros, site Internet - à télécharger

Casse-Rôles, « journal féministe et libertaire » : n° 28 (dossier : « Femmes en exil »), mai-juillet, 52 p., prix libre, site Internet - archives

Chroniques noir et rouge, « revue trimestrielle de critique bibliographique du mouvement libertaire » : n° 16, mars, 66 p., 5 euros (abt. : 20 euros pour 4 numéros), site Internet - sommaire

Combat syndicaliste, « mensuel de la Confédération nationale du travail » : n° 486, février, 24 p., 2 euros, site Internet - abonnement

Courant alternatif, « mensuel anarchiste-communiste » de l'Organisation communiste libertaire (OCL) : n° 341, juin, 34 p., 5 euros, sommaire - site Internet - archives

 CQFD, « mensuel de critique et d'expérimentation sociales » : n° 231, juin, 32 p., 5 euros, sommaire - abonnement

Envolée, « pour en finir avec toutes les prisons » : n° 59, avril, 20 p., 2 euros, site Internet - à télécharger   

Fragments, « revue de littérature prolétarienne », n° 9, juin, 112 p., 9,5 euros (+ 3 euros de frais de port), présentation - site Internet

Infos & analyses libertaires, « journal de l'Organisation anarchiste (OA) » : n° 125, hiver, 18 p., site Internet - à télécharger

Le Libertaire, « revue de synthèse anarchiste », n° 155, juin, 14 p., site Internet - à télécharger

Mauvais Sang, « un journal bâtard pour la révolution » : n° 8, mai, 2 p., site Internet - à télécharger

Médiacritiques, « revue trimestrielle d'Acrimed » : n° 51, été, 44 p., 4 euros, présentation - archives

Le Monde libertaire, « le mensuel sans Dieu ni maître de la Fédération anarchiste » : n° 1862, juin, 64 p., 4 euros, sommaire - site Internet - archives

Le Monde libertaire, supplément au n° 1862, « Spécial élections », 4 p., à télécharger

Le Poing, « le journal qui ne prend pas de gant » : n° 25 (spécial 1er Mai), mai, 2 p., à télécharger

Le Ravachol, « le mensuel qui fait pas dans la dentelle » : n° 88, juin, 20 p., 1 euro, Facebook

Réfractions, « recherches et expressions anarchistes » : n° 52 (« L'échec et le réel »), printemps, 156 p., 15 euros, site Internet - archives

Résistons ensemble, « contre les violences policières et sécuritaires » : n° 217, 27 mai, 4 p., site Internet - à télécharger

La Revue du Mauss, « Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales » : n° 62 (« Faut plus d'gouvernement ? Penser le "moment anarchiste" contemporain »), 264 p., 20 euros, présentation

Takakia, « Rugissements contre la société techno-industrielle » : n° 2, printemps, 90 p., prix libre (coût de fabrication : 1,75 euro), site Internet

Vlan (« Votons l'anarchie ») : n° 8 (pour le commander [minimum 10 exemplaires] : contact[at]etvlan.org), s.d., 4 p., prix libre, à télécharger

 

AUDIO

Madagascar 1947. La libération de la France en 1945 ne signifia pas la libération des peuples sous son joug colonialiste. Et il n'y a guère que les nostalgiques de l'Empire français et des membres de l'extrême droite pour croire encore à une « mission civilisatrice », terme utilisé par des républicains aux XIXe et XXe siècles pour justifier l'inacceptable. C'est-à-dire l'exploitation des ressources et des personnes (travail forcé), la destruction des cultures et des organisations sociales locales… Et lorsque les peuples autochtones se rebellent, la « pacification » rime avec suppression des contestataires, sans toujours bien distinguer le bon grain de l'ivraie. Un exemple nous est donné par les massacres, commis avec des troupes coloniales (tirailleurs malgaches, marocain et sénégalais), qui ont suivi l'insurrection malgache de 1947 (Wikipédia). Entre 11 000 et 100 000 morts, victimes directes ou indirectes. L'émission « Affaire sensible » de France Inter s'est penchée sur cette « mise au pas » sanglante avec l'écrivaine malgache Marie Ranjanoro.

Notons pour conclure que le gouvernement français de l'époque était composé de socialistes, de communistes et de centristes. Un certain François Mitterrand, alors ministre de la France d'outre-mer, indiqua dans un discours que l'« avenir de Madagascar est indéfectiblement lié à la République française » (le pays accéda à l'indépendance en 1960).

 

VIDÉO

Souriez, vous êtes observés. Dans quelques jours commenceront les Jeux olympiques… et la plus importante expérimentation de contrôle social grandeur nature. Si l'on excepte, bien sûr, la Chine qui a institué depuis longtemps un tel système pouvant amener les « délinquants » à perdre des points sur leur « crédit social » ou à se retrouver en camps de rééducation (lire article de la RTS). A Paris, des centaines de caméras braquées sur la foule, en relation avec une intelligence artificielle, vont détecter en temps réel les comportements jugés suspects ou anormaux. L'intervention des forces de police pourra être immédiate. Un pouvoir totalitaire ne peut rêver mieux.

Lors de la discussion du projet de loi qui a autorisé cette expérimentation, des organisations comme La Quadrature du Net avaient alerté sur les dangers de la vidéosurveillance algorithmique dans un dossier d'analyse très documenté. AmnestyFrance a enregistré en septembre 2023 une vidéo (« JO 2024 : allez-vous être surveillés ? », un titre quelque peu décalé !) pour analyser les défauts et les risques de ce contrôle qui pourrait perdurer après les Jeux.

Plus récemment, une youtubeuse, Camille Reporter, a mis en ligne une vidéo très didactique sur les enjeux de cette surveillance et son élargissement à la reconnaissance faciale qui pourrait permettre de repérer des personnes recherchées. Cette technologie serait même déjà en fonction en France, de façon discrète et illégale (lire enquête de Disclose). Elle dénonce ainsi un glissement vers une généralisation du contrôle social numérique. On peut également citer le regroupement Technopolice qui s'intéresse plus largement à la « mise sous surveillance totale de l'espace urbain à des fins policières ».

Julian Assange est libre. Le mois dernier, nous évoquions « L'affaire Assange » à travers la vidéo des Editions critiques qui relatait les quatorze années de persécution par les Etats-Unis du journaliste ayant révélé des crimes de guerre commis par l'armée en Irak et en Afghanistan. La justice américaine ayant réduit les différentes charges pesant sur lui, Julian a pu plaider-coupable de « complot pour obtenir et divulguer des informations relevant de la défense nationale ». La peine couvrant les cinq années de détention subies en quartier de haute sécurité au Royaume-Unis, le journaliste se retrouvait enfin libre. Nous ne pouvons que nous réjouir de cette fin due à la mobilisation internationale. Mais elle nous laisse un goût amer. Nous constatons une fois de plus que cette justice aux ordres, plutôt que de condamner des crimes de guerre, a préféré s'acharner sur un homme qui les dénonçait : le salissant, le persécutant, ruinant sa santé, le privant de liberté… S'il s'agissait de faire un exemple et de terroriser les possibles lanceurs d'alerte, cette justice et cet Etat ont gagné !

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Marseille (13), 1er juin. Soirée de solidarité avec Pinar Selek (site Internet), en sa présence, à La Dar, 127, rue d'Aubagne, Marseille 6e, organisée par le groupe Oai (FA), le Cercle libertaire et non-violent, la Libre Pensée autonome et le Comité de soutien. De 18 à 21 heures, suivie d'un concert avec ODC et ln puts. Facebook.

Malakoff (92), 2 juin. Les ateliers d'artivisme (« art activiste ») se tiennent chaque premier dimanche du mois à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot, de 19 à 23 heures. Infos.

Paris, 2 juin. Discussion autour du livre Te plains pas, c'est pas l'usine (Niet!éditions), de Lily Zalzett et Stella Fihn, à propos de l'exploitation en milieu associatif. A 16 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). A l'initiative du groupe libertaire d'Ivry (Fédération anarchiste). Infos.

Toulouse (31), 2 juin. A l'occasion de la Fête du Kiosk, Samuel Dégardin présentera Histoires sans paroles. Les romans en gravures de Frans Masereel (L'Echappée), à partir de 15 h 30, dans le jardin de la Chapelle, 36, rue Danielle-Casanova.

Paris, 4 juin. Réunion hebdomadaire de la Coordination contre la répression et les violences policières Paris-IDF, de 18 h 30 à 21 heures, à la Bourse du travail, 3, rue du Château-d'Eau, Paris 10e. Infos.

Montreuil (93), 5 juin. Un atelier d'artivisme (à vocation antipub), a lieu chaque mercredi à partir de 18 heures à l'AERI, 57, rue Etienne-Marcel (M° Croix-de-Chavaux). Entrée libre, pas besoin d'être graphiste ni de savoir dessiner ! Infos.

Rennes, 5 juin. Le groupe La Sociale (Fédération anarchiste) a invité Vivian Petit, auteur de Retours sur une saison à Gaza (Scribest), pour des échanges et une discussion sur l'actualité en Palestine. A 20 h 30, au local La Commune, 17, rue de Châteaudun. Infos.

Toulouse (31), 5 juin. La Bibliothèque anarcha-féministe (BAF) tient ses permanences aux horaires habituels : le dimanche, de 14 à 18 heures ; le mercredi, de 16 à 20 heures. Au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Site Internet.

Paris, 6 juin. Syllepse a 35 ans et les fête à l'Union syndicale Solidaire, 31, rue de La Grange-aux-Belles, Paris 10e, à partir de 18 h 30 : des livres, des verres, des discussions, des retrouvailles, des ami·e·s, des camarades, des livres et encore des verres… Qu'on se le dise ! Site Internet.

Paris, 6 juin. Réunion mensuelle Technopolice Paris-Banlieue, à propos des nouveaux dispositifs de télésurveilance accompagnant les JO mais pas que, à partir de 19 heures, au Bar commun, 135, rue des Poissonniers, Paris 18e. Infos.

Rennes (35), 6 juin. Rencontre à 19 heures avec Audrey Guiller, à l'occasion de la parution d'Emprisonnées (Libertalia), à la librairie La Nuit des temps, 10, quai Emile-Zola. Site Internet.

Concarneau (29), 7 juin. Roland Cros présentera L'Incorrigible. Itinéraire d'un bagnard ordinaire (L'Echappée), à partir de 19 heures, à la librairie Albertine, 19, av. du Docteur-Pierre-Nicolas. La rencontre sera suivi le lendemain matin d'une séance de dédicace. Facebook.

Lille (59), 7 juin. Cantine végane à prix libre les 1er et 3e vendredis de chaque mois, à 12 h 30 (repas sans alcool), au Centre culturel libertaire (CCL), 4, rue de Colmar (M° Porte-des-Postes). Besoin d'aide à partir de 10 heures. Site Internet.

Lorient (56), 7 juin. A partir de 20 heures, conférence du Collectif antifasciste du Morbihan (CAM)  sur « Extrêmes droites et école : leurs programmes, leurs stratégie. Mieux les comprendre pour mieux les combattre », avec Grégory Chambat, militant SUD éducation et membre du collectif Questions de classe(s). Facebook.

Malakoff (92), 7 juin. Projection-débat proposée par l'association Germinal avec le film Bùsqueda Piquetera (2005, 62 min), de Jeanne Gaggini et David Planque, sur les manifestations et émeutes de décembre 2001 en Argentine. Entrée et participation libres. Suivie d'un buffet en auberge espagnole. A 19 h 30, à la BAM, 14, impasse Carnot. Infos.

Montpellier (34), 7 juin. A l'occasion de la parution du livre de Nadejda Kroupskaïa, De l'éducation en temps de révolution (Agone), La Carmagnole invite Laurence De Cock, qui l'a préfacé, pour une discussion avec Samy Johsua sur cette pionnière de l'éducation soviétique. A 19 heures, 10, rue Haguenot. Site Internet.

Montreuil (93), 7 juin. A 19 h 30, présentation d'une nouvelle traduction des Mains de Midas, de Jack London, en présence de l'équipe d'édition de Tendance négative à la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux). Site Internet.

Paris, 7 juin. Samuel Dégardin et Olivier Deprez présenteront Histoires sans paroles. Les Romans en gravures de Frans Masereel (L'Echappée) et la BD Wrek (Fremok), à partir de 19 heures, à la librairie du Centre Pompidou, 19, rue Beaubourg, Paris 4e. Site Internet.

Paris, 7 juin. En partenariat avec le CSIA, Zoé Monti-Makouvia et Flora Boffy-Prache, éditrices des Prouesses, et Céline Planchou, préfacière du livre, viendront présenter L'Oiseau rouge. Mémoires d'une femme dakota de Zitkála-Šá, à partir de 20 heures, à la librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Infos.

Toulouse, 7 juin. A 20 heures, « Luttes et victoires des travailleuses dans les secteurs féminisés », réunion publique présentée par une intervenante de l'Union communiste libertaire (UCL). Ouverture des portes à 19 heures, accueil convivial avec rafraîchissements et table de presse. Au Chat noir, 33, rue Puget. Site Internet.

Lyon (69), 8 juin. Mathieu Bellahsen présente Abolir la contention (Libertalia), à partir de 15 heures, à La Friche Lamartine, 4, rue du Commandant-Ayasse, Lyon 7e.

Marseille (13), 8 juin. Mille Bâbords organise une braderie de livres (revues, BD, DVD…), de 11 à 18 heures, au local, 61, rue Consolat, Marseille 1er. Infos.

Paris, 8 juin. La librairie-café Violette and Co, 52, rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11e, reçoit, à l'occasion de la réédition de La Parole aux négresses (Divergences) d'Awa Thiam, Aby Gaye, éditrice de l'ouvrage, Mame-Fatou Niang, préfacière, et le collectif afroféministe MWASI. Site Internet.

Reims (51), 8 juin. Rencontre avec Selim Derkaoui, auteur de Rendre les coups. Boxe et lutte des classes (Le Passager clandestin), au centre culturel La Boussole, 6, avenue Léon-Blum. Site Internet.

Ivry-sur-Seine (94), 11 juin. La librairie Envie de lire reçoit, à 19 heures, Victor Collet pour son livre Du taudis au Airbnb (Agone). Au 16, rue Gabriel-Péri. Facebook.

Paris, 13 juin. Réunion du collectif Non au service national universel (SNU) Ile-de-France, à partir de 18 h 30, à l'EDMP, 8, impasse Crozatier, Paris 12e (M° Reuilly-Diderot ou Faidherbe). Site Internet.

Quimperlé (29), 13 juin. Rencontre avec Jacqueline Dérens, ancienne militante anti-apartheid, autour de la BD Dulcie (Futuropolis), de Benoît Collombat et Grégory Mardon ; une enquête sur l'assassinat de la militante Dulcie September. A 19 heures, à la librairie Divergences, 45, place Saint-Michel. Facebook.

Rennes (35), 13 juin. Causerie avec Jean-Paul Tual du comité Vie sauve et justice pour Mumia Abbu Jamal (site Internet) : actualité de la lutte en sa faveur et anticarcérale, à 20 30, au local La Commune, 17, rue de Châteaudun. Organisée par le groupe La Sociale (Fédération anarchiste). Infos.

Chennevières-sur-Marne (94), 14 juin. Dans le cadre de « L'Apéro de l'histoire », « Qu'est-ce que l'anarchie » avec Christophe Bitaud, vice-président de la Libre Pensée, à 19  heures, au théâtre Roger-Lafaille, 11, avenue du Maréchal-Leclerc. Entrée libre. Infos.

Laon (02), 14 juin. Projection-débat du documentaire Le Monde selon Amazon, en présence du réalisateur Thomas Lafarge, à 19 h 30, à l'Etoile noire, 5, rue Saint-Jean. La rencontre se conclura par un apéritif dînatoire sur le modèle de l'auberge espagnole. Infos.

Lyon (69) 14 juin. Rencontre avec Daria Marx, autrice de Dix questions sur la grossophobie (Libertalia), à 19 h 15, à la Librairie à soi·e, 16, rue Pizay, Lyon 1er. Site Internet.

Malakoff (92), 14 juin. « Les loups sont entrés en Ukraine », rencontre avec Jean-Marc Royer autour de ses quinze « carnets de guerre » rédigés depuis mars 2022 et l'attaque de l'armée russe en Ukraine. A 19 h 30, à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot. La soirée se terminera sur un buffet partagé. Infos.

Metz (57), 14 juin. Rencontre et dialogue avec Fabrice Riceputi, autour de son livre Le Pen et la torture. Algérie 1957, l'histoire contre l'oubli (Le Passager clandestin), à 19 h 30, à La Brasserie, Auberge de jeunesse, 1, avenue Leclerc-de-Hauteclocque. Entrée libre en fonction des places disponibles.

Paris, 14 juin. L'association 24-août-1944 vous invite à la projection-débat de Ceux qui voulurent assassiner Franco (2006, 95 min, VOST), un documentaire de Pedro Costa et José Ramón da Cruz, à partir de 19 heures, au 33, rue des Vignoles, Paris 20e (M° Avron ou Buzenval). Infos.

Paris, 14 juin. Présentation du n° 8 du journal d'agitation Mauvais Sang (site Internet) et discussion autour de plusieurs articles, à 19 h 30, à la bibliothèque des Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e. Infos.

Bordeaux (33), 15 juin. A 19 heures, « Lutte territoriale et écologique au Chili », conversation avec des anarchistes de Santiago sur l'extractivisme. Extraits du documentaire Inkayaiñ Gñen Ko (« Nous défendons l'eau »), repas végan chilien et exposition d'affiches… A l'Athénée libertaire, 7, rue du Muguet. Infos.

Gradignan (33), 15 juin. Rencontre avec Nelo Magalhães, auteur d'Accumuler du béton, tracer des routes (La Fabrique), à 17 heures, à la librairie Le Vrai Lieu, 100, cours du Général-de-Gaulle.

Paris, 15 juin. Radio Libertaire et la Fédération anarchiste s'associent à Enfants de Tchernobyl Belarus pour organiser la projection du film Tchernobyl, le monde d'après (2018, 85 min), de Marc Petitjean et Yves Lenoir, à 13 h 30 au cinéma L'Archipel, 17, boulevard de Strasbourg, Paris 10e. Elle sera suivie d'un débat avec le réalisateur. Entrée au tarif habituel du cinéma.

Paris, 15 juin. Rencontre-débat avec Philippe Pelletier, auteur de Figures de l'anarchisme. Femmes et hommes de liberté (Le Cavalier bleu), à 17 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). A l'initiative du groupe Gaston-Leval (Fédération anarchiste). Infos.

Lauzerte (82), 16 juin. Le groupe Libertad (FA) et l'association Présent·e·s ! vous convient à une projection-discussion autour du documentaire Les Croquantes (2022), de Tesslye Lopez et Isabelle Mandin, à l'office du tourisme à partir de 17 heures. Ce film relate le vécu et les difficultés rencontrées par dix agricultrices. Infos.

Paris, 16 juin. Rencontre-débat avec Guillaume Goutte, auteur de Alpinisme & anarchisme (Nada), à 17 h 30, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e. A l'initiative du groupe Gaston-Leval (Fédération anarchiste). Infos.

Toulouse (31), 16 juin. La Bibliothèque anarcha-féministe (BAF) tient ses permanences aux horaires habituels : le dimanche, de 14 à 18 heures ; le mercredi, de 16 à 20 heures. Au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Site Internet.

Paris, 18 juin. Réunion hebdomadaire de la Coordination contre la répression et les violences policières Paris-IDF, de 18 h 30 à 21 heures, à la Bourse du travail, 3, rue du Château-d'Eau, Paris 10e. Infos.

Paris, 18 juin. La librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11e, rend hommage à Markos Vamvakaris, musicien de rébétiko, dont l'ouvrage Moi, Markos (Les Fondeurs de briques) a été publié récemment. Discussion à partir 20 heures avec l'éditeur Jean-François Bourdic et concert de rébétiko avec Antonis Nasis et Kostas Papaloukas à 21 heures. Infos.

Carmaux (81), 19 juin. Rencontre avec Pierre Salmon, auteur d'Un antifascisme de combat (Editions du détour) sur la contrebande d'armes en faveur de l'Espagne révolutionnaire (1936-1939), à 18 heures, à la librairie-café L'Hibernie, 54, avenue Albert-Thomas. Facebook.

Lille (59), 19 juin. Présentation du livre Premières Secousses (La Fabrique) avec Les Soulèvements de la terre, à 19 heures, au café-librairie Le Biglemoi, 124, rue Pierre-Legrand. Site Internet.

Montreuil (93), 19 juin. Rencontre et discussion avec Jérôme Latta, journaliste co-fondateur des Cahiers du football, autour de son livre Ce que le football est devenu (Divergences), à 19 heures, à la librairie Folies d'encre, 9, avenue de la Résistance. Facebook.

Paris, 19 juin. Le Ciné de la Commune vous propose « Sous le signe libertaire », deuxième partie du documentaire Un autre futur de R. Prost et A. Marcellan, à 20 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Organisé par le groupe Commune de Paris (FA). Infos.

Rennes (35), 19 juin. Rencontre organisée par la librairie Planète Io avec Les Soulèvements de la terre autour de Premières Secousses (La Fabrique), à 18 heures, au Jeu de Paume, 12, rue Saint-Louis (en face de la librairie). Site Internet.

Paris, 20 juin. Rencontre-débat avec Pierre Carles et Malo Kerfriden, auteurs de la BD Dans les oubliettes de la République : Georges Ibrahim Abdallah (Editions Delcourt), et projection du court-métrage Silence médiatique sur l'affaire Abdallah (2024, 30 min), de Pierre Carles. A 19 heures, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). Infos.

Paris, 20 juin. « L'anarcha-féminisme en question » avec Léa Gauthier et Alice Béja, pour une rencontre autour d'Emma Goldman, Voltairine de Cleyre et Lucy Parsons, en s'appuyant sur les ouvrages récemment publiées aux éditions Payot. A 19 h 30, librairie-café Violette and Co, 52, rue Jean-Pierre-Timbaud, Paris 11e. Site Internet.

Toulon (83), 20 juin. Bertrand Cochard présentera Vide à la demande. Critique des séries (L'Echappée), à partir de 18 h 30, à la librairie Contrebandes, 37, rue Paul-Lendrin. Site Internet.

Toulouse (31), 20 juin. A 18 h 30, Pierre Salmon, auteur d'Un antifascisme de combat. Armer l'Espagne révolutionnaire (Editions du détour) dialoguera avec François Godicheau, à la librairie Floury Frères, 36, rue de la Colombette. Facebook.

Clermont-Ferrand (63), 21 juin. Discussion avec Les Soulèvements de la terre autour de Premières secousses (La Fabrique), à 17 heures, à la librairie Les Volcans, 80, boulevard François-Mitterand. Site Internet.

Lille (59), 21 juin. Cantine végane à prix libre les 1er et 3e vendredis de chaque mois, à 12 h 30 (repas sans alcool), au Centre culturel libertaire (CCL), 4, rue de Colmar (M° Porte-des-Postes). Besoin d'aide à partir de 10 heures. Site Internet.

Paris, 21 juin. Pour cette Fête de la musique, le Syndicat unifié du bâtiment (CNTF) vous propose de le rejoindre pour chanter ensemble le répertoire révolutionnaire. Bar et barbecue sont prévus en toute camaraderie. De 19 à 22 heures, au 33, rue des Vignoles, Paris 20e. Infos.

Perpignan (66), 21 juin. La librairie Torcatis, 10, rue Mailly, recevra à 18 heures Pierre Salmon, auteur d'Un antifascisme de combat (Editions du détour) qui traite de la contrebande d'armes en faveur de l'Espagne révolutionnaire (1936-1939). Site Internet.

Carcassonne (11), 22 juin. Venez rencontrer Pierre Salmon, l’auteur d’Un antifascisme de combat (Editions du détour), à 10 h 30, à la librairie Mots & Cie, 37, rue Georges-Clemenceau. Site Internet.

Laon (02), 22 juin. Rencontre avec Céline Cussac, défenseuse syndicale à l'UD FO d'Ille-et-Vilaine, « sur la chasse faite aux pauvres », à 19 h 30, à l'Etoile noire, 5, rue Saint-Jean. Site Internet.

Paris, 22 juin. Rencontre avec Olivier Le Cour Grandmaison, auteur de Racismes d’Etat, Etats racistes. Une brève histoire (Editions Amsterdam), à 16 h 30, à la librairie Publico, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf ou République). A l’initiative de l’émission « Chroniques rebelles » de Radio-Libertaire. Infos.

Saint-Denis (93), 22 juin. Hommage à Gérard Coste (notice Maitron - article Alternative libertaire), militant de Sud Solidaires et de l'Union communiste libertaire (UCL), décédé début mars, à partir de 17 h 30, à la Bourse du travail de Saint-Denis, 9-11, rue Génin. Ce moment de rencontre et de partage se veut également convivial avec un barbecue qui aura lieu dans le patio extérieur.

Toulouse (31), 22 juin. La CNT vous invite à la projection du court-métrage d'animation Boléro Paprika (2017, 21 min), de Marc Ménager et Nicolas Lernée, sur un épisode méconnu de l'histoire des républicains espagnols en France. Puis échange avec Marc Ménager. A 19 heures, au Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Entrée libre. Site Internet.

Marseille (13), 23 juin. Le groupe Oaï (Fédération anarchiste) organise, à partir de 17 heures, une conférence-débat sur « Un regard anarchique sur la contre-information et la propagande anarchiste » à Manifesten, 59, rue Thiers, Marseille 1er. Il y aura également une expo d'affiches anarchiste chilienne, une foire de la propagande et un repas végan (Mondes parallèles). Facebook.

Pantin (93), 23 juin. Rencontre animée par Paroles d’honneur avec Ilan Pappé autour du livre Le Nettoyage ethnique de la Palestine (La Fabrique), à 14 heures, au Relais Pantin, 61, rue Victor-Hugo. Facebook.

Paris, 25 juin. Réunion hebdomadaire de la Coordination contre la répression et les violences policières Paris-IDF, de 18 h 30 à 21 heures, à la Bourse du travail, 3, rue du Château-d'Eau, Paris 10e. Infos.

Paris, 26 juin. Nelo Magalhães sera présent, à 19 h 30, à la librairie Libralire, 116, rue Saint-Maur, Paris 11e, et parlera de son ouvrage Accumuler du béton, tracer des routes (La Fabrique). Site Internet.

Paris, 26 juin. Réunion publique « A propos de la déstabilisation politique, des fermes à troll au complotisme, en passant par le cointelpro… », à 19 h 30, à la bibliothèque des Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e. Infos.

Saint-Auban (06), 27 juin. Rencontre avec Fabien Ginisty autour de son ouvrage BlaBlaCar et son monde (Le Passager clandestin), à 18 h 30, à la Maison commune, 17, avenue Balard.

Toulouse (31), 27 juin. Fabrice Riceputi est invité par la librairie Terra Nova pour présenter son ouvrage Le Pen et la torture (Le Passager clandestin). A 19 heures, au 18, rue Gambetta. Site Internet.

Laon (02), 28 juin. Gérard Mordillat présente son dernier livre de poésies L'Obscur Tympan du monde (Le Temps qu'il fait) et son roman Les Exaltés (Calmann-Lévy), à 19 h 30, à L'Etoile noire, 5, rue Saint-Jean. Infos.

Montreuil (93), 28 juin. A 19 h 30, rencontre avec l’écrivain italien Wu Ming 2 à l’occasion de la parution d’Ovni 78 (Libertalia), discussion animée par Serge Quadruppani. A la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux). Site Internet.

Saint-Gilles (Belgique), 28 juin. Café libertaire, de 18 à 22 heures, organisé par le groupe de Bruxelles de l'Union communiste libertaire (UCL) à Chaussée de Forest 54 (local Sacco et Vanzetti, au rez-de-chaussée). Infos.

Besançon (25), 29 juin. Rencontre avec Les Soulèvements de la terre autour de Premières secousses (La Fabrique), à 18 heures, au café-librairie L’Interstice, 43, rue Mégevand. Site Internet.

Bordeaux (33), 29 juin. L'Athénée libertaire, 7, rue du Muguet, reçoit à partir de 19 heures Ricardo Parreira, cocréateur du site Indextreme qui répertorie et analyse les symboles et codes de l’extrême droite. Infos.

 

FOIRES AUX LIVRES, EXPOSITIONS,
COLLOQUES, RENCONTRES

Salon du Lieu-Dit. La seizième édition du Petit salon du livre politique (mais pas anar, lire édition 2023) se tiendra au Lieu-Dit, 6, rue Sorbier, Paris 20e, les samedi 1er et dimanche 2 juin, de 14 à 20 heures. Une quinzaine d'éditeurs seront présents, avec des débats et des rencontres. Entrée libre. Infos.

Colloque Michel Ragon. Le Cercle culturel de littérature ouvrière, paysanne et sociale (CLOPS) qui édite la revue Fragments organise les 8 et 9 juin un colloque consacré à « Michel Ragon, la littérature prolétarienne, l'anarchisme, l'architecture » qui se tiendra à l'Ageca, 177, rue de Charonne, Paris 11e (M° Charonne ou Alexandre-Dumas). Ces journées seront l'occasion de « rappeler l'étendue de son œuvre et de rendre hommage et à l'homme et à l'écrivain » (lire « Adieu compagnon »). Au programme, des contributions d'universitaires, de chercheurs et d'autodidactes qui interviendront dans les divers domaines où Michel Ragon (1924-2020) s'est exprimé ; une intervention théâtrale ; des lectures ; des projections et une exposition. Une salle accueillera une librairie et une buvette (repas prévus le midi). La qualité des intervenants promet que ces journées feront date. Dès maintenant, on peut consulter sur Internet le site consacré à cet humaniste autodidacte qui sut rester fidèle à ses engagements.

Fête du livre CNT. Le service librairie des Editions CNT-RP vous invite à une fête du livre les 8 et 9 juin, de 14 à 18 heures, à la Confédération nationale du travail (CNT), 33, rue des Vignoles, Paris 20e. Vous pourrez y découvrir de nombreuses publications, neuves et d'occasion. Dimanche, à 15 heures, conférence-débat sur la CNT et la culture. Entrée libre. Infos.

Librairie champêtre. Le Centre internationale de recherches sur l'anarchisme (CIRA) limousin organise les 15 et 16 juin, de 10 à 19 heures, une librairie champêtre libertaire au château de Ligoure, à Le Vigen (87). Stands d'éditions libertaires, débats (technocritique, abolir la prison, coordination des centres de documentation libertaire), spectacle (théâtre) et exposition (« Limoges-Barbacanes ») sont au programme. Hébergement au château ou camping, restauration, infos pratiques et cadre magnifique… (dépliant à télécharger). Bon de réservation.

Petite Fête du livre. Les éditions Noir et Rouge mettront en vente à prix d'occasion des milliers de livres neufs et d'occasion (BD, romans, essais, livres d'art, d'histoire et de politique), parfois rares, épuisés et introuvable, le samedi 15 juin, de 10 à 18 heures, et dimanche 16 juin, de 11 à 16 heures. A l'EDMP, 8, impasse Crozatier, Paris 12e (M° Faidherbe-Chaligny).

Publico en fête. La Librairie du Monde libertaire organise, les 29 et 30 juin, de 11 à 19 heures, une grande braderie de livres et de disques (de 1 à 5 euros) au 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf, République ou Filles-du-Calvaire). Sans oublier l'animation musicale ! Le samedi, de 18 à 21 heures, DJ Set « Queer et Loud » avec Le mouton qui mord (en ce jour de Pride, journée d'affirmation et de luttes LGBT…). Dimanche, à 15 heures, Mathieu Eludut chante Brassens et, à 16 heures, La Chanson du pavé avec Arnaud le Facteur et Mana la Manouche. Infos.

Reclusiennes 2024. Cette année, elles se dérouleront du 9 au 13 juillet, toujours à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), lieu de naissance d'Elisée Reclus (biographie). Elles auront pour thème, on ne peut plus reclusien, « Co-habiter » : « A mesure que les hommes modifient leur propre idéal de vie, ils doivent nécessairement faire évoluer, en accord avec celui-ci, cette “corporéité” élargie que constitue leur habitat. La ville reflète l'esprit de la société qui l'a créée » (L'Evolution des villes, 1895). Vaste thème, « au carrefour de nombreuses approches, sociologie et psychologie, urbanisme et architecture, politiques de la ville et des migrations… », traité en faisant comme d'habitude « co-habiter contributions savantes et expériences du quotidien pour favoriser un échange toujours souhaité entre les différents participants, public et conférenciers. » Au programme : des tables rondes et des débats, des expositions, des apéros littéraires, des projections de films, une soirée musicale… Infos pratiques.

Rencontres de l'OCL. Depuis plusieurs années, l'Organisation communiste libertaire (OCL) propose des rencontres estivales qui, cette année, se déroulent du 23 au 28 juillet inclus dans les coteaux du Quercy, entre Montauban et Cahors. Camping sur le terrain arboré (avec commodités) d'un gite de la commune de Vazerac (82). L'organisation pratique, les repas et le ménage sont assurés par des équipes tournantes qui changent chaque jour. Tarifs (en fonction des revenus) et selon un prix plancher de 7 euros par jour et par adulte (5 euros pour un enfant). Ouverts à toutes les personnes intéressées, les débats auront lieu l'après-midi et le soir. Sujets abordés : Kanaky, les émeutes suite au meurtre de Nahel, contre l'aménagement capitaliste du territoire, agriculture, présentation du livre Les Leurres postmodernes de Vanina, montée du fascisme en Europe, traitement social et politique des immigré.es en France et en Europe, Palestine, « toutes et tous des terroristes ? »… Deux soirées (vendredi et dimanche) sont consacrées à la commission journal de Courant alternatif. Programme complet et infos pratiques.

La police en dessins. Le Musée de l'histoire vivante de Montreuil organise, jusqu'au 28 juillet, « La police dans l'œil de Jossot et de Faujour », une exposition confrontant les carricatures de deux dessinateurs à cent ans de distance. Gustave Jossot (1866-1951) exerçait son talent dans L'Assiette au beurre (Gallica) au début du XXe siècle (on saura tout de lui en parcourant Goutte à goutte, un site qui lui est consacré). Quant à Faujour, né en 1959, il a publié plusieurs albums, collabore et a participé à de nombreux magazines dont le bulletin d'observation critique Que fait la police ?, animé par Maurice Rasjfus (1928-2020) de 1994 à 2014. C'est lui qui, le premier, a vu ce qui réunissait les deux artistes : des traits colorés et un humour acide. Pour la police, à part l'uniforme et l'armement qui ont évolué, les mentalités et les pratiques n'ont guère changé. Un catalogue de l'exposition devrait être publié par les éditions Libertaria. Adresse du musée : parc Montreau, 31, boulevard Théophile-Sueur, Montreuil (93). Ouverture : les mercredis, jeudis, vendredis, de 14 à 17 heures ; samedis et dimanches, de 14 à 18 heures. Site Internet.

 

ACTUALITÉ

Du fleuve à la mer ou vice versa. Si nous avons peu abordé le conflit Israël-Palestine (lire en novembre un recueil de textes et, en décembre, la présentation de Yallah Gaza), ce n'est pas par manque d'intérêt pour le sujet mais par crainte d'être emporté par le nationalisme et la haine des uns et des autres sans réellement pouvoir développer une position autre, nuancée, en dehors, respectueuse de la pensée libertaire. Aujourd'hui, on comptabilise 1 500 morts du côté israélien (plus de 7 000 blessés) et près de 35 000 Palestiniens tués (et quelque 83 000 blessés [chiffres Statista]). Les morts et les blessés étant essentiellement des civils ! Sans compter les ruines et les dégâts à venir (sanitaires ou environnementaux). Et pourquoi ? Pour quel gain, de part et d'autre ? Pour satisfaire la folie meurtrière des religieux ou le calcul des politiciens ? La paix (dans l'égalité et la justice) entre les deux peuples n'aura jamais été aussi éloignée. Deux peuples et une seule terre, il faudra bien un jour résoudre ce simple calcul arithmétique. Un certain dégoût nous assaille également à constater en France qu'une certaine gauche, la droite et l'extrême droite adoptent une position de soutien inconditionnel au gouvernement israélien et à ses crimes, tandis qu'une bonne partie de l'extrême gauche se vautre dans l'antisémitisme le plus glauque et la défense du Hamas, l'un des pires ennemis de la cause palestinienne. C'est ce « campisme » que dénonce un article de Mauvais Sang, « un journal bâtard pour la révolution ». Nous vous incitons vivement à le lire.
Le 24 mai dernier, une « Lettre ouverte aux organisations qui convergent au sein d'Urgence Palestine », affirmant que « le soutien au peuple palestinien ne doit tolérer ni l'antisémitisme ni les idées réactionnaires », a été dépubliée par Médiapart. Mais, contrairement à ce que le site d'information indique, ce n'est pas parce que la lettre « ne respecte pas [la] charte de participation » mais suite à des pressions et à des menaces de procès (lire article de Ni Patrie ni frontières). Curieusement la réponse des mis en cause, « Lettre ouverte aux sionistes (de gauche) qui convergent à Mediapart », n'a pas été dépubliée. Etrange, non ? Nous nous élevons contre cette censure et, ayant lu et partageant en grande partie les arguments de la première lettre ouverte, nous vous encourageons à en prendre connaissance. Nous préciserons que, pour notre part, nous sommes totalement opposé au sionisme, version light ou extrême, comme à n'importe quel nationalisme.

 

ARCHIVES

Le 23 février 1939 paraissait dans Le Libertaire un article de Maurice Doutreau sur le camp de concentration, c'est le terme officiel, de Saint-Cyprien dans les Pyrénées-Orientales qui « accueillait » les républicains espagnols, fuyant avec femmes et enfants, l'avancée des troupes franquistes. Près de 500 000 personnes passeront la frontière à partir de fin janvier. Les premiers camps (Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer, Le Bacarès) sont situés en bord de mer, sur la plage, où il n'y a rien pour les accueillir, à part les barbelés, les gardes mobiles et les troupes coloniales. Séparés de leur famille, les hommes sont parqués dans le froid, sans soins et sans hygiène. Le journaliste dénonce ces conditions de vie inhumaine, l'hypocrisie des politiques et le rôle de ses confrères de la presse bourgeoise chargés de faire accepter l'inacceptable.

 

DANS LES CAMPS DE MISÈRE ET DE MORT

Hospitalité française - Leur générosité

J'ai visité le camp de St-Cyprien-sur-Mer où sont gardés près de 75 000 miliciens. Le spectacle est inimaginable. Dès les abords du camp, on se trouve plongé dans une atmosphère de désolation. Des camions gisent, retournés, dans les fossés boueux. Des voitures de tous modèles sont abandonnées au long des routes, leur capot enfoncé, leur carrosserie brisée. Dans les champs, des bandes de chevaux efflanqués, des mules pelées s'égaillent à la recherche d'une herbe raréfiée. Ce n'est pas manque cependant que les corps prétendument destinés à assurer l'ordre dans les territoires dits « civilisés », gendarmerie, garde mobile, armée, etc., soient sur les lieux en nombre imposant. Ce n'est pas non plus comme l'a voulu faire croire la presse réactionnaire mauvaise volonté et esprit de pillage de la part des Espagnols. (Suite.)

 

Entrevue avec le prince Pierre Kropotkine. Des attentats à la bombe ayant été perpétrés à Lyon en octobre 1882, la police en profite pour effectuer un vaste coup de filet dans le milieu anarchiste de la ville. Le 20 décembre, Pierre Kropotkine (1) est arrêté et, avec soixante-cinq personnes, jugé en janvier 1883 (2) pour, entre autres, être affilié à l'Association internationale des travailleurs (AIT), alors interdite. Il est condamné à 5 ans de prison mais sera amnistié pour raison de santé en janvier 1886. Kropotkine s'installe alors avec sa femme, Sofia Ananiev (3), à Londres. En mars 1892, les attentats de Ravachol (4) contre des magistrats marquent les esprits et inaugurent une spirale de répression et d'actions violentes. Le journaliste Robert Charvay (5), rédacteur à L'Echo de Paris, un journal conservateur, souhaite lui demander ce qu'il pense des événements car ses positions vis-à-vis de la propagande par le fait ont évolué (lire encart). Après avoir relaté ses difficultés pour trouver l'adresse du « prince » Kropotkine, il débarque à Harrow on the Hill, un village au nord-ouest de la capitale, devant une petite maison aux briques rouges. (Suite.)

Mes souvenirs sur Kropotkine. Dans les numéros du Libertaire des 17 et 24 février 1922, un article d'Alexandre Berkman (1870-1936) évoque les dernières années de Pierre Kropotkine qui avait rejoint la Russie après la révolution de février 1917 avec sa femme Sophie et sa fille Alexandra. Berkman, expulsé avec d'autres anarchistes dont Emma Goldman des Etats-Unis, a rejoint très enthousiasmé la « patrie des travailleurs » en janvier 1920. Il déchantera vite et découvrira l'envers du décor bolchevique. Aidé en cela par ses observations et ses visites au vieux militant qui s'éteindra le 8 février 1921. L'enterrement de Kropotkine sera d'ailleurs la dernière manifestation de masse des anarchistes. Alexandre Berkman, quant à lui, pourra quitter le pays en décembre et témoignera de l'existence d'un régime basé sur l'arbitraire, la création d'une caste privilégiée et l'absence de liberté. Partage noir a retranscrit cet article : 1re partie - 2e partie.

 

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas