Juin 2009

PUBLICATIONS

Il en est des télescopages dans l'édition comme sur la route : les dégâts risquent d'être importants et des vies sont parfois en jeu. On ne peut que se réjouir de la réédition par les éditions Mille et une nuits de L'Anarchie d'Elisée Reclus (coll. La petite collection, 54 p., 2,50 euros), gage d'une diffusion importante et à petit prix. Mais lorsque les jeunes Editions d'ores et déjà (55, rue de Lancry, 75010 Paris ; tél. : 01 71 19 51 45) publient le même ouvrage (57 p., 6 euros) avec sans doute beaucoup moins de moyens et des projets alléchants, on peut craindre le pire. Reste le texte, fruit d'une conférence, où l'auteur développe sa vision de l'anarchie empreinte d'humanisme, de justice, d'égalité, de tolérance et de liberté. D'autres rencontres sont plus heureuses comme la réédition enrichie de deux ouvrages sur les répercussions de la Commune de Paris en province et les tentatives d'insurrection qui en ont découlé. Avec Bordeaux et la Commune 1870-1871 (éd. Fanlac, 392 p., 24 euros), Jacques Girault fait connaître le comportement de la population bordelaise et tente d'expliquer l'absence d'événements révolutionnaires. Il en est tout autrement pour La Commune révolutionnaire de Narbonne (Editions singulières, 316 p., 20 euros) de Marc César. Si l'échec de soulever le Midi fut patent, cela marqua profondément et durablement les esprits après l'écho exceptionnel du procès des communards à Rodez en novembre 1871 où s'illustra entre autres le socialiste libertaire Emile Digeon. Les Editions du Monde libertaire se signalent une fois de plus avec la publication d'une brochure visant à populariser et à rendre accessible la pensée de Pierre-Joseph Proudhon (coll. Graine d'ananar, 66 p., 5 euros) et surtout avec cet étrange objet multimédia : La Bibliothèque anarchiste (coéd. avec Radio-Libertaire, 104 p. + un CD mp3, 7 euros). Michael Paraire, Philippe Paraire et Michel Baudoin nous proposent de partir à la (re)découverte de quelques noms de l'anarchie (Pouget, Kropotkine, Reclus, Bakounine, Malatesta…), nous présentant un aspect de leur réflexion en quelques pages, texte enrichi par l'écoute d'une série d'émissions qui leur ont été consacrées et par des portraits dessinés avec brio par Laurence Biberfeld. Une réalisation originale pour le milieu libertaire qui, espérons-le, en sucitera d'autres du même genre. Le troisième ouvrage, Anarchisme, féminisme, contre le système prostitutionnel (coord. par Hélène Fernandez et Elisabeth Claude, coll. Pages libres, 124 p., 9 euros) essaye de faire le point sur un sujet à controverse en présentant les « réalités de la prostitution », les « clients » (leçons d'une enquête), les différentes politiques législatives, les diverses thématiques (rapports économiques, rapports sociaux de sexe, désir[s], liberté[s], pouvoir[s]), l'abolitionnisme féministe et l'engagement des libertaires. Tout cela de façon claire, documentée et argumentée, illustré par des peintures qui interpellent le lecteur. Pour modifier les rapports entre sexes, l'éducation a un rôle important à jouer même si ce n'est pas suffisant, comme nous le rappelle cette évocation de L'Ecole Ferrer de Lausanne (introd. de Marianne Enckell, Entremonde, coll. La Rupture, 65 p., 8 euros) qui réunit deux textes, l'un de Jean Wintsch, écrit après la fermeture en 1919, sorte de bilan des dix années écoulées ; l'autre, de Charles Heimberg, met en perspective les caractéristiques de l'école avec l'époque actuelle. Pour sa part, L'Echappée nous entraîne à la découverte d'un sacré bonhomme de 87 ans, fils d'une poissonnière et d'un docker, résistant, instituteur, communiste et réalisateur d'un long-métrage mythique, Le Rendez-vous des quais, qui relate la grève des dockers marseillais contre la guerre d'Indochine. Tourné clandestinement avec des acteurs non professionnels dans des décors naturels, caméra à l'épaule, le film fut censuré pendant trente-cinq ans. Il s'agit de Paul Carpita, cinéaste franc-tireur (préf. de Ken Loach, 157 p., avec un cahier photos, 15 euros) constitué d'entretiens du réalisateur avec Pascal Tessaud. Initialement film en six parties, Un siècle de progrès sans merci. Histoire, physique et XXe siècle (coll. Négatif dirigée par Pièces et main d'œuvre, 188 p., 12 euros), de Jean Druon, fait le pari d'expliquer l'histoire de ce siècle à la lumière du développement de la physique quantique, de même que la machine à vapeur avait façonné l'histoire du XIXe siècle et permis le développement du capitalisme industriel. Tout aussi éclectique, Libertaria nous propose ce mois-ci un Manuel du guérillero urbain (préf. de Mathieu Rigouste, trad. de Conrad Detrez, coll. A boulets rouges, 160 p., 7 euros) rédigé il y a quarante ans par le militant communiste brésilien Carlos Marighela. Convaincu que seule l'action armée pourrait mettre fin à la dictature militaire au pouvoir depuis le coup d'Etat de 1964, il livra dans cet opuscule nombre de conseils pratiques à l'attention des ouvriers et étudiants révolutionnaires de son pays. Abattu en novembre 1969, il a payé de sa vie son engagement dans la guérilla urbaine. Avec Chéri-Bibi, les cages flottantes (préf. de Daniel Paris-Clavel, illust. de Tôma Sickart, 352 p., 13 euros), de Gaston Leroux, les mêmes éditions tirent de l'oubli un fleuron de la littérature populaire. Mais était-il vraiment utile de réveiller le « forçat en rupture de ban, tendre et violent, implacable et doux, victime d'un coup du sort et de la “fatalitas” » ? Moins grand-guignolesque, nous lui préférons Fontan Crusoé. Aventures d'un déclassé racontées par lui-même (Anacharsis, 48 p., 4 euros) de Jules Vallès, dénonciation cinglante de la criminalisation de la misère. Un thème bien actuel ! Deux autres titres devraient paraître au cours du mois de juin : La Liberté des peuples. Bakounine et les révolutions de 1848 (Atelier de création libertaire, 224 p., 16 euros), de Jean-Christophe Angaut, et Le Combat libertaire d'Armand Robin (introd. d'Anne-Marie Lilti, 200 p. environ) qui présentera l'ensemble des textes libertaires du poète-traducteur. Mais nous aurons l'occasion d'y revenir plus en détail.

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Paris, 2 juin. La librairie Quilombo organise à 16 heures une rencontre-débat avec Howard Zinn, auteur entre autre d'Une histoire populaire des Etats-Unis et de L'Impossible Neutralité parus aux éditions Agone. Au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e. Courriel - Site Internet.

Saint-Denis, juin. Les cours de la Dionyversité – l'université populaire de Saint-Denis – ont lieu de 19 heures à 21 heures à la Bourse du travail, 9, rue Génin (métro ligne 13, station Porte-de-Paris). Les mardis, « La publicité, de la sommation à la consommation », par Laurent BIHL. Le 2 juin, « Archéologie du pouvoir publicitaire » ; le 9 juin, « Consommateur, défends-toi : de la propagande aux premières ligues de défense des consommateurs » ; le 16 juin, « Lutter contre la publicité », avec les Casseurs de pub. Second thème du mois : « Utopies en pratique ». Le 4 juin, « Christiania, la “commune libre” de Copenhague », avec Jean-Manuel Traimond ; le 11 juin, « Les communautés libertaires aux Etats-Unis », avec Ronald Creagh ; le samedi 20 juin, excursion à Guise pour visiter le familistère Godin (réservation obligatoire) ; lundi 22 juin, « J.B.A Godin (1817-1888) et son familistère », avec Michel Lallement. Informations complémentaires sur le site Internet.

Toulouse, 2 juin. A 20 heures, projection de la vidéo No Border et débat sur le prochain camp No Border à Calais en juin, à l'Athénée Albert-Camus, 36, rue de Cugnaux. Courriel - Site Internet.

Paris, 4 juin. Les éditions Senonevero organisent une rencontre-débat avec des camarades grecs d'Athènes et de Thessalonique à l'occasion de la sortie de leur livre Les Emeutes en Grèce, à 19 h 30, au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e (M° Boulets).

Lyon, 5 juin. Projection de documentaires sur des propositions pédagogiques alternatives (F. Oury, A. Makarenko, P. Robin) organisée par la Coordination des groupes anarchistes (CGA), suivie d'une discussion sur la construction collective du vivre ensemble. A 20 heures, à la librairie La Plume noire, 19, rue Pierre-Blanc, Lyon 1er.

Le Mans, 6 juin. Café libertaire, à 16 heures, organisé par le groupe Lairial : « Droits de l'homme et anarchisme ». A l'Epicerie du Pré, 31, rue du Pré.

Marseille, 6 juin. Causerie animée par Cédric Biagini à propos de l'ouvrage d'Alice Gaillard Les Diggers. Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968) (L'Echappée). A 17 heures, au local du Centre international de recherche sur l'anarchisme (CIRA), 3, rue Saint-Dominique, Marseille 1er (angle place des Capucines). Courriel - Site Internet.

Montreuil, juin. Les cours de Montr'UP – l'université populaire de Montreuil – ont lieu les samedis à la Parole errante, 9, rue François-Debergue (M° Croix-de-Chavaux). Cycle « La prison », avec Jacques Lesage de la Haye. Le 6 juin, à 17 heures, « Histoire et description de la prison depuis 1789 » ; à 20 heures, « Les luttes anticarcérales ». Le 27 juin, à 17 heures, « La frustration affective et sexuelle du détenu » ; à 20 heures, « Vers l'abolition de la prison ». Cycle « L'éducation populaire », avec Hugues Lenoir. A 19 heures, le 13 juin, « L'éducation libertaire » ; le 20 juin, « L'éducation libertaire en actes ». L'expo du mois : peintures et livres de Juan Chica Ventura.

Genève, tous les mercredis. Projection de vidéos au squat de l'Avenir, 17, rue de l'Avenir, quartier des Eaux-Vives, à partir de 20 heures (début des séances à 20 h 30). Entrée libre. Bar à justapris, justabeer et autres fruits. En juin, thème abordé : « Autonomies et expériences collectives ». Plus d'infos, liste des films, sujets abordés… Courriel.

Paris, 10 juin. La librairie Quilombo organise à 19 h 45 une rencontre-débat avec Gérard Noiriel à propos de son ouvrage Histoire, théâtre et politique (Agone), en présence de membres du Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH). Au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e. Courriel - Site Internet.

Paris, 13 juin. Rencontre avec Marie-Claire Calmus à la librairie du Monde libertaire pour Les Chroniques de la Flèche d'or (vol. 1 et 2), textes philosophico-sociaux dits sur la scène de la Flèche d'or (alors lieu de culture populaire) de 1999 à 2002 et poursuivis actuellement dans divers lieux où se produit l'auteur. A 16 heures, au 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf, République ou Filles-du-Calvaire). Courriel - Site Internet.

Merlieux (Aisne), 18 juin. De 18 heures à 21 heures, la Bibliothèque sociale, animée par le groupe Kropotkine de la Fédération anarchiste, reçoit Bénédicte des Mazery, auteure de La Vie tranchée (éd. Anne Carrière) et Patrice des Mazery, L'Opus Dei, enquête sur une église au cœur de l'Église (Flammarion). Table de presse. Entrée libre. Athénée libertaire, 8, rue de Fouquerolles.

Orléans, 19 juin. Le groupe Gaston-Couté (FA) propose un débat sur le thème des communes autogérées. A 20 heures, à l'Atelier, 203, rue de Bourgogne. Site Internet.

Paris, 20 juin. Vernissage vers 18 heures de l'exposition des dessinateurs de l'hebdomadaire de la Fédération anarchiste : « Le Monde libertaire exp(l)ose ses dessineux ! ». Dessins de Tôma Sickart, Manolo, Jhano, Riri, Nemo, Chester… Ça se passe au bar Le Delyss, 5, rue des Deux-Gares, Paris 10e. Et ça dure jusqu'au 5 juillet ! Affiche de l'expo.

Saint-Denis, 28 juin. Conférence dans le cadre de la Dionyversité, université populaire de Saint-Denis, sur « Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923), l'artiste au ras du pavé. Du Chat noir au Drapeau rouge, de la peinture des rues aux vignettes félines », par Laurent Bihl, professeur d'histoire au lycée Paul-Eluard de Saint-Denis. A 17 h 15, au Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis, 22 bis, rue Gabriel-Péri. Tél. : 01 42 43 05 10. Métro : ligne 13, Porte-de-Paris, ou RER D. Entrée libre.

Metz, 30 juin. A 20 heures, débat avec la Fédération anarchiste : « Contrôle social et répression en société dite démocratique », précédé du documentaire Granados et Delgado, un crime légal. Caveau du café Jehanne d'Arc, place Jeanne-d'Arc. Entrée libre.

Paris, 30 juin. Le Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (CSPCL) vous invite à une réunion-débat sur les luttes sociales et leur répression au Mexique, en présence d'acteurs de ces luttes à Atenco et à Oaxaca : Trinidad del Valle, Catalina Gonzalez et Rubén Valencia. A 20 h 30, au 33, rue des Vignoles, Paris 20e (M° Avron ou Buzenval). Site Internet.

 

FESTIVAL, COLLOQUES,
CAMPING-DÉBATS…

Bobines rebelles. Le 2e festival du documentaire politique et social en Creuse aura lieu les 12 et 13 juin à Royères-de-Vassivière et au Villard. A partir de 21 h 30, vendredi, au bar L'Atelier et toute la journée de samedi (trois salles), de 10 heures à minuit, de nombreux films seront projetés. De 18 h 30 à 20 heures : débat sur la thématique du travail dans le film documentaires, en présence de réalisateurs. Entrée à prix libre. A boire et à manger, hébergements possibles. En marge du festival, toute la journée de samedi, plusieurs librairies tiendront table de presse. Programme complet et renseignements pratiques.

Anniversaire. Les Editions de l'Atelier souffleront leurs 80 bougies samedi 20 juin, de 9 heures à 18 heures, au 104, Centre de création artistique de la ville de Paris, 5, rue Curial, 75019 Paris. A 11 heures, débat sur le thème : « Histoire sociale, mémoire ouvrière, quelle transmission ? », avec Claude Pennetier (directeur du « Maitron »), Jacqueline Costa-Lascoux (sociologue) et Paul Boulland (coresponsable du « Maitron »). Programme complet. Pour assister à la journée, il est nécessaire de s'inscrire auprès de Delphine Richard.

Hommage à Jean-Jacques de Félice. A l'occasion de l'achèvement du classement de ses archives, confiées à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), celle-ci et le Centre d'histoire sociale du XXe siècle organisent une journée d'études : « Les archives de Me Jean-Jacques de Félice : témoignages d'un engagement au service des droits de l'homme » à Nanterre, de 9 heures à 18 heures, le 27 juin. Lieu du colloque : salle de conférences, bât. B, campus de Nanterre, université Paris-Ouest - La Défense. Seront évoqués à cette occasion ses différents axes d'intervention (la question Kanak, les autonomistes bretons, l'affaire Croissant, la violence révolutionnaire en Italie, la défense des objecteurs de conscience…) et divers thèmes (stratégie de défense, non-violence, Ligue des droits de l'homme…). Nombreuses interventions et projection d'un montage d'interviews de Jean-Jacques de Félice. Informations complémentaires.

Eychenat (Ariège), du 25 juillet au 5 août. Comme ces dernières années, l'Organisation communiste libertaire (OCL) et Offensive libertaire et sociale (OLS) organisent des rencontres ouvertes à toutes et à tous. Les débats se tiennent « à la fraîche » après le repas du soir. Thèmes abordés : la crise, luttes internationales, luttes sociales en France, l'insurrection qui revient ?, la planète politicienne, répression, anarchisme culturel, etc. Cela se passe dans une ferme en activité, avec camping et parking. La vie quotidienne est collective et autogérée, et les tarifs journaliers s'échelonnent de 5 à 20 euros selon les revenus. Pour plus de renseignements (thème des débats, lieu, accès…). OCL, c/o Egregore, BP 1213, 51058 Reims Cedex, courriel, tél. : 03 26 82 36 16 ; OLS, c/o Mille Bâbords, 61, rue Consolat, 13001 Marseille, courriel, tél. : 06 70 61 94 34.

 

DIVERS

Anarsonore. Le site que nous avions déjà évoqué en mai 2008 s'enrichit régulièrement de nouveaux enregistrements. Parmi les plus récents, citons : « Le fichage de la population » (Maurice Rajsfus), « Histoire de la prison » (Jacques Lesage de La Haye), « Bourse du travail : anniversaire d'une lutte » (sur les sans-papiers de la Coordination 75), « Au temps des catastrophes » (Isabelle Stengers), « Critique de la séparation (1961) » (Guy Debord), « Notes sur l'anarchisme insurrectionaliste », « De la nécessité de déserter les contre-sommets illustrée par le siège de Strasbourg », etc. On peut aussi participer en faisant des « dons de voix ». Site Internet.

Georges Palante. La revue Le Grognard a récemment consacré un hors-série au philosophe individualiste : « Georges Palante et la génération honnie » (96 pages, 13 euros). Avec, entre autres : « Un précurseur oublié de la sociologie de l'individu » (Stéphane Beau), « Frédéric Paulhan, la morale de l'ironie » (B. Baillaud, J. Paulhan), « Louis Estève, l'art de rester soi-même » (Colette Dalle), actualités de Georges Palante… La revue se définit ainsi : « Loin des modes et des avant-gardes, des esprits de chapelle et du parisianisme, tous les trimestres, Le Grognard vous propose une sélection de textes originaux et de trésors oubliés. Résolument inactuel, [il] affiche ouvertement sa nostalgie pour les revues mythiques du XIXe siècle (…) mais aussi pour certaines revues anarchistes fortement teintées d'idéologie individualiste telles que L'En dehors, L'Unique, L'Ordre naturel, La Mêlée… » Le dernier numéro (n° 9, mars, 7 euros, frais de port inclus) est disponible, avec notamment la participation de Marc Villemain et la seconde partie d'un très riche entretien avec Olivier Salazar-Ferrer sur Benjamin Fondane. La revue a un site Internet et un blog. Courriel.

Maitron.org. Le site a fait peau neuve, avec un graphisme plus moderne et une navigation facilitée. On y trouve toujours les actualités de l'histoire sociale (publications, films, expositions…), la présentation du « Maitron » – l'indispensable Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier –, les colloques et journées d'études à venir ou récemment passés, les « outils » (marche à suivre, abréviations, questionnaire type)… Et de nouvelles rubriques comme l'« annuaire des auteurs » (thèmes et parcours de recherche) ; l'« appel à contributions » pour colloques, journées d'études ou revues ; les « lieux de recherche » (en voie de réactualisation). Celle-ci offrira prochainement un guide des centres d'archives par département, intégrant les lieux de conservation des archives sonores et audiovisuelles. Pour proposer des centres s'approchant des thématiques du Maitron, on peut contacter les responsables du site par courriel. Un petit regret, la liste des thèses soutenues dans les principales universités parisiennes semble avoir disparu.

Colloque Régis Messac. Le Centre Mauriac - Telem (université de Bordeaux-III) et la Société des amis de Régis Messac prévoient d'organiser un colloque les 5 et 6 février 2010 et lancent un appel à contributions (contact par courriel, date limite : 15 septembre). Cette rencontre sera intitulé : « Régis Messac, l'écrivain-journaliste à re-connaître ? » Elle aura pour but de sortir de l'oubli Régis Messac (1893-1945) : écrivain de science-fiction, critique littéraire, antimilitariste, libertaire, résistant mort en déportation… Informations complémentaires. Courriel.

 

PÉRIODIQUES

« Réfractions ». La revue annonce « Le réveil des illégalismes » avec ce n° 22 (printemps 2009, 152 p., 12 euros). Une première partie s'attache à décrire les mécanismes financiers déclencheurs de la crise du capitalisme. Dans la seconde (« L'heure des illégalismes »), face à la réponse « sécuritaire » de l'Etat, au blocage politique et syndical, l'action directe reprend sa place dans les luttes… Différents points sont abordés : souvenir des illégalistes de la (si peu) Belle Epoque, grève générale, révolte grecque (Jean-Pierre Duteuil), illégalisme des sans-papiers et des réfugiés, syndicalisme d'action directe et illégalité (Irène Pereira), désobéir à la loi (André Bernard). Et, pour conclure, Eduardo Colombo se penche sur « une action illégale parmi d'autres : la révolution ». En « transversales », Hugues Lenoir se livre à une lecture libertaire et critique des textes de Jean Jaurès sur l'éducation. Site Internet.

« Classes en lutte ». Le bulletin de la fédération CNT des travailleurs/euses de l'éducation (n° 103, juin) peut être téléchargé (format pdf, 909 Ko). Au sommaire : « Les jardins d'éveil : vers la casse des maternelles », « Réforme des lycées : comment faire revenir par la fenêtre ce qui n'a pas pu rentrer par la porte ! », « Fichier “Base élèves” : porter plainte pour sauvegarder nos libertés ? », « Pourquoi nous désobéissons aux réformes dans l'Education nationale ».

« Barricata ». Le n° 19 du « fanzine de contre-culture antifasciste et libertaire » (« Jours de colère », été 2009, 82 p., 2,5 euros) est paru avec de nombreuses interviews aussi intéressantes que diverses. Et tout d'abord la rapeuse Casey qui s'exprime longuement sur la musique, ses textes, les Antilles et la justice sociale. Mais aussi Eric Hazan, le fondateur des éditions La Fabrique ; des militants de l'USTKE à propos des luttes de classes et indépendantistes en Kanaky ; des graffeurs antifascistes allemands ; le dessinateur Thierry Guitard et la scénariste Miriana Mislov ; le groupe punk basque Soziedad Alkoholika… Sans oublier une analyse des guerres de gangs par Thomas Sauvadet, le décryptage de la chanson Cayenne (Parabellum) par Jean-Marc Delpech et quelques pages livres, périodiques et CD bien fournies. Un numéro très complet et une maquette toujours aussi réussie. Site Internet.

« La Brique ». Pour son quinzième numéro (juin, 2 euros), le « journal d'info et d'enquête de Lille et d'ailleurs » a mitonné un petit dossier sur les transports urbains (« Transpolis, un ticket pour l'avenir »). On y trouve également les rubriques habituelles (bulletin de grève, chronique de lutte, média libre avec Indymedia) et quelques papiers d'actualités (la propagande XXL de Lille 3000, certains dessous de la Gay Pride, un forum de la police à Roubaix). Site Internet.

« Divergences ». En « une » de la « revue internationale libertaire » belge (juin-juillet, en ligne) : une analyse très détaillée du conflit à Radio France International (RFI) ; des informations sur la répression sanglante envers les communautés indiennes en Amazonie péruvienne (et la solidarité des organisations libertaires) ; « Vers un renouveau de l'antisémitisme au Québec », à propos d'une conférence à l'UQAM. A signaler également, un imposant et très instructif article sur « cinéma et société » au Sri Lanka (avec, entre autres, un entretien avec le réalisateur Prasama Vithanage) et la suite du « Guide méchant (et parfois moche) de Paris » par Jean-Manuel Traimond, acompagné de très belles photographies de Christiane Passevant. Et toujours des articles dans d'autres langues que le français : en allemand, anglais, espagnol. Site Internet.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas