Janvier 2010

PUBLICATIONS

Pour bien commencer l'année, deux nouveautés aux Editions CNT-RP : Le Syndicalisme révolutionnaire, la Charte d'Amiens et l'autonomie ouvrière (272 p., 18 euros) et L'Horizon argentin. Petite histoire des voies empruntées par le pouvoir populaire. 1860-2001 (582 p., 22 euros). Le premier ouvrage, préparé par Miguel Chueca, retranscrit les principales contributions effectuées lors du colloque des 4 et 5 mars 2006 à la Bourse du travail de Saint-Denis (lire présentation et programme), agrémentées de textes écrits par les divers protagonistes avant et après le congrès de la CGT de 1906 (« La controverse d'Amiens »). Avec les précédentes publications de 1906, le congrès syndicaliste d'Amiens (Emile Pouget) et La Coutume ouvrière (Maxime Leroy), ces éditions œuvrent bel et bien à une (re)découverte du mouvement ouvrier français avant sa bolchevisation. Le second volume est un impressionnant pavé écrit par Guillaume de Gracia (préf. de Pierre-Philippe Rey) sur la persistance des pratiques horizontales en Argentine (assemblées générales de quartier, troc, récupération et autogestion d'entreprises par leurs travailleurs, action directe…), que certains commentateurs ont découvertes après 2001, et qui s'expliquent par les cent quarante ans d'histoire – politique, syndicale et sociale – très spécifique de ce pays. Histoire toujours avec le destin de deux femmes et d'un homme. Et tout d'abord, Virginie Barbert, une Lyonnaise dans l'Internationale (120 p., 10 euro), dont Antje Schrupp et l'Atelier de création libertaire nous rappellent l'existence. Femme indépendante, trop effacée ou que l'on a effacée, interlocutrice de Marx et de Bakounine, elle a longuement disserté sur les moyens d'arriver à l'égalité entre les sexes. Et ce sont ses textes qui nous sont présentés sur fond de grèves des ouvrières de la soie. Bien plus connue et mise en valeur, l'héroïne de Lucile Chastre, Louise Michel, une femme libre (Oskar éditions, coll. Histoire et société, 111 p., 8.50 euros), est racontée aux enfants. Des barricades de Paris aux camps de la Nouvelle-Calédonie, c'est la biographie d'une femme libre, institutrice, militante infatigable en faveur des déshérités, de l'éducation de tous et de la liberté. Le parcours de Georges Valero est, lui, à la fois unique et multiple. Avec La Fabrique d'une génération. Georges Valero, postier, militant et écrivain (Les Belles Lettres, coll. Histoire de profil, 448 p., 31 euros), Christian Chevandier nous livre le portrait très attachant d'un militant ouvrier et culturel en quête d'un syndicalisme de lutte et autogestionnaire, d'abord à la CGT, puis à la CFDT, avant d'en être exclu et de rejoindre la CNT. Fils d'ouvriers immigrés, né dans un quartier déshérité de l'agglomération lyonnaise, il traverse la guerre d'Algérie et participe à toutes les luttes de la gauche révolutionnaire… Une même volonté de clarté et de didactisme réunit Pierre Kropotkine et Irène Pereira, à un siècle de différence près. Dans L'Etat, son rôle historique (164 p., 11 euros) que les éditions Le Flibustier ont réédité avec trois autres textes, le prince anarchiste se livre à une critique de l'Etat sans concessions : fondé sur la domination et le centralisme, celui-ci a mis fin aux structures communales fédératives basées sur la libre entente et la libre initiative, concentrant ainsi richesses et pouvoirs entre quelques mains. Ses institutions, sous le prétexte de garantir les droits des individus, ne sont que des instruments de contrôle. De façon aussi simple et pédagogique, Irène Pereira nous explique avec Anarchistes (La Ville brûle, coll. Engagées, 144 p., 13 euros) ce projet d'organisation de la société que prône l'anarchisme, avec ses variantes, ses théoriciens, ses réalisations, et ses organisations actuelles. Car l'auteure ne se contente pas de retracer le passé, elle aborde aussi le présent avec les pratiques et les penseurs actuels, tentant même d'envisager son devenir, qu'elle nomme « socialisme radical ». L'exercice de vulgarisation était difficile car des susceptibiltés perdurent mais il semble réussi, et ce « digest » (intelligent) est à mettre entre toutes les mains. Jacques Lesage de La Haye a récemment commis une Introduction à la psychanalyse de Reich (Chronique sociale, coll. Comprendre les personnes, 127 p., 12,90 euros) où il présente le psychanalyste, auteur entre autres de La Révolution sexuelle et de Psychologie de masse du fascisme, et les différents concepts qu'il a développé, les resituant dans les débats opposant les différentes écoles. Critique d'art éminent, anarchiste caustique, Félix Fénéon (1861-1944) (lire biographie) a tenu pendant quelques années la rubrique des faits divers d'un journal, transformant ceux-ci en chefs-d'œuvre littéraires. C'est un recueil plus que complet de ces Nouvelles en trois lignes que présente Cent Pages (coll. Cosaques, 432 p., 28 euros), après bien des publications partielles (cf. bibliographie). Un exemple ? « Un plongeur de Nancy, Vital Frérotte, revenu de Lourdes à jamais guéri de la tuberculose, est mort dimanche par erreur. » Place aux signes, aux dessins et aux photographies. La Lutte des signes. 40 ans d'autocollants politiques (Les Editions libertaires, 204 p., 30 euros), de Zvonimir Novak, est un remarquable travail d'illustration, d'analyse et de commentaires. Tout ou presque est dit sur ce média populaire et politique : histoire, caractéristiques et fonctions, courants de pensée (anarchistes et libertaires, trotskistes, maoïstes, alternatifs et écologistes, etc., sans oublier l'extrême droite) et caractéritiques de leurs œuvres, évolution des logos, entretiens avec divers graphistes, utilisation du poing levé, de la typographie, de la couleur… presque une bible du papillon ! C'est sans doute une première, les Editions du Monde libertaires ont fait paraître une bande dessinée, No Border. L'usine à rêves (60 p., 6 euros), de Bettina Julia Egger, qui relate l'occupation des locaux administratifs du ministère de la justice à Strasbourg en août 2002. Poursuivis initialement pour « séquestration » et « violation de domicile » (!), les « 17 » s'en « tirèrent » avec une peine de quinze jours avec sursis… pour une action qui demeura tout à fait pacifique, du côté des manifestants du moins. En noir et blanc, il s'en dégage hélas une ambiance plutôt grise et désespéré. Si l'atmosphère du recueil de photographies d'Yann Levy, Marge(s) (Libertalia, 189 p. grand format, 29 euros), est lui aussi assez triste et parfois glauque, l'espoir est pourtant là, avec la rage et la rébellion, que ce soit en Irlande, en Palestine, à Paris, lors d'une manifestation ou d'un spectacle… Visages et corps de stript-teaseuses, de musiciens, de punks ou de boxeurs… Chaque cliché a/est une histoire, avoue l'auteur. Pour notre part, nous retiendrons particulièrement des regards : celui de ces deux femmes tatouées, l'un éperdu, l'autre fascinant, et celui, si digne face à un policier, d'un Africain sans-papier expulsé de la Bourse du travail de la République. Pour terminer cette énumération d'ouvrages, citons quelques brochures à télécharger : Témoignages (16 p., pdf 220 Ko sur la répression de la manifestation des chômeurs et précaires du 5 décembre 2009 à Rennes ; A chacun le sien… (« Recension de vautours qui se font du fric avec la machine à expulser », 8 p., pdf 177,5 Ko), sur les centres de rétentions et ceux qui en profitent ; Procès de la révolte… (8 p., pdf 150 Ko) à propos du procès de dix sans-papiers, qui se déroulera les 25, 26 et 27 janvier au TGI de Paris, suite à la révolte au centre de Vincennes. Meilleurs vœux et gare à la grippe A (cerclé).

RÉUNIONS-DÉBATS

Marseille, 4 janvier. Au-delà des gesticulations obscènes entourant le cinquantenaire de sa disparition, venez partager les grands moments libertaires des écrits d'Albert Camus à partir des travaux que Lou Marin lui a consacrés. Outre les comédiens, interviendront : Claire Auzias, Jean-Pierre Barou, Lou Marin. Dès 20 heures, au Théâtre Toursky, 16, promenade Léo-Ferré. Renseignements : 04-91-53-59-12 et 04-67-10-03-43.

Saint-Denis, janvier. Les cours de la Dionyversité ont lieu de 19 heures à 21 heures à la Bourse du travail, 9, rue Génin (métro ligne 13, station Porte-de-Paris). Cycle « Immigrés et sans-papiers : oppression et régression sociale » : le 5, « Les nouveaux esclaves du capitalisme », avec Patrick Herman ; le 12, « Chantier interdit au public », avec Nicolas Jounin ; le 19, « Feu au centre de rétention », avec des militants du collectif ayant édité le livre du même titre ; le 26, « Sans-Papiers, la lutte à Saint-Denis », avec des représentants de collectifs. Cycle « Finances : la débandade ? » : le 14, « Offensives contre la spéculation », avec le collectif LBO et Bankster Paradise ; le 22, « Le système monétaire international : construction et déconstruction », avec Gilbert Ricard ; le 28, « La mondialisation : coupable ou non-coupable ? », avec Gilbert Ricard. Site Internet.

Ganges (Hérault), 5 janvier. Bruno Astarian présente son ouvrage Luttes de classes dans la Chine des réformes (1978-2009) (Acratie), à 19 heures, au Transfo, 7, rue de l'Albarède.

Avignon, 6 janvier. Le lendemain, toujours à 19 heures, il sera à la Maison IV de Chiffre, 26, rue des Teinturiers.

Lyon, 9 janvier. Discussion, information et projections autour des luttes dans les centres de rétention en France et ailleurs. Rencontre avec des membres du collectif de solidarité aux inculpés de Vincennes pour faire le point sur leur situation (le procès aura lieu fin janvier) ainsi que sur la semaine de solidarité précédant le jugement. A l'Atelier des Canulars, 91, rue Montesquieu, Lyon 7e. Entrée : prix de soutien au choix de chacun(e).

Marseille, 9 janvier. Causerie animée par Ronald Creagh, à propos de son ouvrage Utopies américaines, expériences libertaires du XIXe siècle à nos jours (Agone). A 17 heures, au local du Centre international de recherche sur l'anarchisme (CIRA), 3, rue Saint-Dominique, Marseille 1er (angle place des Capucines). Courriel : cira.marseille(at)free.fr - Site Internet.

Paris, 9 janvier. A 15 h 30, la Bibliothèque La Rue reçoit Wendy Delorme à propos de son dernier livre : Insurrections ! en territoire sexuel (Au Diable Vauvert). Au 10, rue Robert-Planquette, Paris 18e (M° Abbesses ou Blanche). Permanence tous les samedis de 15 h 30 à 18 heures. Tél. : 01-42-23-32-18. Site Internet.

Paris, 12 janvier. Soirée de solidarité organisée par le groupe de travail Palestine du secrétariat international de la CNT : « Palestine - Gaza 2010 », à partir de 19 heures, au 33, rue des Vignoles, Paris 20e (M° Buzenval ou Avron). Projection du film Gaza-strophe, suivie d'un débat avec Samir Abdallah (réalisateur du film), Gideon Levy (journaliste israélien) et des participants à la Marche sur Gaza contre le blocus. Entrée prix libre. Site Internet.

Grenoble, 13 janvier. Débat à 20 heures autour du dossier « Nature et animalité » du dernier numéro d'Offensive, le trimestriel d'Offensive libertaire et sociale (OLS), à Antigone, 22, rue des Violettes.

Paris, 16 janvier. A 16 h 30, la librairie du Monde libertaire reçoit Svonimir Novak, auteur de La Lutte des signes, 40 ans d'autocollants politiques (Editions libertaires), avec Wally Rosell. 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Oberkampf ou Filles-du-Calvaire). Entrée libre. Courriel : librairie-publico(at)wanadoo.fr - Site Internet.

Paris, 16 janvier. Au Centre international de culture populaire (CICP), 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets), à 19 heures, réunion publique autour de la révolte au centre de rétention de Vincennes et du procès qui aura lieu les 25, 26 et 27 janvier. Infos, débat, projection…

Metz, 19 janvier. A 20 heures, débat avec la Fédération anarchiste : « Le syndicalisme chinois », précédé de la projection du film China blue, ce que cache le made in China de Micha Peled. Caveau du café Jehanne d'Arc, place Jeanne-d'Arc. Entrée libre.

Le Blanc-Mesnil (93), 20 janvier. Réunion publique avec Martial Lepic, militant pour la gratuité des transports publics, à 19 h 30, salle Claude-Terrasse, 2, rue Claude-Terrasse (RER B gare de Drancy ou du Blanc-Mesnil). Organisée par le groupe Albert-Camus (Fédération anarchiste).

Paris, 20 janvier. La librairie Quilombo organise à 19 h 45 une rencontre-débat à propos de l'ouvrage Lutte des classes dans la Chine des réformes (Acratie), en présence de l'auteur, Bruno Astarian. Au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e. Courriel : quilombo(at)globenet.org - Site Internet.

Merlieux, 21 janvier. De 18 à 21 heures, le groupe Pierre-Kropotkine reçoit Michèle Lajoux pour son livre Puisque la vie, c'est ça (Le Cherche midi), évoquant sans tabou sa jeunesse à Laon. Table de presse. Apéro dinatoire. Entrée libre et gratuite. Bibliothèque sociale, 8, rue de Fouquerolles. Renseignements : 03-23-80-17-09.

Paris, 21 janvier. Rencontre-débat à 19 h 45 avec Gérard Noiriel, auteur de l'ouvrage A quoi sert l'« identité nationale » (Agone), sur le thème : « L'immigration et la question nationale au XIXe et XXe siècles ». A la librairie La Plume vagabonde, 32, rue de Lancry, Paris 10e, dans le cadre du cycle « Migrations » de l'association Page commune.

Marseille, 22 janvier. Projection à 20 heures du film Themroc, de Claude Faraldo (1973), au Seul Problème, 46, rue Consolat, Marseille 1er. Centre social et autogéré : bibliothèque, infokiosque, distro, librairie, magasin gratuit, accès Internet… Horaires d'ouverture : mercredi, jeudi, vendredi, de 17 heures à 20 heures ; samedi et dimanche, de 14 heures à 18 heures. Tél. : 04-94-50-86-27 – courriel : acratos(at)no-log.org

Toulouse, 22 janvier. Conférence-débat sur l'ordre sécuritaire organisée par la Coordination des groupes anarchistes (CGA) de Toulouse avec Mathieu Rigouste, auteur de L'Ennemi intérieur (La Découverte), à 20 heure à l'Athénée Albert-Camus, 36, rue de Cugnaux.

Marseille, 23 janvier. Soirée de solidarité avec les inculpés de la révolte du centre de rétention de Vincennes, à 19 heures, au Seul Problème, 46, rue Consolat, Marseille 1er. Projections de films, discussion, apéro-bouffe…

Paris, 23 janvier. « LBO : Licenciements bien organisés au nom du profit »… pour tout savoir sur cette pratique financière et la lutte qui s'organise « contre », vous pouvez assister à la projection-débat de LBO, les insoumis, un documentaire d'Olivier Minh, à 15 h 30. A la bibliothèque La Rue, 10, rue Robert-Planquette, Paris 18e (M° Blanche ou Abbesses). Site Internet.

Lyon, 30 janvier. La librairie La Gryffe organise une conférence-débat « Contre les jouets sexistes ». A 15 heures, au 5, rue Sébastien-Gryphe, Lyon 7e. Courriel : librairie(at)lagryffe.net - tél./fax : 04-78-61-02-25 - site Internet.

Perpignan, 29 janvier. Le groupe Puig-Antich de la CGA organise à 19 h 30, à la librairie Infos (près de la place des Poilus), un débat autour du livre Albert Camus et les libertaires (Egrégores) en présence de son auteur Lou Marin.

 

RENCONTRES, THÉÂTRE,
EXPOSITION, SALONS DU LIVRE

Robin des bois en France. Enric Durán, du collectif Nous pouvons vivre sans capitalisme de Barcelone, qui a escroqué trente-neuf banques pour financer la lutte et publier des journaux subversifs (lire ¡ Podemos !), fait une virée en France au mois de janvier. Il sera le 13 au soir au Point de bascule à Marseille, au 108, rue de Breteuil, avec toute l'équipe de CQFD. Le 15, au soir aussi, il aura atterri Aux bas-côtés à Grenoble, 59, rue Nicolas-Chorier, et le lendemain 16, toute la journée, à Antigone, 22, rue des Violettes. Le 18, il sera présent à l'Espace Louise-Michel, 42 ter, rue des Cascades, à Paris. Et le 21, à 20 heures, l'Atelier idéal, à La Chapelle, 36, rue Danielle-Casanova, à Toulouse, l'accueillera.

Théâtre anarchiste. Le 5e Festival international de théâtre anarchiste de Montréal (Canada) aura lieu les 18 et 19 mai 2010. Ses organisateurs recherchent des pièces de théâtre en anglais ou en français, d'une durée de cinq à trente minutes, sur les anarchistes, les idées anarchistes, l'histoire ou tout autre sujet relatif à l'anarchisme et aux idéaux libertaires. Ces pièces devront pouvoir être jouées lors du festival. Les candidats expliqueront brièvement en quoi la ou les pièces proposées s'inscrivent dans le cadre du festival, et ajouteront à leur soumission un scénario complet, une courte biographie, un DVD ou un vidéoclip de la pièce ou un lien à une page Web, des critiques sur les travaux passés et leurs exigences techniques. A envoyer au plus tard le 25 janvier 2010, par courriel à anarchistefestival(at)yahoo.ca ou, par la poste, à Festival de théâtre, a/s La Sociale, C.P. 266, Succ. C, Montréal, H2L 4K1 Québec, Canada. Informations complémentaires sur le site Internet.

Expo « Soulèvements ». Plasticien, écrivain, cinéaste… âgé aujourd'hui de 74 ans, Jean-Jacques Lebel est toujours un artiste insoumis. Proche des surréalistes et du Mouvement du 22 Mars en mai 1968, puis du groupe anarchiste Noir et Rouge et d'Informations et correspondances ouvrières, il a organisé avec son ami Jean de Loisy, le commissaire de l'exposition, une « accumulation labyrinthique » de dessins, sculptures, peintures, mobiles, affiches, qui donne la part belle à la rage, à la révolte, à la rébellion sous toutes ses formes. Erotisme avec le film Les Avatars de Vénus ; la guerre de 14-18, avec une section consacrée aux douilles sculptées par les poilus ; visions de torture avec une guerre plus récente et des photographies de la sinistre prison d'Abou Ghraib (Irak) ou avec les séances d'électrochocs infligées à Antonin Artaud. Une autre salle est consacrée à l'art des… barricades. Avec des mots écrits partout sur les murs pour faire rêver, donner envie de lutter, de résister et de rire… Lire l'entretien qu'il a accordé à Article XI : « J'ai 73 balais et je les emmerde. A pied, à cheval et en Spoutnik ». Jusqu'au 17 janvier, du mercredi au dimanche de 11 heures à 19 heures (nocturne le jeudi jusqu'à 21 heures). Fermeture les 25 décembre et 1er janvier. Prix d'entrée : de 5 à 7 euros. La Maison rouge, 10, boulevard de la Bastille, Paris 12e (M° Quai-de-la-Rapée ou Bastille, RER : Gare-de-Lyon). Renseignements : 01-40-01-08-81 - Site Internet.

Faisons salons. Les 8 et 9 mai aura lieu le Salon du livre libertaire à l'espace d'animations des Blancs-Manteaux, 48, rue Vieille-du-Temple, Paris 4e. Les organisateurs font appel aux auteurs, éditeurs et à toutes personnes concernées pour adresser propositions et commentaires à barijo(at)wanadoo.fr Le même mois, mais les 29 et 30, se déroulera au CEDA, 2515 Delisle (M° Lionel-Groulx), le Salon du livre anarchiste de Montréal. Contact : info(at)salonanarchiste.ca - Liste de diffusion - Site Internet 2009 - groupe Facebook. Qu'on se le dise !

 

DIVERS

L'anarchiviste. Un nouveau site axé sur les « recherches bibliogr@phiques autour de l'anarchisme et des anarchistes » a vu le jour récemment. Pour le chercheur ou le curieux, c'est un grenier rempli de malles au trésor. Partez à la rencontre de Longin, le mystérieux libertaire libertin ; découvrez la bibliographie (illustrée de couverture d'ouvrages) de Louise Michel, de Léo Campion (« anarchiste blagueur ») et de bien d'autres… Parcourez Le Petit Dictionnaire portatif de l'anarchiviste de A à Z, vous en apprendrez certainement. Vous êtes-vous un jour demandé à combien de cartes postales les exploits de la bande à Bonnot avaient donné le jour ? La réponse est là également. Des illustrations, des photographies, des vidéos, des biographies et nombre d'infomations pertinentes… Beaucoup de tentatives aussi – d'inventaire des éditions Spartacus, des éditions de l'Idée libre, de bibliographie de Dieu et l'Etat (Bakounine)… –, toutes parfaitement réussies à notre sens. Le créateur de ce site ? Si l'on en croit son portrait dessiné (qui me rappelle quelque chose), il est chevelu et barbu, un peu façon « rat de bibliothèque », et il aurait pour nom Ravacholee… Mais ça je n'y crois pas et ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus. Allez-y voir et bonnes découvertes !

En vrac sur le Web (3). Après deux ans d'existence et quatre numéros parus (lire différentes notes de lecture sur le site), la revue Non Fides a décidé d'en finir. Ses animateurs s'en expliquent dans un « Adieu ». Mais le site du même nom demeure et continuera son chemin, prenant la « forme d'une base de donnée anarchiste internationale et multilingue qui pourra servir (à celles et à ceux qui en ressentent le besoin) d'archive de tracts, affiches, journaux, textes, brochures, analyses, actualité et contre-information ». Le Syndicat de la magistrature vient de mettre à jour un guide du manifestant arrêté fort utile. Différents cas sont envisagés : (vous êtes) contrôlé, arrêté, accusé, jugé en comparution immédiate, fiché… Et quelques réjouissances : la palpation de sécurité, les fouilles, les menottes, sans oublier nombre de conseils. A parcourir en ligne ou à télécharger. Le site Anartiste [nouvelle adresse du site] s'est doté d'une mouture plus esthétique. On y trouve l'annonce de la prochaine sortie du n° 14, le sommaire des précédents numéros, de nombreux liens artistiques, des annonces d'expositions, une galerie numérique et… la promesse d'une version numérisée des précédents numéros à télécharger gratuitement. La correspondance reçue par Jean Grave (1854-1939) (lire biographie) peut être consultée, sur rendez-vous, à l'Institut français d'histoire sociale de Paris. Ce fonds comprend des lettres d'écrivains, d'artistes et bien sûr d'anarchistes (inventaire disponible en ligne sur le site RA Forum). On peut écouter « Voix de faits », l'émission radio du Collectif anarchiste La Nuit (UCL-Québec), avec l'accent québécois, sur le « blogue de combat » du groupe. Actualité sociale, contre-culturelle et politique, info sur les luttes, coups de gueule et coups de cœur…

 

PÉRIODIQUES

« Réfractions ». Le n° 23 (automne, 176 p., 12 euros) de la « revue de recherches et d'expressions anarchistes » s'attaque pour conclure une année anniversaire du darwinisme bien peu fêtée à « L'entraide, un facteur de révolutions ». Constitué en trois parties – les fondements, l'aspect plus spécifiquement anarchiste, les réalisations pratiques –, le dossier pose entre autres la question du naturisme kropotkinien, du fondement naturel des valeurs morales et donc du rapport nature-culture. Existe-t-il des gènes de l'entraide et qu'a-t-on appris depuis Kropotkine ?… Pour les anarchistes, que représente-t-elle ? Le respect des démarches individuelles… et le terreau de l'auto-organisation, ainsi que semblent nous l'indiquer ces exemples que sont les jardins partagés et les mutuelles pour les transports gratuits. En seconde partie, quatre participants au contre-sommet de l'OTAN à Strasbourg apportent leur témoignage et « appellent à une réflexion approfondie sur la récurrence des explosions de violence lors des manifestations ». Les amis de « Réfractions », c/o Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, 75011 Paris. Vente en ligne. Courriel : refractions(at)plusloin.org - Site Internet.

« Gavroche ». Dans ce n° 161 (janvier-mars, 52 p., 9 euros), Charles Jacquier revient sur l'action de Nicolas Lazarévitch (lire biographie dans le DIMA), jeune anarchiste ayant rejoint la révolution russe en 1919, dans l'opposition au pouvoir bolchevique, arrêté et expulsé, qui n'aura de cesse durant l'entre-deux-guerres de dénoncer la répression menée par l'Etat soviétique et d'apporter son soutien aux partisans de la révolution. Guillaume Doizy s'attache, lui, à la figure du gros dans la carricature politique au XIXe siècle : à cette époque, le pauvre était maigre et le riche gros, bourgeois ou homme d'Eglise, accapareurs s'empiffrant sur le dos de l'ouvrier. Autres articles : « A l'origine des Enragés de 1793 : le Cercle social » et « Jaroslav Hasek ou le rire subversif », le créateur du brave soldat Chvéïk a, comme son héros, été confronté à la bêtise de l'armée et de la guerre. Abonnement d'un an : 34 euros pour quatre numéros (chèques à l'ordre de Scoop Presse). Nouvelle adresse : Gavroche, 52, avenue de Flandre, 75019 Paris. Courriel : revue(at)gavroche.info - Site Internet.

« A contretemps ». Outre de nombreuses notes de lecture, le dernier numéro (n° 36, janvier, 32 p.) du « bulletin de critique bibliographique (qui) n'a pas de prix, juste des frais » est consacré à Errico Malatesta (lire biographie) avec un très intéressant dossier regroupant une étude de Robert Paris sur un rapport de la police française concernant le militant anarchiste en exil à Londres, puis le texte en question et trois autres « notes de renseignements », enrichis de précisions et de commentaires. Avec de tels documents, le rôle de l'historien est primordial : ne devant pas prendre pour argent comptant les informations livrées, il doit les confronter à ses connaissances et les remettre en situation. Un texte de souvenirs de Malatesta à propos de Pierre Kropotkine clôt le dossier qui livre ainsi un portrait très vivant du révolutionnaire italien. Courriel : a-contretemps(at)wanadoo.fr - Site Internet.

« Amer ». La « revue finissante » – s'intéressant donc aux « textes déviants, joyaux de la fange pornographique, médicale ou prolétaire qui éclaboussent les fins de siècles » – vient de paraître (n° 3, périodicité libre, 208 p., 5 euros). Ayant pour thème le cœur, ses animateurs avouent que l'« opération a été longue et difficile » mais, « enfin sortie de salle de réanimation », la publication nous propose entre autres : « Je vous salue de tout cœur », par Elisée Reclus ; « Félix Fénéon dans le Roman d'un singe », par Bruno Leclercq ; « Paul Adam, “anarchiste” », par Bruno Leclercq ; « Le sexe du cœur », par Anne Berger ; « La littérature des assassins », par Maurice Beaubourg ; « Les laborieux», par Han Ryner, un entretien avec Caroline Granier, à propos des Briseurs de formules… Et bien d'autres textes d'Eric Dussert, Claude Louis-Combet, Lolita M'Gouni, Charles Péguy, Princesse Sapho, Sao-Maï Thaï-Luc, etc. A commander (chèque à l'ordre des Ames d'Atala) à : « Amer », porte cochère bleue, 82, rue Colbert, 59000 Lille. Site Internet.

Preste revue de presse. Le trimestriel d'Offensive libertaire et sociale (OLS), Offensive (n° 24, 52 p., 5 euros), paru en décembre, contient un dossier sur « Nature et animalité » abordant les paradoxes et ambiguïtés de ce qui est dit naturel, et faisant le point sur l'animalité humaine et les luttes animalistes. Un hors-série du Monde libertaire (n° 38, 16 p., 3,50 euros), au titre quelque peu machiste et métallurgique, fait la part belle à des contributions de lecteurs sur le thème « Quelle alternative au capitalisme et à la social-démocratie ». On peut y lire entre autres les contributions de Michel Onfray, Jean-Pierre Garnier, Thom Holterman… Le dernier Libertaire (janvier, n° 39, 10 p.), téléchargeable gratuitement, s'élève contre la construction d'un lycée catholique Jean-Paul II à Sartrouville. Pour une école réellement émancipatrice, on peut lire N'autre école, la revue trimestrielle de la CNT éducation, qui a consacré son n° 24 (automne 2009, 48 p., 4 euros) aux « Ressources » (sites, revues, blogs et listes) pour les enseignants. Elle s'est aussi dotée récemment d'un site Internet spécifique. Le bulletin mensuel des travailleurs sociaux de la CNT, La Griffe du social (décembre, n° 20, 4 p., à télécharger) s'intéresse au plan de prévention de la délinquance qui contient de nouvelles mesures pour anéantir le travail social. Pour Alternative libertaire (janvier, 28 p., 2 euros), « 2010, (c'est) l'heure des bilans » : luttes, syndicalisme, international… Mais affirmer, à propos du Sommet de Copenhague, que le « capitalisme vert est mort-né » est peut-être un peu rapide ! La revue littéraire Le Grognard (n° 12, 36 p., 7 euros) est sorti : on peut parcourir son sommaire et la présentation des anciens numéros sur son site Internet. A propos de la question tendance du moment « Qu'est-ce qu'être Français ? », Anarchosyndicalisme ! (n° 115, 18 p., abonnement 1 an : 10 euros), le journal de la CNT-AIT de Toulouse, nous rappelle cette phrase de Federica Montseny : « Ma patrie, c'est le monde ; ma famille, l'humanité. » Courant alternatif (n° 196, 32 p., 3 euros), le mensuel de l'Organisation communiste libertaire (OCL), consacre son dossier au thème « Répression/Antirépression ». Quant au mensuel de critique social marseillais CQFD (décembre, n° 73, 16 p., 2 euros), en kiosque jusqu'au 14 janvier, il nous présente Marseille pile et face, avec « Notre identité ? La castagne ! » et une interview-hommage du réalisateur Paul Carpita.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas