Février 2022

En téléchargement

Revues

Audio

Réunions-débats

Foires aux livres, colloque, rencontres…

Divers

 

PARUTIONS

BLÉZAT Mathilde
Pour l'autodéfense féministe, Editions de la dernière lettre, Montreuil-sous-Bois (93), 224 p., 13 euros (février) infos

BOOKCHIN Murray
La Révolution à venir [« Assemblées populaires et promesse de démocratie directe »], préf. d'Ursula Le Guin, introd. de Debbie Bookchin et Blair Taylor, trad. de l'anglais (Etats-Unis) par Benoît Gaillard et autres, Agone, coll. Contre-feux, Marseille, 336 p., 22 euros (janvier) infos

BORIES Frédéric
Georges Brassens, militant anarchiste, Le Mot et le reste, Marseille, 192 p., 17 euros (janvier) infos

BOSC Adrien
Colonne [à propos de « la philosophe Simone Weil (partie) rallier le front d'Aragon et les brigades internationales de la colonne Durutti (!) »], Stock, coll. La bleue, Paris, 120 p., 18,50 euros (janvier) infos - avertissement

BOUHAFS Taha
Ceux qui ne sont rien, La Découverte - Les Nouvelles Vagues, Hors Collection, Paris, 174 p., 15 euros (janvier) infos

BOURDIEU Pierre
Interventions, 1961-2001 [« Science sociale et action politique », 2e éd. revue, complétée et actualisée], textes choisis et présentés par Thierry Discepolo et Franck Poupeau, Agone, coll. Mémoires sociales, Marseille, 614 p., 25 euros (janvier) infos

CARPENTER Edward, LECERF MAULPOIX Cy
Edward Carpenter et l'autre nature, Le Passager clandestin, coll. Précurseurs de la décroissance, s.l., 128 p., 10 euros (février) infos

CASADO GIL Reyes
La Transition en rouge et noir [« CNT 1973-1980 »], Le Coquelicot, Toulouse, 240 p., 18 euros (janvier) infos

CERUTTI François, BONNEL Romain
Une histoire sociale et politique de la conquête de l'Algérie par la France [« De la guerre des Demoiselles à la reddition d'Abd el-Kader »], Terrasses éditions, s.l., 140 p., 10 euros (janvier) infos

CHARBONNEAU Bernard
Le Feu vert [« Autocritique du mouvement écologique »], préf. de Daniel Cérézuell, L'Echappée, coll. Poche, Paris, 216 p., 12 euros (février) infos

COLLECTIF
Autogestion, l'encyclopédie internationale. Vol. 11, Syllepse, coll. Utopie critique, Paris, 412 p., 30 euros (janvier) infos - à télécharger
Caracremada
[« Sur les sentiers de la guérilla anarchiste en Espagne (1945-1963) »], Tumult, Bruxelles, 212 p., 8 euros (février) infos
James Guillaume, l'émancipation par les savoirs [« Colloque des 24 et 25 novembre 2016 à l'université de Genève »], coord. par Jean-Charles Buttier, Charles Heimberg et Nora Kökler, Noir et Rouge, Paris, 278 p., 20 euros (février) infos
Mujeres libres
[livre impr. audio, public ado-adultes], texte d'Isabelle Wlodarczyk, musique de Pierre Diaz, graphisme d'Hajnalka Cserhati, Babouche à l'oreille, Saint-Clément-de-Rivière (34), n.p., 16 euros (février) infos
Révolutionnaires [« Récits pour une approche féministe de l'engagement »], préf. de Ludivine Bantigny, Editions du commun, coll. L'Atelier des passages, Rennes (35), 250 p., 14 euros (février) infos
Salvador Puig Antich [« Guérilla anticapitaliste contre le franquisme »], coord. par Ricard de Vargas Golarons, Editions du Monde libertaire - Noir et Rouge, Paris, 248 p., 16 euros (janvier) infos
Zemmour contre l'histoire, Gallimard, coll. Tracts, n° 14, Paris, 64 p., 3,90 euros (février) infos

CUETO Olivier, MÉNENGER Nadia
La Liberté ne se mendie pas [« "L'Envolée", 2001-2008 »], L'Insomniaque, Montreuil (93), 304 p. (40 illustrations dont 22 dessins de Thierry Guitard), 18 euros (janvier) infos

FAST Howard
La Passion de Sacco et Vanzetti (rééd.), Le Temps des cerises, Montreuil, 247 p., 18 euros (janvier) infos

FONTENIS Georges
Manifeste du communisme libertaire (rééd.), Alternative libertaire, Paris, 100 p., 8 euros (février) infos

JANOVER Louis
Les Mots perdus de la révolution, suivi d'un entretien avec Nicolas Norrito, Editions du Sandre, Paris, 290 p., 18 euros (janvier) infos

JOLY Laurent
La Falsification de l'Histoire [« Eric Zemmour, l'extrême droite, Vichy et les juifs »], Grasset, Paris, 140 p., 10 euros (janvier) infos

JOSSOT Henri Gustave
Les Refroidis, L'Insomniaque, Montreuil (93), 24 p. (séries de 16 dessins, format : 24 x 32), 10 euros (janvier) infos

LELIÈVRE Claude
L'Ecole républicaine ou l'histoire manipulée [« Une dérive réactionnaire »], Le Bord de l'eau, Lormont (33), 140 p., 12 euros (février) infos

LE PEN Julien, BOULOUQUE Sylvain
Le Pen, le Peuple, introd. et édité par Sylvain Boulouque, Atlande, coll. Témoignages, Neuilly-sur-Seine, 216 p., 15 euros (janvier) infos

MAHIEUX Christian
Désobéissances ferroviaires, Syllepse, coll. Coup pour coup, Paris, 80 p., 5 euros (février) infos

MALABOU Catherine
Au voleur ! [« Anarchisme et philosophie »], PUF, Hors collection, Paris, 408 p., 21 euros (janvier) infos

MAMÈRE Noël, FARBIAZ Patrick
Le Cas Zemmour [« Comment en est-on arrivé là ? », Les Petits Matins, coll. Essais, Paris, 160 p., 14 euros (janvier) infos

MANSOURI Hicham
Au cœur d'une prison marocaine [« Enquête sur le royaume de tous les trafics »], Libertalia, coll. Orient XXI, Montreuil (93), 216 p., 10 euros (janvier) infos

MARRY Yves, SOUILLOT Florent
La Guerre de l'attention. Comment ne pas la perdre, L'Echappée, coll. Pour en finir avec, Paris, 256 p., 18 euros (janvier) infos

PROLE.INFO
Un monde sans restaurants, Niet! Editions, s.l., 72 p., 8 euros (janvier) infos

ROUX Laurine
L'Autre Moitié du monde, Editions du Sonneur, coll. La Grande Collection, Paris, 256 p., 18 euros (janvier) infos

SAND Shlomo
Une brève histoire mondiale de la gauche, trad. par Michel Bilis, La Découverte, coll. Cahiers libres, Paris, 307 p., 20 euros (janvier) infos

SNUG David
Ni Web ni master (BD), préf. de Cédric Biagini, Nada Editions, s.l., 96 p., 15 euros (février) infos

TRAIMOND Jean-Manuel
Comment fabriquer une religion, Atelier de création libertaire, Lyon, 208 p., 10 euros (janvier) infos

VIGREUX J., MANESSIS D.
Rino Della Negra, footballeur et partisan, Libertalia, coll. Poche, Montreuil (93), 246 p. (cahier iconographique de 24 p.), 10 euros (février) infos

 

LIVRAISONS TARDIVES

ALBERTANI C., MEDINA F.
A quel moment le Mexique a-t-il été foutu ?, Editions Acratie, La Bussière (86), 80 p., 12 euros (octobre) infos

BIHR Alain
Face au Covid-19 : nos exigences, leurs incohérences, Syllepse, coll. Coup pour coup, Paris, 98 p., 5 euros (novembre) infos

DELANNÉ Marinette
Au bagne de Nouvelle-Calédonie [« Sur les traces de Louise Michel… et de tous les autres communards déportés »], Editions du Petit Pavé, Brissac-Quincé (49), 366 p., 28 euros (novembre) infos

FÜSCHTELKEIT Ludovic
Encyclopédie des méconnaissances, La Pigne, Saint-Dié (88), 176 p., 9 euros (novembre) infos

GÉRARD Valérie
Tracer des lignes : sur la mobilisation contre le pass sanitaire (eBook), Editions MF, coll. Inventions, Paris, 46 p., 1,99 euro (septembre) infos

 

EN TÉLÉCHARGEMENT

ANONYME
Tout ce qui fume n'est pas feu [« Ce que le complotisme fait aux luttes »], s. éd., s.l., 2021, n.p. (28), à lire - à télécharger

COLLECTIF
Mouchard ! Des égouts de Marseille, Imprimerie anarchiste L'Impatience, Marseille, 2021, 37 p., à télécharger
[Cette brochure mettant en cause plusieurs membres du CIRA de Marseille, ceux-ci et d'autres ont rédigé un communiqué pour mettre les choses au point.]
Sans papiers [« S'organiser contre l'expulsion… Que faire en cas d'arrestation ? », mise à jour en octobre 2021], Infokiosque fantôme (partout), s.l., 124 p., à télécharger
Un cas de démence sénile : M. Jean Grave [« et autres textes »], s. éd., s.l., s.d., 19 p., à télécharger

MLT, OLT
Jaroslav Hasek « la satire libertaire » (BD), Partage noir, Paris, 2022, 1 p., à télécharger

OLT
Praxedis G. Guerrero (BD), Partage noir, Paris, 1 p., à télécharger

Archives en stock. Le site Fragments d'histoire de la gauche radicale, toujours aussi actif, a mis en ligne les numéros d'Anarchisme et non-violence (1965-1974). Les créateurs de cette revue avaient pour objectif d'essayer « de sortir la non-violence de sa gangue religieuse, de lui donner une dimension radicale en l'associant à ce qui nous paraissait être sa suite logique au niveau économique et social, à savoir l'anarchisme ». Seconde motivation : démontrer que « les méthodes non violentes paraissent être le moyen d'action le plus conforme aux théories anarchistes ; elles constituent une force qui permet d'éviter les conséquences autoritaires de la violence ». Héritier de cette revue, Anarchisme et non-violence maintient le cap. Le site Mondialisme.org à mis en accès libre les numéros de la revue Ni patrie ni frontières de 2002 à 2009. Son animateur n'est pas spécialement libertaire mais son ouverture d'esprit fait que de nombreux titres offrent un tour d'horizon de la pensée critique qui ne peut qu'enrichir les anarchistes. Thèmes abordés : « question juive », antisémitisme, religion et politique, terrorisme et violences politiques, positions théoriques sur les élections, inventaire de la confusion, l'identité nationale, guerre et pacifisme, etc. Pub perso : près de 500 brochures numérisées par Anarlivres sont présentes sur Calaméo et quelque 1500 PDF peuvent être téléchargés (soit directement, soit en lien sur un autre site). On y trouve, entre autres, les exemplaires d'Itinéraire. Une vie, une pensée (1987-2001) : n° 1 (Durruti), n° 2 (Sacco et Vanzetti), n° 3 (Kropotkine), n° 4 (Rudolf Rocker), n° 5/6 (Malatesta), n° 7 (Pierre-Joseph Proudhon), n° 8 (Emma Goldman), n° 9/10 (Ricardo Flores Magón), n° 11 (Eugène Varlin), n° 12 (Henry Poulaille), n° 13 (Voline), n° 14/15 (Elisée Reclus) et l'Agenda 2001.

 

REVUES

Derniers numéros parus

Alternative libertaire, « mensuel de l'Union communiste libertaire (UCL) » : n° 324, février, 20 p., 3 euros, site Internet - sommaire

Anarchosyndicalisme !, « journal de la CNT-AIT de Toulouse » : n° 175, janv.-fév., 20 p., 2 euros, site Internet - à télécharger

L'Anjou libertaire, « bulletin mensuel du groupe du Maine-et-Loire de l'Union communiste libertaire », n° 14, janvier, 3 p., site Internet - à télécharger

Avis de tempête, « bulletin anarchiste pour la guerre sociale » : n° 49, 15 janvier, 12 p., site Internet - à télécharger

Casse-Rôles, « journal féministe et libertaire » : n° 19 (dossier : « Prison »), février-avril, 60 p., prix libre, site Internet - sommaire

Chroniques noir et rouge, « revue trimestrielle de critique bibliographique du mouvement libertaire » : n° 7, décembre, 68 p., 5 euros (abt. : 20 euros pour 4 numéros), site Internet - sommaire

Combat syndicaliste, « mensuel de la Confédération nationale du travail » : n° 468, février, 24 p., 2 euros, site Internet - sommaire ;
n° 467, janvier, à télécharger
n° 466, décembre, à télécharger

Courant alternatif, « mensuel anarchiste-communiste » de l'Organisation communiste libertaire (OCL) : n° 317 (dossier : « Bretagne en vert et contre tous »), février, 36 p., 3 euros, site Internet - sommaire

CQFD, « mensuel de critique et d'expérimentation sociales » : n° 206, février, 32 p., 5 euros, sommaire - abonnement

Creuse-Citron, « journal de la Creuse libertaire » : n° 70, novembre-janvier, 28 p., prix libre, à télécharger

Fragments, « revue de littérature prolétarienne », n° 4, janvier, 100 p., 7 euros (+ 3 euros de frais de port), sommaire - abonnement

Mauvais sang, « un journal bâtard pour la révolution » : n° 1, février, 2 p., prix libre, site Internet - à télécharger

Médiacritiques, « revue trimestriel d'Acrimed » : n° 41 (dossier : « Médias et extrême droite »), janv.-avril, 44 p., 4 euros, site Internet

Le Monde libertaire, « le mensuel sans Dieu ni maître de la Fédération anarchiste » : n° 1836 (dossier : « Des informations… désinformation »), février, 56 p., 4 euros, site Internet - abonnement

Le Papillon noir, « CNT interpro Brest » : n° 3, s.d., 60 p., prix libre, à téléchager

Réfractions, « recherches et expressions anarchistes » : n° 47 (« La Faim et les moyens »), automne, 165 p., 15 euros, site Internet

Résistons ensemble, « contre les violences policières et sécuritaires » : n° 202, 2 février, 4 p., site Internet - à télécharger

 

AUDIO-RADIO

De Goldman aux chants révolutionnaires. Le studio et agence de production de podcasts Bababam s'est intéressé à Emma Goldman (1869-1940) et a mis en ligne une courte (13 min) et correcte biographie. De sa naissance en Lituanie à son décès à Toronto (Canada), les luttes et voyages de cette grande dame de l'anarchie sont relatés. Elle fut sans doute la seule à avoir été jugée indésirable à la fois par les Etat-Unis et la Russie soviétique (lire Itinéraire n° 8 qui lui est consacré). Sa vie valait-elle la peine d'être vécue ? C'est pour répondre à cette question qu'elle a écrit à 65 ans un texte que l'on retrouve sur Partage noir. Elle y confie ses certitudes et ses espoirs. Durant ses séjours en Espagne pour soutenir la cause révolutionnaire, elle a dû entendre quelques-uns de ces chants : Hijos del Pueblo, A Las Barricadas, Viva la FAI

A Las Barricadas (original)

En 2008, le collectif Los Solitarios & Barricadas Internationales éditait une compilation de ceux-ci. Leur CD, ainsi que la couverture et le livret qui l'accompagnent sont téléchargeables. En France aussi les anarchistes aimaient chanter et, jusqu'à la seconde guerre mondiale, nombre de rencontres se terminaient par des chants de révolte tels que Le Père Lapurge, Le Bon Dieu dans la merde ou La Ravachole.

La Ravachole

Cette dernière est attribuée à Sébastien Faure (1858-1942, biographie) qui l'aurait écrite en 1893 mais, vu sa personnalité et ses orientations, on peut en douter. Reprenant l'air et certaines paroles de La Carmagnole, elle fait référence à l'anarchiste François Claudius Koënigstein dit Ravachol (Wikipédia) condamné à mort, entre autres, pour des attentats à la bombe aux domiciles de magistrats. Mais c'est Le Bon Dieu dans la merde que chantait Ravachol avant que le couperet de la guillotine ne l'empêche d'aller jusqu'au dernier couplet.

Le Bon Dieu dans la merde

Quant au Père Lapurge, elle a été écrite par Constant Marie (1838-1910, Maitron), dit le Père Lapurge, cordonnier, aide-maçon, camelot, anarchiste parisien et auteur de chansons.

Le Père Lapurge

Nous ne pouvons terminer cette chronique sans rendre hommage à Marc Ogeret (1932-2018, Maitron), qui chante deux des chansons ci-dessus, inoubliable interprète des textes de Jean Genet, Aristide Bruant, Gaston Couté, Léo Ferré et de ces Chansons « contre » enregistrées en 1968.

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Toulouse, 1er février. Rencontre autour du livre La Peine de mort n'a jamais été abolie. Dits et écrits de prison choisis par « L'Envolée » (Les Editions du bout de la ville), à partir de 19 heures, à la librairie Terra Nova, 18, rue Gambetta (M° Capitole). Site Internet.

Limay (78), 2 février. Solidaires Yvelines organise avec la librairie La Nouvelle Réserve, des membres du journal L'Envolée, qui vient d'éditer La Peine de mort n'a jamais été abolie (Les Editions du bout de la ville), et Nadia Menenger, autrice de plusieurs livres sur la prison, une rencontre sur le thème « Des prisons, pour quoi faire ? », à 19 heures, à La Nouvelle réserve, 5, rue du Maréchal-Foch. Infos.

Bergerac (24), 3 février. Thierry Ribault présentera Contre la résilience (L'Echappée), à partir de 19 heures, à La Colline aux livres, place Louis-de-la-Bardonnie, Bergerac. Site Internet.

Paris, 4 février. Discussion sur l'« Histoire de l'antiracisme, entre luttes révolutionnaires et récupération » pour alimenter les combats actuels. A 19 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e (M° Place-des-Fêtes). Infos.

Malakoff (92), 5 février. A l'occasion des JO d'hiver à Pékin en février 2022, la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM) vous propose à 19 heures une conférence gesticulée « Capitalisme et sport : jeu, set et match ! », avec Valentin Sansonetti (entrée libre). Suivi d'un buffet participatif. BAM, 14, impasse Carnot (M° Rue-Etienne-Dolet). Site Internet.

Paris, 5 février. Projection-débat à partir de 16 h 30 avec Helyette Bess, animatrice de la librairie Le Jargon libre, et Nadia Genet, réalisatrice du film Aimer la vie qui relate la vie et les combats d'Helyette. Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e. Accès libre dans le respect des dispositions sanitaires en vigueur. Infos.

Malakoff (92), 6 février. Les ateliers d'artivisme (« art activiste ») se tiennent tous les dimanches à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot (M° Malakoff - Rue-Etienne-Dolet), de 19 à 23 heures. Site Internet.

Paris, 7 février. Projection du film A Serious Man (2009, 106 min, VOSTF), de Ethan et Joel Coen, qui met en scène un citoyen lanbda à la recherche du sens la vie. Mais la vie a-t-elle un sens ? A 19 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e (M° Place-des-Fêtes). Site Internet.

Grenoble, 8 février. Rencontre à 19 heures avec Laurine Roux, pour L'Autre moitié du monde (Editions du Sonneur), à la librairie La Nouvelle Dérive, 10, place Sainte-Claire, avec l'association Rive et Dérive. Site Internet.

Lille, 8 février. Débat sur la restitution des objets d'art africains entre Philippe Baqué, auteur d'Un nouvel or noir (Agone), Philippe Dagen (Le Monde) et Sally Thiam (ONG Afrique Patrimoine) organisée par l'association d'étudiants Mela Lille. A 18 heures, à Sciences-Po (amphi B / Norbert Elias), 9, rue Angellier (M° République). Infos.

Lille, 9 février. Survie Nord invite, de 18 h 30 à 20 heures, Philippe Baqué à présenter son dernier livre, Un nouvel or noir. Le pillage des objets d'art en Afrique (Agone), au café des Sarrazins, 52, rue des Sarrazins.

Montreuil (93), 10 février. Rencontre, à 19 h 30, avec Mathilde Blézat à propos de son ouvrage Pour l'autodéfense féministe (Editions de la dernière lettre), à la librairie Libertalia, 12, rue Marcelin-Berthelot (M° Croix-de-Chavaux). Site Internet.

Paris, 10 février. L'association 24-août-1944 vous invite à une soirée en deux parties : de 18 à 20 heures, spectacle « Hommage à l'exil républicain espagnol » (60 min) interprété par des élèves du lycée Georges-Brassens (Paris 19e) ; de 20 h 15 à 22 heures, projection de L'Exode d'un peuple (1939, 37 min) de Louis Lech. Suivi d'un débat sur la situation légale des étrangers en France en 1939. A Paris'Anim (Centre Place-des-Fêtes), 2/4, rue des Lilas, Paris 19e. Entrée gratuite (dans le respect des consignes sanitaires).

Paris, 11 février. Soirée de soutien à Nantes révoltée, média menacé de dissolution par le ministre de l'Intérieur, à la demande d'élus régionaux (pétition). Au programme : prises de parole, vente de la revue… et convivialité ! Organisée par Le Monte-en-l'air, les éditions Divergences et Nantes révoltée. A 19 heures, à la librairie Le Monte-en-l'air, 71, rue de Ménilmontant et 2, rue de la Mare, Paris 20e. Facebook.

Paris, 11 février. Soirée de soutien international aux anarchistes de Grèce (lire ci-dessous), organisée par le groupe La Révolte (Fédération anarchiste) et le secrétariat international de la CNT. Discussion avec Yannis Youlountas sur les luttes en cours. A 19 h 30, au 33, rue des Vignoles, Paris 20e (M° Avron ou Buzzenval).

Paris, 12 février. A 16 h 30, causerie sur la Première Internationale par Volito de Printemps 1871 à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° République, Oberkampf ou Filles-du-Calvaire). Accès libre dans le respect des dispositions sanitaires en vigueur. Infos.

Spezet (29), 12 février. Discussion, à 19 h 30, avec Jean-Claude et Philippe à propos des coopératives alimentaires autogérées et de Diony coop à la Librairie coopérative autogérée La Ferme Intention.

Malakoff (92), 13 février. Les ateliers d'artivisme (« art activiste ») se tiennent tous les dimanches à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot (M° Malakoff - Rue-Etienne-Dolet), de 19 à 23 heures. Site Internet.

Toulouse, 13 février. La Bibliothèque anarcha-féministe assure deux permanences par semaine – le mercredi, de 16 à 20 heures ; le dimanche, de 14 à 18 heures – au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Infos.

Paris, 14 février. Projection du film Décodeur (1984, 87 min, VOSTF), de Musha, qui explore « l'opposition entre musique composée et musique concrète et les liens entre art et révolution ». A 19 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e (M° Place-des-Fêtes). Site Internet.

Paris, 15 février. Laurine Roux présentera son nouveau livre L'Autre moitié du monde (Editions du Sonneur), à 20 heures, à la librairie Quilombo, 23, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets ou Nation). Infos.

Paris, 16 février. L'Université populaire et libertaire du XIe arrondt vous propose de rencontrer Henri Simon (70 ans de luttes ouvrières) autour du documentaire de Matthieu Le Goff Henri sans chichis (2021, 29 min). A partir de 20 heures, à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e. Organisé par le groupe Commune de Paris de la Fédération anarchiste. Site Internet.

Toulouse, 16 février.La Bibliothèque anarcha-féministe assure deux permanences par semaine – le mercredi, de 16 à 20 heures ; le dimanche, de 14 à 18 heures – au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Infos.

Elne (66), 17 février. A 16 h 30, projection du film Amis dessous la cendre (2021, 58 min), documentaire sur Victor Simal et son retour quarante ans plus tard à la prison Modelo de Barcelone, présenté au cinéma Vautier par l'association 24-Août-1944. Seront présents Victor et des anciens du Comité anti-répression de Perpignan de l'époque.

Paris, 17 février. Laurine Roux sera, à 19 heures, à la librairie Les Champs magnétiques, 80, rue du Rendez-Vous, Paris 12e, pour présenter son livre L'Autre moitié du monde (Editions du Sonneur). Site Internet.

Lyon, 18 février. A partir de 19 h 30 (projection à 20 heures), la librairie La Plume noire, 8, rue Diderot, Lyon 1er, accueillera Angélique Kourounis pour la projection de son documentaire Aube dorée, l'affaire de tous (2021, 117 min). Puis discussion sur la situation en Grèce et en France alors que la surenchère sécuritaire et raciste plane sur l'élection présidentielle. Infos.

Paris, 18 février. « Peut-on résister au manichéisme ? », discussion avec Nedjib Sidi Moussa, auteur de La Fabrique du Musulman. Essai sur la confessionnalisation et la racialisation de la question sociale (Libertalia) et plus récemment de Dissidences algériennes. Une anthologie, de l'indépendance au hirak (Les Editions de l'Asymétrie). A 19 heures, aux Fleurs arctiques, 45, rue du Pré-Saint-Gervais, Paris 19e (M° Place-des-Fêtes). Site Internet.

Rabastens (81), 18 février. Romain Roszak présentera La Séduction pornographique (L'Echappée), à partir de 19 h 30, à la librairie La Confiserie, 12, rue du Pont-del-Pa. Site Internet.

Toulouse, 18 février. A 19 heures, projection du film Le Déménagement (2011, 54 min), de Catherine Réchard. A Rennes, une vieille prison ferme, une nouvelle en périphérie ouvre… Quelle sera la vie dans ce nouveau lieu ? Ouverture des portes à partir de 18 h 30. Au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Infos.

Clermont-Ferrand (63), 19 février. Rencontre-discussion entre Irene, autrice de La Terreur féministe (Divergences), des membres du collectif Nous Toutes, des membres du Planning familial 63 et du collectif Femmes de Mars organisée par l'équipe de la librairie des Volcans. A 17 heures, au 80, bd François-Mitterrand. Site Internet.

Paris, 19 février. Rencontre-débat avec Jean-Manuel Traimond, à propos de son dernier ouvrage Comment fabriquer une religion (Atelier de création libertaire). A 16 h 30, à la Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e. Accès libre dans le respect des dispositions sanitaires en vigueur. Infos.

Rennes (35), 19 février. Projection-débat sur la Commune de Paris avec le film d'animation Les Damnés de la Commune (2021, 87 min, infos), de Raphaël Meyssan, puis discussion sur l'actualité de celle-ci et des communes de province. A 14 heures, au local La Commune, 17, rue de Châteaudun. Organisée par le groupe La Sociale (Fédération anarchiste). Site Internet.

Saint-Ouen (93), 19 février. Rendez-vous à 14 heures au stade Bauer, à l'initiative des supporters du Red Star, pour une présentation de Rino Della Negra, footballeur et partisan (Libertalia), en présence de Dimitri Manessis et Jean Vigreux, les auteurs de l'ouvrage. Twitter.

Malakoff (92), 20 février. Les ateliers d'artivisme (« art activiste ») se tiennent tous les dimanches à la Bibliothèque associative de Malakoff (BAM), 14, impasse Carnot (M° Malakoff - Rue-Etienne-Dolet), de 19 à 23 heures. Site Internet.

Toulouse, 21 février. A 18 heures, la librairie associative Le KiosK acccueillera Aurélien Berlan qui viendra discuter de son dernier livre, Terre et Liberté. La quête d'autonomie contre le fantasme de délivrance (La Lenteur). Le Kiosk, La Chapelle, 36, rue Danielle-Casanova. Site Internet.

Grande-Synthe (59), 24 février. Mathilde Blézat sera, à 18 h 30, au cinéma Le Varlin, rue Denis-Papin, pour présenter son ouvrage Pour l'autodéfense féministe (Editions de la dernière lettre).

Marseille, 24, 25 et 26 février. Le collectif Manifeste Rien propose trois représentations de Fadhma et Louise : 1871, le cri des peuples de Virginie Aimone avec la complicité de l'anthropologue Tassadit Yacine, au théâtre de L'Œuvre, 1, rue Mission-de-France, Marseille 1er, à 20 heures. Fadhma N' Soumer et Louise Michel sont deux figures des insurrections kabyle et parisienne. Infos.

Paris, 24 février. Florent Souillot présentera La Guerre de l'attention (L'Echappée), à partir de 19 heures, à la Librairie de Paris, 7, place de Clichy, Paris 17e. Site Internet.

Lille (59), 25 février. Rencontre avec Mathilde Blézat, autour de son ouvrage Pour l'autodéfense féministe (Editions de la dernière lettre), à la Moulinette, 105, bd Victor-Hugo. En partenariat avec l'association féministe Chez Violette. Site Internet.

Toulouse, 25 février. « Notre alimentation, symbole d'un malaise social », conférence gesticulée de Nadia Cohen, à 19 h 30, au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Infos.

Lyon, 26 février. La librairie autogérée La Plume noire, 8, rue Diderot, Lyon 1e, accueillera de 15 à 18 heures Laurier The Fox pour la présentation-dédicace de sa BD Reconnaitrans (contraction de « reconnaissance » et de « transidentité ») sur la vie des personnes transgenres. A prix libre et venir masqués. Infos.

Toulouse, 26 février. Au ciné-club Libertad, projection de Land and Freedom (1995, 109 min), le film de Ken Loach sur la guerre d'Espagne en 1936. Ouverture des portes à partir de 18 h 30, projection à 19 heures. Prix libre. Au local associatif Le Chat noir, 33, rue Antoine-Puget. Infos.

Paris, 27 février. A 17 heures, causerie populaire libertaire « Non à la guerre » organisée par le groupe Commune de Paris de la Fédération anarchiste. Librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e. Accès libre dans le respect des dispositions sanitaires en vigueur. Infos.

 

FOIRES AUX LIVRES, EXPOSITIONS,
COLLOQUES, RENCONTRES

Médias et extrême droite. Acrimed et Vigilance et initiatives syndicales antifascistes (VISA) organisent une journée publique d'information et de débats autour des relations entre médias et extrême droite le samedi 12 février, de 13 à 19 heures, salle Olympe-de-Gouges, 15, rue Merlin, Paris 11e. Après une entrée avec la Fanfare invisible à 13 heures, la journée s'articulera autour de trois tables rondes, suivies d'échanges avec le public :
– 14 heures, « Médias d'extrême droite, extrême droite dans les médias » (les usages des médias par les dirigeants du FN ; cartographie de la fachosphère par La Horde ; la gauche, les médias et l'extrême droite dans les années 1930 par Dominique Pinsolle) ;
– 15 h 30, « Trente ans de banalisation médiatique de l'extrême droite » (les médias face à la menace fasciste par Ugo Palheta ; comment les préoccupations centrales de l'extrême droite sont-elles devenues légitimes dans le débat public ? par Annie Collovald ; chaînes d'info : la prime à l'extrême droite par Samuel Gontier) ;
– 17 heures, « Quelle réaction des rédactions ? » (débat avec Acrimed, des journalistes et les syndicats de journalistes SNJ et SNJ-CGT).
Des vidéos des tables rondes seront consultables sur le site d'Acrimed dans les jours qui suivront. Un espace sera dédié aux tables de presse de collectifs, syndicats, médias indépendants et maisons d'édition. Facebook.

Camus en hiver. Jusqu'à fin février la ville de Nice (06) rend hommage à Albert Camus (« Au milieu de l'hiver, un été invincible », infos) avec divers événements : lecture, théâtre, musique, conférence, danse, atelier de philosophie… Et une exposition (entrée gratuite), jusqu'au 27 février, à la bibliothèque Louis-Nucéra, 2, place Yves-Klein, qui a pour titre « Albert Camus ou la pensée de midi – Un héritage pour demain » (infos). « Exposer Camus, le donner à voir et à comprendre à un large public, c'est tracer un chemin et définir un parcours où il est possible de le reconnaître, de le retrouver, d'entrer dans son monde, de partager sa sensibilité, ses façons de penser, ses amitiés comme ses refus. Ce qui le fait vibrer, de joie ou de colère, ce qui l'accable comme ce qui lui permet, en dépit de tout, d'être dans le bond, comme dirait son ami René Char. » Ajoutons que, dans ces temps crépusculaires, connaître « un été invincible au milieu de l'hiver » et avoir « un héritage pour demain » dans la lignée de Camus, c'est ce qui pourrait nous arriver de mieux.

Combas pour Brassens. L'exposition « Combas chante Sète et Georges Brassens » pourra être vue jusqu'au 1er mai à l'hôtel Goüin, 25, rue du Commerce, Tours (37), du mercredi au dimanche, de 14 à 18 heures. Entrée libre, selon les contraintes sanitaires en vigueur. « L'artiste peintre Robert Combas [site Internet], de renommée mondiale, réinterprète graphiquement le répertoire du poète chantant. Peinture impertinente et débordante, Robert Combas partage l'esprit libertaire de Brassens, son anarchisme revendiqué et son langage fleuri à travers une œuvre unique. » Laissons les derniers mots à l'artiste : « Moi, j'ai voulu faire comme ses mots de jeux, être irrespectueux un peu pour le faire vivre beaucoup et non pas le hisser sur un pied d'Estale d'où il se casserait la gueule et on s'apercevrait que ce n'était que du plâtre et que les pieds destaleurs étaient des tricheurs, comme ces bustes classiques qu'on trouve dans les magasins de souvenirs. (…) Je préférerais faire 100 portraits de lui en couleur avec les moustaches vertes ou orange s'il le faut, pour le rendre humain, pour lui redonner son rythme tranquille, inimitable. J'espère que je serai compris dans mon essai de compréhension de l'œuvre d'un champion de la chanson et d'un immense pourfendeur des cons. »

 

DIVERS

Solidarité avec la Grèce. Un nouveau convoi solidaire vers la Grèce s'apprête à partir pour emmener des produits de première nécessité (voir liste) afin de « soutenir les lieux et initiatives solidaires autogérées du mouvement social qui résistent et aident les précaires grec-ques et exilé-es abandonné-es par l'Etat. En effet, la situation des exilé-es s'est fortement agravée depuis le mois d'octobre (60 % des aides financières ont été coupées). Une raison de plus de soutenir les collectifs qui font face à cette ignominie, dans l'entraide et l'autogestion, sur un plan horizontal et sans subvention ni soutien du pouvoir et de ses valets. Une action par-delà les frontières, de mouvement social à mouvement social ». Un premier fourgon est parti de Montreuil le 5 janvier, d'autres suivront en convoi en février, puis en mars de Nevers, Marseille, Albi, Grenoble, Bordeaux, Martigues… Carte des points de collecte. Un soutien financier est possible (« cela permet aux collectifs sur place de compléter eux-mêmes ce qu'on apporte et ça diminue la charge à transporter »). Plus d'infos. Retour en photos sur le convoi solidaire vers la Grèce de février-mars 2019 (26 fourgons et 65 conducteurs).

Au cours des derniers mois plusieurs compagnons s'en sont allés, souvenons-nous d'eux…

Bertrand Dekoninck (1969-2021), ancien membre des groupes Humeurs noires et Gromélifa de Lille (Fédération anarchiste), est décédé le 30 octobre à 52 ans d'un cancer. Mathématicien, guitariste et compositeur, il anima plusieurs émissions sur Radio Campus entre autres. Il écrivit de nombreux articles pour Le Monde libertaire, La Sociale (journal des groupes anarchistes de Lille qu'il créa en 2002) et L'Echo des sans-voix (Lille). Dans les années 1990, Bertrand Dekoninck s'engagea dans le soutien aux luttes de sans-papiers en organisant ou en participant à des occupations et à des actions de solidarité… Le Comité des sans-papiers 59 lui a d'ailleurs rendu un hommage émouvant. On peut lire aussi sa notice biographique dans le Maitron.

Daniel Bekaert (1946-2021). Né le 1er novembre 1946 à Ixelles (commune de Bruxelles, Belgique), il devient typographe puis chômeur longue durée. C'est une figure active du mouvement anarchiste bruxellois, participant à toutes les luttes des années 1960-1970. Il aide aussi les jeunes en difficulté et est entre autres l'un des créateurs des Mauvaises herbes, une maison de jeunes travailleurs. Admirateur de Georges Brassens, il créa une feuille électronique intitulée La Mauvaise herbe. Daniel Bekaert est décédé le 18 décembre à Nivelles (Brabant wallon).

Michel Desmars (1942-2021), agent de conduite à la SNCF et anarcho-syndicaliste, est saisi par le mouvement de Mai 68 et participe activement à la grève avec occupation. En 1969, il est, avec Georges Fontenis, un des cofondateurs du Mouvement communiste libertaire (MCL), et sera directeur de publication de son journal, Guerre de classes. Il rejoint la CFDT en 1974 et y prend des responsabilités, devenant l'un des animateurs de gauche de la centrale. Il rejoint un temps l'Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL) puis choisit en 2001 la voie électorale et est élu au conseil municipal de Toulouse sur la liste des Motivé-e-s. Installé au Verdier (Tarn), il y fut élu maire en 2014 et réélu en 2020. Michel Desmars est mort à Albi (Tarn) le 21 décembre. Lire article nécrologique dans Alternative libertaire et notice Maitron.

2022, année Magón. Le gouvernement mexicain a décrété 2022 année Ricardo Flores Magón, « precursor de la revolución mexicana », car, le 21 novembre 2022, on commémorera le centenaire de son assassinat dans une prison américaine (voir affiche). Mais ce n'est pas la première fois qu'un hommage lui ait rendu (pour le pouvoir, un révolutionnaire mort est souvent un bon révolutionnaire). En 2008, déjà, en prévision du bicentenaire de l'indépendance (16 septembre 1810) et du centenaire de la révolution de 1910, la Casa de Moneda de Mexico avait frappé une série de pièces de monnaie bimétalliques de 5 pesos à l'effigie de « grands hommes » dont l'anarchiste Flores Magón. Qui était-il ? Né le 16 septembre 1874 ; son père, Teodoro Flores, est un indien Zapotec et sa mère, Margarita Magón, une métisse indienne-espagnole. Le 16 mai 1892, étudiant en droit à Mexico, il participe à une manifestation contre la dictature du président Porfirio Díaz. Il est arrêté et condamné à cinq mois de prison. En 1895, il est admis au barreau comme avocat. Le 7 août 1900, familiarisé avec les écrits des théoriciens anarchistes, il fonde avec son frère Jesús et A. Horcasitas Regeneración (collection numérisée), qui deviendra en 1901 l'organe du Parti libéral mexicain (PLM). Le 22 mai de cette année, Ricardo et Jesús sont arrêtés et condamnés à un an de prison pour insulte au président. Libéré, il édite avec son autre frère Enrique le journal satirique El Hijo del Ahuizote (« Le Fils du gêneur ») ; nouvelles condamnations. En 1904, il s'exile au Texas et fait reparaître Regeneración. On tente de l'assassiner. Il transfère alors le journal à Saint-Louis (Missouri) mais, le 12 octobre 1905, les bureaux sont investis par les détectives de l'agence Pinkerton, le matériel détruit, Ricardo et Enrique emprisonnés. En septembre 1906, les premières insurrections du PLM ont lieu dans plusieurs villes du Mexique. A Los Angeles, Ricardo fait paraître clandestinement le journal Revolución, mais il est arrêté le 23 août 1907 avec Librado Rivera et Villarreal. Il ne sera libéré que le 3 août 1910 et reprend alors la parution de Regeneración (BD de Partage noir). La devise en devient « ¡Tierra y Libertad! ». Le 29 janvier 1911, la ville de Mexicali est prise par les forces du PLM. Avec l'aide des radicaux américains de l'Industrial Workers of the World (IWW) et des internationalistes, la Commune de Basse-Californie durera cinq mois. Le 25 mai, Díaz démissionne. Madero le remplace, attaque les réalisations magonistes et reprend les villes conquises. Aux Etats-Unis, le 25 juin 1912, Ricardo et ses compagnons sont à nouveau condamnés à deux ans de prison. A sa libération, il s'installe dans une communauté près de Los Angeles. Le 16 mars 1918, avec Librado Rivera, il lance « Le Manifeste aux anarchistes du monde et aux travailleurs en général ». Ils sont arrêtés et condamnés, le 15 août 1918, à quinze et vingt ans de réclusion pour « sédition ». Le 21 novembre 1922, il est assassiné au pénitencier de Leavenworth (Kansas). A Mexico, son enterrement sera suivi par dix mille travailleurs. Pour aller plus loin : le n° 9/10 d'Itinéraire (richement illustré) qui lui est consacré ; ¡Tierra y Libertad! Les anarchistes dans la révolution mexicaine (chronologie élaborée par Partage noir) ; le dossier d'Alternative libertaire n° 200 sur la révolution mexicaine et Ricardo Flores Magón. Regeneración, qui contient plusieurs articles parus dans la revue. Nous reviendrons lors d'un prochain texte sur les idées de Magón et de ceux qui l'ont accompagné.

 

 

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas