Février 2009

PUBLICATIONS

Malgré une présentation qui fleure bon le marketing éditorial surfant sur une providentielle vague terroriste, peu importe qu'elle soit d'origine islamiste ou d'ultragauche, l'ouvrage de Vivien Bouhey mérite mieux que ça. Dans Les Anarchistes contre la République (1880-1914) (Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 496 p., 24 euros), il tente de réfuter l'idée d'une « nébuleuse anarchiste » et de montrer l'importance des structures, de réseaux entre régions et par-delà les frontières, l'existence de circuits de financement, afin de faire la part entre ce qui relève de la « spontanéité individuelle » et de l'« action organisée ». Même si sa démonstration n'emporte pas forcément l'adhésion, c'est une très intéressante étude historique et sociologique du mouvement libertaire s'appuyant aussi bien sur les sources traditionnelles que sur les apports des archives départementales bien souvent négligées. C'est à un autre voyage, littéraire, que nous invite l'historien britannique Benedict Anderson dans Les Bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire anticolonial (trad. d'Emilie L'Hôte, La Découverte, coll. Textes à l'appui, 260 p., 26 euros) : comment, à la fin du XIXe siècle, a pris corps le rêve d'indépendance des peuples colonisés… nourri par l'anarchisme européen. L'imaginaire libertaire a enflammé bien des peuples en divers lieux. Une biographie, Insaisissable. Les aventures de B. Traven (de Rolf Recknagel, trad. d'Adèle Zwicker, L'Insomniaque, 350 p., 18 euros) nous le rappelle en tissant les liens qui unissaient le mystérieux romancier B. Traven, mort au Mexique en 1969, à Ret Marut. L'auteur du Vaisseau des morts et le pamphlétaire anarchiste munichois qui avait bravé la censure militaire pendant le premier conflit mondial et joué un rôle actif dans l'éphémère République des conseils de Bavière en 1919 était une seule et même personne. A ce sujet, on peut lire avec profit la page qui lui est consacrée par les éditions Sillage. Celles-ci viennent d'ailleurs de rééditer, pour la première fois en version intégrale, Le Trésor de la Sierra Madre (trad. de Paul Jimenes, Sillage, 320 p., 19,50 euros). Restons en Allemagne pour découvrir un autre membre de la République des conseils de Bavière, brièvement commissaire à l'instruction publique et à la culture, assassiné le 2 mai 1919 par la réaction : Gustav Landauer (lire biographie). Les éditions du Sandre ont publié une sélection d'essais qu'il a écrits entre 1901 et 1918, La Communauté par le retrait et autres essais (préf. de Charles Daget, 294 p., 28 euros), qui permet de saisir sa vision de l'anarchisme : ni individualisme stirnérien ni communisme kropotkinien, plutôt révolution permanente et transformation de soi comme préalable. Autre pays, le Japon, avec la première traduction en français de l'ouvrage de l'anarchiste Kôtoku Shûsui, L'Impérialisme, le spectre du XXe siècle (texte traduit, présenté et annoté par Christine Lévy, CNRS Editions, 192 p., 25 euros). Cet ouvrage, paru en 1901 et interdit par la censure jusqu'en 1952, est tout à la fois une profession de foi révolutionnaire et un manifeste pacifiste internationaliste. Il prône la fraternité entre les peuples et anticipe les ravages du nationalisme et du militarisme japonais. Plutôt que la confrontation armée, l'entraide ; celle-ci ayant davantage contribué à la création et au développement des espèces et des sociétés humaines que la compétition de chacun contre tous. Prenant le contre-pied de Charles Darwin, Pierre Kropotkine l'a démontré avec L'Entraide : un facteur de l'évolution, réédité par Aden Editions (préf. de Pablo Servigne, 362 p., 22 euros). Cet ouvrage, qui constitue un des fondements de l'éthique libertaire, affirme la prééminence de la solidarité sur la « loi du plus fort ». N'est-il pas utile de le rappeler en ces temps de crise provoquée par une recherche de toujours plus de profit… pour le plus petit nombre ? Très prolifiques actuellement, les Editions du Monde libertaire nous proposent trois ouvrages. Le premier, La Palestine au pied du mur (coll. Ici et maintenant, 140 p., 10 euros), de René Berthier, reprend deux textes écrits en 2004… toujours tragiquement actuels, avec un massacre de plus à Gaza et le cynisme intact de la « communauté internationale ». En annexe, une présentation du groupe des Anarchistes contre le mur. Puis réédition de la brochure sur Louise Michel de Claire Auzias (coll. Graine d'ananar, 92 pages, 5 euros). Et enfin 1998-2008, une décennie de luttes sociales (coll. Notre histoire, 336 pages, 18 euros), de Patrick Schindler, qui relate ces années marquée par le retour d'une droite décomplexée, de l'ordre moral, de l'obscurantisme religieux et par le développement du néolibéralisme dans un climat de contrôle sécuritaire renforcé. Quelque peu désabusé mais pas résigné ! Autre bilan avec Avorter. Histoires des luttes et des conditions d'avortement des années 1960 à aujourd'hui (Collectif IVP, Tahin Party, 132 p., 6 euros), pour faire face aux attaques contre la possibilité d'avorter dans de bonnes conditions sanitaires et sans trafic financier. Afin d'affirmer, une fois de plus, la volonté de disposer de son corps envers et contre les pouvoirs législatifs, religieux et médicaux. Liberté de son corps mais aussi de sa pensée. Ce que nous rappelle René Schérer dans Nourritures anarchistes. L'anarchisme explosé (Hermann, coll. Philosophie, 202 p., 25 euros). Et, pour présenter cet ouvrage, je citerai Ronald Creagh (R.A. Forum) : « Cet anarchisme explosé, c'est celui qui inspire la liberté de pensée philosophique. Et en premier lieu le conflit entre jugement et justice, par lequel s'ouvre le livre. René Schérer y critique la prolifération cancéreuse d'un droit qui se prétend transcendant (…). Il évoque la tragédie qui dénonce l'ambiguité du langage, notamment celui de la logique binaire, “coupable ou non coupable absolument”. A l'opposé du nihilisme ambiant, il propose de “penser ensemble la séduction et le désir”, désir conçu comme productif au sens deleuzien. »

 

RÉUNIONS-DÉBATS

Paris, 1er février. Retour sur le Festival de la Digna Rabia et les quinze ans du soulèvement zapatiste. A 15 heures : ouverture des portes, puis projection de vidéos et discussion avec des personnes ayant participé à ce festival. A partir de 17 h 30, nouvelles projections. Restauration légère, boissons. Participation libre. Au Centre international de culture populaire (CICP), 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e (M° Rue-des-Boulets).

Metz, 3 février. Après la projection du film Fernand Pelloutier et les Bourses du travail (de Patrice Spadoni, 59 min.), réunion-débat sur : « La lutte des classes et/ou syndicalisme », au caveau du café Jehanne d'Arc, place Jeanne-d'Arc.

Saint-Denis, 3 et 5 février. Les cours de la Dionyversité – l'université populaire de Saint-Denis – ont lieu de 19 heures à 21 heures à la Bourse du travail, 9, rue Génin (métro ligne 13, station Porte-de-Paris). Mardi 3, cycle « Proudhon, Bakounine, Kropotkine : les trois fondateurs de l'anarchisme » : « Trois vies au service de la révolution », avec Philippe et Michael Paraire, coordinateurs de La Révolution libertaire (Le Temps des cerises). Jeudi 5, cycle « Figures de peintres dans leur contexte » : première rencontre, « Léonard de Vinci (1452-1519) », avec Yolaine Guignat. Informations complémentaires sur le site Internet.

Paris, 6 et 7 février. « 1939-2009 : hommage aux antifranquistes espagnols exilés en France », organisé par la Confédération nationale du travail (CNT). Le 6, à partir de 19 h 30, au 33, rue des Vignoles, Paris 20e : inauguration de l'exposition « Les républicains espagnols pour témoins », débat sur la déportation au camp de Mauthausen et le rôle des Espagnols dans la Résistance en France. Avec la participation de : Véronique Salou, Michel Reynaud, Evelyn Mesquida, Geneviève Dreyfus-Armand. Le 7, à 14 h 30, rassemblement devant l'entrée du cimetière du Père-Lachaise (boulevard de Ménilmontant) et dépôt d'une gerbe au monument aux morts du camp de Mauthausen. A 15 h 30, départ en manifestation vers le local de la CNT. A 16 heures, inauguration de la plaque commémorative en hommage aux militants de la CNT espagnole en exil. Dès 19 h 30, débat sur la CNT espagnole avant 1936 et la CNT en exil après 1939, avec Alain Dobeuf et Aimé Marcellan. Plus d'infos.

Paris, 7 février. Rencontre, à 16 h 30, avec Jean Rollin autour de son livre MoteurCoupez ! Mémoires d'un cinéaste singulier (E-dite), à la librairie du Monde libertaire, 145, rue Amelot, Paris 11e (M° Oberkampf, République ou Filles-du-Calvaire). Courriel - Site Internet.

Paris, 8 février. Au Studio de l'Ermitage, 8, rue de l'Ermitage, 75020 Paris (M° Jourdain), projection à 18 heures de La Cecilia de Jean-Louis Comolli. Histoire d'une communauté anarchiste au Brésil à la fin du XIXe siècle. Puis discussion sur le thème : « Et pourtant, ils existent » (expériences anarchistes), avec Anne Steiner (sociologue), Marc Tomsin (éditeur) et (sous réserve) Jean-Louis Comolli (cinéaste). Tarif : libre participation. Site Internet de Belleville en vue(s).

Marseille, 10 février. La Nuit de l'anarchie, organisée par Richard Martin, accueille cette année une création intitulée A l'amour, citoyens ! inspirée du texte La Méthode de Léo Ferré. Ce spectacle réunit la musique (Didier Lockwood), la poésie (Richard Martin), le chant (Caroline Casadesus) et la danse (Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault). A 21 heures, au Théâtre Toursky, 16, promenade Léo-Ferré, 13003 Marseille. (Tél. : 04 91 02 58 35.)

Paris, 10 février. Soirée d'hommage à Jean-Jacques de Félice, à 19 h 30, au Centre culturel La Clef, 21, rue de La Clef, 75005 Paris (M° Censier-Daubenton). Le film de Bernard Baissat, Jean-Jacques de Félice, avocat du peuple kanak, y sera présenté en avant-première. La projection sera suivie d'un débat et d'un moment convivial en musique, autour d'un verre. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Pour en savoir plus.

Dijon, 11 février. A 19 heures, rencontre-débat organisée par le Groupe libertaire avec Hervé Kempf, auteur de Commment les riches détruisent la planète (Seuil) et de Pour sauver la planète, sortez du capitalisme (Seuil). A la Maison des associations, 2, rue des Corroyeurs.

Toulouse, 13 février. Réunion-débat avec Jean-Marc Izrine, auteur de l'ouvrage Les Libertaires du Yiddishland (Alternative libertaire-Le Coquelicot) à propos du mouvement libertaire juif. A 20 h 30, à la librairie associative Le Chat noir, 18, avenue de la Gloire. Programme du mois.

Bordeaux, 14 février. Le Cercle Jean-Barrué (FA) et la Librairie du Muguet organisent une réunion-débat sur le thème : « Face à la crise… syndicale, quelles réponses du syndicalisme de lutte ? », avec René Berthier, auteur de la brochure A propos de l'Alliance syndicaliste (1970-1980) (No Pasaran). A 16 heures, à l'Athénée libertaire, 7, rue du Muguet. Courriel - Site Internet.

Paris, 14 février. « Maxime Lisbonne et compagnie : les écrivains anarchistes à la fin du XIXe siècle », débat sur la littérature et la révolution… autour du livre de Caroline Granier Les Briseurs de formules (Ressouvenances), avec la participation de Laurent Bihl, historien. A 15 h 30, au 10, rue Robert-Planquette, Paris 18e (M° Abbesses ou Blanche). Tél. : 01 42 23 32 18. Site Internet.

Montpellier, 15 février. Présentation de Espagne 36, les affiches des combattant-e-s de la liberté (tomes 1 et 2) (Les Editions libertaires) par Wally Rosell, avec support vidéo. A 20 h 30, au local du Centre Ascaso-Durruti, 6, rue Henri-René.

Saint-Denis, 17 et 19 février. Les cours de la Dionyversité – l'université populaire de Saint-Denis – ont lieu de 19 heures à 21 heures à la Bourse du travail, 9, rue Génin (métro ligne 13, station Porte-de-Paris). Mardi 17, cycle « Proudhon, Bakounine, Kropotkine : les trois fondateurs de l'anarchisme » : « Les créateurs de l'économie politique anarchiste », avec Philippe et Michael Paraire, coordinateurs de La Révolution libertaire (Le Temps des cerises). Jeudi 19, cycle « Figures de peintres dans leur contexte » : « Le Douanier Rousseau (1844-1910 », avec Yolaine Guignat. Informations complémentaires sur le site Internet.

Paris, 18 février. La librairie Quilombo organise à 19 h 45 une rencontre-débat avec Odette Martinez-Maler, auteure du documentaire L'Ile de Chelo qui raconte la trajectoire d'une résistante de la guérilla antifranquiste durant et après la guerre civile espagnole, ainsi que sa lutte, entre 2004 et 2008, pour parvenir à poser, en Galice, des stèles en hommage à ses proches assassinés. Au CICP, 21 ter, rue Voltaire, Paris 11e. Courriel - Site Internet.

Romans (Drôme), 20 février. « Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur », causerie animée par Jean-Marc Delpech, auteur d'un ouvrage sur Alexandre Marius Jacob (Atelier de création libertaire), à 20 h 30, à la Boucherie chevaline, 24, rue Pêcherie. Organisée par le groupe La Rue râle de la Fédération anarchiste. Courriel.

Marseille, 21 février. « Alexandre Jacob, l'honnête cambrioleur », réunion-débat animée par Jean-Marc Delpech, à 17 heures, au local du Centre international de recherche sur l'anarchisme (CIRA), 3, rue Saint-Dominique, Marseille 1er (angle place des Capucines). Courriel - Site Internet.

Paris, 21 février. Journée de solidarité avec les centres de communication autonome zapatistes : projection de vidéos et de films dès 17 heures, puis discussion (à 18 h 30 et 19 h 30), et repas de solidarité à prix libre à 20 heures. A la CNT, 33, rue des Vignoles, Paris 20e (M° Buzenval ou Avron).

Saint-Denis, 24 et 26 février. Les cours de la Dionyversité – l'université populaire de Saint-Denis – ont lieu de 19 heures à 21 heures à la Bourse du travail, 9, rue Génin (métro ligne 13, station Porte-de-Paris). Mardi 24, cycle « Proudhon, Bakounine, Kropotkine : les trois fondateurs de l'anarchisme » : « Le programme anarchiste et la synthèse espagnole », avec Philippe et Michael Paraire, coordinateurs de La Révolution libertaire (Le Temps des cerises). Jeudi 26, cycle « Figures de peintres dans leur contexte » : « Vassili Kandinsky (1866-1944) », avec Yolaine Guignat. Informations complémentaires sur le site Internet.

Toulouse, 25 février. A 20 heures, projection du documentaire La Révolution du désir (2006, 80 min.), d'Alexandro Avellis et Gabriele Ferluga, sur les mouvements de libération homosexuelle dans les années 1970. Puis discussion sur les croisements des luttes féministes, « transpédégouines » et luttes sociales. A la librairie associative Le Chat noir, 18, avenue de la Gloire. Programme du mois.

Grenoble, 27 février. Le collectif de soutien aux inculpés de l'« affaire de Tarnac » organise une conférence-discussion sur l'outil « antiterroriste », la « mouvance anarcho-autonome », les luttes et révoltes concernées par la manière qu'a l'Etat de catégoriser ses « ennemis intérieurs »… Présentation des brochures « Mauvaises intentions ». A 20 heures, à Antigone, 22, rue des Violettes (quartier des Eaux-Claires). Courriel - Site Internet.

 

JOURNÉES LIBERTAIRES, FOIRE,
COLLOQUE…

Journées libertaires à Pau. Du 11 au 14 février, la CNT-AIT et sa section étudiante, la Coordination libertaire étudiante, organisent en collaboration avec le Cercle Louise-Michel et les Editions du temps perdu, des journées libertaires à Pau. Au programme :
mercredi 11, faculté des lettres : exposition « Féminisme et anarchisme » ; à 18 h 30, conférence-débat avec Claire Auzias (« Louise Michel et le féminisme »).
– jeudi 12, faculté des sciences : exposition « L'autogestion » ; à 18 h 30, conférence-débat « La lutte d'Abesse, un exemple de lutte autogérée aujourd'hui » ; à 21 h 30, concert à la Maison de l'étudiant avec Arnapy et Aahidanca.
– vendredi 13, faculté des lettres : à 18 h 30, conférence-débat avec Raymond Espinose (« Albert Cossery ») ; à 21 h 30, projection du film Vivir la utopia.
– samedi 14, local de la CNT-AIT, 18, rue Jean-Baptiste-Carreau : à midi, vernissage de l'exposition « La frontière » ; à 14 heures, conférence-débat avec Pierre-Henri Zaidman (« Le mandat impératif ») ; à 16 heures, conférence-débat « L'Association internationale des travailleurs aujourd'hui, l'exemple de la FORA argentine et de la CNT espagnole », avec la participation d'un militant de chacune de ces organisations. Pour de plus amples renseignements : courriel.

Foire de Gand (Belgique). La 8e Foire internationale du livre alternatif et libertaire se déroulera le 21 février 2009. C'est la journée par excellence pour dénicher des publications critiques et à contre-courant, pratiquement impossibles à trouver dans le circuit commercial ordinaire. Outre la présence d'ouvrages libertaires, un vaste choix de publications de diverses ONG et groupes activistes sera également offert. Entre autres, des publications relatives à l'antimondialisme, à l'action directe, à l'antimilitarisme, à l'activisme environnemental radical... A partir de 10 heures, des dizaines de librairies, de distributeurs et d'éditeurs de Belgique et d'autres pays seront présents. Location des stands : De Centrale, Kraankinderstraat 2, Gand, Belgique. Courriel. Plus d'infos sur le site Internet.

Colloque de Ligoure. Le Centre international de recherche sur l'anarchisme (CIRA) limousin organise du 1er au 3 mai un colloque au château de Ligoure, près de Limoges. Le thème retenu est : « Vivre l'anarchie. Expériences communautaires et réalisations alternatives antiautoritaires (XIXe et XXe siècles) ».
– Vendredi 1er mai (14 h 30-17 h 30) : « Du socialisme expérimental à l'anarchisme réalisateur. Expérimentation et changement social au sein des courants socialistes au cours du XIXe siècle » (modérateur : Gaetano Manfredonia), avec Pierre Mercklé, Olivier Chaïbi et Nathalie Brémand. A 21 heures : projection du film de Jean-Luc Comolli, La Cecilia (1975).
– Samedi 2 mai (9 h 30-12 h 30) : « Insurrection ou évolution ? Tendances et manifestations de l'anarchisme réalisateur jusqu'à l'entre-deux-guerres » (modérateur : Ronald Creagh), avec Isabelle Felici, Anne Steiner, Gaetano Manfredonia et Céline Beaudet.
– Samedi 2 mai (14 h 30-17 h 30) : « Le renouveau des expériences réalisatrices et/ou alternatives depuis les années 1960 » (modératrice : Marianne Enckell), avec Edward Sarboni, Ronald Creagh et Jean-Manuel Traimond. A 21 heure, projection du documentaire Autrement.
– Dimanche 3 mai (9 h 30-12 h 30), débat : « Persistance et actualité des stratégies réalisatrices » (modératrice : Claire Auzias), avec Marianne Enckell et Jean Berthaut.
Adresse postale : CIRA Limousin, Marsaleix, 19700 Lagraulière. Courriel - Site Internet.

 

DIVERS

Blog Han Ryner (1861-1938). Nous avions signalé en juin 2007 la naissance de ce blog qui, depuis, s'est bien étoffé. On y trouve des brochures à télécharger et à fabriquer, les mêmes textes en version « ebook » disponibles sur Calaméo ; la table trentenaire (1946-1975) des Cahiers des Amis de Han Ryner, réalisée par Daniel Lérault, et la table provisoire jusqu'en 1991 (dernier numéro paru) établie par le créateur du site ; un survol de l'œuvre rynérienne, de nombreux documents et extraits de textes, une liste des ouvrages encore disponibles ; un album présentant des portraits (photos, dessins et peintures) et des couvertures d'ouvrages… On peut même écouter la voix de Han Ryner avec l'enregistrement d'une conférence anticléricale. Bref, tout ou presque sur ce philosophe individualiste (lire bio Anarlivres). Site Internet.

Avis de concours. Pièces et main-d'œuvre et les éditions L'Echappée soumettent au public cette question d'un paysan du Tarn, irréductible ennemi de la société industrielle et du machinisme totalitaire : « Pourquoi perdons-nous depuis trente ans ? » Le « nous » renvoyant évidemment à tous les partisans de l'émancipation qui, jusqu'à l'automne 1977 et, en tout cas, avant les années 1980, ont cru, un moment au moins, à la possibilité d'un heureux bouleversement social, ainsi qu'aux plus jeunes qui ont dû depuis surmonter la douleur et l'incompréhension de cet échec. Que manque-t-il à cette contestation, du point de vue moral, intellectuel, théorique, pratique, et autres, pour faillir si piteusement et continûment ? Les réponses sont à envoyer d'ici septembre 2009, par texte imprimé et/ou par courrier électronique à PMO (courriel) et/ou aux éditions L'Echappée (courriel) qui publieront conjointement le ou les meilleurs envois. Les textes imprimés ne seront pas retournés en cas de refus.

Monde nouveau. Le nom du site est une référence au livre de Pierre Besnard, l'un des fondateurs de la CGT-SR. Il a pour ambition de présenter une réflexion sur la société sans aliénation économique ni oppression politique. On y trouve aussi bien des textes classiques du mouvement libertaire signés par Fernand Pelloutier, Pierre Kropotkine, Pierre Besnard, Gaston Leval, etc., que des réflexions critiques plus actuelles sur le fonctionnement du système capitaliste. D'autres articles permettent de situer la contribution libertaire dans le mouvement socialiste, rendant ainsi justice à une pensée particulièrement féconde. Est-il besoin de préciser que le site est très axé sur l'anarcho-syndicalisme et le syndicalisme révolutionnaires ? Site Internet.

Grouchos, vous connaissez ? Non, pas le moustachu des Marx Brothers, mais le Groupe contre l'horreur olympique et sportive ! Inutile de dire que celui-ci n'aime pas le sport, balle au pied, avec un volant, une raquette ou des crampons. Du moins celui qui est tarifé, mis en valeur par les médias, à l'idéologie élitiste, celui qui endort les foules et qui tue (le Dakar, depuis sa création en 1979, c'est « 54 morts et des blessés à la pelle »). Le site offre à la lecture de nombreux textes d'analyse pour décortiquer ce phénomène religieux et totalitaire. Il y a en a pour tout le monde : football, rallye, Jeux olymiques, sport républicain, « opium du peuple »… Et ne dites pas au créateur du site que le sport, c'est la santé : il vous prouvera, articles de presse à l'appui, que rien n'est plus faux. A part ça, il reste encore le baby-foot !

 

PÉRIODIQUES

« N'Autre école ». Cette livraison (n° 21, 4 euros) consacre une très large place à l'école en Palestine, mêlant témoignages, analyses et pistes de réflexion pédagogiques. En raison des événements de Gaza, les responsables de la revue ont décidé de mettre en ligne en libre accès des extraits de ce dossier « L'école : territoire de résistance ? ». Au sommaire : Projecthope, présentation d'une association d'aide à la scolarité des jeunes Palestiniens ; « Syndicat : le concret d'une solidarité sans frontière » ; rencontre avec des étudiants palestiniens ; « Education et résistance… l'école en Palestine » ; « Enseigner le conflit israélo-palestinien » et « Du côté de la littérature jeunesse », témoignages sur la Palestine. Le numéro complet en format papier peut-être commandé en écrivant à CNT-FTE « N'Autre école », 33, rue des Vignoles, 75020 Paris.

« Gavroche ». La « revue d'histoire populaire » (n° 157, janvier-mars, 52 p., 8 euros) s'intéresse à la chose militaire avec deux articles, l'un sur les tirailleurs algériens pendant le siège de Paris (septembre 1870-janvier 1871) qui suit le destin du turco « Charles » Abdelkader ; l'autre sur les déserteurs de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale et leur difficile reconnaissance dans l'Allemagne actuelle. Au sommaire également : la « petite ceinture » parisienne, la réforme agraire de 1945 en Hongrie et un portrait d'Ante Ciliga au « pays du mensonge déconcertant » (URSS). Abonnement d'un an : 30 euros pour quatre numéros (chèques à l'ordre de Scoop Presse). Adresse : Gavroche, BP 863, 27008 Evreux Cedex (tél. : 02 32 39 50 50). Courriel - Site Internet.

« A contretemps ». Dans son n° 33, le « bulletin de critique bibliographique » consacre un dossier à « Camus et les libertaires » avec, entre autres, la recension de l'ouvrage paru aux éditions Egrégore (textes rassemblés par Lou Marin), la primeur de la contribution de Charles Jacquier au colloque de Lourmarin sur Camus et la revue Témoins et un texte d'André Prunier (Prudhommeaux) paru dans Le Libertaire du 18 juin 1948 qui relate l'une des premières rencontres publique de l'écrivain avec des anarchistes. Et toujours de nombreuses notes de lecture plus ou moins développées sur les dernières parutions, livres et revues. Correspondance : Fernand Gomez, 55, rue des Prairies, 75020 Paris. Courriel - Site Internet.

« Le Libertaire ». Le dernier numéro de la « revue de synthèse anarchiste » est disponible au téléchargement (ainsi que les n° 27 et 28 précédents). A lire : après la manifestation du 29 janvier ; une évocation de Maurice Laisant (lire bio Anarlivres) ; un article sur le bicentenaire de la naissance de Proudhon, bien oublié par la presse nationale française (à l'exception du Monde diplomatique) ; des nouvelles d'Amérique et la suite du feuilleton sur la social-démocratie. Le Père Chat, quant à lui, se préoccupe de la « paupérisation des travailleurs sociaux ». Courriel - Site Internet.

« Infos & analyses libertaires ». On peut télécharger le bulletin mensuel daté janvier-février (n° 75) de la Coordination des groupes anarchistes (CGA). A la suite d'un édito, « Le capitalisme, c'est la crise permanente ! », on y trouve « Des analyses et des propositions anarchistes sur la question du logement », une démonstration que « Le terrorisme, c'est l'oppression, la répression… l'Etat ! », une constatation : « Il n'existe pas de solution capitaliste à la crise ! Amplifions les luttes sociales dès aujourd'hui pour construire la société égalitaire de demain ! ». Et un constat : « Mobilisation contre les décrets Darcos : une avancée dans l'auto-organisation des luttes ». Courriel - Site Internet.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas