Février 2007

PUBLICATIONS

Ecole buissonnière. Il ne faut pas manquer de culot pour rééditer vingt ans après le brûlot de Catherine Baker. Car si le constat est toujours juste – la situation se serait même aggravée avec la compétition généralisée –, que de chemin perdu depuis en renoncements et en reculades. Ce qui était envisageable dans les années 70-80 est devenu « quasiment impensable aujourd’hui ». S’adressant à sa fille de 14 ans alors, l’auteur lui explique pourquoi elle a choisi pour elle l’« école buisonnière ». Contre tout ce qui est obligatoire, contre la très manifeste injustice de l’école, contre la trouille, contre l’oppression des adultes sur les enfants, contre les maîtres, contre la confusion entre apprendre, savoir, connaître, contre l’assujetissement du sexe mineur, le manque à vivre, la normalisation et… « parce que je t’aime et qu’on à rien à perdre ». Tout est dit dans le sommaire ! Ne croyez pas qu’il s’agit des élucubrations fumeuses d’une post-soixante-huitarde attardée. Non, le propos est pesé, analysé, argumenté, réfléchi. Il n’y a pas un iota à changer. A lire d’urgence pour que l’enfant ait enfin la chance d’appartenir un jour, non pas à ses parents ou à la société, mais à « sa future liberté » !
« Insoumission à l’école obligatoire », Catherine Baker, éd. Tahin Party, Lyon, 13,5 x 21, 8 euros. Courriel - Site Internet (possibilité de télécharger certains textes au format pdf).

Interview. Traduction d’une brochure en russe, publiée en 1934 par Maximov et destinée à être passée clandestinement en URSS, ce texte nous permet de (re)découvrir la pensée de Bakounine grâce à un jeu de questions-réponses (citations). L’exercice est habile, admirablement mené, et très pédagogique car l’essentiel est dégagé. Thèmes des causeries : la révolution sociale, l’action durant la révolution, la suite de la révolution sociale et de la période transitoire. D’autres citations présentées et ordonnées par Frank Mintz (les idées anarchistes, l’organisation), un texte inédit en français de Kropotkine, puis une courte et passionnante biographie de Maximov complètent les entretiens. « Et, pour conclure, M. Bakounine, que pensez-vous de la candidature de Mme Royale ? – Elle veut, elle doit conserver l’intérêt du capital et de la rente de la terre, et elle prétend émanciper les travailleurs avec cela. Elle s’efforce de donner un corps au non-sens. »
« Discussion avec Bakounine », Grégori P. Maximov, préparé par Frank Mintz, 14,5 x 21, Editions CNT-Région parisienne, coll. Brochures syndicalistes, n° 15, Paris, 68 p., 6 euros. CourrielSite Internet.

Tranches de vies en boîte. Rolland Henault, enseignant à temps partiel dans différentes prisons pendant plus de vingt ans, nous livre avec rage quelques courts récits de vies brisées, ruinées, emprisonnées, humiliées, détruites. Cela pourrait être vous ou moi. La faute à pas de chance, pas né au bon endroit, pas la bonne couleur, pas la bonne famille, la faute au fric, aux envies, à la nécessité… Il y a l’étudiant angolais, les deux amis péruviens, des caïds « entrepreneurs », les fous, les malades, les politiques, les drogués, la comtesse qui ne veut pas partir, Claudia, Nathalie, Ahmed le « vrai Français », Lucien et bien d’autres. Il y a aussi les gardiens, salauds ou humains, incarcérés eux aussi. Cela donne le sentiment d’un immense gâchis où rien n’est fait pour corriger les fautes de la société ou les erreurs personnelles… Et l’on continue à construire des prisons, pour rien, pour rassurer. « Construire des prisons pour enrayer la délinquance, c’est comme construire des cimetières pour enrayer l’épidémie. » Après avoir lu ces « cris », on ne peut qu'en être persuadé !
« Non ! », Rolland Henault, 14 x 21, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 197 p., 12 euros. Courriel - Site Internet.

Technologie. Ce passionnant pavé de plus de 300 pages se lit comme un roman et veut réhabiliter l’action des « briseurs de machines » du début du XIXe siècle, tout en montrant les échos très actuels de cette lutte. Trop souvent perçus comme des arriérés refusant le progrès, ces travailleurs sans meneur ne repoussaient pas tant la technique que le productivisme et la perte de leur qualification, de leur fierté de connaître un métier. La révolution industrielle naissante les dépossédait et les rendait esclaves. Ils ne voulaient pas faire partie de cette « armée d’ouvriers » que les marxistes appelleront de leurs vœux. Alors, oui, le progrès est libérateur, la science bienfaitrice… dans la mesure où les intérêts du système capitaliste sont respectés. Cette ancienne révolte nous interroge concrètement, aujourd’hui, à l’heure de la remise en cause de la biodiversité, des brevets sur le vivant, des OGM, des nanotechnologies, du développement des technologies de la sécurité et de la surveillance, tout cela après avoir constaté les dangers que nous fait courir le nucléaire. Alors quel progrès, quelle science, pour quoi, pour qui et comment ?
« La Révolte luddite. Briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation », Kirkpatrick Sale, 13 x 20, L’Echappée, Paris, 341 p., 19 euros. CourrielSite Internet.

 

RENCONTRES-DÉBATS

Paris, 31 janvier. Alternative libertaire Paris/Nord-Est organise un débat « Oaxaca : révolte ou révolution ? » à 20 heures, au 92, rue d’Aubervilliers, 75019 Paris (M° Riquet ou Stalingrad). Avant la discussion, un film réalisé par un militants d’Alternative libertaire, retraçant les étapes de ce mouvement de septembre à décembre 2006, sera projeté. CourrielSite Internet.

Lyon, 1er et 3 février. Cela fait vingt ans ou plus que les membres d'Action directe Georges Cipriani, Nathalie Ménigon, Jean-Marc Rouillan et Régis Schleicher sont emprisonnés. Afin de comprendre la nature de l'acharnement et de la vengeance étatique contre eux, de pouvoir dénoncer les nouvelles dispositions légales concernant les « terroristes » enfermés et de trouver les moyens de les faire sortir, la librairie La Gryffe organise des projections et une réunion-débat. Le jeudi 1er février, à 20 heures, diffusion du film de Pierre Carles, « Ni vieux ni traîtres ». Samedi 3 février, dès 15 heures, réunion d'information et de discussion avec Hellyette Bess et projection de la vidéo « Joëlle Aubron : mon parcours militant de l'autonomie à Action directe ». Librairie La Gryffe, ouverte du lundi au samedi, de 14 heures à 19 heures (tél./fax : 04 78 61 02 25).

Paris, 3 février. Maurice Rajsfus viendra parler à 15 h 30 de ses Mémoires à la bibliothèque La Rue (tél. : 01 42 23 32 18), 10, rue Robert-Planquette, Paris 18e (M° Blanche ou Abbesses).

Rouen, 3 février. Rencontre avec Jacques Lesage de La Haye, auteur de « La Mort de l’asile » (Les Editions libertaires) [voir note de lecture], à propos de l’histoire de la psychiatrie et de l’antipsychiatrie. C’est à 15 heures, à la librairie L’Insoumise, 128, rue Saint-Hilaire.

Nantes, 5 février. Soirée projection-débat avec le Centre d’histoire du travail, à 20 h 30, au Cinématographe, 12 bis, rue des Carmélites. Au programme : « The Take », de Avi Lewis et Naomi Klein (2004, 87 min.), sur les récupérations d’entreprises par les salariés en Argentine ; puis débat avec Cécile Raimbeau, coauteur d’« Argentine rebelle » (Alternatives, 2006) [voir note de lecture], sur la coopération ouvrière, idée toujours d’actualité. Tél. : 02 40 08 22 04 - Courriel Site Internet.

Bordeaux, 12 février. A 19 heures, apéro-tapas, puis présentation du livre de Jean-Pierre Tertrais, « Du développement à la décroissance », et débat avec l’auteur. La soirée est organisée par le Cercle Jean-Barrué (FA), à l’Athénée libertaire, 7, rue du Muguet.

Paris, 14 février. A 19 h 45, au CICP, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris, la librairie Quilombo organise une soirée-débat à propos de l’ouvrage « Les coulisses du commerce équitable », en présence de Christian Jacquiau, son auteur, et de Michel Besson, fondateur de Andines et Minga. Avec la projection du film « 0,01, visages du commerce équitable », réalisé par Sandra Blondel et Pascal Hennequin (52 min., 2005). Courriel - Site Internet.

Merlieux, 15 février. Rencontre de 18 heures à 21 heures avec Patrick Pécherot, écrivain de polars, à la bibliothèque sociale (tél.-fax : 03 23 80 17 09), 8, rue de Fouquerolles, Merlieux (Aisne). Il est l’auteur, entre autres, des « Brouillards de la Butte » (2001), de « Belleville-Barcelone » (2003) et de « Boulevard des Branques » (2005), « continuation » de la série des Nestor Burma, personnage créé par Léo Malet pour les « Nouveaux Mystères de Paris ».

Saint-Claude, 16 février. Le groupe Lucio de la Fédération anarchiste organise à 20 h 30 un débat, après la projection de « Ni vieux ni traîtres » de Pierre Carles, pour la libération des prisonniers d’Action directe, au Coffre-Fort, rue de Boneville.

Toulouse, 19 février. A 20 h 30, conférence d’Eric Lowen sur « La relativité des religions. Introduction au relativisme religieux », à la Maison de la philosophie, organisée par l’association Aldéran pour la promotion de la philosophie et des savoirs. Cela se passe au 29, rue de la Digue, 31300 Toulouse (tél. : 05 67 11 63 43). (Participation : 4 euros.)

 

RASSEMBLEMENT, SALONS, FESTIVAL

Zagreb, du 30 mars au 1er avril. Les organisateurs du troisième Salon du livre anarchiste de Zagreb demandent aux auteurs, groupes éditeurs et diffuseurs voulant participer à cette manifestation de les contacter (réservation d’un stand, propositions d’animation, participation à l’organisation, conditions d’accueil, etc.). Pour plus d'infos, courriel ou site Internet (en français).

Toledo (Ohio, Etats-Unis), 14 au 15 avril. Le Rassemblement anarchiste des Grands Lacs permet aux libertaires du Midwest de se retrouver et de resserrer les liens en partageant informations et initiatives, tout en se distrayant. Stands de présentation ou d’atelier sont prévus (soutien aux prisonniers, autodéfense, jardinage communautaire…), avec de nombreux invités dont John Zerzan (Green Anarchy, Running on Emptiness), Kevin Tucker (Species Traitor), Fifth Estate Magazine, Chicago Anarchist Black Cross… Une excursion-camping de dix jours suivant le rassemblement est aussi organisée. CourrielSite Internet (en anglais).

Paris, du 28 avril au 1er mai. Pour donner une suite aux Conférences industrielles de San Francisco en 1999 (I 99) et d’Essen en 2002 (I 02), la CNT-F prend l’initiative d’organiser une Conférence internationale syndicale baptisées I 07. Elle sera ouverte à toutes les organisations, groupes, réseaux et militant(e)s qui ont participé aux conférences précédentes, ainsi qu’à tous les nouveaux intéressés. Et a pour but de faire se rencontrer des anarcho-syndicalistes, des syndicalistes révolutionnaires, des autogestionnaires et des unionistes. Renseignements : CNT, BP 30423, 35004 Rennes Cedex. Tél. : 08 10 00 03 67 – Courriel.

Montréal, mai. Pendant la huitième édition du Festival de l’anarchie et du Salon du livre (du 3 au 6, et du 10 au 13 mai) [voir annonce], un « collectif d’artistes socialement et politiquement engagés » organise pour la première fois une exposition d'art visuel intitulée « Art et anarchie ». Le comité de sélection souhaite recevoir le plus tôt possible les soumissions d'œuvres d'art (peinture, estampe, photographie, installation particulière, sculpture, affiche, sketches, dessin, etc.). Il faut envoyer par courriel une « fiche d'information personnelle », et indiquer le « type d'art et la cause que vous épousez le plus à travers celui-ci », avec trois images des œuvres (format jpeg ou pdf). Les artistes seront contactés dès le début du mois de mars.

Montréal, mai. Dans le même cadre, se tiendra le deuxième Festival de théâtre anarchiste (28-29 mai). L'année précédente, ce festival bilingue a présenté au public dix pièces en provenance du Canada et des Etats-Unis, regroupant plus de cinquante acteurs et actrices. Les organisateurs sont actuellement à la recherche de pièces de théâtre sur les anarchistes, les idées anarchistes, l'histoire ou tout autre sujet relatif à l'anarchisme. On peut aussi consulter la section « principes » du site Internet [le lien n'est plus valide en avril 2008] du Salon du livre anarchiste pour des informations plus détaillées quant aux critères relatifs à la définition du contenu et de la forme. La participation est bénévole, les organisateurs se chargeant de la publicité et de la salle. On doit envoyer un résumé ou un extrait de la pièce avant le 15 février de préférence. Courriel – Adresse postale : Festival de théâtre, a/s S.Laplage, 6797, rue de Normanville, Montréal, Québec, Canada H2S 2C2.

Florence, 7 au 9 septembre 2007. Le Collettivo Libertario Fiorentino (CLF) a décidé de réaliser à Florence (Italie) la troisième édition de la « Vitrine de l’édition anarchiste et libertaire ». Cette manifestation aura un caractère international et sera l’occasion de nombreux événements artistiques et culturels (conférences-débats, expositions, concerts, projections, etc.). Les auteurs et éditeurs souhaitant y participer (stand, animation…), peuvent conctater Sergio Mechi, Via di Montisoni 11, 50011 Antella (FI), Italie. Courriel.

 

DIVERS

Vidéos anars. Stuart Christie a mis en ligne de nombreuses vidéos sur l’anarchisme en version originale (castillan, anglais, français) concernant : la révolution espagnole (« Barcelone 1936 », « Ortiz, général sans dieu ni maître », « La Défense de Madrid »…) ; l’histoire de l’anarchisme dans le monde (Russie, France, Espagne, Etats-Unis, Mexique…), avec des films sur Makhno, la bande à Bonnot, Delgado et Granado ; mais aussi des interviews de Noam Chomsky. A déguster sans modération sur ChristieBooks Videos.

Expo Clovis Trouille. Du 13 avril au 17 juin, le Musée de Picardie, 48, rue de la République, à Amiens, présentera une quinzaine de toiles de Clovis Trouille (1889-1975). Peintre proche des surréalistes, il est l’auteur de cent vingt tableaux qui constituent une œuvre subversive, antimilitariste et anticléricale. Sa peinture lui a permis d’explorer des thèmes tels que l'érotisme, la mort, la religion, la patrie… dans une veine parodique, iconoclaste, parfois violente. Musée de Picardie - Association Clovis-Trouille.

R.A. Forum. Le site Recherches sur l'anarchisme, animé entre autres par Ronald Creagh, est un forum international, ouvert depuis le 1er janvier 1996, consacré à la présentation de livres, à la recherche et à la discussion concernant les théories, l'histoire et la culture du mouvement anarchiste mondial. Il souhaite dorénavant se développer en direction des jeunes et traiter de médias spécifiques comme les mémoires, les thèses, le théâtre… Notez sa nouvelle adresse et mettez vos liens à jour. Site Internet.

Dico militant. Un dictionnaire biographique du mouvement libertaire devrait voir le jour en 2009, comportant de cinq cents à six cents notices (dont une cinquantaine consacrée à des militants belges et suisses francophones). A l’ouvrage papier sera joint un cédérom qui, lui, pourrait comporter plusieurs miliers de biographies et des éléments iconographiques. Cet ouvrage sera piloté par une équipe mixte, composée de militants et d’historiens correspondants du « Maitron », qui assurera la coordination du projet, la collecte et la relecture des biographies. Les personnes qui désirent participer à ce projet peuvent contacter Hugues Lenoir par courriel. Une souscription sera lancée courant 2008 afin d’en assurer le financement (55 à 60 euros l’exemplaire).

 

REVUES

« Gavroche ». La revue a fêté ses vingt-cinq ans en décembre 2006 et ce n° 149 (janvier-mars, 51 pages) ne dépare pas les précédents par son éclectisme et son intérêt pour l’histoire populaire. De la correspondance très illustrée d’un poilu de la Grande Guerre, on passe à un article de François Roux relatant la faible opposition des anarchiste à la mobilisation générale (1914) ; puis c’est la résistance des travailleurs dans l’Italie fasciste et dans l’Allemagne nazie, « Le Crime du métro Porte-Dorée », et une étude sur Paul-Louis Courier et Pierre-Jean de Béranger. Immanuel Wallerstein, quant à lui, s’interroge sur le pays qui sera prépondérant au XXIe siècle. Sans oublier les « bonnes feuilles » (extraits d’ouvrages parus), la revue des livres et la chronique médiatique. La nouvelle maquette met parfaitement en valeur les textes et on peut maintenant retrouver « Gavroche » sur Internet. Que du bon ! Le numéro : 8 euros, abonnement un an (4 n°) : 30 euros. CourrielSite Internet.

« Anartistes ». Le groupe La Vache folle de la Fédération anarchiste explore, une fois de plus, avec ce n° 9 (40 pages), les passerelles entre art et anarchie. Au sommaire : un texte de Zo d’Axa, le comédien Jean-Hugues Lime et les anars, Archibald Zurvan se plonge dans Proudhon pour différencier « anarchie » et « utopie », une évocation musicale de John Cage, un texte rap autour du mot « Google », des analyses de livres, des conseils de lecture et le plein d’illustrations. Le numéro : 6 euros, abonnement pour deux numéros : 10 euros. Adresse : « Anartiste », 117, rue de la Réunion, 75020 Paris – Courriel.

« Classes en lutte ». Le n° 78 (février) du bulletin mensuel gratuit de la Fédération des travailleurs(ses) de l’éducation CNT (CNT-FTE) est en ligne. Téléchargement. Il est consacré aux mobilisations dans le secteur (créations de postes insuffisantes, dégradation de la formation…), aux projets de réorganisation de l’école primaire, à la la grammaire de grand-mère, aux sans-papier, à la parution du n° 14 de « N’autre école »… Ce mensuel est aussi diffusé par mail et on peut le recevoir automatiquement en s’abonnant. Courriel.

« Infos et analyses libertaires ». Le dernier numéro (janvier-février) est disponible en fichier pdf. Ce n° 63 aborde les prochaines élections (« L'isoloir, lieu d'expression ou de bâillonnement politique ? »), avec la « Lepénisation des esprits et [les] pénétrations des idées extrémistes dans la société française », relate la « Chronique du racisme ordinaire » et se révolte « Contre le flicage permanent de nos vies et la criminalisation de la pauvreté », le « Flicage génétique », tout en se souvenant de Flores Mágon (Oaxaca).

« Jura libertaire ». Le septième numéro vient de paraître et il est disponible en fichier pdf (partie 1partie 2). Les élections sont en « une » avec « Si voter changeait quelque chose… » [y’a longtemps qu’ce s’rait interdit !], puis une affirmation (« Votre écologie n'est pas la nôtre ! »), une constatation (« Les cache-misère coûtent cher ») et de nombreux rendez-vous régionaux (manif, réunion, débat…). Mais c’est aussi un blog mis à jour régulièrement.

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas