Avril 2007

PUBLICATIONS

Coutume ouvrière. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le syndicalisme d’action directe et sur la Confédération générale du travail (CGT) d’avant la Première Guerre mondiale avec cette monumentale étude enfin rééditée. Maxime Leroy (1873-1957), juriste de formation, fut un des rares intellectuels proches du syndicalisme révolutionnaire. Publié en 1913, cet ouvrage constitue une analyse sociologique, juridique, organisationnelle et historique irremplaçable. Passant en revue la composition du syndicat, son organisation, les obligations réciproques, il aborde ensuite les fédérations professionnelles, les bourses du travail, la CGT, les sociétés coopératives, les moyens de lutte, le fédéralisme et l’internationalisme ouvrier. C’est un outil indispensable pour tous ceux qui souhaitent mieux connaître l’histoire du mouvement ouvrier et qui veulent construire un syndicalisme de combat, libertaire et révolutionnaire. Indispensable !
« La Coutume ouvrière. Syndicats, bourses du travail, fédérations professionnelles, coopératives. Doctrines et institutions », Maxime Leroy, 13 x 21, Editions CNT-RP, fac-similé, 2 vol., 934 p., 40 euros. CourrielSite Internet.

Socialisme ou barbarie. Peu de revue et de groupe ont été à la fois aussi superbement ignorés pendant leur existence et portés aux nues après leur disparition et depuis. Qu’en est-il réellement ? Issus du trotskisme et inspirés par le marxisme, ses animateurs se voulaient avant tout des révolutionnaires dont la réflexion théorique n’a de sens que dans la pespective de l’action. Ils ont fait preuve d’une richesse intellectuelle, d’un sens critique certain et d’une clairvoyance que beaucoup d’anarchistes pourraient leur envier. Leur réflexion les rapprochant d’ailleurs des thèses libertaires (critique de la nouvelle classe bureaucratique et du régime soviétique, autonomie ouvrière, auto-organisation, analyse de la domination…). L’anthologie publiée par Acratie illustre bien, par le choix des textes, l’essentiel des préoccupations du groupe : la société bureaucratique (et la crise du système), le monde du travail, le contenu du socialisme, l’organisation révolutionnaire, le tiers-monde, le capitalisme moderne… Nombre de ces préoccupations demeurent actuelles !
« Socialisme ou barbarie. Anthologie », collectif, 16 x 24, Acratie, La Bussière (Vienne), 341 p., 27 euros. Courriel - Site Internet.

La rage aux poings. En 1910, un jeune Mexicain, mystérieux et chétif, entre dans les locaux de révolutionnaires en exil au Etats-Unis. Il fascine et fait peur, il est prêt à tout pour que cesse enfin la sinistre dictature de Porfirio Díaz. En quelques pages et dans un style incisif, direct, bien loin des discours gnangnan, Jack London nous fait partager mieux que quiconque la misère, l’exploitation sociale, mais aussi la passion de la liberté et de l’égalité, la volonté de dépassement individuel. Ecrivain voyageur, passionné de grands espaces, révolutionnaire convaincu, Jack London n’est pas n’importe qui… il a vécu ce qu’il décrit. Et, à cette occasion, Larry Portis nous offre une très attachante et très intéressante présentation de celui qui a révolutionné la littérature nord-américaine. En postface, l’interview de deux militants du Comité de soutien aux peuples du Chiapas nous rappelle que près de cent ans plus tard la lutte n’est pas terminée et que les peuples indigènes, entre autres, s’organisent de façon autonome et se révoltent…
« Le Mexicain », Jack London, trad. de Louis Postif (revue et corrigée), préf. de Larry Portis, illust. de Nono le Hool’s, 12 x 18, Libertalia, Paris, 98 p., 6 euros. Adresse postale : 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris – CourrielSite Internet.

Zola et les anars. Cet ouvrage traite des rapports difficiles entre le père du naturalisme et le mouvement anarchiste. Sa vie et son œuvre ayant été perçus à la fois avec fascination et méfiance par les libertaires. Une étude historique retrace les relations de l'auteur avec des militants anarchistes, passant en revue l'évolution des idées de Zola concernant l’anarchisme, l'hostilité initiale qu'éprouvaient pour lui les anarchistes et le rapprochement qui s'est opéré lors de l'affaire Dreyfus. Suit une discussion de la lecture de ses œuvres par les anarchistes et vingt-cinq articles sur Zola tirés de diverses publications. L’étude se conclut par une bibliographie d'articles qui lui furent consacrés dans la presse libertaire de 1891 à 1935.
« Emile Zola au pays de l'anarchie », textes présentés et réunis par Vittorio Frigerio, 13,5 x 21,5, Editions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble (Ellug), coll. Archives critiques, Grenoble, 158 p., 15 euros. Courriel - Site Internet.

Election, piège à… Avec cette brochure, la Fédération anarchiste tient à réaffirmer que le droit de vote n’est pas une liberté chèrement conquise, mais un acte de soumission électorale. Elle constate qu’aujourd'hui nombreux sont ceux qui, lassés des politiques antisociales mises en œuvre par les gouvernements successifs, n'ont plus l'espoir d'un quelconque changement par le vote. Les propositions anarchistes sont ainsi renouvelées : construction d'une société où les individus pourront prendre en main collectivement leur avenir ; organisation sociale repensée par le fédéralisme autogestionnaire et le principe du mandatement impératif et révocable, dans le but de rapprocher les prises de décision des personnes concernées, en prenant en compte la décroissance économique. C'est le seul moyen de se réapproprier sa propre existence, la meilleure façon de remettre à l'endroit un système qui bénéficie aujourd’hui à une minorité, au détriment de la majorité de la population et des travailleurs. Plutôt qu'élire, il faut donc plus que jamais agir.
« L'impasse électorale et le projet anarchiste », collectif, 14,5 x 21, Editions du Monde libertaire, Paris, 40 p., 4 euros. Courriel - Site Internet.

 

RENCONTRES-DÉBATS

Merlieux, 5 avril. Débat, de 18 heures à 21 heures, à la bibliothèque sociale (tél.-fax : 03 23 80 17 09), 8, rue de Fouquerolles, Merlieux (Aisne), avec Benoist Rey, auteur des « Egorgeurs » – livre censuré en 1961, dénonçant les horreurs de la guerre d’Algérie. Il a écrit « Les Trous de mémoire », publiés en 2006 aux Editions libertaires. Une vie pleine de rencontres à partager…

Paris, 5 avril. Jean-Pierre Levaray, ouvrier de l’industrie chimique, militant syndicaliste et anarchiste, auteur de « Putain d’usine », débattra avec le public après la projection à 19 h 30 du film de Rémy Ricordeau inspiré de son ouvrage. Cela se passe à l’Espace Louise Michel, 42 ter, rue des Cascades, Paris 20e.

Toulon, 6 avril. Réunion-débat sur le thème « Agir au lieu d’élire », à 20 h 30, organisée par le groupe Nada de la Fédération anarchiste. A cette occasion, Meille chantera Brassens et Ferré. Il y aura une table de presse et un buffet. Adresse : La Salle, rue Henri-Poincaré, quartier La Rode, Toulon. Site Internet du groupe.

Dijon, 7 avril. Le Groupe libertaire dijonnais organise à 16 heures une projection-débat avec Charlie Bauer. Après le film « Charlie Bauer, marathonien de l’espoir », vous pourrez discuter avec lui à propos de l'engagement politique, de l’enfermement, de l’univers carcéral, de l’espoir et de la liberté. Entrée libre à l’espace autogéré des Tanneries, 15-17, bd de Chicago. Adresse postale du groupe : c/o Les voix sans maître, Maison des associations, 2, rue des Corroyeurs, boîte BB8, 21068 Dijon Cedex.

Marseille, 7 avril. A 17 heures, au Centre international de recherche sur l’anarchisme (CIRA), 3, rue Saint-Dominique, 13001 Marseille, François Roux présentera son livre « La Grande Guerre inconnue : les poilus contre l'armée française » (Editions de Paris). Les poilus ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour essayer de survivre : désertion, fuite, planque, reddition volontaire, automutilation, sabotage, refus d'attaquer, mutineries, assassinats d'officiers, fraternisation… Courriel - Site Internet.

Paris, 7 avril. La bibliothèque La Rue (tél. : 01 42 23 32 18), 10, rue Robert-Planquette, Paris 18e (M° Blanche ou Abbesses), reçoit à 15 h 30 Jean-Hugues Oppel pour son dernier roman, « Réveillez le Président ».

Rouen, 13 avril. « Comment écrire, comment penser après Auschwitz ? », lecture par un comédien de textes de Didier Durmarque, auteur de « Moins que rien » (Editions Thot), à la librairie L’Insoumise, au 128, rue Saint-Hilaire.

Paris, 14 avril. Le groupe Idées noires (FA) et le 9e Collectif de sans-papiers organisent à 16 heures un débat, « Sans-papiers et monde du travail », à la librairie du Monde lobertaire, 145, rue Amelot, 75011 Paris (M° République, Oberkampf ou Filles-du-Calvaire). Courriel.

Marseille, 15 avril. « Anar4heures », c'est un goûter à prix libre, un film, des discussions, un moment d'échange et de détente, le tout proposé par les militants(es) du groupe anarchiste de Marseille (FA), tous les deuxièmes dimanches de chaque mois. A 16 heures, à Mille Babords (61, rue Consolat, 13001 Marseille), projection du film de William Klein « Mister Freedom », satire sanglante de l'impérialisme américain. Courriel.

Toulouse, 16 avril. Conférence d’Eric Lowen à 20 h 30, sur « L’amoralité des religions. Le mythe de la nature morale des religions », à la Maison de la philosophie, organisée par l’association Aldéran pour la promotion de la philosophie et des savoirs. Cela se passe au 29, rue de la Digue, Toulouse (tél. : 05 67 11 63 43). (Participation : 4 euros.)

Périgueux, 20 avril. Soirée projection-débat sur les nanotechnologies, organisée par l’Association des précaires et chômeurs de Dordogne (APCD), aux Thétards, 3, rue de Sully, à partir de 20 heures. Projection des documentaires « Nano-Pravda » et « Nanotechnologie, un champ d’expérimentation sociale », puis conférence donnée par la philosophe des sciences Bernadette Bensande-Vincent (Paris-X).

Lyon, 21 avril. A 15 heures, rencontre-débat avec Silvia Perez-Vitoria, auteure de « Les Paysans sont de retour » (Actes Sud), à la librairie La Gryphe, 5, rue Sébastien-Gryphe, 69007 Lyon. Tél. : 04 78 61 02 25 – CourrielSite Internet.

Paris, 25 avril. Au CICP, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris, la librairie Quilombo organise à 19 h 45 une soirée-débat sur le thème : « Le Portugal libertaire. Du mouvement syndicaliste révolutionnaire à la révolution des œillets ». En présence de Jorge Valladas, auteur de « La Mémoire et le Feu. Portugal, l'envers du décor de l'Euroland » (L'Insomniaque, 2006). Projection d'un extrait du film « Sétubal, ville rouge », de Michel Treguier (90 min., 1975). Courriel - Site Internet.

Paris, 26 avril. Présentation de « Loin des censier battus » (Editions CNT-RP) et débat autour du livre et des perspectives du mouvement un an après le CPE, de 17 heures à 19 heures, à Censier (salle 307, 3e étage), 13, rue Santeuil, 75005 Paris (M° Censier-Daubenton), par la section CNT de Paris-III. Puis, de 19 heures à 21 heures, projection de films sur le mouvement anti-CPE et contre la précarité à la cinémathèque de Censier (rez-de-chaussée), suivi d'un débat au bar La Rencontre (face à la fac). Courriel.

Saint-Denis, 27 avril. « Le commerce équitable, le commerce inéquitable » : réunion-débat avec Christian Jacquiau, auteur des « Coulisses du commerce équitable. Mensonges et vérités sur un petit business qui monte » (Mille et une nuits), à 19 h 30, à la Bourse du travail, rue Genin (M° Porte-de-Paris). La soirée est organisée par la société de défense des laïques non croyants, non croyantes et athées.

Lyon, 27 avril. A la librairie La Gryphe, à partir de 20 heures, débat : « Des mouvements sociaux au mouvement révolutionnaire : retour critique sur les mouvements anti-CPE », avec des camarades ayant participé à l'ouvrage « Les Mouvements sociaux sont faits pour mourir » (Tahin Party). CourrielSite Internet.

Lyon, du 30 avril au 11 mai. Exposition, proposée par les Ami-e-s de la librairie, des sérigraphies de Marina sur les demandeurs d'asile à la librairie La Gryphe. Vernissage le lundi 30 avril à partir de 18 heures, 5, rue Sébastien-Gryphe, 69007 Lyon. Tél. : 04 78 61 02 25.

 

COLLOQUE, RENCONTRES…

Toulouse, du 27 au 29 avril. La seconde édition des rencontres libertaires Atipik se déroulera autour de deux grandes thématiques : la représentativité et le contrôle social. Des personnes, collectifs, associations ont été invités dans le cadre d'un village associatif aux alternatives concrètes et présenteront des ateliers tout au long du week-end (autonomie énergétique, faire ses médias, écologie…). C’est aussi l’occasion de se retrouver et de faire la fête, avec quatre concerts le vendredi soir et un bal le samedi soir. On pourra aussi suivre le déroulement des rencontres à distance grâce à une radio web qui sera mise en place (Radio Atipik). Site Internet.

Paris, du 28 avril au 1er mai. La Confédération nationale du travail (CNT) organise une rencontre internationale syndicale intitulée I07. Des rencontres syndicales (délocalisations - licenciements - chômage, précarité au travail…) et des rencontres thématiques (anti-impérialisme, femmes, antifascisme…) sont prévues dans des ateliers de travail les samedi 28 et dimanche 29 avril, et donneront lieu à des synthèses de réflexion le dimanche dans la soirée. Dans le même cadre, se tiendront différents événements publics : meeting international (30 avril, 18 heures), place de la Réunion (Paris XXe) ; manifestation du 1er mai (rendez-vous à 11 heures, place des Fêtes, Paris XIXe, pour rejoindre la manifestation unitaire à 14 heure, place de la République) ; concert de solidarité… Courriel - Site Internet.

Arezzo (Italie), 5 mai. L’Archivio Famiglia Berneri-Aurelio Chessa organise de 9 h 30 à 19 heures un colloque intitulé « Camillo Berneri : un libertaire en Europe entre totalitarisme et démocratie » (voir biographie de Camillo Berneri). Adresse du colloque : palazzo della provinzia, salla dei Grandi, Arezzo. Tél. : 05 22 43 93 23 ou 338 12 63 779 (portable) - Courriel.

Bruxelles, 19 et 20 mai. Rencontre autour du livre subversif au Pianofabriek, Fortstraat 35, Saint-Gilles (Bruxelles), à partir de 14 heures, le samedi, et de 10 heures le dimanche (entrée libre). De nombreux débats sont prévus (certains auront lieu en néerlandais) : « Retour sur les luttes antinucléaires des années 70 et 80 » ; « Biopolitique : modeler et déplacer pour le capital » ; « Expériences de lutte autonome dans les années 70 en Espagne » ; « Lutte contre les camps d'asile et les déportations » ; « Urbanisme et contrôle social »… Plus d’information : courriel.

Mexico (Mexique), 8 au 10 juillet. A l’occasion de la rencontre zapatiste du Chiapas, la bibliothèque sociale Reconstruir envisage d’organiser l’été prochain une rencontre anarchiste internationale autour de trois axes : 1. discussion des idées acrates (libertaires) et de la formation au niveau théorique ; 2. partage des expériences organisationnelles basées sur l'anarchisme ; 3. construction d’une organisation forte. Informations complémentaires et réservation : biblioteca@libertad.org.mx ou caravanalibertaria@riseup.net

Brest, 22 au 24 mai 2008. Un colloque international « Caricature et religion(s) », organisé par l’Equipe interdisciplinaire de recherches sur l’image satirique (EIRIS, université de Bretagne occidentale), avec la participation du Centre de recherches en arts (université de Picardie Jules-Verne), aura lieu les 22, 23 et 24 mai 2008 à Brest. Les personnes désireuses de participer à ce colloque sont invitées à envoyer un résumé de leur contribution (15-20 lignes, avec coordonnées, fonction et discipline) à Jean-Claude Gardes (courriel) et Guillaume Doizy (courriel). Date limite des candidatures : septembre 2007.

 

DIVERS

CIRA Lausanne. Le Centre international de recherche sur l’anarchisme (CIRA) fêtera ses 50 ans en 2007. Bibliothèque et centre d'archives, c'est un lieu de mémoire grâce à la générosité des auteurs et éditeurs, et au travail bénévole de plusieurs dizaines de personnes pour conserver et mettre à disposition les fonds. Pour que la bibliothèque et le terrain deviennent propriété du CIRA, celui-ci doit rassembler au minimum 150 000 francs suisses, sinon il devra quitter les lieux, au risque de disparaître. On peut l’aider par des dons (par Paypal, sur le site du CIRA, en dehors de Suisse), des cotisations de soutien ou simplement en s’inscrivant à la bibliothèque. Plus d’infos. Adresse postale : CIRA, Beaumont 24, CH-1012 Lausanne, Suisse – Tél. : 021 550 1804 - Courriel - Site Internet.

Placid et cochons. Suite à la publication en 2001 du livre « Vos papiers ! Que faire face à la police ? », une plainte avait été déposée par Daniel Vaillant, alors ministre socialo de l’Intérieur, relayée par les divers ministères Sarkozy et Villepin. Résultat des courses, condamnation le 18 janvier 2007 du dessinateur Placid à 500 euros d’amende, pour « injures publiques envers une administration » (il a dessiné un policier aux traits jugés porcins). L’auteur du texte, Clément Schouler, magistrat, membre du Syndicat de la magistrature, a été, lui, condamné à 800 euros d’amende pour avoir écrit que les « contrôles d’identité au faciès, bien que prohibés par la loi, sont non seulement monnaie courante, mais se multiplient ». L’éditeur, Michel Sitbon (L’Esprit frappeur), récolte lui 1 000 euros d’amende pour complicité. Face à cette triple atteinte à la liberté (de création, d’information, de publication), des journalistes, dessinateurs, auteurs et éditeurs ont décidé de publier un livre. Ils « devraient donc eux aussi être prévenus de complicité pour ces deux délits, injure et diffamation ». Adresse postale : Thé Troc, 52, rue Jean-Pierre-Timbaud, 75011 Paris (tél./fax : 01 43 55 54 80, courriel). Un blog de soutien à Placid, Tous cochons, initié par Rémi Malingrëy, a également été ouvert. Site Internet.

Connaissance de l’islam. Pour tout savoir sur les origines de cette religion, un site documentaire très complet vient d'être créé. Dans ce travail monumental sont présentés des milliers d'extraits de textes (Coran, hadiths, et de nombreux auteurs musulmans des premiers siècles de l'islam) qui font apparaître un portrait de Mahomet aux antipodes de l'image que des siècles de propagande islamique ont construit. Loin du « beau modèle » d'amour et de paix, le fondateur de la troisième secte monothéiste était un homme violent. Islam-documents.org a pour ambition de promouvoir une critique radicale des fondements de l'islam.

Pause éditoriale. Depuis 1979, l'Atelier de création libertaire (ACL) a publié 115 ouvrages. Cependant les titres publiés l'an dernier se sont peu vendus (150 exemplaires chacun) et la dette envers l'imprimeur s'est alourdie. L'ACL décide donc de faire une pause. On peut le soutenir en commandant en ligne les livres de son catalogue ou deux documents qu'il diffuse : le livre de Ronald Creagh sur Sacco et Vanzetti (Editions de Paris, 2004, 15 euros) et un disque de musique acousmatique de Clément Riot sur le séjour de Louise Michel en Nouvelle-Calédonie (Motus, 2006, 19 euros). Adresse : ACL, BP 1186, 69202 Lyon Cedex 01. Courriel - Site Internet.

Appel à souscription. Les éditions Ab Irato ont entrepris de publier l'œuvre poétique complète du poète surréaliste portugais António José Forte, proche des milieux anarchistes portugais et membre du premier groupe situationniste portugais (vers 1967). L’ouvrage « Un couteau entre les dents » (éd. bilingue, 240 pages, 16 euros) peut être commandé dès maintenant sur le site des éditions (bulletin de souscription). Adresse postale : Ab Irato, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris. Site Internet.

CDA. Penco est une ville proche de Concepción située à 500 kilomètres au sud de Santiago du Chili. Le Centro de documentación (CDA) de Penco a été créé par le Grupo Anarquista Germinal. Il possède déjà une petite bibliothèque et des archives sur le mouvement anarchiste dans la région depuis les années 1990 et fait appel aux donateurs pour agrandir son fonds. Adresse : Eduardo Torres, O'Higgins 1104, Concepción, Chili. Courriel - Site Internet.

 

REVUES

« A contretemps ». Le n° 26 de ce « bulletin de critique bibliographique » présente un dossier très intéressant sur Francesco Ghezzi, anarchiste italien quelque peu oublié aujourd’hui qui, fuyant la police de Mussolini, se réfugia en 1922 en URSS. Arrêté une première fois pour « activités contre-révolutionnaires », il fut libéré grâce à une campagne de soutien, puis, de nouveau incarcéré en 1937, on perdit sa trace dans les années 1940. A propos de la réédition du « Culte de la charogne » (voir note) d’Albert Libertad, la revue publie deux points de vue et s’interroge sur la disparition de l’introduction rédigée par Roger Langlais pour la précédente édition. Au sommaire également : une note de lecture de Pierre Sommermeyer et la « revue des livres ». Abonnement et correspondance : Fernand Gomez, 55, rue des Prairies, 75020 Paris. Courriel.

« Dissidences ». Le deuxième volume de la collection Dissidences propose une exploration de la personnalité de « Daniel Guérin, révolutionnaire en mouvement(s) » (L’Harmattan, 216 pages, 19,50 euros). Pendant plus d'un demi-siècle, il fut engagé dans de nombreuses causes. Syndicaliste et socialiste SFIO, « pivertiste » et trotskyste, antifasciste, militant de la cause homosexuelle, anticolonialiste et antiraciste, libertaire, il fut aussi un historien reconnu de la Révolution française. Daniel Guérin tenta également d’élaborer une synthèse du marxisme et de l'anarchisme. Site Internet. Pour toute correspondance : Jean-Guillaume Lanuque, 154, rue du Maréchal-Oudinot, 54000 Nancy.

« Marginales ». La revue vient de publier un numéro (204 pages, 15 euros) consacré à Stig Dagerman, romancier suédois (1923-1954), responsable de la rubrique culturelle du quotidien anarcho-syndicaliste « Arbetaren » (Le travailleur). Outre la remise en contexte de quelques-uns de ses textes majeurs, on pourra lire de nombreux articles à son sujet. Citons, par exemple : « Nouveaux objectifs pour la littérature ouvrière », par Folke Fridell ; « Stig Dagerman et la recherche de la vérité », par Philippe Geneste ; « Dagerman, une vie », par Freddy Gomez ; « Brève histoire de l'Organisation centrale des travailleurs suédois (SAC) », par Thierry Porré, etc. Site Internet. Parallèlement à cette parution, les éditions Agone ont réédité un recueil de nouvelles de Stig Dagerman, « Tuer un enfant ». Plus d’infos. Courriel.

« Classes en lutte ». Le n° 80 (avril) du bulletin mensuel gratuit de la Fédération des travailleurs(ses) de l’éducation CNT (CNT-FTE) est en ligne. Téléchargement. Au sommaire : « Ecole Rampal : solidarité », « Contre l’école du fric », « Casse des statuts, casse de l’école… la vraie rupture se fera dans les luttes », « Contre le décret d’application des EPEP, une seule solution : la grève ! », « L’intérêt “supérieur” de l’entreprise… », « Rencontre internationale I 07. Un syndicalisme contre les frontières »… Ce mensuel est aussi diffusé par mail et on peut le recevoir automatiquement en s’abonnant. Courriel.

« Le Grognard ». Une nouvelle revue en ligne a vu le jour récemment. « Loin des modes et des avants-gardes, des esprits de chapelle et du parisianisme, tous les trimestres », elle proposera une « sélection de textes originaux et de trésors oubliés », affichant « ouvertement sa nostalgie pour les revues mythiques du XIXe siècle : “La Plume”, “La Revue blanche”, “Le Mercure de France”… mais aussi pour certaines revues anarchistes fortement teintées d'idéologie individualiste… » Au programme de chaque numéro : des articles de fond, des extraits de livres juste parus ou à paraître, des entretiens, des poèmes, des chroniques, des critiques de livres… A noter que ses créateurs animent depuis novembre 2001 un site consacré au philosophe Georges Palante. Site du « Grognard ».

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas