Août 2006

PUBLICATIONS

Contre Benoît XVI. C’est en défenseurs des libertés que Jocelyn Bézecourt et Gérard Da Sylva instruisent le procès de Benoît XVI. Epluchant ses écrits, les textes de la Congrégation pour la doctrine de la foi (héritière de la sinistre Inquisition) dont il fut longtemps le préfet, et le catéchisme publié en 1992 sous sa direction, les auteurs dressent un acte d’accusation implacable. Culpabilité sexuelle et refus de la connaissance/émancipation expliquent les constantes condamnations de la sexualité, de l’union libre, de l’homosexualité, de l’avortement, de l’usage des préservatifs, de la procréation assistée… et, autre versant, du matérialisme, de l’athéisme, de la laïcité. Dans une seconde partie, est abordée la sainte alliance du libéralisme et du Vatican, célébrée de nouveau lors de la messe médiatico-politique qui a accompagné l’élection de Joseph Ratzinger : destruction des acquis sociaux, Etat minimum, libéralisation des services et charité organisée… N’est-ce pas l’application du fameux « principe de subsidiarité », doctrine de l’Eglise, que l’on retrouve également dans la Constitution européenne ?
« Contre Benoît XVI. Le Vatican, ennemi des libertés », Jocelyn Bézecourt et Gérard Da Silva, 13 x 20,5, Syllepse, Paris, 217 pages, 15 euros. Courriel - Site Internet.

 

Connerie militariste. Deuxième volume (voir vol. 1) de cette vaste anthologie car, si la bêtise humaine est insondable, celle estampillée militaire est infinie. Recueil d’illustrations et de citations puisées dans la presse, la littérature, les discours officiels et les manuels scolaires, le présent ouvrage nous livre deux chapitres. Lorsque « Le rouge est mis », il s’agit d’amener le troupeau à l’abattoir avec des mots comme « gloire », « devoir », « drapeau », « patrie »… Dans « La raison du plus Blanc », c’est la haine de l’autre qui s’exprime, celui qui n’a pas la même couleur de peau (Noir, basané…), la même religion (juif, protestant), la même nationalité (Allemand), ou bien le « sauvage » qu’il faut civiliser (de force, et avec profit !). Certains mots font frémir, d’autres amènent la nausée, mais la lecture de ces écrits – pourquoi pas dans les écoles ? – constitue une sorte de vaccin. Car la maladie sévit toujours… dans les stades, par exemple. Il y a peu, un ministre de l’Intérieur souhaitait même nettoyer la banlieue au Karcher… peut-être comme un vulgaire para « nettoyant » le bled de ses fellagas. Et Dieu ?… il sera l’invité vedette du prochain volume.
« Anthologie de la connerie militariste d’expression française », vol. 2, choix établi par Lucien Séroux, 18 x 18, AAEL, BP 32334, 31023 Toulouse Cedex 1, 287 pages, 13 euros.

 

Milieux libres. Tony Legendre retrace deux expériences de vie communautaire, celle de Vaux (Aisne), qui se déroula de 1902 à 1907, et celle de Bascon (Aisne) qui connut sous différentes formes une existence plus longue (1911-1951). Au début du XXe siècle, certains anarchistes, doutant de l’imminence d’une révolution sociale, avaient ainsi décidé de vivre le communisme libre tout de suite. Les difficultés rencontrées (désaccords personnels, parasitisme de certains, absence d’affinités réelles, tendances autoritaires se révélant) sont à la fois le fruit de l’environnement social et de la difficulté de vivre moralement en anarchiste, du jour au lendemain. Les mêmes travers se retrouveront dans les communautés post-68. Celle de Bascon, qui se transformera assez rapidement en colonie naturiste et végétalienne, reste très ouverte sur l’extérieur et nombre de « personnalités » la visiteront ou y séjourneront. Outre un cahier de 8 pages de photographies, cet ouvrage nous offre en annexe un important recueil de lettres, articles et témoignages sur le sujet. Historique et riche d’enseignements…
« Expériences de vie communautaire anarchiste en France », Tony Legendre, 14 x 21, Les Editions libertaires, Saint-Georges-d’Oléron, 164 pages, 15 euros. Courriel.

 

Père Peinard. Le 24 février 1889, l’anarchiste Emile Pouget lance un journal qui va marquer les mémoires par son style coloré et populaire, mêlant l’argot parisien et les créations imagées de son rédacteur. Un succès de propagande assez unique… La sélection d’articles, présentés chronologiquement, permet de constater l'évolution de l'anarchisme français vers le syndicalisme, à travers des événements comme le boulangisme, le scandale de Panama, les attentats à la dynamite et l'affaire Dreyfus. C’est également un formidable reportage sur la condition ouvrière de l’époque. Mais les attaques contre les « capitalos », les « vautours » (propriétaires), les « endormeurs » (journalistes…), les « ratichons » (curés) et les « galonnards » (militaires), sans oublier les « bouffe-galette » du « Palais-Bourbeux » restent très actuelles et on se surprend parfois à songer à tel ou tel fait, à certains hommes politiques modernes. Vraiment très « espatrouillant » !
« Le Père Peinard. Journal “espatrouillant”. Articles choisis (1889–1900) », Emile Pouget, 12 x 19,5, Les Nuits rouges, Paris, 384 pages, 18 euros. Courriel.

 

RENCONTRES-DÉBATS

Paris, 5 août. Projection de « Espagne 36 : révolution autogestionnaire », à 16 heures, à la bibliothèque La Rue (ouverte de 15 h 30 à 18 heures), au 10, rue Robert-Planquette, 75018 Paris (M° Blanche ou Abbesses, tél. : 01 42 23 32 18).

Frayssinous, Bellevue, Toulouse, Lyon et Dijon, du 19 août au 3 septembre. L’Action mondiale des peuples, créée en 1998, est une structure de coordination de groupes et de personnes partageant des luttes et des pratiques portées par des principes anticapitalistes et antiautoritaires. Tous les deux ans, des rencontres (discussions, chantiers/projets concrets…) sont organisées. Elles se dérouleront cette année en France sur cinq lieux collectifs autogérés, en ville ou à la campagne. Pour plus de précisions et pour s’inscrire : site Internet - Courriel.

Marseille, 2 septembre. A 17 heures, au local du CIRA, 3, rue Saint-Dominique, 13001 Marseille, Jean-Manuel Traimond présentera son livre « Dissection du sado-masochisme organisé : approches anarchistes » (Atelier de création libertaire). Courriel.

Marseille, 5 septembre. Gilbert Roth reprend son cycle de discussion « Les 4 saisons de l’anarchie » en abordant, entre autres, l’Espagne (avec Durruti, Ascaso…), les individualistes (Lorulot, Paraf-Javal…), les néo-malthusiens (Robin, Bartosek, Humbert, Lapeyre…), la littérature prolétarienne (Poulaille)… Cela se passe, de 19 heures à 21 heures, au local du CIRA, 3, rue Saint-Dominique, 13001 Marseille. Courriel.

 

CONCERT, FÊTES, CAMPING…

Saint-Amant (Puy-de-Dôme), 28 au 30 juillet. A l’occasion de l’anniversaire du Front populaire et des dix ans de son installation à Saint-Amant-Roche-Savine, la troupe Jolie Môme vous invite au festival La Belle rouge. Seront présents : le Cabaret d'urgence et ses invités ; la chanson enragée et le théâtre de comptoir des Ongles noirs ; l'imbroglio politico-judiciaire d'Elf La Pompe Afrique, raconté par ses protagonistes (et par Nicolas Lambert) ; le voyage musical et résistant de la pianiste Gaëlle Thery ; l'épopée légère et bondissante, les combats à l'épée et à l'alexandrin de La Botte secrète de Dom Juan et encore ; « Ni vieux ni traîtres », présenté par Pierre Carles, Georges Minangoy et les protagonistes du film ; des courts métrages, des surprises… Renseignements : 01 49 98 39 20. Programme détaillé à télécharger, possibilités d'hébergements, etc., sur le site Internet. Courriel.

Suisse, du 11 au 20 août. Pour tenter de vivre sans rapport de domination, en auto-organisation, mais aussi pour se rencontrer, échanger des expériences de luttes, partager des connaissances… un A-camp (camp anarchiste) est prévu en Suisse. Pour plus d’infos et y participer : site Internet. Courriel.

Catalogne (en divers lieux). Au cours du mois d’août et jusqu’en octobre, la 9e Marcha-Homenaje a los maquis présente une série de manifestations pour se souvenir du combat des maquisards anarchistes sous le régime franquiste. Des débats se tiendront avec des auteurs (Ferran Sánchez Agustí, Dolors Marin Silvestre, Pep Cara) et d’anciens membres du MIL. Des films seront projetés (« Muerte en el valle », « Francisco Ponzan »...) et des randonnées suivront les chemins parcourus par les guérilleros Facerías, Capdevila, Vila, Sabaté. Des repas et des concerts sont aussi prévus… Le programme complet peut être consulté (en espagnol) sur Internet. Courriel.

 

DIVERS

Vacances actives. No pasaran a sorti son catalogue 2006 (ouvrages, K7, CD, matériel militant…) consultable sur son site Internet ou à commander à Réseau No Pasaran, 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris (tél. : 06 11 29 02 15).

Dieudonné en BD. Laurent Maffre a réalisé un album de 120 pages, « L’Homme qui s’évada », d’après le livre du journaliste Albert Londres. Rappelons que Dieudonné, ouvrier menuisier et anarchiste individualiste, lié à la bande à Bonnot, fut arrêté en 1912 et inculpé pour le braquage d’une banque. Il sera finalement condamné aux travaux forcés à perpétuité et parviendra à s’évader du bagne à la troisième tentative, en 1926. Réfugié au Brésil et menacé d'extradition, c'est le célèbre journaliste qui arrivera à obtenir sa grâce. (22 euros, Actes Sud). Site Internet.

CD antirépression. En solidarité avec les inculpés de la lutte anti-CPE à Caen, les squatteurs(ses) de La Mauvaise Herbe (7, rue de la Masse, près du CHR), ont réalisé une compile de dix-huit titres. On peut la commander (prix : 5 euros ou plus, port compris) à Un autre futur, 41, rue Pierre-Gringoire, 14000 Caen (chèques à l’ordre de SIA, avec la mention « soutien aux inculpés » au dos). Plus d'infos.

 

REVUES

« Le Monde libertaire ». La parution du « ML » s’interrompt avec ce hors-série (n° 30, 42 pages, 3 euros) jusqu’au 14 septembre. Au sommaire, plusieurs articles à propos de la révolution espagnole, anniversaire oblige : « A la veille de la révolution » (Gaetano Manfredonia), une évocation des Olympiades populaires (Wally Rossell) et un entretien avec Sara Berenger. Mais aussi « La prison ne résout rien », par J. Lesage de La Haye ; « L’absurdité du “sol national” », par Maurice Rajsfus … Charles Jacquier, quant à lui, revient sur la défaite des communistes devant les nazis, avec le témoignage de l’ouvrier et romancier Georg Glaser (voir « A contretemps » n° 23). Courriel.

« No Pasaran ». Le n° 50 offre à lire, le temps d‘un été, un dossier sur « Psychanalyse et mouvement social » (« Au-delà du Livre noir de la psychanalyse », « Psychanalyse et extraction de matériaux subversifs », « Raconte moi ton enfance », bibliographie…). Mais il n’y a pas que le ça et le moi dans la vie, au programme également : « Il n’y a pas d’immigration subie » (entretien avec Mamadou M’Bodje) ; « Petite philosophie du sport » ; « Action contre SOS tout pourris à Lyon », « Des antifascistes assassinés en Russie (suite). Arrestations spectaculaires... juste à temps pour le G8 »… Abonnement : 18 ou 23 euros les 10 numéros. Courriel - Site Internet.

« Courant alternatif ». Numéro d’été (n° 161) aussi, mais le dossier est cette fois consacré aux « émeutes des banlieues au regard du mouvement anti-CPE ». Plusieurs articles sur le colonialisme (« Ils refusent la retraite du combattant pour eux-mêmes », « Comment se fait un département français ? L’exemple de Mayotte ») et sur la répression (« Nous sommes tous des délinquants », « L’été de tous les dangers »). Abonnement d’un an (10 numéros mensuels + 2 hors-séries) : 31 euros (possibilité de tarif réduit). Courriel - Site Internet

« Réfractions ». Avec ce n° 16 titré « Les enfants, les jeunes… c’est l’anarchie ! », la revue s’attache à décortiquer la peur des enfants. « Peur de l’enfant qui est en nous et qui risque de ressurgir, une peur qu’on tente de conjurer par l’alliance de la psychologie, de la police et de l’éducation. On évoquera, bien sûr les problèmes des “cités” : immigration, mixité. Ainsi que la répression qui s’abat sur les plus fragiles : les enfants sans papiers. Quelle est la part des véritables problèmes et des projections ? » Sommaire complet sur le site, en vente au prix de 12 euros. Courriel - Site Internet.

 

Retour
en haut
 fleche haut
 fleche bas